You are here

IRIS

Subscribe to IRIS feed
Institut de Relations Internationales et Stratégiques
Updated: 1 week 1 hour ago

Diaspora and Sport: Pelota and Identity in Different Communities

Wed, 12/05/2021 - 17:28

Urban, regional, and national movements around the world have long used sport to sustain and promote their identities. Large cities and regions regularly develop flagship clubs in major international sports and host regional and international events like the Olympic Games, at least partially to promote their identity in the eyes of the world. More modestly sized communities often gravitate to smaller activities through which they can find success with more limited financial investments, such as the city of Badalona’s basketball tradition embodied by Club Joventut Badalona. Perhaps most effectively, some groups successfully claim a sport as part of their own unique cultural identity and tradition, like Florence’s assertion that they developed calico fiorentino in the sixteenth century or the connection between curling and Irish nationalism.

Basque pelota offers an example of the later development and, depending on how one defines bullfighting, can claim to be the only major sport developed primarily within the borders of modern Spain. Pelota’s roots go back centuries and the sport has a complex history with numerous different varieties of competition. Its story bears similarities to that of football because both sports where not codified with standardized rules until the mid-to late nineteenth centuries, well after empires had been built and large-scale emigration commenced. As a result, while Association Football dominates, different codes exist like rugby at home in Britain, Aussie rules in a colonial setting, and American football in a post-colonial one. Pelota has a similar history, developing different modalities in Basques communities across the Spanish post-colonial world during the late nineteenth and early twentieth centuries. These international codes take on added significance because of Spain’s weakness in the period and pelota’s connection to only a portion of Spain. As Basque identity and nationalism grew in conjunction with pelota, the central government repressed that identity in favor of a centralized Castilian one ultimately epitomized by the Franco dictatorship (1939-1975). Thus, the story of Basque pelota became one of extensive variety where the diasporic communities wielded more influence in shaping the sport than is common and demonstrating the depth of that community’s interconnection across oceans and continents. This article strives to track down some of these different developments and their relationships to the international pelota community. The first section defines the basic sport, its early development, and the history of its international organization. The second half tracks several modalities of pelota, discusses how and where they developed, and strives to identify the significance of each’s history. Hopefully, the discussion will begin to explain the complexity of pelota as a Basque cultural activity as a basis for more in-depth analysis.

Definitions, Home Culture, and International Organization

At its core pelota is a game played between individuals or teams of (primarily) two facing a wall, though in some versions players face one other directly across a net or line. It is most commonly played on a frontón, a court with a high front wall and a lower wall on the left side. However, some versions use only the front wall, others use a wide variety of lengths for the court from fairly short to extremely long, still more varieties use an indoor trinquet or “closed” court that add a ceiling and right wall and carry similarities to the older courts used for real tennis, while other iterations use a particularly long outdoor place libre or open court. Similarly, players use a wide variety of equipment to strike the ball including their hands, multiple different sized wooden and string rackets, a hoop with a net, and both short and long curved baskets called xisteras. Different versions use both hard and soft balls made of rubber and leather. All told this produced over fourteen defined varieties of pelota that range from the lightning fast jai alai to the more moderate and traditional handball, and all with specific histories and connections to different Basque communities.

All of these different varieties trace their roots to the Basque Country spanning northcentral Spain and across the Pyrenees into southwestern France where the Basque people have lived for centuries and maintain their own language and culture. Basque pelota has connections to the old game of royal tennis or jeu de paume where players hit a ball across a net in indoor courts. While it faded in the eighteenth century amongst the Western European nobility, versions survived in the Basque Country where players commonly hit the ball against a front wall instead of across a net.[1] By the 1800s, it had become well established in a wide variety of forms across the region as part of rural competitions like wood chopping, sawing, and various forms of lifting and carrying that championed farm labor in ways similar to Scotland’s Highland Games.[2] Through the nineteenth century, pelota increasingly developed the characteristics of modern sport with codified rules, equipment, and competitions, even developing a trio of specialist journals through which supporters followed competitions by 1887.[3] Despite this long practice, rule codification only began in the mid to late-nineteenth century enabling international spread that generally followed the routes of Basque migration to the Americas, North Africa, and even a few sections of Southeast Asia like the Philippines.[4] Notably, however, this process was multipolar with versions of the sport traveling between countries in the Americas and from the New World back to Spain instead exclusively being codified in a European metropole and then emanating outward.

Pelota also maintained strong connections to small towns and traditional Basque life, making it a natural activity for nationalists to promote as an intrinsic aspect of Basque culture. The game brought communities together and created public spaces even as the Spanish and French governments cracked down on Basque nationalism as a threat to their own. For example, Professor González Abrisketa argues that frontons provided public spaces for Basques, predominantly men, to gather, share a passion, and follow rituals that bound them together.[5] Its competitions displayed traditionally masculine virtues of strength and passion, but also required rules and behaviors championing proper play that benefited everyone and reinforced social norms. Not coincidentally, pelota rose as a formal sport during the same decades as Sabino Arana founded the Basque Nationalist Party (PNV), the organization most central to establishing Basque nationalism and defining what it stood for. The PNV embraced and promoted pelota as both a symbol of Basque uniqueness and an avatar of its values, producing an enduring connection between the two that has brought the sport both benefits and limitations in the decades since. Subsequently, Spain was wracked with internal problems through the first half of the twentieth century. First the pseudo-democratic Restoration government gradually lost control, leading to the repressive, conservative Primo de Rivera dictatorship in 1923. 1931 saw the established of the tumultuous Second Republic, which itself collapsed into the Spanish Civil War of 1936-39, and ended in the even more repressive Franco dictatorship, which cracked down forcefully on regional identities for the next three decades. As a result, the Basque County had little freedom or resources to promote regional identity until at least the 1950s, when the Franco government began allowing sport to grow as a distraction in various forms across the country.

In contrast, Argentina had a large Basque expatriate population and experienced some of its most successful years as an independent country in the late nineteenth and early twentieth centuries. The Argentine economy boomed as British imperialists built railroads and public utilities to support meat and grain exports from the Pampas and founded banks to finance such endeavors. With this new affluence, Buenos Aires emulated European cities by embracing the arts and other European activities like football, so it shouldn’t be surprising that Argentine Basques delved into codifying and spreading their traditional game of pelota. As a result, when groups of enthusiasts first established the Federación Internacional de Pelota Vasca (FIPV) in 1929, the Spanish and Argentine federations played lead roles in a process actually started in Buenos Aires. When the new organization met a second time in March of 1930 to establish statues, they did so in Espelette, France and under the leadership of Jean Ybarnegaray of the Fédération française de pelote basque, emphasizing further the international nature of the endeavor.[6] The divisive Ybarnegaray came from French Basque heritage, was a pro-fascist deputy in the French parliament who later denounced Basque nationalism when its leaders joined the Republican side in the Spanish Civil War, but later joined the united French government to resist Germany at the start of WWII, briefly became part of the Vichy government before switching to the resistance, and even spent six months in Dachau.[7] He offers an excellent example of the complexities of the period, from the conservative nature of Basque identity despite its desire for independence, to the international nature of pelota’s institutional consolidation in the midst of larger world events. As a result of these divisions, little international planning and competition developed in the decade and a half after the FIPV’s foundation as the Spanish Civil War and World War II occupied everyone’s attention and the Southern Cone countries competed amongst themselves.

After 1945, the FIPV became more active in organizing competitions leading to the first pelota world championships held in San Sebastián in 1952. For this inaugural event, federations from Spain, France, Argentina, Uruguay, Italy, Mexico, Cuba, and the Philippines all sent teams and the athletes competed in hand, paddle, basket, and frontenis competitions on four different types of courts.[8] In the decades since, the competition has been held regularly in a loose rotation in Spanish Basque cities, French Basque ones (usually Biarritz), and Latin America municipalities (most commonly Montevideo in early decades and Mexico City more recently). Curiously, Buenos Aires has never hosted the event, partially because Argentina declined economically and entered a prolonged period of political instability just as regular international competition commenced in the 1950s. Another reflection of the sport’s complex political are the official locations where it maintained headquarters over the years. From the 1940s, the FIPV centered its organization in Madrid, away from the sport’s heartland and presumably where the Franco government and its Consejo Nacional de Deportes could exercise oversight. With the advent of Spain’s democratic government and federated constitution in the late 1970s, the FIPV promptly moved its organizational location first to San Sebastián and then to the Palacio Urdanibia, a historic building in Irún near the French border.[9] Finally, it moved again to its current location in Pamplona, another symbolic location for Basque identity. These developments suggest that once the political situation allowed, the FIPV promptly moved its base away from the seat of Spanish government and to several important sites in the Basque heartland before settling on a permanent home. Today, the FIPV brings together over thirty different national pelota federations and sits at the center of an international sports network that reflects the modern, international Basque community. It is recognized by the IOC and represents one of only a handful of international headquarters based in the Basque Country.

Diaspora and Difference

Despite this central connection to Spanish Basque identity, much of the diversity in equipment, courts, and rules in pelota results from the game’s international spread in the nineteenth century along migration routes from the Basque Country to Cuba, Florida, Argentina, Peru, Mexico, and other areas as well as different European traditions in Valencia and France. Tracking pelota’s branches, therefore, produces a cartographical representation of the Basque diaspora and highlights the changes the community underwent in these different locations.

The most famous of the American varieties is jai alai which became popular in the Caribbean, Mexico, and some parts of the United States, predominantly Florida, Connecticut, and Texas. Its popularity even spread as far afield as the Philippines, several cities of costal China before the Communist Revolution there, and sections of the North African coast from Morocco to Egypt.[10]  Like many varieties, it is played on a fronton with a long with a wall on the left side and evolved from the xistera version of Basque pelota that used a short basket on the player’s hand. Late in the nineteenth century in Argentina, the use of the xistera shifted to a longer curved basket, the cesta-punta, that allows players to hold the ball for longer, often to the chagrin of purists, but then launch it more forcefully and dramatically and creating what the Basque government regularly promotes as the fastest sport in the world.[11] This new variety spread across much of Latin America in the early twentieth century and became closely connected to gambling industries. It attained particular success in Mexico and Cuba, where enthusiasts built massive frontons that sat hundreds and offered a mass entertainment spectacle.[12] From there fronton’s where built in Dania, Tampa Bay, West Palm Beach, and Daytona, Florida in the 1950s as part of the state’s tourist boom, grew even further as Cuban refugees fled there after the communist revolution in 1959, and then beyond Florida in the 1960s through 1980s as the gambling industry established it in Connecticut and Rhode Island. This success created a professional circuit owned by U.S. entrepreneurs, but played by roughly 90% Basques that lasted for several decades.[13] The system offered lucrative, if short, careers for talented Basque players from Spain. However, this also undermined the sport’s larger growth because few groups beyond the U.S. Hispanic/Basque communities actually played jai alai and fans there to bet are inherently less invested in the sport itself. By the 1980s, political and economic conditions in Spain improved leading to fewer players willing to come to the US and those who did demanded better pay and treatment. This produced a massive players strike in 1988 that the sport never fully recovered from and today only a few active frontons survive in the US, mostly in Florida. Jai alai’s rise and fall show that while tightly holding onto a particular cultural identity can help a sport’s survival, it also potentially stifles growth beyond that group in a competitive capitalist sporting world. Nor is this a unique situation, as many sports organizations have to decide if preserving an identity or financial success represent their preeminent goal. One need look no further than the football club Athletic de Bilbao and the issue of whether to sign non-Basque players for an example.

The development of other varieties of pelota return us again to Argentina and the important role it played as an incubator for the codification of different varieties of play. Versions of pelota in Argentina can be traced back to the early nineteenth century, with enthusiasts later building the first large court in Buenos Aires’s Plaza Euskara in 1882, followed in 1889 by the 2,500 seat Frontón Buenos Aires and the short-lived Frontón Nacional.[14] Most of these where standard long, thin courts for jai alai, but Argentine’s standardized many of the types of equipment used on them. Besides jai alai, the format that took root most among the local population used a wooden paddle that, through the nineteenth century, was generally handmade with numerous variations and imperfections. In 1904-5, Gabriel Martiren, a player and immigrant from the French Basque County, developed and began using a more uniform flat wooden paddle, a paleta, that offered him a competitive advantage. This sparked a process of racket standardization that formalized pelota paleta or pelota argentina.[15] Over the next few decades, this format became the central version played within the Confederación Argentina de Pelota. When the international pelota community established the Campeonato del Mundo in 1952, two versions of paleta cuero, the version of paleta played with a leather ball, were included as the main competitive version of the sport using a wooden racket. Today it has become one of the most common forms of pelota internationally and spread beyond that Basque community within Argentina to become a significant aspect of the larger national culture as successfully as any form of the sport.

Argentina also played a significant role in the development of a third discipline called xare, or share, that uses a curved frame and a loose leather net inside to strike the ball. It is played exclusively on a trinquet court that is closed on both sides and drew on traditions of the indoor sport of royal tennis or jeu de paume played in England, France, and other areas of Europe and pasaka in the Basque country.[16] As well as the establishment of frontons noted previously, supporters built several trinquets in Buenos Aires starting in the 1860s and then with renewed growth in the 1880s through early 1900s as the city.[17] A key figure in its development was another Basque immigrant, Juan Cruz Orué, who arrived Buenos Aires in 1881. He began playing pelota in the local community, joined the Club de Gimnasia y Esgrima in 1886, worked with several other prominent players to develop the size and weave of the modern xare equipment, and then spread it amongst the city’s Basque migrants.[18] This successfully codified the game and allowed it to spread to other outlying areas like Zamora outside the capital, multiple towns in the province of Entre Ríos, across the river to Uruguay, and up into Paraguay by the 1920s. During the 1930s and 50s, its main clubs successfully established themselves producing regular local and regional competitions, that again spread to the international level after 1952.

Other areas of Basque settlement around Latin American also developed distinct modalities of pelota, often versions that dispensed with the side wall and merged with sporting traditions from the English-speaking world. In Peru, pelota first penetrated the national culture in Lima around 1906 when construction of the Lima Frontón drew widespread interest. Jai-alai spiked in the 1930s and the sport grew in mountain towns like Apata, Pilcomayo, and Orcotuna that tended to have higher percentages of Basque immigrants.[19] By the 1950s, a distinctive Peruvian version called paleta frontón had evolved with both players facing a front wall, no side wall, a relatively short court in depth, divisions into sections similar to a tennis court, and a short racket instead of hands or a basket.[20] It thus represents a blend with the appearance of tennis, the fronton of pelota, a racket similar to paleta, and a smaller court that fit better in the vertical landscape of mountainous Peru. Paleta frontón then expanded gradually across the country and today has its own Federación Deportiva Peruana de Paleta Frontón, in affiliation with the FIPV. The sport gets support from the Peruvian government as a distinct national activity, but has not reached them same level of international competition as other forms.[21]

Mexico experienced similar developments though its history is complicated by the pre-Columbian Mayan and Aztec ball games that are sometimes confusingly conflated with modern ones. As elsewhere, immigrants introduced Basque pelota in the late nineteenth century and in 1895 they built Mexico City’s first court for cesta punta.[22] Despite occasional conflicts with the government over gambling that limited growth, the subsequent introduction of the faster jai alai led to the construction of more frontons in 1906, 1923, and 1929 in Mexico City and a first period of large-scale success in the 1920s. On one hand, jai alai developed a strong tradition as a spectacle building the large arenas such as Tijuana’s El Foro Antiguo Palacio Jai Alai, a massive edifice that survives today as an event venue and monument in the aftermath of the sport’s decline. On the other hand, these structures allowed for the growth of family and community competitions. These smaller events spread into neighborhoods of the capital like San Rafael, Polanco, and Roma, and then out to other cities, regularly finding a home in the patios and gardens of the wealthy and breaking past some of their Basque roots.[23] In both large and small locations around 1916, tennis and pelota players who wanted to practice while walls where being repaired and only a soft ball could be used, developed their own iteration of pelota called frontenis.[24] In this variety, opponents play in a typical fronton with front and left side walls, but with rackets similar to tennis, and a soft (today rubber) ball like in racquetball, again representing a mix of different sporting traditions. This version successfully spread around Mexico, to the Canary Islands, and then back to Spain where, by the 1980s, it attained a significant level of popularity. Today, frontenis maintains strong connections to both Mexico and Spain with regular leagues and has spread beyond the Basque political identity as well as any form of the sport.

Even in Europe, different pelota traditions and sets of rules exist as alternates to Spanish Basque traditions. In Spain, Valencians claim their own version, pilota, which goes back to roughly the thirteenth century as their own distinct national sport. In this iteration, team competition predominates, competitors face each other across a net instead of facing the fronton, and players exclusively strike the ball with their hands similar to the most traditional version of pelota.[25] After having been a part of the Basque FIPV, in 1985 the Federació de Pilota Valenciana (FPV) broke away as its own organization to better promote the Valencian version. Since then, the FPV has gradually built interest in the sport by working with the Generalitat Valenciana, its provincial subsections, and the educational systems of Valencia, Castellón, and Alicante to infuse the sport into school curriculums. Pilota offers a somewhat insular activity in which simply understanding the rules and participating denotes connection to Valencian identity. This echoes the role of pelota in Basque identity and its revival in the post-Franco era reflects the reassertion of regional autonomy under the democratic, federated constitution.

Similarly, the French Basque community on the northern side of the Pyrenees also have their own modalities, though it has long played a role in the international spread of pelota. The most important specific French variety is grand chistera which is similar to jai alai, but developed independently, and is played on large outdoor courts. Its origins are similar to those of the original handball variety of the Spanish Basque game played on a fronton. While much of the Spanish game transitioned to smaller and indoor varieties in the nineteenth century, French Basque communities in Biarritz, Bayonne, and other areas continued to play outside on courts with only a front wall and at least 80 meters of space facing it, one of the largest areas used by any version of pelota. Players on both sides of the Pyrenees increasingly wore a leather glove to protect their hands in the late nineteenth century, and over time some added wicker or willow baskets on the end starting first with a shorter version or petit chistera. It then evolved into the larger grand chistera, which is similar to those used in jai alai in the Americas and remonte in the Spanish Basque Country, and became common by 1892 in southwestern France.[26] By 1925, the variety had spread enough nationally that the early Fédération française de pelote basque established its first Championnat de France National de Grand Chistera under the leadership of Jean Ybarnegaray.[27] The sport has maintained a limited, but significant, following ever since with regular competitions, reasonable audiences, and courts as far afield as Paris. It offers another example of a version of the sport that plays a significant role in binding its community together and offers just enough difference to make a claim as a unique reflection of the French Basque people.

Conclusion

All told, pelota has a long and complex history with dozens of different varieties spanning almost as many countries. It has roots in traditional games played in France, Spain, and other European countries that survived in rural mountainous regions, mostly in the western Pyrenees. As nationalism rose as a movement in the nineteenth century, pelota became intertwined with Euskara (the Basque language) and other cultural factors as an easily identifiable pillar of Basque identity. At the same time, it developed some of the hallmarks of a modern sport, but struggled to complete the process. The pelota community was divided by a mountain range, a national border, and maintained strong connections to the rural world that made establishing a centralized, sports bureaucracy challenging. Similarly, each town and Basque region tended to have their own varied traditions, making it difficult to establish uniform rules for the sport. On top of this, by the late nineteenth century and before significant standardization occurred, economic and population pressures spurred migration from the Basque homeland to Latin America, which in turn sparked regular interchange between European and American Basque neighborhoods.

This proved to be a recipe for extensive variety as groups across the America’s where reintroduced to the basic sport at the turn of the century, but felt free to modify and adapt it to their own national circumstances given the lack of uniform rules. Argentine’s in Buenos Aires took much of the lead in this process as the country’s economic boom in the early twentieth century gave them the scale, resources, and confidence to develop their own traditions. It was in Argentina that innovators made the changes to the basket that created modern jai alai which then spread to Cuba, Mexico, the Philippines, the United States, and other areas farther afield. They also codified pelota paleta and xare the most common modalities using a racket and net. Similar processes happened in other counties, such as Peru’s development of paleta frontón and Mexico’s of frontenis, offering their own national varieties. Similarly within Europe, French Basques and Valencians maintained and later reasserted their own versions of the original sport as represented by grand chistera and pilota. When the Basque community finally established a regular international championship starting in 1952, the FIPV included many of these varieties as their own competitive divisions and have added more in the decades since. As a result, the competition and modern pelota more broadly, represents a coming to together of the now international Basque community that is far richer and more complex after over a century of migration and independent cultural development.

Andrew McFarland is Associate Professor of History and Chair of the Department of History, Political Science, and Philosophy at Indiana University Kokomo.  He holds a Ph.D. in modern European and Spanish history from the University of Texas- Austin and researches the development of sport, football, and physical education in Spain from the nineteenth through the twenty-first centuries with particular interest in how sport intertwines with modernity and identity. On these topics, he has published articles in the Journal of Sport History, the International Journal of the History of Sport, the Oxford Handbook of Sports History, and the European Review, among others.

 

_____________

[1] Bartosz Prabucki, ‘Small Nation, Big Sport: Basque Ball-Its Past and Present Cultural Meanings for the Basques’, The International Journal of the History of Sport 34, no.10 (2017): 944.

[2] Rafael Aguirre Franco, Deporte Rural Vasco [Basque Rural Sport] (San Sebastian: Editorial Txertoa, 1983), 147–51.

[3] Oltaz Gonzalez Abrisketa, Basque Pelota: A Ritual, an Asthetic (Reno: Center for Basque Studies, University of Nevada, Reno, 2012).

[4] Gonzalez Abrisketa.

[5] Gonzalez Abrisketa, 125, 185-205.

[6] “Historia y evolución de la FIPV”, Federación Internacional de Pelota Vasca, http://fipv.net/index.php/es/fipv/historia (Accessed on February 14, 2021).

[7] “Ybarnegaray, 74, A Vichy Minister”, New York Times, April 27, 1956, 27.

[8] Javier Solano, “Historia de los Mundiales”, Federación Internacional de Pelota Vasca, November 2004. http://fipv.net/images/historial/MUNDIALES_1952-1998.pdf (Accessed on February 14, 2021).

[9] “Historia y evolución de la FIPV”.

[10] Juan Ignacio Zulaika, “’Jai Alai’ or Globalization”, Basque Tribune, June 25, 2013. http://basquetribune.com/jai-alai-or-globalization/ (Accessed on February 14, 2021).

[11] Olatz González Abrisketa, “A Basque-American Deep Game: The Political Economy of Ethnicity and Jai Alai in the USA,” Studia Iberica et Americana: Journal of Iberian and Latin American Literary and Cultural Studies 4, no. 4 (Dec. 2017) 182-3.

[12] González, 183.

[13] González, 187.

[14] “Historia de la Pelota Paleta,” La Gazeta Federal Confederación Argentina, http://www.lagazeta.com.ar/pelota_paleta.htm#02 (Accessed on February 14, 2021).

[15] “Modalidad ‘pelata argentina’”, in “Historia de la Pelota Paleta,” La Gazeta Federal Confederación Argentina, http://www.lagazeta.com.ar/pelota_paleta.htm#07b (Accessed on February 14, 2021).

[16] Pablo Ubierna, “El Xare, La requeta argentina: Una historia de la Pelota Vasca en el Río de la Plata (Buenos Aires: Ediciones Zubia, 2015), 19-22.

[17] Ubierna, 24.

[18] Ubierna, 25-34.

[19] “Historia de la Paleta Frontón”, Federación Deportiva Peruana de Paleta Frontón, https://fronton.pe/nosotros/#1556551149749-b51ad4e7-a541 (Accessed on February 14, 2021).

[20] “Paleta Frontón: What to Know about Peru’s Homegrown Sport”, Culture Trip, https://theculturetrip.com/south-america/peru/articles/paleta-fronton-what-to-know-about-perus-homegrown-sport/ (Accessed on February 14, 2021).

[21] Federación Deportiva Peruana de Paleta Frontón, https://fronton.pe/nosotros/#1556551149749-b51ad4e7-a541 (Accessed on February 14, 2021).

[22] “Historia del frontenis”, https://frontenispedia.es.tl/Historia-del-frontenis.htm (Accessed on February 14, 2021).

[23] “Historia del frontenis”

[24] I.E.S. Concelleria de Valencia, “Evolución Histórica del Frontenis”, https://efiesconselleria.files.wordpress.com/2009/09/historia-front.pdf (Accessed on February 14, 2021).

[25] ‘Historia’, Federació de Pilota Valenciana, http://fedpival.es/cas/historia/completa (Accessed on February 14, 2021).

[26] E. Blazy, Le Pelote Basque (Bayonee: Librairie Pialloux, 1929).

[27] “Les origins de la Pelote Basque: Un sport d’histoire et de tradition”, Fédération Française de Pelote Basque, http://www.ffpb.net/fr/3-les-origine-de-la-pelote-ffpb.php (Accessed on February 14, 2021).

 

—————–
This article belongs to the GeoSport platform, developed by IRIS and EM Lyon.

La compétition Chine/États-Unis : jusqu’où et à quel prix ?

Wed, 12/05/2021 - 14:53

Les tensions géopolitiques demeurent vives entre Washington et Pékin malgré le changement d’administration américaine. Et la pandémie de coronavirus n’a fait que renforcer la méfiance entre les deux puissances. Mais à quel prix ? Quel est leur jeu et leur stratégie notamment au niveau de la zone Asie-Pacifique ? Le point avec Barthélémy Courmont, directeur de recherche à l’IRIS.

En 2021, les tensions sont toujours très fortes entre Washington et Pékin. Dans quel type de rapport de force se trouvent-elles actuellement ?

La compétition entre la Chine et les États-Unis n’est pas récente, elle s’impose même comme une constante depuis la fin de la Guerre froide. Mais s’il s’agit d’une constante dans son ensemble, on relève des évolutions très importantes dans la forme. Côté chinois, les leaderships de Jiang Zemin ou de Hu Jintao sont très différents de celui de Xi Jinping, d’abord parce que la Chine a considérablement évolué – et est montée en puissance – en trois décennies, ensuite parce que le président chinois actuel symbolise l’attitude plus décomplexée de Pékin sur la scène internationale, et notamment dans le rapport de force avec Washington. Le temps où Deng Xiaoping se prêtait au jeu de la diplomatie des symboles en se couvrant d’un chapeau de cowboy (en 1979) est désormais bien révolu. Côté américain, les changements d’administration occasionnèrent également des différences de stratégie face à la Chine. Si on se limite à la dernière décennie, on voit ainsi que si la Chine s’impose comme une obsession chez les démocrates et les républicains, cette obsession est traitée différemment. Avec la stratégie du pivot, Barack Obama cherchait à renforcer le leadership américain en Asie, mis à mal par la montée en puissance chinoise. Mais tant le volet économique (le partenariat trans-pacifique, ou TPP, mal négocié) que le volet stratégique (des accords bilatéraux disparates avec des pays asiatiques, sans ligne directrice) furent peu couronnés de succès. Donald Trump balaya même l’héritage de son prédécesseur, en enterrant le TPP dès sa prise de fonction, et abandonna le principe d’un redéploiement stratégique, qui fut même mis à mal avec les critiques sur le partage du fardeau exprimées à l’encontre des alliés japonais et sud-coréen. Trump axa sa politique chinoise sur les « guerres commerciales », au risque d’ignorer les autres sujets de désaccord. Joe Biden semble de son côté décidé à étendre le domaine de la lutte avec Pékin, en gardant le cap sur les négociations commerciales, et en y ajoutant le volet stratégique (les tensions autour de Taïwan et le soutien de Washington à Taipei en sont les principales caractéristiques, mais les différends en mer de Chine méridionale figurent aussi au menu), et surtout de vives critiques du régime chinois sur le sort des minorités (Ouïghours surtout) et les droits de l’homme (Hong Kong en tête). La rencontre d’Anchorage en mars dernier, entre Antony Blinken d’un côté, Wang Yi et Yang Jiechi de l’autre, illustre ce rapport de force plus tendu que sous les administrations précédentes.

Le QUAD, alliance rassemblant États-Unis, Australie, Japon et Inde, a mis en place depuis quelques mois une stratégie dans l’espace indo-pacifique face à la puissance chinoise. Comment est-il perçu par cette dernière ?

Il convient d’abord de noter que sur le QUAD, comme d’ailleurs l’Indo-pacifique, c’est surtout le Japon d’Abe Shinzo (Premier ministre de 2012 à 2020) qui a joué un rôle central, le leadership américain étant plus effacé. Bien sûr, la Chine prend très au sérieux ces initiatives, comme tout ce qui est perçu comme dirigé contre elle. Elle s’inquiète aussi de voir le QUAD s’élargir à de nouveaux membres et constituer une sorte de front anti-chinois dans la région. Les hostilités à Pékin et à l’hégémon chinois qui se met en place sont nombreuses, et les dirigeants chinois le savent, aussi la méfiance est de mise. L’Indo-pacifique ne peut non plus laisser indifférent, d’autant qu’il est désormais partagé par un nombre grandissant de pays, dont la France. La route vers un hégémon chinois en Asie n’est pas un long fleuve tranquille. Il faut cependant faire la distinction entre la convergence d’intérêts qui se dégage de ces initiatives, et la convergence de valeurs qui fait défaut. D’abord, les membres du QUAD sont très déséquilibrés dans leurs moyens comme dans leurs ambitions, et s’ils se rejoignent sur leur inquiétude à l’égard de la Chine, ils se montrent par ailleurs très pragmatiques. Le Japon et l’Australie ont ainsi signé la création du RCEP (aux côtés de la Chine, mais aussi la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et l’ASEAN) le 15 novembre dernier, posant les jalons du plus grand accord de libre-échange au monde sans que les États-Unis y soient impliqués, et sans l’Inde qui a refusé de s’y joindre. Cette dernière a cependant rejoint il y a quelques années l’Organisation de coopération de Shanghaï. Les rééquilibrages en Asie-Pacifique ne répondent pas tant à une logique de bipolarité (n’en déplaise au Pentagone) qu’à des intérêts nationaux et un très grand pragmatisme dans la manière de traiter avec la Chine.

La nouvelle administration de Joe Biden apporte-t-elle de la crédibilité aux États-Unis sur le continent asiatique ? La stratégie de stigmatisation américaine réussit-elle à affaiblir la Chine sur la scène régionale et internationale ?

La crédibilité se gagne, elle ne se décrète pas. Elle se gagne dans la durée, en particulier en développant une relation de confiance. Et elle se gagne en faisant la démonstration qu’elle peut être plus profitable que la concurrence. En clair, si Washington veut voir sa crédibilité renforcée en Asie-Pacifique, il va falloir convaincre les partenaires que les gains à coopérer avec les États-Unis seront plus importants qu’avec la Chine. Or, l’immense majorité des pays de la région a Pékin comme principal partenaire commercial, bénéficie de projets d’investissements chinois, et s’arrime à une dynamique régionale dont la Chine est aujourd’hui l’une des locomotives. Face à cela, les États-Unis restent un partenaire apprécié, mais pas une alternative.

Au niveau politico-stratégique, les États-Unis conservent dans de nombreux pays asiatiques un capital sympathie qui fait souvent défaut à la Chine. Mais sympathie n’est pas crédibilité, et cette situation se traduit par une utilisation de la relation avec Washington par des pays asiatiques pour disposer de leviers dans leur relation avec Pékin. Le principal risque qui se pose à l’administration Biden, au-delà d’un déficit de crédibilité que les atermoiements de ses prédécesseurs (et cette tendance fâcheuse à décortiquer quasiment tout ce que l’administration précédente a mis en place) ont considérablement renforcé, est de servir de faire-valoir aux pays asiatiques dans les agendas politiques qui leur sont propres, et ainsi de ne plus être en mesure de mettre en avant des objectifs stratégiques et économiques pensés à Washington.

Géopolitique des biocarburants : risques et ruptures stratégiques à l’horizon 2030 ?

Wed, 12/05/2021 - 14:01

Webinaire, organisé à l’occasion de la publication du rapport n°7 de l’Observatoire de la sécurité des flux et des matières énergétiques, mené pour le compte de la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS) du ministère des Armées. Autour d’Olivier Antoine, fondateur et dirigeant du cabinet de prospective stratégique et territoriale ORAE Géopolitique, spécialiste des problématiques agricoles, alimentaires et environnementales en Amérique latine, et de Philippe Copinschi, expert des questions énergétiques internationales et africaines, enseignant à Sciences Po Paris. Animé par Pierre Laboué, chercheur à l’IRIS en géopolitique de l’énergie, coordinateur de l’Observatoire de la sécurité des flux et des matières énergétiques.

Oublié, refoulé, ignoré, le conflit israélo-palestinien toujours central

Wed, 12/05/2021 - 11:09

Le conflit israélo-palestinien, qu’on disait oublié, mis de côté, ayant perdu sa centralité, vient de ressurgir au plus fort de l’actualité. Plus de 35 morts à Gaza, plusieurs centaines de blessés palestiniens sur l’Esplanade des Mosquées depuis plusieurs jours, 5 morts en Israël, un bilan déjà lourd en ce 12 mai au matin, qui pourrait encore s’aggraver.

Tout a commencé par des manifestations d’extrémistes israéliens criant « mort aux arabes » fin avril dans Jérusalem-Est dont les médias ont peu parlé. Ensuite, c’est dans le cadre de manifestations de soutien à des familles palestiniennes qui devaient être expulsées de leurs maisons à Jérusalem-Est au profit de colons juifs que les choses se sont aggravées. Mais il ne s’agit plus d’une querelle foncière, c’est le sort des Palestiniens qui est en jeu. Ces derniers estiment que les Israéliens veulent les expulser de Jérusalem-Est pour en faire une ville uniquement juive. Côté israélien, on estime qu’il s’agit d’un simple différend foncier qui peut être réglé par la justice. Sauf que la loi n’est pas la même pour tous. Des juifs qui peuvent établir qu’ils avaient des titres antérieurs à 1948 peuvent demander la restitution de leurs biens, ce qui est interdit aux Palestiniens.

Après les heurts sur l’Esplanade des Mosquées, le Hamas a posé un ultimatum à Israël en exigeant le retrait des forces israéliennes de l’Esplanade. Sans réaction d’Israël, le Hamas a déclenché des tirs de roquettes à partir de Gaza sur Jérusalem puis sur Tel-Aviv les 10 et 11 mai, faisant 5 morts côté israélien.

La réaction de la « communauté internationale » à ces évènements a été fort timide. Si le même type de violence intervenait dans d’autres lieux, la réaction, notamment des pays occidentaux, serait évidemment beaucoup plus déterminée.

Quelles leçons tirer de ces évènements dramatiques ? La paix signée par Israël avec certains pays arabes ne résout rien. Pourquoi ? Parce que ces accords n’ont pas réglé la question palestinienne. Israël peut faire la paix avec les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc, le Soudan, la question palestinienne n’a pas pour autant disparu de l’agenda. Tous ceux qui disaient qu’elle n’était plus un problème se sont trompés. D’ailleurs, on ne peut faire la paix qu’avec un pays avec lequel on est en conflit. Or Israël n’était pas en conflit avec Abu Dhabi ou Rabat, mais bien avec les Palestiniens.

La question palestinienne, que beaucoup, notamment les soutiens les plus inconditionnels d’Israël, présentaient comme réglée, ne l’est en rien. Si d’autres drames occupent bien entendu l’actualité, elle reste centrale. Récemment encore, Human Rights Watch, la grande ONG américaine de défense des droits de l’homme, plutôt proche du département d’État américain structurellement et idéologiquement et qu’on peut difficilement soupçonner d’islamogauchisme, évoquait une situation d’apartheid pour qualifier la situation des Palestiniens. Ce qui se passe n’est tout simplement pas défendable : il y a un peuple occupé par un autre et ce n’est pas possible que cela perdure au XXIe siècle. La seconde moitié du XXe siècle avait été marquée par la mise en œuvre du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes en Afrique, en Asie. Dans ce cadre, la question palestinienne reste aujourd’hui une exception qui n’est ni acceptable ni durable.

Sur le plan politique, Netanyahou est contesté : après 4 élections, il n’arrive toujours pas à former un gouvernement. Le fait d’attiser les tensions peut être un moyen pour lui de protéger son pouvoir. Il est d’ailleurs en large partie responsable de la montée en puissance de l’extrême droite israélienne et de son entrée à la Knesset, du fait des accords électoraux qui lui ont permis de se maintenir au pouvoir. De ce fait, l’extrême droite se sent le vent en poupe et hésite de moins en moins à faire valoir son idéologie.

Côté palestinien, la situation politique n’est pas meilleure : Mahmoud Abas est au pouvoir depuis 2005, il repousse à nouveau les élections. Il coopère avec les Israéliens en en profitant personnellement et familialement, tout en protestant de temps en temps, pour la forme. Il n’est plus légitime aux yeux des Palestiniens. Ceux-ci n’ont pas non plus envie d’être représentés par le Hamas. Il y a donc une crise de représentativité côté palestinien. Mais ce n’est pas pour cette raison que les droits des Palestiniens doivent être niés. En tous les cas, ce ne doit pas être le radicalisme ou la corruption de leurs dirigeants qui doivent les priver du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Beaucoup disent que les médias français ne parlent pas suffisamment de la situation, et que si de tels évènements avaient lieu à Hong Kong ou à Moscou, ils seraient beaucoup plus offensifs à condamner ceux qui commettent les violences. Il est vrai que les médias français sont un peu plus timides lorsqu’il s’agit de parler du conflit israélo-palestinien que d’autres cas de répression, certainement parce que l’accusation d’antisémitisme tombe dès qu’une critique est émise à l’égard du gouvernement israélien. Les réactions, les manifestations qui interviennent parfois suite à l’évocation de ce sujet – comme ce fut le cas pour France Télévisions – ont également tendance à restreindre le temps médiatique consacré au conflit.

Les cris « mort aux arabes » qui ont retentis à Jérusalem n’ont pas suscité l’indignation qu’ils méritaient. Si des manifestants arabes avaient crié « mort aux juifs », les réactions auraient été d’une toute autre ampleur.

Le silence, la « timidité », ou le deux poids deux mesures des médias centraux sur ce sujet ne peuvent que nourrir le complotisme que par ailleurs ils dénoncent. Mais ce n’est pas en restant muet ou timide sur ce sujet, parce qu’il divise les audiences, que l’on va faire disparaitre ce sujet de l’actualité. C’est une façon de nourrir le complotisme que de ne pas traiter ce sujet de façon saine et sereine.

On notera également que la diplomatie française, qui a été traditionnellement en pointe sur la défense du droit des Palestiniens à disposer d’eux-mêmes, ne l’est plus vraiment, et qu’elle se situe dans une moyenne commune, très discrète et très timide en réalité.

Quand certains dénoncent un « islamo-clientélisme » pour qualifier le soutien de certains responsables ou intellectuels français à la cause palestinienne alors qu’elle n’est qu’un soutien au droit international et aux droits humains. Quant aux élus français qui, sans dire un mot sur les Palestiniens, proclament leur solidarité sans faille avec les Israéliens, qui peut croire qu’ils le font à partir d’une analyse juridique ou géopolitique ?

Bien sûr Israël est une démocratie, mais c’est une démocratie où l’extrême droite, comme dans d’autres pays, gagne de plus en plus de terrain. Cela est d’autant plus inquiétant que cette extrême droite est très violente. Israël est surtout une démocratie qui occupe un autre peuple, et ce n’est pas normal au XXIe siècle.

Il faut rendre hommage aux Israéliens courageux, qui luttent pour la paix et contre l’occupation et qui sont soumis en Israël à la répression et dont on ne parle pas suffisamment dans les pays occidentaux et notamment en France. Ceux qui se disent amis d’Israël devraient penser à rendre hommage à ces pacifistes israéliens.

Manip, Infox, Infodémie : quelles sont les fake news de 2021 ?

Tue, 11/05/2021 - 17:10

François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’IRIS, répond à nos questions à l’occasion de la parution de son nouvel ouvrage « Fake News : manip, infox, et infodémie en 2021 » :
– Dans votre ouvrage, vous mentionnez le phénomène d’infodémie. Que signifie ce terme ? À quel moment a-t-on basculé dans cette infodémie ?
– Que révèlent les fake news sur l’état de la communication et de l’information en 2021 ? Comment peut-on expliquer une expansion aussi rapide ces dernières années ?
– En 2020 et 2021, le monde a été rythmé par le Covid-19. En quoi l’infodémie de cette pandémie mondiale a-t-elle impacté les relations internationales ?

Tchad : le décès du président Idriss Déby risque-t-il de déstabiliser un peu plus la région ?

Thu, 22/04/2021 - 17:13

Ce mardi 20 avril 2021, le président tchadien Idriss Déby, au pouvoir depuis 30 ans, est décédé suite à des blessures reçues au combat. Cet événement a surpris le monde entier, générant de nombreux questionnements quant à l’avenir politique et sécuritaire du Tchad, ainsi que la stratégie française dans la région. Le point avec Caroline Roussy, chercheuse à l’IRIS, en charge du Programme Afrique/s.

Après 30 ans au pouvoir et une récente réélection, le président tchadien Idriss Déby est décédé le mardi 20 avril 2021 suite à des blessures reçues au combat. Que retiendra-t-on de ce président ?

Idriss Déby Itno venait d’être réélu pour un sixième mandat avec près de 80% des voix. Assez paradoxalement, ce 20 avril, alors qu’il s’agissait sinon de commenter du moins d’observer sans étonnement les bons chiffres égrenés par la CENI, en quelques heures, il s’est agi de tenter de comprendre dans quelles circonstances le président Déby est décédé et quels sont les impacts de son décès tant pour le Tchad que pour le Sahel et l’Afrique centrale. S’il est difficile de dresser un bilan des trente années au pouvoir d’Idriss Déby sur les plans économique et social, et ce en dépit du développement de la manne pétrolière qui a plus sûrement servi à l’achat d’armes qu’à développer son pays (IDH : 187e pays sur 188), le défunt président a à son crédit le fait d’avoir mis en place une armée solide, crédible et bien formée dans un environnement largement hostile, rappelant qu’Idriss Déby était avant tout un chef de guerre. En mars 2020, suite au décès de quelque 90 de ses soldats il lançait l’opération Colère de Bohama, dont il avait pris la tête et qui aurait tué 1000 djihadistes de la mouvance terroriste Boko Haram. Le maréchal Idriss Déby Itno (MIDI) avait pu capitaliser sur ces forces de défense et de sécurité (FDS estimées entre 40 000 et 65 000) et en tirer des dividendes politiques évidents notamment vis-à-vis de ses partenaires étrangers au premier rang desquels la France. Le pragmatisme avait cédé à la cécité, sinon à la complicité, quant à l’organisation d’un processus de démocratisation de façade, Déby s’étant présenté, après avoir neutralisé ses principaux opposants, le 11 avril pour un 6e mandat.

Idriss Déby a été un allié de la France – au demeurant largement soutenu lorsque son pouvoir a été mis en difficulté par des factions rebelles (bombardement d’une colonne en 2019) – laissant ressurgir des manières de faire digne de la Françafrique. Si le Tchad était un allié pilier du G5 Sahel, il était un allié toutefois quelque peu gênant, peu sourcilleux des droits de l’Homme, ce qui peut-être avait décidé le président de la République, Emmanuel Macron, invoquant la situation sanitaire de ne participer qu’en visioconférence au dernier Sommet du G5 Sahel organisé à N’Djaména afin de ne pas figurer sur la photo de famille. C’est toutefois non sans stupéfaction qu’il salue dans un communiqué la perte d’« un ami courageux », un ami n’ayant pas hésité à commettre des exactions, à enfermer ses opposants, etc.,  et qu’il se rendra à ses funérailles, vendredi 23 avril, dans un contexte national instable sujet à des suspicions de coup d’État.  En effet, un conseil militaire de transition, présidé par Mahamat Idriss Déby, fils du président défunt, a été mis en place, en contravention de la Loi fondamentale qui en pareille circonstance prévoit que le président de la République décédé soit remplacé par le président de l’Assemblée nationale et que sous 45 à 90 jours, une élection soit organisée (article 81 de la Constitution). Néanmoins, les dispositions prises pour assurer la succession du clan Déby semblent avoir été savamment millimétrées et l’Assemblée nationale a été dissoute.

Sonné par ces nouvelles et la confusion régnante, le dernier Premier ministre du Tchad (2016-2018) et candidat à la présidentielle 2021, Albert Pahimi Padacké, avec lequel nous avons pu nous entretenir, appelle toutefois à faire front commun contre « la pieuvre islamiste de Boko Haram ».  Succès Masra, président du parti des Transformateurs, et qui fut empêché de se présenter à la présidentielle en raison de son âge – 38 ans tandis que le fils de Déby en a tout juste 37… –  a présenté ses condoléances. Il a par la même diffusé un message de paix, en disant s’opposer à « une transmission dynastique du pouvoir, craignant le chaos d’une solution militarisée jusqu’au-boutiste » [1]. Sur TV5-Monde, il a tenu un discours sans concession pour sortir du logiciel françafricain qui prévaut dans son pays, au mépris des droits de l’Homme, et ce en vue de respecter la constitution et de l’alternance démocratique, dénonçant un coup d’État[2] . Alors que la rébellion est loin d’avoir été matée, que des opposants politiques, des membres de la société civile ainsi que des généraux contestent âprement le coup d’État imposé par le clan Déby, le président Macron opte pour une solution qui l’enferme dans le piège de la Françafrique dont il souhaite ou émet le souhait de s’extraire.

Face à ce décès inattendu, quelles questions peut-on se poser quant à l’avenir de la situation au Tchad ?

Tout le monde est en train d’absorber le choc de l’annonce du décès d’Idriss. Ce décès prématuré comme évoqué précédemment pose de nombreuses questions. Les FACT (forces pour l’alternance et la concorde au Tchad), bien qu’ayant des bases de repli en Libye ou au Niger, et avec un engagement jamais démenti contre le régime Déby depuis plusieurs décennies, ne compteraient qu’entre 1 500 à 3 000 combattants dans leurs rangs, alors que l’armée d’Idriss Déby dénombrerait, quant à elle entre 40 à 65 000 soldats. Le rapport de force était donc plutôt favorable au maréchal, d’où la question de savoir aujourd’hui : est-il mort au front de manière héroïque ou a-t-il été victime d’un coup d’État ? Une version, qui semble plus renseignée, émerge selon laquelle Déby chef de guerre aurait souhaité négocier avec les rebelles et aurait été tué d’une balle au cours desdites négociations. Le temps seul permettra de savoir ce qu’il s’est effectivement passé.

À ce jour, l’une des grandes inquiétudes qui ouvre un cycle d’instabilité est de savoir s’il n’y a pas un risque d’implosion du pays, dont la cohésion avait été maintenue certes de manière artificielle par l’autoritarisme et la main de fer du défunt président. Les hypothèses d’un délitement et d’exactions intercommunautaires ne sont pas à négliger, dans un contexte de confusion dont les terroristes pourraient à chercher à tirer profit.

 

Après un tel événement, quid de Barkhane et des relations franco-tchadiennes ?

L’armée d’Idriss Déby était une des armées les plus solides de la région, sur laquelle la France s’appuyait, tout comme elle peut compter sur la Mauritanie. Il avait été décidé lors du Sommet de N’Djamena en février que 1 200 soldats tchadiens soient déployés dans la zone dite des « trois frontières » (Mali, Burkina Faso, Niger), et que le nombre de soldats français sur le terrain, soit le surge (déploiement) de 1 100 militaires supplémentaires décidé lors du sommet de Pau en 2020, soit revu à la baisse, en vue d’une invisibilisation progressive de Barkhane. Si cette question, d’une baisse des effectifs français, avait été remisée lors du Sommet de N’Djamena, en raison de la redistribution stratégique des théâtres d’opération : 1. « décapitation » des groupes djihadistes affiliés à AQMI au Mali par Barkhane et les Famas et 2. sécurisation des trois frontières par le Tchad, après un démantèlement partiel de l’EIGS par Barkhane au cours de l’année 2020.

Le décès du président tchadien semble remettre en cause une énième fois la stratégie française dans la région, démontrant suffisamment l’adoption d’une tactique des petits pas. Ce qui est certain, c’est que ce décès ouvre un cycle d’instabilité sur le plan intérieur, mais également dans la sous-région considérant qu’elle est déjà en très grande difficulté et que les 1200 soldats seront peut-être nécessaires à la sécurisation sur le plan intérieur du Tchad. La France perd un allié sérieux dans l’élaboration de sa stratégie au Sahel, tandis qu’elle est en difficulté dans la mise en place de la Task Force Takuba. Le plan prévisionnel entre européanisation et sahélisation des solutions prend l’eau et c’est Barkhane qui risque une nouvelle fois de trinquer, à un an de la présidentielle française. Le maître des horloges semble décidément contraint par la temporalité des événements.

Plus généralement, même si le Tchad n’est pas un des pays qui accueille une base permanente de l’armée française en Afrique, N’Djamena est un des trois points d’appui permanent de Barkhane au Sahel et la France dispose également de deux emprises militaires à Abéché dans l’Est du Pays et à Faya-Largeau au Nord. D’autant que le Tchad est le pays qui dispose de l’armée la plus capable au sein du G5 Sahel, un allié irremplaçable dans la stratégie française tant dans la période actuelle que dans la stratégie de sortie de crise au Mali qui repose sur la solidité du G5 Sahel. À tout le moins, c’est bien une période d’incertitude qui s’ouvre.

 

[1] https://www.facebook.com/succes.masra, 20 avril 2021

[2] https://www.youtube.com/watch?v=xvFkLfGShlo , 21 mars 2021

À propos de « Décider et perdre la guerre » de François Cailleteau

Thu, 22/04/2021 - 15:13

François Cailleteau, qui a fini sa carrière militaire comme chef du contrôle général des armées, est l’un des plus fins analystes des questions militaires en France. Il avait publié en 2011 un livre sur les guerres de contre insurrection « Guerres inutiles ? Contre insurrection, une analyse historique et critique » qui à mes yeux reste aujourd’hui encore une lecture indispensable pour comprendre pourquoi la plupart des interventions militaires occidentales ont été de gigantesques échecs malgré un rapport de force censé être ultra-favorable.

 

Son nouveau livre est consacré aux guerres qui ont été perdues par ceux-là mêmes qui les avaient déclarées. François Cailleteau souligne qu’on a décapité Louis XVI, peu guerrier et généralement vainqueur, et pas Louis XV qui a pourtant perdu beaucoup de guerres, sans parler de Napoléon qui figure au plus haut du Panthéon national et qui a laissé une France bien rabougrie par rapport à celle que la République lui avait léguée, et causé la mort de nombre de Français.

 

Il y a plusieurs péchés capitaux. Le premier, de viser à côté de la plaque. Par exemple s’engager en Russie sans avoir réglé la question espagnole pour Napoléon, ou de mettre sur pied une armée de taille incompatible avec les possibilités de la logistique.

Le second est de se lancer dans des actions en décalage avec les réalités ou les moyens dont on dispose. Comme déclarer la guerre à l’Allemagne en 1939 alors que l’armée française n’est pas prête.

Partir d’un cœur léger est le troisième piège. Entrer en guerre sans réflexion et sans véritables buts de guerre clairement identifiés, à l’instar de ce que fit Napoléon III au Mexique dont il paiera le prix, ou lorsqu’il commit une autre erreur catastrophique en déclarant la guerre à la Prusse en 1870.

Quatrième péché, s’entêter dans l’erreur comme le firent les empires russe et austro-hongrois dans la deuxième partie du XIXe siècle, pour être souvent conseillés par des courtisans qui n’étaient que des pousse-au-crime. Pour François Cailleteau, la concentration du pouvoir va conduire à la décision fatale pour les deux empires de se battre pour un sujet futile : le niveau des sanctions appliquées à la petite Serbie, 3 millions d’habitants à l’époque.

Enfin, cinquième faille : la folie des grandeurs, que l’on qualifierait aujourd’hui d’hubris, qui a souvent été la source de décisions catastrophiques. À cet égard, la volonté de Napoléon d’établir un blocus contre l’Angleterre au lieu de s’accommoder de son existence l’a conduit à prendre des décisions qui ont augmenté la popularité de la France dans les pays conquis et qui l’ont lancé dans les guerres catastrophiques espagnole et russe. Il estime qu’il aurait mieux fait d’accepter un condominium franco-britannique. François Cailleteau arrive d’ailleurs à mettre en doute le caractère de stratège génial que la légende a bâti autour de Napoléon. Les décisions allemande d’entrer en guerre contre l’Union soviétique ou japonaise de s’attaquer aux États-Unis, relèvent également de ces erreurs manifestes.

 

Quels sont les enseignements que François Cailleteau tire des multiples exemples qu’il cite ? La dissuasion nucléaire a modifié la donne, la France se voit garantir la sauvegarde de la patrie face à une agression potentielle. Faut-il intervenir en dehors de ce sanctuaire ? L’auteur n’élimine pas a priori toutes possibles interventions, encore faut-il éviter les décisions prises dans l’urgence sous l’effet de leaders d’opinion, plus habiles à susciter l’émotion qu’à pousser la réflexion et avec une connaissance trop sommaire du milieu dans lequel on intervient. Quel est le but ? Avons-nous les moyens de l’atteindre ? Enfin, comment finirons-nous ? Il est préférable de répondre à ces trois questions avant de lancer une intervention.

On appréciera les multiples exemples historiques fournis par l’auteur, la globalité de sa réflexion et la causticité de son écriture.

 

Port de Beyrouth convoité par la Chine : « Notre sécurité économique et militaire est menacée »

Wed, 21/04/2021 - 16:58

Après les déplacements successifs d’Emmanuel Macron à Beyrouth, si le port de la capitale était racheté par les Chinois, dans quelle mesure la diplomatie française serait-elle ébranlée ? 

Non seulement la diplomatie française en serait ébranlée mais cela évincerait définitivement les Occidentaux de la région. Si l’on exclut Israël qui reste l’un des derniers arrimages sur lequel Washington et Bruxelles peuvent encore compter, la Syrie est, elle, un quasi-protectorat russo-iranien et la Turquie d’Erdogan a définitivement tourné le dos à l’Union européenne. Or, cette région est, comme l’ensemble du pourtour méditerranéen, vitale pour notre sécurité. Si les Chinois s’en emparent, notre sécurité d’abord économique puis militaire risque de ne plus être respectée. Rappelons que la stratégie des Nouvelles Routes de la soie initiée par Pékin vise à neutraliser les points névralgiques et de passage pour ses seuls intérêts. En cela, le projet chinois est hégémonique et donc dangereux. Le contrôle de Beyrouth lui permettrait d’établir un continuum entre Le Pirée, en Grèce, et l’Égypte notamment qui tend à devenir avec l’Iran les deux pays privilégiés, en termes d’investissements, par la diplomatie chinoise du moment. Beyrouth est par ailleurs la principale porte d’entrée au Proche-Orient. Une majeure partie des importations pour l’ensemble de la région transite par ce port et la Chine y est déjà très présente puisque 40 % des importations pour le seul Liban proviennent précisément de l’Empire du milieu.

Au vu de la prédominance de la Chine à Beyrouth, le Hezbollah, opposé depuis le début à l’intervention française, risque-t-il d’œuvrer contre la France, surtout après le pacte fraîchement signé entre Pékin et Téhéran ?

Absolument et l’achat du port de Beyrouth réactiverait une alliance chiite aujourd’hui en souffrance. Les accords commerciaux signés en mars dernier à Téhéran par Wang Yi, le Ministre chinois des Affaires étrangères, de plus de 400 milliards de dollars dans des domaines aussi variés que les infrastructures ou l’agriculture vont redynamiser cette alliance. Pékin concrétise ainsi sa stratégie de revers avec un risque de sanctuariser à son profit l’ensemble de la région. Le Hezbollah n’a cessé durant ces derniers mois de soutenir la rhétorique viscéralement anti-française d’un Erdogan au sujet des caricatures de Charlie Hebdo. Ce « french bashing » s’étend aujourd’hui au Pakistan là même où la Chine entend renforcer sa présence. Ce que l’on dit moins par ailleurs, c’est que ces accords commerciaux avec l’Iran et ses affidés sont assortis de projets de coopération sur le plan militaire. De toute évidence, les rapports de force dans la région vont changer.

En quoi le port de Beyrouth représente-t-il un espace stratégique dans la région ?

Outre son intérêt sur le plan économique comme nous l’avons dit plus haut, il teste notre capacité à nous Européens de nous projeter encore sur le plan stratégique et à nous, Français, de conserver un lien avec un pays qui fait entièrement partie de notre imaginaire et de notre histoire. Doit-on rappeler ce que cette perte signifierait aussi pour les chrétiens du Liban ? Cela serait un lâchage et la manifestation d’une incohérence. Car si nous condamnons, et à juste titre, les exactions commises par les autorités chinoises contre les musulmans ouïgours, cela signifierait d’une manière paradoxale et terrible que nous sommes incapables d’aider des gens qui nous sont proches et de surcroît pour beaucoup francophones. Il faut organiser un plan Marshall pour ce pays. Autant nous avons été en capacités de repousser à Sines au Portugal les offres chinoises pour la zone portuaire, autant nous devons également être en mesure de le faire dans un périmètre qui engage également notre propre avenir.

Comment analyser la stratégie agressive de la Chine en Méditerranée orientale après l’achat du port de Pirée à Athènes ? 

Elle n’est pas qu’orientale puisque la Chine a signé aussi des MOU avec l’Italie et le Portugal pour un certain nombre de projets liés aux Nouvelles Routes de la soie. La Chine comme la Turquie ou la Russie profitent tout simplement de nos vulnérabilités. Elle agit par capillarité dans ses choix, lesquels s’apparentent fort à la « stratégie du Lotus ». Belle parabole qui pour les disciples de Sun Zi désigne la capacité d’un chef de guerre avisé de positionner ses troupes d’élite au cœur même du dispositif adverse, là où l’ennemi est vulnérable par orgueil, et de les faire éclore, tels les pétales de la fleur de lotus, pour le submerger et sanctuariser ainsi les zones convoitées.

La Chine utilise aujourd’hui une diplomatie commerciale au Moyen-Orient. Si elle reste moins influente que l’Europe, se placer ainsi sur les ports n’est-il pas un prépositionnement dans la résolution des problématiques guerrières ?

C’est une logique de comptoirs comme celle qu’adoptèrent les Britanniques. Un port est la manifestation d’une présence et outre sa vocation commerciale, il peut à tout moment être utilisé à des fins militaires. Voyez Djibouti. Demain peut-être Gwadar au Pakistan ou encore les ports de l’Asie du Sud-Est comme ceux du Cambodge ou en Birmanie. Ce que l’on observe en Méditerranée est observable dans le Golfe du Bengale et dans l’Océan Indien. C’est une stratégie de revers qui s’applique d’une manière universelle. L’Indopacifique, contre-projet aux Nouvelles Routes de la soie, devrait couvrir un plus large spectre. Il commence évidemment par la Méditerranée. Et nous devons davantage y penser.

L’actuel premier ministre Saad Hariri est habituellement rangé du côté de Ryad et donc des Occidentaux. Toutefois si les Chinois prenaient le contrôle du port, cela signifierait-il que le pouvoir libanais perd pied au profit de l’arc chiite ?

Il faut relativiser l’analyse très culturaliste que peut avoir à ce sujet un Gilles Kepel. Selon lui, nous nous acheminerions aux Proche et Moyen-Orient à un retour supposé d’une configuration géopolitique bipolaire, avec d’un côté un monde « abrahamique » associé aux États-Unis, et de l’autre un agrégat d’États musulmans non-Arabes jouant la carte chinoise et celle de son partenaire russe. Oui, il existe un apparentement entre la Chine, l’Iran et le Hezbollah. Pour autant, Ryad entretient aussi des relations de très grande proximité avec Pékin. Qu’est-ce à dire ? Que les logiques binaires ne sont plus aussi marquées comme elles le furent jadis et que nous assistons à des découplages à la fois stratégiques et économiques. Bienvenue dans un monde complexe ! C’est le règne du désordre et de l’opaque qui prévaut. Il va nous forcer à devenir plus intelligents.

 

Propos recueillis par Pierre Coudurier pour Marianne.

« Le piège africain de Macron » – 4 questions à Pascal Airault

Wed, 21/04/2021 - 16:26

N’y a-t-il pas un « en même temps » africain de la part de Macron ?

La Macronie a tendance à penser le « en même temps », en France comme en Afrique. D’ailleurs, dans l’esprit d’Emmanuel Macron, les deux théâtres sont intiment liés de par notre histoire coloniale, nos relations économiques et culturelles et la présence de nombreux binationaux, sur les deux rives de la Méditerranée. Dès son arrivée au pouvoir, le chef de l’État a repensé sa politique africaine en s’adressant aux Français d’origine africaine. Il a créé en août 2017 un Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA) d’une dizaine de personnes, pour la plupart binationales et issues de la société civile, pour dépolitiser la relation avec le continent. Ces personnalités ont été invitées à être disruptives dans leurs propositions, chacune dans son domaine de prédilection (diasporas, santé, éducation, sport, médias, banques, urbanisme…). Ce « mini think tank » à usage présidentiel devait permettre de court-circuiter des administrations enkystées dans des relations traditionnelles avec le continent. L’obsession du Président auprès de ses collaborateurs se résume à changer l’image de la France en Afrique et le regard des Français « de souche » sur l’Afrique et les Africains. Mais on ne balaye pas cinquante ans de politique africaine d’un revers de main ou d’un coup d’ardoise magique.

En France, les personnalités cooptées par le Président pour écrire un nouveau récit national avec l’Afrique sont souvent hors d’atteinte de « ceux qui n’ont pas les codes » que possèdent, eux, les activistes qui impulsent les ressentiments envers la France dans les capitales de l’ex pré carré. En Afrique, les tentatives de renouveau sont reléguées au second plan par les opérations militaires en cours. Cela brouille les avancées faites sur le plan mémoriel, la restitution du patrimoine africain, les voyages culturels et économiques au Nigeria, en Éthiopie ou au Kenya. On peut difficilement incarner la rupture si l’on reste coincé dans cette logique et soumis au poids du lobby militaro-industriel d’autant que cela implique des alliances avec des régimes pas toujours démocratiques. C’est le cas du Tchad d’Idriss Deby qui a monnayé cher son soutien à la lutte contre le terrorisme au Sahel. En échange, il a bénéficié d’une protection française contre ses propres rébellions. L’Élysée n’a pas non plus réussi à couper le lien monétaire avec les pays de la zone Franc incarné par le Franc CFA. Ses homologues africains ne veulent pas tenter l’aventure de la souveraineté monétaire et préfèrent le confort de la parité avec l’euro, même si la France s’est retirée des instances de gouvernance de la monnaie ouest-africaine.

Y a-t-il une bataille entre l’Agence française de développement (AFD) et le Quai d’Orsay ?

C’est une vieille bataille entre développeurs et diplomates qui n’a fait que s’amplifier après la réforme de la coopération sous Édouard Balladur puis la suppression du ministère de la Coopération et de son siège, rue Monsieur, vendu… à la Chine. L’AFD s’est progressivement émancipée de ses tutelles, même si elle reste sous la coupe du Quai d’Orsay et de Bercy. Elle a aussi gagné une forme d’indépendance financière vis-à-vis des pouvoirs publics. La plupart de ses aides sont des crédits bonifiés accordés aux États qu’elle réussit à mettre en œuvre grâce aux subventions publiques et surtout sa capacité à lever des fonds auprès de l’Union européenne et des marchés. L’AFD est aujourd’hui une banque publique pour les États, une banque privée pour les entreprises, une agence de conseil et de réflexion pour l’Élysée, un cabinet de conseil pour les entrepreneurs avec l’absorption d’Expertise France. Elle gagne généralement les arbitrages financiers au détriment du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères qui a conservé une direction de la mondialisation, reliquat de l’ancienne Coopération. Mais ses agents sont souvent moins bien rémunérés qu’à l’AFD et surtout les diplomates français, sur le terrain, n’ont plus les moyens de leur politique, hormis quelques bourses et décorations à accorder dans leur pays de représentation.

Nos débats internes sur les caricatures, le voile et le séparatisme ont-ils un impact en Afrique ?

C’est une évidence. Dans une Afrique mondialisée et encore très connectée à la France et à ses médias, du moins dans les pays francophones, les attentats du professeur Samuel Paty et des fidèles de la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice ont eu un écho important. Les États au sud de la Méditerranée ont condamné ces attentats. Les modernistes et les libéraux, horrifiés par ces crimes, ont apprécié le discours de fermeté, quelques jours plus tôt, du président Macron aux Muraux. Mais d’autres, traversés par une opinion conservatrice et religieuse, n’ont pas apprécié la prise de parole du chef de l’État français, qui a dit ne pas vouloir renoncer aux caricatures. Ses propos, surrelayés sur les réseaux sociaux, sont perçus comme une insulte au prophète au moment où certains dessins étaient republiés et des débats étaient ouverts à l’école sur le sujet.

Pour apaiser les esprits, le président français a donné une longue interview à la chaîne qatarie Al-Jazeera. Il a dit comprendre que les caricatures puissent « choquer ». Dans la foulée, il a aussi mobilisé la presse anglo-saxonne pour « lever les malentendus » sur le modèle français de laïcité. Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a été chargé de poursuivre dans les pays d’Afrique du Nord le travail d’explication sur la liberté d’expression « à la française ».

Au Maroc, un communiqué des Affaires étrangères avait affirmé que « la liberté d’expression ne saurait, sous aucun motif, justifier la provocation insultante et l’offense religieuse de la religion musulmane ». En Algérie, c’est le haut conseil islamique qui avait fustigé « une campagne virulente » en France contre l’islam, tandis qu’en Libye des dizaines de personnes ont brûlé, à Tripoli, une effigie d’Emmanuel Macron et un drapeau français. L’Afrique subsaharienne, en particulier au Sénégal et au Mali, a également connu des grands rassemblements pour protester contre l’« islamophobie » et les caricatures du prophète Mahomet dans les médias européens. En 2015 déjà, la publication par Charlie Hebdo, à la une de son premier numéro après les attentats contre leur journal, d’une caricature du prophète avait entrainé de violentes manifestations au Sénégal. Au Niger, la venue à Paris du président nigérien, Mamadou Issoufou, pour la grande marche « Je suis Charlie », avait été dénoncé par les religieux et l’opposition, lui reprochant de soutenir des caricatures blasphématoires… Ce pays avait vécu ensuite deux journées très violentes à Zinder et à Niamey au cours desquelles des églises, des bars, le siège d’Orange et le Centre culturel français de Zinder avaient été saccagés. C’était la première fois au Niger que la religion chrétienne était attaquée si violemment. Pour une majorité de musulmans et même dans beaucoup de pays anglo-saxons, le principe de la libre expression s’arrête aux portes de la religion.

Emmanuel Macron ne surestime-t-il pas l’influence qu’il peut avoir sur Kagamé et l’amélioration possible des relations entre la France et le Rwanda ?

Je ne pense pas. Il connaît maintenant le personnage qu’il a rencontré à plusieurs reprises, dont lors d’un long tête à tête en septembre 2017 en marge de sa participation à sa première Assemblée générale de l’ONU. Emmanuel Macron a adopté dès le départ une méthode de travail avec Kagamé : la coopération sur les sujets d’intérêt commun comme la réforme de l’Union africaine, la digitalisation de l’Afrique, l’accès à la santé, le développement économique… Cela a permis à la France d’obtenir la neutralité de Paul Kagamé sur les opérations au Sahel lorsque ce dernier a assuré la présidence de l’Union africaine en 2018. Les deux dirigeants ont aussi coopéré étroitement pour favoriser la transition en République démocratique du Congo même si le président arrivé au pouvoir, Félix Tshisekedi, n’était pas leur choix initial.

La commission d’historiens dirigée par Vincent Duclert a remis, le 26 mars 2021, un rapport sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi. Il vient valider la thèse promue par le régime rwandais depuis 1994, celui de la responsabilité politique française dans les évènements qui ont conduit au génocide, même s’il dédouane les dirigeants de l’époque et les militaires français de toute participation directe, particulièrement lors de l’opération militaro-humanitaire « Turquoise ». La clôture par la justice française du procès en 2020 sur l’attentat de l’ex-président du Rwanda, Juvénal Habyarimana, dans lequel des proches de Paul Kagamé étaient concernés, a aussi ouvert la voie à la normalisation des relations politiques. Celle-ci devrait intervenir lors du déplacement d’Emmanuel Macron au Rwanda d’ici le mois de juin, le premier depuis celui de Nicolas Sarkozy à Kigali en 2010.

Les élections fédérales allemandes de 2021 : quel programme pour les Verts en matière de défense ?

Wed, 21/04/2021 - 13:07

Alors que les élections fédérales allemandes se tiendront le 26 septembre prochain, Annalena Barebock vient d’être désignée comme cheffe de file du parti Vert allemand (Bündnis 90/Die Grünen). L’occasion de faire le point sur le programme des Verts en matière de défense et de sécurité alors que ceux-ci pourraient se voir confier le portefeuille des Affaires étrangères ou de la Défense selon le jeu des coalitions. Le point avec Gaspard Schnitzler, chercheur à l’IRIS.

Alors que depuis les élections fédérales de 2017 une « grande coalition », rassemblant l’Union chrétienne-démocrate (CDU), l’Union chrétienne-sociale (CSU) et le Parti social-démocrate (SPD) est à la tête de l’Allemagne, les Verts pourraient bien faire leur retour dans le prochain gouvernement allemand et se voir confier le portefeuille des Affaires étrangères ou de la Défense. Un tel scénario est-il probable ?

En effet, les derniers sondages outre-Rhin donnent en moyenne l’Union (CDU/CSU) gagnante aux prochaines élections fédérales, avec 29% des intentions de vote, juste devant les Verts, crédités de 21% des intentions de vote et loin devant le SPD (15,5%). Ces chiffres confirment la tendance à l’œuvre ces dernières années : alors que les résultats des partis gouvernementaux (CDU/CSU et SPD) n’ont cessé de chuter, passant de près de 50% des voix en 1983 à environ 33% lors des élections de 2017 pour la CDU/CSU, et de 43% au début des années 1980 à 20,5% en 2017 pour le SPD, le score des Verts a quant à lui fortement progressé, passant de 5% en 1990 à près de 9% en 2017 (avec un pic à 10,7% lors des élections de 2009). Par ailleurs, les Verts participent déjà à 11 des 16 gouvernements régionaux (Landesregierungen) et viennent de remporter en mars 2021 pour la seconde fois les élections régionales d’une des régions les plus stratégiques d’Allemagne, le Bade-Wurtemberg, avec 32,6% des voix. Dès lors, la constitution d’une coalition gouvernementale incluant les Verts semble plus que probable, que ce soit sous un format « noir, rouge, vert » (soit CDU/CSU, SPD, les Verts) ou « Jamaika » (CDU/CSU, FDP, les Verts). Dans un tel scénario, si la CDU/CSU reste majoritaire et qu’elle forme une coalition avec les Verts ces derniers auront le poste de ministre des Affaires étrangères, ainsi que le veut la tradition en Allemagne (le parti minoritaire dans la coalition obtient les Affaires étrangères et le parti majoritaire la Défense). Mais cela ne veut pas dire que les Verts ne seront pas influents dans le domaine de la défense. La constitution de coalitions en Allemagne donne toujours lieu à des négociations dont les résultats sont consignés dans un contrat de coalition (Koalitionsvertrag), qui permet aux partis concernés de s’accorder sur un programme commun pour la législature à venir. Or, on se souvient que dans le contrat de coalition actuel le SPD avait mis en avant la question du contrôle des exportations d’armement pour se distinguer de la CDU/CSU. Il ne fait dès lors aucun doute que les exportations d’armement, les opérations extérieures, l’OTAN, la PSDC, ou les programmes d’armement structurants (Eurodrone, SCAF, MGCS…) seront au centre des futures négociations en cas de coalition CDU/CSU-Verts.

Mi-mars, les Verts ont publié leur programme prévisionnel pour les élections de septembre, qui devra être définitivement adopté à l’occasion de la conférence du parti qui se tiendra du 11 au 13 juin. Que révèle-t-il de la ligne politique du parti en matière de politique de défense et de sécurité ? Cette dernière a-t-elle évolué ?

Le positionnement des Verts sur les questions de défense et de sécurité souffre du clivage  entre deux tendances idéologiques opposées au sein du parti : les Fundis (ou « fondateurs »), ancrés à gauche, de tradition pacifiste, anti-militaristes et anti-OTAN (ils se rapprochent sur ce point de la ligne politique du parti Die Linke), et les Realos (ou « réalistes »), plus libéraux, en faveur d’une politique de défense « pragmatique » qu’ils souhaitent à la hauteur des responsabilités qui incombent à l’Allemagne. C’est avant tout cette ligne politique, à laquelle appartient d’ailleurs la tête de liste du parti aux prochaines élections fédérales Annalena Baerbock, qui a pris le dessus ces dernières années.

Ainsi, à titre d’exemple, alors que les Verts étaient traditionnellement opposés aux interventions armées de la Bundeswehr « hors zone » (soit en dehors du territoire national et des pays de l’OTAN) et en dehors d’un cadre « humanitaire », la position du parti a progressivement évolué, notamment avec la nomination de Joschka Fischer au poste de ministre des Affaires étrangères (1998-2005). Ce dernier autorisa le premier déploiement coercitif de la Bundeswehr (dans le cadre de l’opération Allied Forces de l’OTAN en 1999) et par la suite l’intervention allemande en Afghanistan (2001). La rupture avec les racines pacifistes du parti est définitivement entamée en 2002 lorsque les Verts inscrivent dans leur programme que les opérations militaires hors du champ traditionnel d’action de la Bundeswehr sont « légitimes » dès lors qu’elles se font sous mandat de l’ONU. Depuis, le parti a voté à plusieurs reprises en faveur de déploiements de l’armée allemande ou du renouvellement de ses mandats (i.e. la contribution de la Bundeswehr à l’opération Irini, à la FINUL et à la MINUSMA), même s’il n’hésite pas à s’abstenir (i.e. Atalante et EUTM Mali) voire à s’opposer à certains renouvellements (i.e. Sea Guardian et Resolute Support).

Sur les 136 pages du programme prévisionnel des Verts, 5 sont consacrées aux questions de défense et de sécurité, sous le titre « Nous défendons la paix et la sécurité » (pages 130 à 134). Centré sur la paix, ce chapitre prévoit notamment d’accorder davantage de moyens à la prévention des conflits, de renforcer le rôle des femmes dans le domaine de la politique étrangère et de sécurité conformément à la résolution 1325 de l’ONU (dite « Femme, paix, sécurité »), ainsi que de développer le rôle du Conseil de l’Europe et de l’OSCE. Il prône également le désarmement nucléaire, la limitation des exportations d’armes ainsi que le renforcement de leur contrôle (i.e. instauration d’un droit de recours pour les ONG, transfert des compétences en matière de contrôle du ministère de l’Économie vers le ministère des Affaires étrangères). Enfin, le programme des Verts prévoit de soumettre l’usage de capacités cyberoffensives par la Bundeswehr au contrôle du Bundestag, de mieux encadrer les déploiements de la Bundeswehr et de moderniser cette dernière.

Que peut-on/doit-on retenir de ce programme ?

En matière de politique de défense et de sécurité, un élément me semble essentiel à retenir : l’ambiguïté des propositions qui reflète le clivage au sein du parti entre la branche originelle et celle plus progressiste. En effet, si les thèmes habituellement chers aux Verts sont bien présents (le désarmement nucléaire, le contrôle des exportations, l’OTAN, les opérations extérieures…), le positionnement alterne entre une ligne dure, qui semble difficilement compatible avec la perspective d’une coalition gouvernementale, et une ligne plus souple qui semble confirmer la rupture entamée et rendrait la conclusion d’un « contrat de coalition » possible. Ainsi, bien que le programme s’oppose à l’objectif de 2% du PIB de dépenses militaires qu’il qualifie d’« arbitraire », il se dit en faveur d’une loi de planification des défenses d’équipements (à l’instar de la LPM française), pour fixer à moyen et long termes les crédits alloués aux programmes d’équipements majeurs, tout en renforçant bien évidemment le contrôle du Bundestag en la matière. En matière d’armement, d’un côté le document appelle sans surprise au désarmement nucléaire, à la réduction des exportations d’armes et à la mise en place d’un contrôle des exportations d’armement au niveau européen, de l’autre il ne rejette pas catégoriquement l’usage de systèmes d’armes autonomes (tant que leur usage ne viole pas « les principes éthiques et le droit international » et qu’ils sont « soumis à un contrôle humain »). Par ailleurs, le texte prône une modernisation de la Bundeswehr afin que « les alliés puissent compter sur l’Allemagne » et n’exclut pas l’engagement de la Bundeswehr à l’étranger, dès lors qu’il « s’intègre dans un système de sécurité collective mutuelle ». Il insiste également sur la nécessité d’éviter les doublons et « de combler les lacunes capacitaires » dont souffre l’UE, appelant à davantage de « mise en commun des capacités militaires ». On peut donc s’attendre à ce que les Verts ne se prononcent pas en faveur d’un arrêt des programmes de coopération en cours en matière d’armement (MGCS, SCAF, Eurodrone…), ni ne remettent en cause l’accord franco-allemand relatif au contrôle des exportations entré en vigueur fin octobre 2019. En revanche, il n’est pas exclu que le parti soutienne une interprétation plus restrictive de cet accord, une position qui devrait néanmoins être atténuée par le passage du statut de « parti de l’opposition » à « parti de gouvernement » et qui ne se distinguerait pas tant de la position déjà soutenue par le SPD au pouvoir. Enfin, l’appartenance de l’Allemagne à l’OTAN n’est plus remise en question – le document appelle à clarifier le positionnement stratégique de l’Alliance par une analyse commune des menaces – tout comme la PSDC, qui selon les Verts « présuppose une réelle politique étrangère commune » et devrait faire l’objet d’un « contrôle parlementaire fort ».

Pages