You are here

Diplomacy & Defense Think Tank News

Transitions from UN Special Political Missions to UN Country Teams

European Peace Institute / News - Wed, 28/04/2021 - 18:46

The UN Department of Political and Peacebuilding Affairs (DPPA) currently manages twenty-five special political missions (SPMs) that have a field presence. Nonetheless, research and guidance on UN transitions has mainly focused on peacekeeping operations. This paper takes a first step toward filling that gap by exploring transitions from SPMs to UN country teams (UNCTs).

Focusing on the programmatic and political aspects of transitions, this paper explores the particular challenges of transitioning from an SPM to a UNCT by studying the closure of four missions: the United Nations Mission in Nepal (UNMIN) in 2011, the United Nations Office in Burundi (BNUB) in 2014, the United Nations Integrated Peacebuilding Office in Sierra Leone (UNIPSIL) in 2014, and the United Nations Integrated Peacebuilding Office in Guinea-Bissau (UNIOGBIS) in 2020. After presenting the main characteristics of SPMs, it discusses some of the challenges and characteristics of SPM transitions based on the four case studies.

These four case studies show that the drawdown of special political missions with a field presence shares several features with the drawdown of peacekeeping missions, but some aspects are specific to SPMs. In the coming years, the UN will need to develop a more comprehensive picture of the key elements to take into consideration during SPMs’ lifecycles and transitions, as well as specific guidance on the transition of SPMs. This could help the UN deliver a “continuum of responses and smoother transitions” while supporting national priorities.

Download

Interfaith Leaders Reaffirm Commitment to Peace and Sustainable Development

European Peace Institute / News - Tue, 27/04/2021 - 21:15

Event Video 

A collection of interfaith leaders convened by IPI MENA came together on April 27th to reaffirm their commitments to promoting peace, dialogue, and sustainable development.

During the interventions, French Ambassador Jerome Cauchard emphasized how good education is a prerequisite for the new generations, wherein empathy and the ability to mutually respect and understand each other can lead to peace.

In reference to the increasing number of violent and hate crimes in the United States, US Charge d’Affaires Margaret Nardi reminded the audience of the importance of the diplomatic corps in that, similar to religion, “embassies try to create relations on a personal level, meet them as a person and see their humanity,” which has become particularly important this year during the pandemic.

German Ambassador Kai Boeckmann drew attention to the German Task Force on Religions of Peace that was established in 2016. Ambassador Boeckmann noted the common objective between interfaith leaders and diplomats to “build trust, protect the weak, and strive for stability.”

Mounir Bouchenaki, Advisor to Bahrain Authority for Culture and Antiquities and the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO), advanced UNESCO’s message on the culture of peace; “through knowing cultural heritage, through education, appreciation of the other, and knowing the other that we can avoid the unfortunate situations of terrorism and massacres of people.”

IPI MENA Director Nejib Friji opened the webinar, “Interfaith Dialogue: Solidarity for Peace,” by paying homage to Stephanie M., a French police officer and the latest victim of violent extremism in the name of religion. Following a moment of prayer and meditation for all victims, Mr. Friji strongly condemned any acts of violent extremism in the name of religion committed by individuals, groups, or states and called for greater solidarity, partnership, and cooperation at all levels through a “message of tolerance, mutual respect, and peace.”

Addressing interfaith leaders of Baha’i, Jewish, Christian, Islam, and Hindu denominations, Reverend Hani Aziz, President of the White Flags Association, Pastor of the National Evangelical Church, and co-organizer of the webinar, reminded the audience that the “true enemy is ignorance and intolerance.”

Pujya Brahmavihari Swami, Religious Leader & International Spokesperson of BAPS Hindu Mandir addressed the audience from Abu Dhabi, United Arab Emirates. His message of peace highlighted the “beauty in diversity,” drawing on the links between faith, science, and sustainable peace.

In light of the numerous religious celebrations that coincide with the Spring season, Ms. Tahera Jaberi, Representative of the Baha’i Faith, noted the celebration of Nowruz, Baha’i New Year, is “a time for renewal and reawakening,” not just in the physical world, but the spiritual one, too. “Religion can be seen as a system of knowledge and practice that offers insights and values that can help societies advance.”

Pastor Job Nelson of Bethel Church of Nations in Bahrain, also shared how the celebration of Easter symbolized a season of hope and coexistence, serving as a time for endurance, resurrection, and restoration.

Dr. Abdulla Ahmed Al Maqabi, Law Courts Directorate, Ministry of Justice & Islamic Affairs, echoed the message that all religions carry the message of peace. “We are one about peace, we are one for peace, we are one for everything about peace,” he said.

Mr. Ebrahim Nonoo, Representative of the Jewish Community and President of the Association of Gulf Jewish Communities, followed suit by identifying the core message of all holy books as underlining the workings of all societies, “the glue of respect for each other and the acceptance of all religions.”

Chaplain Aaron Carlton, US Naval Forces Central Command, Fifth Fleet Chaplain, expressed his purpose and intent to promote peace, understanding, and dialogue while Pastor Blaine Newhouse, National Evangelical Church, shared his commitment to working toward justice, reconciliation, and peace through faith with those who are likeminded.

Following the interfaith interventions, the virtual floor was opened to a large audience comprising of diplomatic corps, private sector, and media.

SDG Zero? A People-Centered Approach to Universal Connectivity

European Peace Institute / News - Mon, 26/04/2021 - 16:39

As the COVID-19 pandemic has increased reliance on digital technologies, it has highlighted the growing digital divide between and within societies. Universal access to the digital world has become more urgent than ever, and failure to achieve it could undermine progress toward the Sustainable Development Goals. While closing the digital divide and increasing connectivity are among the UN secretary-general’s priorities for 2021, this goal remains elusive and faces many obstacles.

This paper, based on a series of three roundtables convened by IPI, together with Microsoft, in March and April 2021, identifies some of these obstacles to universal connectivity and considers how they can be overcome. It looks in particular at the human rights risks of rushing to close the digital divide. Ultimately, it concludes that achieving meaningful and sustainable progress toward digital inclusion requires all actors to commit to working through a multi-stakeholder platform.

In a spirit of collaboration and to stimulate further dialogue, the paper puts forward the following recommendations:

  • Expand the definition of universal connectivity;
  • Tie digital inclusion to the 2030 Agenda;
  • Ensure that the roll-out of universal connectivity is benevolent;
  • Support context-specific national and local strategies;
  • Develop new financing models such as sovereign guarantees or digital bonds;
  • Build a common understanding of connectivity and digital inclusion;
  • Build confidence among different actors; and
  • Give the UN a leadership role.

Download

Whose Peace are We Building? Leadership for Peace in Africa

European Peace Institute / News - Fri, 23/04/2021 - 16:26

Watch Live Register to Attend

On Monday, May 17th, IPI together with the African Leadership Centre, King’s College London, is pleased to invite you to the launch of the book Whose Peace are We Building? Leadership for Peace in Africa, authored by Dr. Youssef Mahmoud with Dr. Albert Mbiatem. Following the book presentation, there will be a panel discussion and Q&A.

Remarks will begin at 6:00am PST / 9:00am EST

table {border: 1px solid #606060;} Live Broadcast | Watch on

Refresh this window at the scheduled time to watch the video.

What is the relationship between leadership and peace? What kind of leadership styles, processes, and strategies are required to gain a deeper understanding of local context while at the same time maintaining the trust and cooperation of host authorities and other stakeholders on the ground? As concerns mount about the continued relevance and efficiency of UN peace operations, Dr. Youssef Mahmoud–who led several challenging peace missions in Africa–draws on many years of experience to offer insights into how leadership might be exercised to help restore and nurture peace.

Dr. Mahmoud makes the case for a paradigm shift in the type of leadership required to bring about strong, global diplomacy for peace. Making extensive use of the authors’ unique personal experiences in Burundi, Central African Republic, and Chad, the book offers an informed insight into the leadership challenges of complex conflict and post-conflict situations.

Speakers:
Dr. Youssef Mahmoud, IPI Senior Adviser
Dr. Albert Mbiatem, African Leadership Centre (ALC) alumnus and member of ALC’s Central Africa Hub

Discussants:
Amb. Fatima Kyari Mohammed, Permanent Observer of the African Union to the UN
Amb. Ahmedou Ould-Abdallah, Former UN Special Envoy to Burundi and President of the Centre for Strategies and Security for the Sahel Sahara (Centre 4s)
Prof. ‘Funmi Olonisakin, Member of the Advisory Group of Experts for the 2015 Review of the Peacebuilding Architecture, Vice-President & Vice-Principal (International) and Professor of Security, Leadership, and Development at King’s College London
Mr. Oscar Fernandez-Taranco, UN Assistant Secretary-General for Peacebuilding Support, DPPA-DPO

Moderator:
Dr. Adam Lupel, IPI Vice President and Chief Operating Officer

Tchad : le décès du président Idriss Déby risque-t-il de déstabiliser un peu plus la région ?

IRIS - Thu, 22/04/2021 - 17:13

Ce mardi 20 avril 2021, le président tchadien Idriss Déby, au pouvoir depuis 30 ans, est décédé suite à des blessures reçues au combat. Cet événement a surpris le monde entier, générant de nombreux questionnements quant à l’avenir politique et sécuritaire du Tchad, ainsi que la stratégie française dans la région. Le point avec Caroline Roussy, chercheuse à l’IRIS, en charge du Programme Afrique/s.

Après 30 ans au pouvoir et une récente réélection, le président tchadien Idriss Déby est décédé le mardi 20 avril 2021 suite à des blessures reçues au combat. Que retiendra-t-on de ce président ?

Idriss Déby Itno venait d’être réélu pour un sixième mandat avec près de 80% des voix. Assez paradoxalement, ce 20 avril, alors qu’il s’agissait sinon de commenter du moins d’observer sans étonnement les bons chiffres égrenés par la CENI, en quelques heures, il s’est agi de tenter de comprendre dans quelles circonstances le président Déby est décédé et quels sont les impacts de son décès tant pour le Tchad que pour le Sahel et l’Afrique centrale. S’il est difficile de dresser un bilan des trente années au pouvoir d’Idriss Déby sur les plans économique et social, et ce en dépit du développement de la manne pétrolière qui a plus sûrement servi à l’achat d’armes qu’à développer son pays (IDH : 187e pays sur 188), le défunt président a à son crédit le fait d’avoir mis en place une armée solide, crédible et bien formée dans un environnement largement hostile, rappelant qu’Idriss Déby était avant tout un chef de guerre. En mars 2020, suite au décès de quelque 90 de ses soldats il lançait l’opération Colère de Bohama, dont il avait pris la tête et qui aurait tué 1000 djihadistes de la mouvance terroriste Boko Haram. Le maréchal Idriss Déby Itno (MIDI) avait pu capitaliser sur ces forces de défense et de sécurité (FDS estimées entre 40 000 et 65 000) et en tirer des dividendes politiques évidents notamment vis-à-vis de ses partenaires étrangers au premier rang desquels la France. Le pragmatisme avait cédé à la cécité, sinon à la complicité, quant à l’organisation d’un processus de démocratisation de façade, Déby s’étant présenté, après avoir neutralisé ses principaux opposants, le 11 avril pour un 6e mandat.

Idriss Déby a été un allié de la France – au demeurant largement soutenu lorsque son pouvoir a été mis en difficulté par des factions rebelles (bombardement d’une colonne en 2019) – laissant ressurgir des manières de faire digne de la Françafrique. Si le Tchad était un allié pilier du G5 Sahel, il était un allié toutefois quelque peu gênant, peu sourcilleux des droits de l’Homme, ce qui peut-être avait décidé le président de la République, Emmanuel Macron, invoquant la situation sanitaire de ne participer qu’en visioconférence au dernier Sommet du G5 Sahel organisé à N’Djaména afin de ne pas figurer sur la photo de famille. C’est toutefois non sans stupéfaction qu’il salue dans un communiqué la perte d’« un ami courageux », un ami n’ayant pas hésité à commettre des exactions, à enfermer ses opposants, etc.,  et qu’il se rendra à ses funérailles, vendredi 23 avril, dans un contexte national instable sujet à des suspicions de coup d’État.  En effet, un conseil militaire de transition, présidé par Mahamat Idriss Déby, fils du président défunt, a été mis en place, en contravention de la Loi fondamentale qui en pareille circonstance prévoit que le président de la République décédé soit remplacé par le président de l’Assemblée nationale et que sous 45 à 90 jours, une élection soit organisée (article 81 de la Constitution). Néanmoins, les dispositions prises pour assurer la succession du clan Déby semblent avoir été savamment millimétrées et l’Assemblée nationale a été dissoute.

Sonné par ces nouvelles et la confusion régnante, le dernier Premier ministre du Tchad (2016-2018) et candidat à la présidentielle 2021, Albert Pahimi Padacké, avec lequel nous avons pu nous entretenir, appelle toutefois à faire front commun contre « la pieuvre islamiste de Boko Haram ».  Succès Masra, président du parti des Transformateurs, et qui fut empêché de se présenter à la présidentielle en raison de son âge – 38 ans tandis que le fils de Déby en a tout juste 37… –  a présenté ses condoléances. Il a par la même diffusé un message de paix, en disant s’opposer à « une transmission dynastique du pouvoir, craignant le chaos d’une solution militarisée jusqu’au-boutiste » [1]. Sur TV5-Monde, il a tenu un discours sans concession pour sortir du logiciel françafricain qui prévaut dans son pays, au mépris des droits de l’Homme, et ce en vue de respecter la constitution et de l’alternance démocratique, dénonçant un coup d’État[2] . Alors que la rébellion est loin d’avoir été matée, que des opposants politiques, des membres de la société civile ainsi que des généraux contestent âprement le coup d’État imposé par le clan Déby, le président Macron opte pour une solution qui l’enferme dans le piège de la Françafrique dont il souhaite ou émet le souhait de s’extraire.

Face à ce décès inattendu, quelles questions peut-on se poser quant à l’avenir de la situation au Tchad ?

Tout le monde est en train d’absorber le choc de l’annonce du décès d’Idriss. Ce décès prématuré comme évoqué précédemment pose de nombreuses questions. Les FACT (forces pour l’alternance et la concorde au Tchad), bien qu’ayant des bases de repli en Libye ou au Niger, et avec un engagement jamais démenti contre le régime Déby depuis plusieurs décennies, ne compteraient qu’entre 1 500 à 3 000 combattants dans leurs rangs, alors que l’armée d’Idriss Déby dénombrerait, quant à elle entre 40 à 65 000 soldats. Le rapport de force était donc plutôt favorable au maréchal, d’où la question de savoir aujourd’hui : est-il mort au front de manière héroïque ou a-t-il été victime d’un coup d’État ? Une version, qui semble plus renseignée, émerge selon laquelle Déby chef de guerre aurait souhaité négocier avec les rebelles et aurait été tué d’une balle au cours desdites négociations. Le temps seul permettra de savoir ce qu’il s’est effectivement passé.

À ce jour, l’une des grandes inquiétudes qui ouvre un cycle d’instabilité est de savoir s’il n’y a pas un risque d’implosion du pays, dont la cohésion avait été maintenue certes de manière artificielle par l’autoritarisme et la main de fer du défunt président. Les hypothèses d’un délitement et d’exactions intercommunautaires ne sont pas à négliger, dans un contexte de confusion dont les terroristes pourraient à chercher à tirer profit.

 

Après un tel événement, quid de Barkhane et des relations franco-tchadiennes ?

L’armée d’Idriss Déby était une des armées les plus solides de la région, sur laquelle la France s’appuyait, tout comme elle peut compter sur la Mauritanie. Il avait été décidé lors du Sommet de N’Djamena en février que 1 200 soldats tchadiens soient déployés dans la zone dite des « trois frontières » (Mali, Burkina Faso, Niger), et que le nombre de soldats français sur le terrain, soit le surge (déploiement) de 1 100 militaires supplémentaires décidé lors du sommet de Pau en 2020, soit revu à la baisse, en vue d’une invisibilisation progressive de Barkhane. Si cette question, d’une baisse des effectifs français, avait été remisée lors du Sommet de N’Djamena, en raison de la redistribution stratégique des théâtres d’opération : 1. « décapitation » des groupes djihadistes affiliés à AQMI au Mali par Barkhane et les Famas et 2. sécurisation des trois frontières par le Tchad, après un démantèlement partiel de l’EIGS par Barkhane au cours de l’année 2020.

Le décès du président tchadien semble remettre en cause une énième fois la stratégie française dans la région, démontrant suffisamment l’adoption d’une tactique des petits pas. Ce qui est certain, c’est que ce décès ouvre un cycle d’instabilité sur le plan intérieur, mais également dans la sous-région considérant qu’elle est déjà en très grande difficulté et que les 1200 soldats seront peut-être nécessaires à la sécurisation sur le plan intérieur du Tchad. La France perd un allié sérieux dans l’élaboration de sa stratégie au Sahel, tandis qu’elle est en difficulté dans la mise en place de la Task Force Takuba. Le plan prévisionnel entre européanisation et sahélisation des solutions prend l’eau et c’est Barkhane qui risque une nouvelle fois de trinquer, à un an de la présidentielle française. Le maître des horloges semble décidément contraint par la temporalité des événements.

Plus généralement, même si le Tchad n’est pas un des pays qui accueille une base permanente de l’armée française en Afrique, N’Djamena est un des trois points d’appui permanent de Barkhane au Sahel et la France dispose également de deux emprises militaires à Abéché dans l’Est du Pays et à Faya-Largeau au Nord. D’autant que le Tchad est le pays qui dispose de l’armée la plus capable au sein du G5 Sahel, un allié irremplaçable dans la stratégie française tant dans la période actuelle que dans la stratégie de sortie de crise au Mali qui repose sur la solidité du G5 Sahel. À tout le moins, c’est bien une période d’incertitude qui s’ouvre.

 

[1] https://www.facebook.com/succes.masra, 20 avril 2021

[2] https://www.youtube.com/watch?v=xvFkLfGShlo , 21 mars 2021

À propos de « Décider et perdre la guerre » de François Cailleteau

IRIS - Thu, 22/04/2021 - 15:13

François Cailleteau, qui a fini sa carrière militaire comme chef du contrôle général des armées, est l’un des plus fins analystes des questions militaires en France. Il avait publié en 2011 un livre sur les guerres de contre insurrection « Guerres inutiles ? Contre insurrection, une analyse historique et critique » qui à mes yeux reste aujourd’hui encore une lecture indispensable pour comprendre pourquoi la plupart des interventions militaires occidentales ont été de gigantesques échecs malgré un rapport de force censé être ultra-favorable.

 

Son nouveau livre est consacré aux guerres qui ont été perdues par ceux-là mêmes qui les avaient déclarées. François Cailleteau souligne qu’on a décapité Louis XVI, peu guerrier et généralement vainqueur, et pas Louis XV qui a pourtant perdu beaucoup de guerres, sans parler de Napoléon qui figure au plus haut du Panthéon national et qui a laissé une France bien rabougrie par rapport à celle que la République lui avait léguée, et causé la mort de nombre de Français.

 

Il y a plusieurs péchés capitaux. Le premier, de viser à côté de la plaque. Par exemple s’engager en Russie sans avoir réglé la question espagnole pour Napoléon, ou de mettre sur pied une armée de taille incompatible avec les possibilités de la logistique.

Le second est de se lancer dans des actions en décalage avec les réalités ou les moyens dont on dispose. Comme déclarer la guerre à l’Allemagne en 1939 alors que l’armée française n’est pas prête.

Partir d’un cœur léger est le troisième piège. Entrer en guerre sans réflexion et sans véritables buts de guerre clairement identifiés, à l’instar de ce que fit Napoléon III au Mexique dont il paiera le prix, ou lorsqu’il commit une autre erreur catastrophique en déclarant la guerre à la Prusse en 1870.

Quatrième péché, s’entêter dans l’erreur comme le firent les empires russe et austro-hongrois dans la deuxième partie du XIXe siècle, pour être souvent conseillés par des courtisans qui n’étaient que des pousse-au-crime. Pour François Cailleteau, la concentration du pouvoir va conduire à la décision fatale pour les deux empires de se battre pour un sujet futile : le niveau des sanctions appliquées à la petite Serbie, 3 millions d’habitants à l’époque.

Enfin, cinquième faille : la folie des grandeurs, que l’on qualifierait aujourd’hui d’hubris, qui a souvent été la source de décisions catastrophiques. À cet égard, la volonté de Napoléon d’établir un blocus contre l’Angleterre au lieu de s’accommoder de son existence l’a conduit à prendre des décisions qui ont augmenté la popularité de la France dans les pays conquis et qui l’ont lancé dans les guerres catastrophiques espagnole et russe. Il estime qu’il aurait mieux fait d’accepter un condominium franco-britannique. François Cailleteau arrive d’ailleurs à mettre en doute le caractère de stratège génial que la légende a bâti autour de Napoléon. Les décisions allemande d’entrer en guerre contre l’Union soviétique ou japonaise de s’attaquer aux États-Unis, relèvent également de ces erreurs manifestes.

 

Quels sont les enseignements que François Cailleteau tire des multiples exemples qu’il cite ? La dissuasion nucléaire a modifié la donne, la France se voit garantir la sauvegarde de la patrie face à une agression potentielle. Faut-il intervenir en dehors de ce sanctuaire ? L’auteur n’élimine pas a priori toutes possibles interventions, encore faut-il éviter les décisions prises dans l’urgence sous l’effet de leaders d’opinion, plus habiles à susciter l’émotion qu’à pousser la réflexion et avec une connaissance trop sommaire du milieu dans lequel on intervient. Quel est le but ? Avons-nous les moyens de l’atteindre ? Enfin, comment finirons-nous ? Il est préférable de répondre à ces trois questions avant de lancer une intervention.

On appréciera les multiples exemples historiques fournis par l’auteur, la globalité de sa réflexion et la causticité de son écriture.

 

Port de Beyrouth convoité par la Chine : « Notre sécurité économique et militaire est menacée »

IRIS - Wed, 21/04/2021 - 16:58

Après les déplacements successifs d’Emmanuel Macron à Beyrouth, si le port de la capitale était racheté par les Chinois, dans quelle mesure la diplomatie française serait-elle ébranlée ? 

Non seulement la diplomatie française en serait ébranlée mais cela évincerait définitivement les Occidentaux de la région. Si l’on exclut Israël qui reste l’un des derniers arrimages sur lequel Washington et Bruxelles peuvent encore compter, la Syrie est, elle, un quasi-protectorat russo-iranien et la Turquie d’Erdogan a définitivement tourné le dos à l’Union européenne. Or, cette région est, comme l’ensemble du pourtour méditerranéen, vitale pour notre sécurité. Si les Chinois s’en emparent, notre sécurité d’abord économique puis militaire risque de ne plus être respectée. Rappelons que la stratégie des Nouvelles Routes de la soie initiée par Pékin vise à neutraliser les points névralgiques et de passage pour ses seuls intérêts. En cela, le projet chinois est hégémonique et donc dangereux. Le contrôle de Beyrouth lui permettrait d’établir un continuum entre Le Pirée, en Grèce, et l’Égypte notamment qui tend à devenir avec l’Iran les deux pays privilégiés, en termes d’investissements, par la diplomatie chinoise du moment. Beyrouth est par ailleurs la principale porte d’entrée au Proche-Orient. Une majeure partie des importations pour l’ensemble de la région transite par ce port et la Chine y est déjà très présente puisque 40 % des importations pour le seul Liban proviennent précisément de l’Empire du milieu.

Au vu de la prédominance de la Chine à Beyrouth, le Hezbollah, opposé depuis le début à l’intervention française, risque-t-il d’œuvrer contre la France, surtout après le pacte fraîchement signé entre Pékin et Téhéran ?

Absolument et l’achat du port de Beyrouth réactiverait une alliance chiite aujourd’hui en souffrance. Les accords commerciaux signés en mars dernier à Téhéran par Wang Yi, le Ministre chinois des Affaires étrangères, de plus de 400 milliards de dollars dans des domaines aussi variés que les infrastructures ou l’agriculture vont redynamiser cette alliance. Pékin concrétise ainsi sa stratégie de revers avec un risque de sanctuariser à son profit l’ensemble de la région. Le Hezbollah n’a cessé durant ces derniers mois de soutenir la rhétorique viscéralement anti-française d’un Erdogan au sujet des caricatures de Charlie Hebdo. Ce « french bashing » s’étend aujourd’hui au Pakistan là même où la Chine entend renforcer sa présence. Ce que l’on dit moins par ailleurs, c’est que ces accords commerciaux avec l’Iran et ses affidés sont assortis de projets de coopération sur le plan militaire. De toute évidence, les rapports de force dans la région vont changer.

En quoi le port de Beyrouth représente-t-il un espace stratégique dans la région ?

Outre son intérêt sur le plan économique comme nous l’avons dit plus haut, il teste notre capacité à nous Européens de nous projeter encore sur le plan stratégique et à nous, Français, de conserver un lien avec un pays qui fait entièrement partie de notre imaginaire et de notre histoire. Doit-on rappeler ce que cette perte signifierait aussi pour les chrétiens du Liban ? Cela serait un lâchage et la manifestation d’une incohérence. Car si nous condamnons, et à juste titre, les exactions commises par les autorités chinoises contre les musulmans ouïgours, cela signifierait d’une manière paradoxale et terrible que nous sommes incapables d’aider des gens qui nous sont proches et de surcroît pour beaucoup francophones. Il faut organiser un plan Marshall pour ce pays. Autant nous avons été en capacités de repousser à Sines au Portugal les offres chinoises pour la zone portuaire, autant nous devons également être en mesure de le faire dans un périmètre qui engage également notre propre avenir.

Comment analyser la stratégie agressive de la Chine en Méditerranée orientale après l’achat du port de Pirée à Athènes ? 

Elle n’est pas qu’orientale puisque la Chine a signé aussi des MOU avec l’Italie et le Portugal pour un certain nombre de projets liés aux Nouvelles Routes de la soie. La Chine comme la Turquie ou la Russie profitent tout simplement de nos vulnérabilités. Elle agit par capillarité dans ses choix, lesquels s’apparentent fort à la « stratégie du Lotus ». Belle parabole qui pour les disciples de Sun Zi désigne la capacité d’un chef de guerre avisé de positionner ses troupes d’élite au cœur même du dispositif adverse, là où l’ennemi est vulnérable par orgueil, et de les faire éclore, tels les pétales de la fleur de lotus, pour le submerger et sanctuariser ainsi les zones convoitées.

La Chine utilise aujourd’hui une diplomatie commerciale au Moyen-Orient. Si elle reste moins influente que l’Europe, se placer ainsi sur les ports n’est-il pas un prépositionnement dans la résolution des problématiques guerrières ?

C’est une logique de comptoirs comme celle qu’adoptèrent les Britanniques. Un port est la manifestation d’une présence et outre sa vocation commerciale, il peut à tout moment être utilisé à des fins militaires. Voyez Djibouti. Demain peut-être Gwadar au Pakistan ou encore les ports de l’Asie du Sud-Est comme ceux du Cambodge ou en Birmanie. Ce que l’on observe en Méditerranée est observable dans le Golfe du Bengale et dans l’Océan Indien. C’est une stratégie de revers qui s’applique d’une manière universelle. L’Indopacifique, contre-projet aux Nouvelles Routes de la soie, devrait couvrir un plus large spectre. Il commence évidemment par la Méditerranée. Et nous devons davantage y penser.

L’actuel premier ministre Saad Hariri est habituellement rangé du côté de Ryad et donc des Occidentaux. Toutefois si les Chinois prenaient le contrôle du port, cela signifierait-il que le pouvoir libanais perd pied au profit de l’arc chiite ?

Il faut relativiser l’analyse très culturaliste que peut avoir à ce sujet un Gilles Kepel. Selon lui, nous nous acheminerions aux Proche et Moyen-Orient à un retour supposé d’une configuration géopolitique bipolaire, avec d’un côté un monde « abrahamique » associé aux États-Unis, et de l’autre un agrégat d’États musulmans non-Arabes jouant la carte chinoise et celle de son partenaire russe. Oui, il existe un apparentement entre la Chine, l’Iran et le Hezbollah. Pour autant, Ryad entretient aussi des relations de très grande proximité avec Pékin. Qu’est-ce à dire ? Que les logiques binaires ne sont plus aussi marquées comme elles le furent jadis et que nous assistons à des découplages à la fois stratégiques et économiques. Bienvenue dans un monde complexe ! C’est le règne du désordre et de l’opaque qui prévaut. Il va nous forcer à devenir plus intelligents.

 

Propos recueillis par Pierre Coudurier pour Marianne.

« Le piège africain de Macron » – 4 questions à Pascal Airault

IRIS - Wed, 21/04/2021 - 16:26

N’y a-t-il pas un « en même temps » africain de la part de Macron ?

La Macronie a tendance à penser le « en même temps », en France comme en Afrique. D’ailleurs, dans l’esprit d’Emmanuel Macron, les deux théâtres sont intiment liés de par notre histoire coloniale, nos relations économiques et culturelles et la présence de nombreux binationaux, sur les deux rives de la Méditerranée. Dès son arrivée au pouvoir, le chef de l’État a repensé sa politique africaine en s’adressant aux Français d’origine africaine. Il a créé en août 2017 un Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA) d’une dizaine de personnes, pour la plupart binationales et issues de la société civile, pour dépolitiser la relation avec le continent. Ces personnalités ont été invitées à être disruptives dans leurs propositions, chacune dans son domaine de prédilection (diasporas, santé, éducation, sport, médias, banques, urbanisme…). Ce « mini think tank » à usage présidentiel devait permettre de court-circuiter des administrations enkystées dans des relations traditionnelles avec le continent. L’obsession du Président auprès de ses collaborateurs se résume à changer l’image de la France en Afrique et le regard des Français « de souche » sur l’Afrique et les Africains. Mais on ne balaye pas cinquante ans de politique africaine d’un revers de main ou d’un coup d’ardoise magique.

En France, les personnalités cooptées par le Président pour écrire un nouveau récit national avec l’Afrique sont souvent hors d’atteinte de « ceux qui n’ont pas les codes » que possèdent, eux, les activistes qui impulsent les ressentiments envers la France dans les capitales de l’ex pré carré. En Afrique, les tentatives de renouveau sont reléguées au second plan par les opérations militaires en cours. Cela brouille les avancées faites sur le plan mémoriel, la restitution du patrimoine africain, les voyages culturels et économiques au Nigeria, en Éthiopie ou au Kenya. On peut difficilement incarner la rupture si l’on reste coincé dans cette logique et soumis au poids du lobby militaro-industriel d’autant que cela implique des alliances avec des régimes pas toujours démocratiques. C’est le cas du Tchad d’Idriss Deby qui a monnayé cher son soutien à la lutte contre le terrorisme au Sahel. En échange, il a bénéficié d’une protection française contre ses propres rébellions. L’Élysée n’a pas non plus réussi à couper le lien monétaire avec les pays de la zone Franc incarné par le Franc CFA. Ses homologues africains ne veulent pas tenter l’aventure de la souveraineté monétaire et préfèrent le confort de la parité avec l’euro, même si la France s’est retirée des instances de gouvernance de la monnaie ouest-africaine.

Y a-t-il une bataille entre l’Agence française de développement (AFD) et le Quai d’Orsay ?

C’est une vieille bataille entre développeurs et diplomates qui n’a fait que s’amplifier après la réforme de la coopération sous Édouard Balladur puis la suppression du ministère de la Coopération et de son siège, rue Monsieur, vendu… à la Chine. L’AFD s’est progressivement émancipée de ses tutelles, même si elle reste sous la coupe du Quai d’Orsay et de Bercy. Elle a aussi gagné une forme d’indépendance financière vis-à-vis des pouvoirs publics. La plupart de ses aides sont des crédits bonifiés accordés aux États qu’elle réussit à mettre en œuvre grâce aux subventions publiques et surtout sa capacité à lever des fonds auprès de l’Union européenne et des marchés. L’AFD est aujourd’hui une banque publique pour les États, une banque privée pour les entreprises, une agence de conseil et de réflexion pour l’Élysée, un cabinet de conseil pour les entrepreneurs avec l’absorption d’Expertise France. Elle gagne généralement les arbitrages financiers au détriment du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères qui a conservé une direction de la mondialisation, reliquat de l’ancienne Coopération. Mais ses agents sont souvent moins bien rémunérés qu’à l’AFD et surtout les diplomates français, sur le terrain, n’ont plus les moyens de leur politique, hormis quelques bourses et décorations à accorder dans leur pays de représentation.

Nos débats internes sur les caricatures, le voile et le séparatisme ont-ils un impact en Afrique ?

C’est une évidence. Dans une Afrique mondialisée et encore très connectée à la France et à ses médias, du moins dans les pays francophones, les attentats du professeur Samuel Paty et des fidèles de la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice ont eu un écho important. Les États au sud de la Méditerranée ont condamné ces attentats. Les modernistes et les libéraux, horrifiés par ces crimes, ont apprécié le discours de fermeté, quelques jours plus tôt, du président Macron aux Muraux. Mais d’autres, traversés par une opinion conservatrice et religieuse, n’ont pas apprécié la prise de parole du chef de l’État français, qui a dit ne pas vouloir renoncer aux caricatures. Ses propos, surrelayés sur les réseaux sociaux, sont perçus comme une insulte au prophète au moment où certains dessins étaient republiés et des débats étaient ouverts à l’école sur le sujet.

Pour apaiser les esprits, le président français a donné une longue interview à la chaîne qatarie Al-Jazeera. Il a dit comprendre que les caricatures puissent « choquer ». Dans la foulée, il a aussi mobilisé la presse anglo-saxonne pour « lever les malentendus » sur le modèle français de laïcité. Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a été chargé de poursuivre dans les pays d’Afrique du Nord le travail d’explication sur la liberté d’expression « à la française ».

Au Maroc, un communiqué des Affaires étrangères avait affirmé que « la liberté d’expression ne saurait, sous aucun motif, justifier la provocation insultante et l’offense religieuse de la religion musulmane ». En Algérie, c’est le haut conseil islamique qui avait fustigé « une campagne virulente » en France contre l’islam, tandis qu’en Libye des dizaines de personnes ont brûlé, à Tripoli, une effigie d’Emmanuel Macron et un drapeau français. L’Afrique subsaharienne, en particulier au Sénégal et au Mali, a également connu des grands rassemblements pour protester contre l’« islamophobie » et les caricatures du prophète Mahomet dans les médias européens. En 2015 déjà, la publication par Charlie Hebdo, à la une de son premier numéro après les attentats contre leur journal, d’une caricature du prophète avait entrainé de violentes manifestations au Sénégal. Au Niger, la venue à Paris du président nigérien, Mamadou Issoufou, pour la grande marche « Je suis Charlie », avait été dénoncé par les religieux et l’opposition, lui reprochant de soutenir des caricatures blasphématoires… Ce pays avait vécu ensuite deux journées très violentes à Zinder et à Niamey au cours desquelles des églises, des bars, le siège d’Orange et le Centre culturel français de Zinder avaient été saccagés. C’était la première fois au Niger que la religion chrétienne était attaquée si violemment. Pour une majorité de musulmans et même dans beaucoup de pays anglo-saxons, le principe de la libre expression s’arrête aux portes de la religion.

Emmanuel Macron ne surestime-t-il pas l’influence qu’il peut avoir sur Kagamé et l’amélioration possible des relations entre la France et le Rwanda ?

Je ne pense pas. Il connaît maintenant le personnage qu’il a rencontré à plusieurs reprises, dont lors d’un long tête à tête en septembre 2017 en marge de sa participation à sa première Assemblée générale de l’ONU. Emmanuel Macron a adopté dès le départ une méthode de travail avec Kagamé : la coopération sur les sujets d’intérêt commun comme la réforme de l’Union africaine, la digitalisation de l’Afrique, l’accès à la santé, le développement économique… Cela a permis à la France d’obtenir la neutralité de Paul Kagamé sur les opérations au Sahel lorsque ce dernier a assuré la présidence de l’Union africaine en 2018. Les deux dirigeants ont aussi coopéré étroitement pour favoriser la transition en République démocratique du Congo même si le président arrivé au pouvoir, Félix Tshisekedi, n’était pas leur choix initial.

La commission d’historiens dirigée par Vincent Duclert a remis, le 26 mars 2021, un rapport sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi. Il vient valider la thèse promue par le régime rwandais depuis 1994, celui de la responsabilité politique française dans les évènements qui ont conduit au génocide, même s’il dédouane les dirigeants de l’époque et les militaires français de toute participation directe, particulièrement lors de l’opération militaro-humanitaire « Turquoise ». La clôture par la justice française du procès en 2020 sur l’attentat de l’ex-président du Rwanda, Juvénal Habyarimana, dans lequel des proches de Paul Kagamé étaient concernés, a aussi ouvert la voie à la normalisation des relations politiques. Celle-ci devrait intervenir lors du déplacement d’Emmanuel Macron au Rwanda d’ici le mois de juin, le premier depuis celui de Nicolas Sarkozy à Kigali en 2010.

Les élections fédérales allemandes de 2021 : quel programme pour les Verts en matière de défense ?

IRIS - Wed, 21/04/2021 - 13:07

Alors que les élections fédérales allemandes se tiendront le 26 septembre prochain, Annalena Barebock vient d’être désignée comme cheffe de file du parti Vert allemand (Bündnis 90/Die Grünen). L’occasion de faire le point sur le programme des Verts en matière de défense et de sécurité alors que ceux-ci pourraient se voir confier le portefeuille des Affaires étrangères ou de la Défense selon le jeu des coalitions. Le point avec Gaspard Schnitzler, chercheur à l’IRIS.

Alors que depuis les élections fédérales de 2017 une « grande coalition », rassemblant l’Union chrétienne-démocrate (CDU), l’Union chrétienne-sociale (CSU) et le Parti social-démocrate (SPD) est à la tête de l’Allemagne, les Verts pourraient bien faire leur retour dans le prochain gouvernement allemand et se voir confier le portefeuille des Affaires étrangères ou de la Défense. Un tel scénario est-il probable ?

En effet, les derniers sondages outre-Rhin donnent en moyenne l’Union (CDU/CSU) gagnante aux prochaines élections fédérales, avec 29% des intentions de vote, juste devant les Verts, crédités de 21% des intentions de vote et loin devant le SPD (15,5%). Ces chiffres confirment la tendance à l’œuvre ces dernières années : alors que les résultats des partis gouvernementaux (CDU/CSU et SPD) n’ont cessé de chuter, passant de près de 50% des voix en 1983 à environ 33% lors des élections de 2017 pour la CDU/CSU, et de 43% au début des années 1980 à 20,5% en 2017 pour le SPD, le score des Verts a quant à lui fortement progressé, passant de 5% en 1990 à près de 9% en 2017 (avec un pic à 10,7% lors des élections de 2009). Par ailleurs, les Verts participent déjà à 11 des 16 gouvernements régionaux (Landesregierungen) et viennent de remporter en mars 2021 pour la seconde fois les élections régionales d’une des régions les plus stratégiques d’Allemagne, le Bade-Wurtemberg, avec 32,6% des voix. Dès lors, la constitution d’une coalition gouvernementale incluant les Verts semble plus que probable, que ce soit sous un format « noir, rouge, vert » (soit CDU/CSU, SPD, les Verts) ou « Jamaika » (CDU/CSU, FDP, les Verts). Dans un tel scénario, si la CDU/CSU reste majoritaire et qu’elle forme une coalition avec les Verts ces derniers auront le poste de ministre des Affaires étrangères, ainsi que le veut la tradition en Allemagne (le parti minoritaire dans la coalition obtient les Affaires étrangères et le parti majoritaire la Défense). Mais cela ne veut pas dire que les Verts ne seront pas influents dans le domaine de la défense. La constitution de coalitions en Allemagne donne toujours lieu à des négociations dont les résultats sont consignés dans un contrat de coalition (Koalitionsvertrag), qui permet aux partis concernés de s’accorder sur un programme commun pour la législature à venir. Or, on se souvient que dans le contrat de coalition actuel le SPD avait mis en avant la question du contrôle des exportations d’armement pour se distinguer de la CDU/CSU. Il ne fait dès lors aucun doute que les exportations d’armement, les opérations extérieures, l’OTAN, la PSDC, ou les programmes d’armement structurants (Eurodrone, SCAF, MGCS…) seront au centre des futures négociations en cas de coalition CDU/CSU-Verts.

Mi-mars, les Verts ont publié leur programme prévisionnel pour les élections de septembre, qui devra être définitivement adopté à l’occasion de la conférence du parti qui se tiendra du 11 au 13 juin. Que révèle-t-il de la ligne politique du parti en matière de politique de défense et de sécurité ? Cette dernière a-t-elle évolué ?

Le positionnement des Verts sur les questions de défense et de sécurité souffre du clivage  entre deux tendances idéologiques opposées au sein du parti : les Fundis (ou « fondateurs »), ancrés à gauche, de tradition pacifiste, anti-militaristes et anti-OTAN (ils se rapprochent sur ce point de la ligne politique du parti Die Linke), et les Realos (ou « réalistes »), plus libéraux, en faveur d’une politique de défense « pragmatique » qu’ils souhaitent à la hauteur des responsabilités qui incombent à l’Allemagne. C’est avant tout cette ligne politique, à laquelle appartient d’ailleurs la tête de liste du parti aux prochaines élections fédérales Annalena Baerbock, qui a pris le dessus ces dernières années.

Ainsi, à titre d’exemple, alors que les Verts étaient traditionnellement opposés aux interventions armées de la Bundeswehr « hors zone » (soit en dehors du territoire national et des pays de l’OTAN) et en dehors d’un cadre « humanitaire », la position du parti a progressivement évolué, notamment avec la nomination de Joschka Fischer au poste de ministre des Affaires étrangères (1998-2005). Ce dernier autorisa le premier déploiement coercitif de la Bundeswehr (dans le cadre de l’opération Allied Forces de l’OTAN en 1999) et par la suite l’intervention allemande en Afghanistan (2001). La rupture avec les racines pacifistes du parti est définitivement entamée en 2002 lorsque les Verts inscrivent dans leur programme que les opérations militaires hors du champ traditionnel d’action de la Bundeswehr sont « légitimes » dès lors qu’elles se font sous mandat de l’ONU. Depuis, le parti a voté à plusieurs reprises en faveur de déploiements de l’armée allemande ou du renouvellement de ses mandats (i.e. la contribution de la Bundeswehr à l’opération Irini, à la FINUL et à la MINUSMA), même s’il n’hésite pas à s’abstenir (i.e. Atalante et EUTM Mali) voire à s’opposer à certains renouvellements (i.e. Sea Guardian et Resolute Support).

Sur les 136 pages du programme prévisionnel des Verts, 5 sont consacrées aux questions de défense et de sécurité, sous le titre « Nous défendons la paix et la sécurité » (pages 130 à 134). Centré sur la paix, ce chapitre prévoit notamment d’accorder davantage de moyens à la prévention des conflits, de renforcer le rôle des femmes dans le domaine de la politique étrangère et de sécurité conformément à la résolution 1325 de l’ONU (dite « Femme, paix, sécurité »), ainsi que de développer le rôle du Conseil de l’Europe et de l’OSCE. Il prône également le désarmement nucléaire, la limitation des exportations d’armes ainsi que le renforcement de leur contrôle (i.e. instauration d’un droit de recours pour les ONG, transfert des compétences en matière de contrôle du ministère de l’Économie vers le ministère des Affaires étrangères). Enfin, le programme des Verts prévoit de soumettre l’usage de capacités cyberoffensives par la Bundeswehr au contrôle du Bundestag, de mieux encadrer les déploiements de la Bundeswehr et de moderniser cette dernière.

Que peut-on/doit-on retenir de ce programme ?

En matière de politique de défense et de sécurité, un élément me semble essentiel à retenir : l’ambiguïté des propositions qui reflète le clivage au sein du parti entre la branche originelle et celle plus progressiste. En effet, si les thèmes habituellement chers aux Verts sont bien présents (le désarmement nucléaire, le contrôle des exportations, l’OTAN, les opérations extérieures…), le positionnement alterne entre une ligne dure, qui semble difficilement compatible avec la perspective d’une coalition gouvernementale, et une ligne plus souple qui semble confirmer la rupture entamée et rendrait la conclusion d’un « contrat de coalition » possible. Ainsi, bien que le programme s’oppose à l’objectif de 2% du PIB de dépenses militaires qu’il qualifie d’« arbitraire », il se dit en faveur d’une loi de planification des défenses d’équipements (à l’instar de la LPM française), pour fixer à moyen et long termes les crédits alloués aux programmes d’équipements majeurs, tout en renforçant bien évidemment le contrôle du Bundestag en la matière. En matière d’armement, d’un côté le document appelle sans surprise au désarmement nucléaire, à la réduction des exportations d’armes et à la mise en place d’un contrôle des exportations d’armement au niveau européen, de l’autre il ne rejette pas catégoriquement l’usage de systèmes d’armes autonomes (tant que leur usage ne viole pas « les principes éthiques et le droit international » et qu’ils sont « soumis à un contrôle humain »). Par ailleurs, le texte prône une modernisation de la Bundeswehr afin que « les alliés puissent compter sur l’Allemagne » et n’exclut pas l’engagement de la Bundeswehr à l’étranger, dès lors qu’il « s’intègre dans un système de sécurité collective mutuelle ». Il insiste également sur la nécessité d’éviter les doublons et « de combler les lacunes capacitaires » dont souffre l’UE, appelant à davantage de « mise en commun des capacités militaires ». On peut donc s’attendre à ce que les Verts ne se prononcent pas en faveur d’un arrêt des programmes de coopération en cours en matière d’armement (MGCS, SCAF, Eurodrone…), ni ne remettent en cause l’accord franco-allemand relatif au contrôle des exportations entré en vigueur fin octobre 2019. En revanche, il n’est pas exclu que le parti soutienne une interprétation plus restrictive de cet accord, une position qui devrait néanmoins être atténuée par le passage du statut de « parti de l’opposition » à « parti de gouvernement » et qui ne se distinguerait pas tant de la position déjà soutenue par le SPD au pouvoir. Enfin, l’appartenance de l’Allemagne à l’OTAN n’est plus remise en question – le document appelle à clarifier le positionnement stratégique de l’Alliance par une analyse commune des menaces – tout comme la PSDC, qui selon les Verts « présuppose une réelle politique étrangère commune » et devrait faire l’objet d’un « contrôle parlementaire fort ».

Moving Away from Rhetoric: How to Systemically Include Youth in Peace and Climate Action

European Peace Institute / News - Tue, 20/04/2021 - 16:15
Event Video 
Photos

jQuery(document).ready(function(){jQuery("#isloaderfor-pjzghx").fadeOut(500, function () { jQuery(".pagwrap-pjzghx").fadeIn(500);});}); Download the Report

IPI and the Global Challenges Foundation cohosted a virtual policy forum on April 20th that focused on the synergies and connections between the youth, peace, and security (YPS), and climate action agendas, including how to ensure more meaningful engagement with youth leaders across the world on peace and climate governance. It also launched an issue brief on this topic.

Youth have emerged as a powerful voice in the fight against climate change, demanding transformative change to safeguard the planet. Many youth-led organizations from around the world are also engaged in initiatives to build peace and prevent violence in their communities. Youth movements are increasingly calling for their voices to be heard and for policymakers to include them in decision-making processes at the local, national, and global levels.

The following questions guided the discussion:

  • Using the YPS and climate action agendas as leading examples of youth engagement, how can youth be more systematically engaged in decision-making processes at the local, national, and global levels?
  • 2021 is a pivotal year for renewing multilateralism. How can we use the alignment in the Security Council on climate change and the upcoming COP26 and Stockholm+50 Conference to transform governance structures that have excluded youth?
  • What do donors need to do differently for funding to be accessible to youth-led organizations?
  • How do we better engage youth as experts in building evidence, gathering data, and developing case studies on the synergies between peace and climate action?

This event brought together stakeholders from governments, the United Nations, and civil society, ensuring intergenerational and inclusive participation.

Opening Remarks:
H.E. Dr. Zeid Ra’ad Al Hussein, IPI President

Speakers:
H.E. Ms. Inga Rhonda King, Permanent Representative of Saint Vincent and the Grenadines to the UN
H.E. Ms. Johanna Lissinger Peitz, Ambassador for Stockholm+50
Mr. Selwin Hart, Special Adviser to the Secretary-General on Climate Action and Assistant Secretary-General for the Climate Action Team
Ms. Nisreen Elsaim, Chair of UN Secretary-General’s Youth Advisory Group and Chair of the Sudan Youth Organization on Climate Change
Ms. Disha Sarkar, Ambassador for the International Youth Conference from India

Moderator:
Ms. Jimena Leiva Roesch, IPI Senior Fellow and Head of the Peace and Sustainable Development Program

.content .main .entry-header.w-thumbnail .cartouche {background: none; bottom: 0px;} h1.entry-title {font-size: 1.8em;}

Youth Participation in Global Governance for Sustaining Peace and Climate Action

European Peace Institute / News - Mon, 19/04/2021 - 18:15

View Event Coverage

Youth movements have played an increasingly prominent role in calling for action to address climate change. Many youth-led organizations are also engaged in initiatives to build peace in their communities. In global policymaking fora, however, youth remain sidelined.

This issue brief outlines the synergies between the youth, peace, and security (YPS) and youth climate action agendas. It also examines the factors that contribute to young people’s exclusion from global governance, including negative misperceptions of youth, outdated policy frameworks, lack of funding, and weak links between youth and global governance fora.

The paper concludes with recommendations for governments and multilateral institutions to better assess the links between youth, peace, and climate change and include young people in decision-making processes. Recommendations include:

  • Bridging the gap between national governments and youth organizations;
  • Bridging the gap between global governance institutions and youth organizations;
  • Systematically putting youth on the agenda of intergovernmental fora and conferences;
  • Prioritizing YPS and youth climate action within the UN Secretariat;
  • Making funding mechanisms more accessible to youth organizations; and
  • Expanding the evidence base on the intersections between youth, climate change, and peace.
a img {display:block; Margin: 0 auto;}

When industrial policy fails to produce structural transformation: the case of Ethiopia

Despite the increasing foreign investment in many African economies, their participation in trade, and the economic growth that follows from it, structural transformation has remained limited. This blog takes a look at Ethiopia’s industrial policy and argues that the government has failed to sufficiently emphasize innovation in—and technology transfer to—domestic firms, leading to minimal “upgrading” of low to high value-added activities.

When industrial policy fails to produce structural transformation: the case of Ethiopia

Despite the increasing foreign investment in many African economies, their participation in trade, and the economic growth that follows from it, structural transformation has remained limited. This blog takes a look at Ethiopia’s industrial policy and argues that the government has failed to sufficiently emphasize innovation in—and technology transfer to—domestic firms, leading to minimal “upgrading” of low to high value-added activities.

When industrial policy fails to produce structural transformation: the case of Ethiopia

Despite the increasing foreign investment in many African economies, their participation in trade, and the economic growth that follows from it, structural transformation has remained limited. This blog takes a look at Ethiopia’s industrial policy and argues that the government has failed to sufficiently emphasize innovation in—and technology transfer to—domestic firms, leading to minimal “upgrading” of low to high value-added activities.

Avoiding too little, too late: debt relief for a green and inclusive recovery

The  COVID-19  crisis  has  been  a  significant  setback  for  global  development.  In  October  2020,  the  World Bank estimated that the pandemic “could push up to 40 million people into extreme poverty” in  Africa  alone  in  2020,  “erasing  at  least  five  years  of  progress  in  fighting  poverty”  (Zeufack  et  al.,  2020: 1). Public debt — which was already unsustainable in many developing countries before COVID-19 — is increasing rapidly and constraining government responses to the health, social, and economic crises caused by the pandemic. The ability of many developing nations to mobilize resources has been hampered due to severe economic contractions,. Many are using 30 percent to 70 percent of what little  government  revenue  to  service  debt  payments  (Bárcena,  2020).  Indicative  of  a  looming  debt  crisis, there have been more credit rating downgrades for emerging markets and developing countries in 2020 than in all previous crises over the past 40 years. According to the International Monetary Fund (IMF), almost half of low-income developing countries were at high risk of debt distress or in debt distress at the end of September 2020 (IMF, 2020a). This analysis does not comprise middle-income countries, many of which are also under severe strain. Many emerging markets and developing economies are facing serious obstacles in obtaining the fiscal space to combat the virus, protect the vulnerable, and mount a green and inclusive recovery. While developed countries have been able to respond forcefully to the crisis — through fiscal policy, loans and loan guarantees to businesses, and quantitative easing policies — the responses of emerging  markets  and  developing  countries  have  been  on  average  much  smaller.  For  many  of  them,  calls  for  “building  back  better”  ring  hollow  unless  they  receive  international  support  to  do  so.  Without  a  resolute global debt relief effort, the goals set out by the international community in the 2030 Agenda for Sustainable Development and the Paris Agreement on climate change will not only be missed, but the progress made to date will be lost.

Pages