Vous êtes ici

Agrégateur de flux

Cameroun : l’enquête d’une ONG met en lumière les trafics de faux test PCR

RFI /Afrique - sam, 08/05/2021 - 01:35
Pendant 3 mois, à l‘aéroport international de Douala, capitale économique du Cameroun, les équipes du site Data Cameroun, éditée par l’ONG Adisi Cameroun ont infiltré des réseaux de trafiquants de ces faux tests PCR nécessaires aux voyages internationaux. Elles ont pu montrer que la pratique est courante et que ce trafic existe à toutes les étapes du processus : du prélèvement au centre de dépistage jusqu’à l’embarquement. Avec évidemment le risque que des voyageurs contagieux transmettent le virus.
Catégories: Afrique

Conflits permanents entre certains gouverneurs et les assemblées provinciales : Tshisekedi pour l’organisation des élections

Radio Okapi / RD Congo - sam, 08/05/2021 - 01:18


Le Président Félix Tshisekedi a chargé le ministre de l’Intérieur de faire appel à la CENI pour procéder à l’organisation d’élections des gouverneurs dans les provinces concernées par des conflits permanents entre les gouverneurs et les assemblées provinciales.


C’est ce qu’indique le compte rendu du Conseil des ministres du vendredi 8 mai.

Catégories: Afrique

Le 9 mai, jour de la fête de l’Europe, les Européens s’interrogent sur leur avenir

RFI (Europe) - sam, 08/05/2021 - 01:14
Le 9 mai est traditionnellement le jour de la fête de l’Europe, où l’on célèbre la déclaration Schuman du 9 mai 1950 qui marque le début de la construction européenne. Mais, ce 9 mai 2021 est plus ambitieux... l’Europe se lance aujourd’hui dans la démocratie directe avec la mise en place officielle et solennelle de la «Conférence sur l’avenir de l’Europe», un projet ambitieux puisqu’il s’agit ni plus ni moins de reconnecter des citoyens désabusés au projet européen.
Catégories: Union européenne

Mesures sanitaires en Italie: à Rome, un parfum de «dolce vita» fait son retour

RFI (Europe) - sam, 08/05/2021 - 00:28
Le 26 avril, la plupart des régions italiennes ont été classées en zone jaune, la couleur indiquant un faible risque de contamination. Les trois quarts de la population bénéficient donc de nombreux assouplissements. Les terrasses sont rouvertes, avec une jauge de 4 personnes par table, et les lieux culturels accueillent de nouveau des spectateurs à 50 % de leur capacité. 
Catégories: Union européenne

L’Europe sociale, c’est reparti?

RFI (Europe) - sam, 08/05/2021 - 00:21
Cette semaine, vous revenez sur le Sommet social de l’Union européenne qui se tient les 7 et 8 mai à Porto. Quel bilan peut-on faire des politiques sociales de l’Europe depuis 1957 ?
Catégories: Union européenne

Guinée : le dossier des opposants en détention face à plusieurs incertitudes

RFI /Afrique - sam, 08/05/2021 - 00:01
La paralysie du système judiciaire, liée à une grève depuis trois semaines par les huissiers et avocats, rend le dossier des opposants au 3e mandat très incertain.
Catégories: Afrique

Sénégal : près de la moitié des 18-25 ans ne sont pas inscrits sur les listes électorales

RFI /Afrique - ven, 07/05/2021 - 23:57
Le rapport d’audit du fichier électoral, dont les conclusions ont été rendues cette semaine, révèle que près de la moitié des jeunes de 18-25 ans ne sont pas inscrits sur les listes électorales. Cet audit est l’une des étapes préalables à l’organisation des futurs scrutins, notamment les élections locales prévues avant fin janvier 2022. Mais pour l’opposition, le fichier actuel ne reflète pas la démographie du pays. Paradoxe : ce sont pourtant les jeunes qui se sont massivement mobilisés lors des manifestations de mars dernier.
Catégories: Afrique

La Pologne condamnée par la CEDH après une nomination «irrégulière» à la Cour constitutionnelle

RFI (Europe) - ven, 07/05/2021 - 23:37
Depuis l’arrivée du PiS au pouvoir en 2015, la Cour européenne des droits de l’homme est régulièrement saisie. Cette fois, c’est la Cour constitutionnelle qui était dans le viseur. La juridiction européenne estime que sa composition est « entachée d'illégalité ».
Catégories: Union européenne

Spéciale Fête de l'Europe

RFI (Europe) - ven, 07/05/2021 - 23:36
À l'occasion de la Fête de l'Europe qu'on célèbre ce dimanche 9 mai 2021, nos invités répondent aux questions posées sur les réseaux sociaux sur l'avenir de l'Europe. Clément Beaune, le secrétaire d'État aux Affaires européennes ; Raphaël Glucksmann, l'eurodéputé et Mariya Gabriel, la commissaire à la Jeunesse partagent le même constat: la pandémie a révélé des failles et il faut maintenant renforcer le projet des 27. 
Catégories: Union européenne

Zimbabwe: la société civile dénonce les tentatives du régime de changer la Constitution

RFI /Afrique - ven, 07/05/2021 - 23:21
La société civile dénonce les tentatives du régime de changer la Constitution pour consolider le pouvoir du chef de l’État Emmerson Mnangagwa, arrivé au pouvoir en 2017 après la destitution de l'ancien président Robert Mugabe. Cette semaine, les membres du Parlement –  sous le contrôle du parti au pouvoir, la Zanu-PF  – ont fait passer un amendement de la Constitution qui permettra au chef de l’Etat de contrôler un peu plus l’appareil judiciaire.
Catégories: Afrique

Nonuplés maliens nés au Maroc: de Tombouctou à Casablanca, récit d’une épopée médicale

RFI /Afrique - ven, 07/05/2021 - 23:08
Après cet accouchement hors normes mardi 4 mai au Maroc, la mère et les bébés « se portent bien », selon le gynécologue-obstétricien de la clinique privée Aïn Borja. La mère, Halima Cissé, avait été évacuée fin mars du Mali.  Neuf bébés nés vivants d'une même grossesse, une première rendue possible par la mobilisation de plusieurs médecins de Tombouctou à Casablanca en passant par Bamako qui ont tout fait pour donner à la mère et aux bébés toutes leurs chances de survie. 
Catégories: Afrique

Naissance multiple au Maroc: la mère va bien, ses neuf bébés sous surveillance

Slateafrique - ven, 07/05/2021 - 20:20

La jeune Malienne ayant accouché de neuf bébés "va bien" mais ses nouveau-nés prématurés vont rester dans un service de réanimation pendant "deux à trois mois" du fait de leur faible poids, a-t-on appris mercredi auprès

read more

Catégories: Afrique

Burkina: Blaise Compaoré et un ministre ont "posé les bases" de la réconciliation

Slateafrique - ven, 07/05/2021 - 20:20

Pour la première fois depuis sa chute en 2014, Blaise Compaoré, ex-président du Burkina

read more

Catégories: Afrique

RDC : Matata Ponyo, en séjour à Conakry, écourte son séjour pour faire face à « une justice politiquement instrumentalisée »

Radio Okapi / RD Congo - ven, 07/05/2021 - 20:10


« De Conakry où je me trouve au service de l’Afrique, j’ai décidé d’écourter mon séjour de travail et de rentrer à Kinshasa pour faire face à une justice politiquement instrumentalisée. Je suis fier d’avoir servi mon pays dans la transparence et crois en la force de la vérité ».

Catégories: Afrique

Lubumbashi : réouverture de la morgue de l’hôpital Sendwe

Radio Okapi / RD Congo - ven, 07/05/2021 - 20:01



La morgue de l’hôpital provincial de référence Jason Sendwe est de nouveau opérationnelle trois mois après sa fermeture. Ceux qui exercent les activités commerciales tout autour se frottent les mains. 


Pour sa part, l’administrateur général de la ville de Lubumbashi émet le souhait de voir les corps être vite évacués surtout ceux que l’on ramasse et qui sont en état de putréfaction. Ce qui permettrait le maintien de la morgue par de bonnes conditions hygiéniques.

Catégories: Afrique

Mbandaka : décès du journaliste Dominique Wolombi Monga Mpange

Radio Okapi / RD Congo - ven, 07/05/2021 - 19:52



Dominique Wolombi Monga Mpange, ancien journaliste de Radio Okapi a tiré sa révérence dans la nuit de jeudi à vendredi 7 mai à Mbandaka, d’une complication postopératoire.


Dominique Wolombi, affectueusement appelée Papa Do, après sa licence en pédagogie appliquée à l’ISP Mbandaka, a embrassé le journalisme dans la même ville vers 1987 à la RTNC, alors Office zaïrois de Radiodiffusion et Télévision.

Catégories: Afrique

Goma : les 5 pays de CPGL comptent éradiquer totalement les groupes armés locaux par des moyens non militaires

Radio Okapi / RD Congo - ven, 07/05/2021 - 19:46



La réunion sur l’opérationnalisation du Groupe de contact et de coordination de cinq pays membres signataires de l’accord cadre d’Addis-Abeba sur la sécurité dans la région des Grands lacs, en 2013, s'est clôturé jeudi 6 mai à Goma. Cet organe mis en place par les participants vise essentiellement l’éradication totale des forces négatives et autres groupes armés locaux, par des moyens non militaires. 

Catégories: Afrique

Kwilu : le bureau de l’Assemblée provinciale réputé démissionnaire

Radio Okapi / RD Congo - ven, 07/05/2021 - 19:40



Le bureau de l’assemblée provinciale du Kwilu est réputé démissionnaire. Il appartient maintenant au directeur administratif de convoquer la plénière afin de mettre en place un bureau provisoire pour l’élection des membres du nouveau bureau, comme prévoit règlement intérieur de cette institution.


C’est ce qu'a déclaré jeudi 6 mai à Radio Okapi le député provincial, Jean Rombeau Mulengi, après la déclaration de désaveu de tous les membres du bureau de cet organe délibérant.

Catégories: Afrique

Journée de l'Organisation pour la Sécurité Routière en Afrique de l'Ouest : Le message du ministre des Transports, Vincent Dabilgou

Lefaso.net (Burkina Faso) - ven, 07/05/2021 - 19:00

Message du ministre des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière à l'occasion de la commémoration de la journée de l'organisation pour la sécurité routière en Afrique de l'ouest (OSRAO), le 08 mai 2021

Le Burkina Faso, à l'instar des autres pays membres, commémore chaque 08 mai la journée de l'Organisation pour la Sécurité Routière en Afrique de l'Ouest (OSRAO). Créée le 7 mai 2008 par les organismes chargés de la sécurité routière des Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'OSRAO a pour mission, la promotion et le renforcement de la sécurité routière en Afrique de l'Ouest. Son objectif global est de réduire le nombre et la gravité des accidents de la circulation routière.

A cette occasion, chaque pays membre, conformément aux directives de l'OSRAO, organise des activités en lien avec le thème général de la journée.

Cette année, la journée de l'OSRAO est commémorée sous le thème : « La conscience de sécurité routière face à la pandémie mondiale ». A travers ce thème, l'engagement est de pas baisser la garde dans la promotion de la sécurité routière, malgré l'avènement de la pandémie de la maladie à Corona Virus 2019 (COVID-19). Mieux, il s'agit de prendre en compte dans les actions de promotion de la sécurité routière, les mesures relatives à la lutte contre la COVID-19.

L'objectif de cette commémoration est aussi d'accentuer la sensibilisation de la population sur les effets néfastes des accidents de la route, les bonnes pratiques en matière de sécurité routière et les gestes barrières pour réduire la propagation de la pandémie.

Nul besoin de rappeler que l'insécurité routière est un problème de santé publique et un problème de développement dans le monde et particulièrement dans les pays à faible revenu.

Au Burkina Faso, malgré les multiples efforts consentis par l'Etat et les partenaires, le phénomène de l'insécurité routière persiste. Pour preuve, selon les statistiques de l'Office National de la Sécurité Routière (ONASER) de 2020, la moyenne annuelle des accidents sur la période 2014-2020 est de vingt mille cent vingt-quatre (20 124). Ces accidents ont occasionné en moyenne quatorze mille cinq cent quatorze (14 514) blessés et neuf cent quatre-vingt-deux (982) décès sur la même période.

En rappel, les accidents de circulation sont causés par plusieurs facteurs que l'on peut regrouper en trois principaux à savoir les facteurs liés au conducteur, au véhicule et à la route et son environnement. S'agissant des facteurs liés au conducteur, l'on enregistre notamment la méconnaissance et/ou la violation du code de la route, l'excès de vitesse, la conduite sous l'emprise de l'alcool, de drogues et autres stupéfiants, l'usage du téléphone portable en circulation, la somnolence, la fatigue et l'incivisme. Quant aux facteurs relevant du véhicule, il s'agit essentiellement du mauvais état technique et de la surcharge des véhicules ainsi que leur transformation en véhicules en hors gabarits. Concernant la route et son environnement, le mauvais état des infrastructures routières, l'absence ou la mauvaise signalisation, la divagation des animaux sont essentiellement mentionnés.

En termes de répartition des accidents par facteurs, il ressort de l'étude d'amélioration des conditions de déplacement dans l'agglomération de Ouagadougou réalisée en 2000 que les accidents liés aux comportements humains occupent la première (77,9 %). Ils sont suivis respectivement par les accidents en lien avec le véhicule (13, 8%) et ceux causés par l'état de la route et son environnement (8,3%).

Les accidents de la circulation engendrent des conséquences tant du point de vue économique que social. Sur le plan économique, les accidents de la circulation coûtent chers aux gouvernements (environ 3 % de leur PIB et jusqu'à 5 % du PIB dans les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire) et entraînent des pertes économiques considérables voire un appauvrissement des victimes et leur famille car obligé d'assumer le coût des soins médicaux, de réadaptation et dans certain cas, les frais funéraires. A cela s'ajoute la perte des bras valides, soutiens des familles étant donné la jeunesse des victimes. Au plan social, les accidents occasionnent notamment des blessures, des invalidités ou des pertes en vie humaines.

Face à cette situation et afin d'inverser la tendance haussière et alarmante des accidents de la route, le Gouvernement Burkinabè, outre la création en 2008 de l'Office National de la Sécurité Routière chargé spécialement de la promotion de la sécurité routière, a organisé sa riposte contre ce fléau à travers l'adoption d'une politique nationale de sécurité routière et d'un plan d'action décennale 2011-2020.

Sur la base de ces documents, les actions telles que la normalisation des routes, l'interdiction du transport mixte, l'installation des limiteurs de vitesse sur les véhicules de transports de voyageurs, le respect de la réglementation relative aux heures de conduite et de repos des chauffeurs routiers, la règlementation sur les taux maxima d'alcoolémie dans la conduite automobile et rendant obligatoire l'installation d'éthylotest dans les gares routières de voyageurs, la règlementation de la circulation, la réglementation sur le port du casque et sur le stationnement des véhicules poids lourds à l'intérieur des communes du Burkina Faso ont été engagées. La mise en œuvre desdites actions ont permis d'engranger des résultats mais ils sont en deçà de nos attentes.

Certes, les mesures entreprises sont louables mais, au regard du fait que l'homme soit au centre de la plupart des accidents (77, 9 %), elles ont besoin d'un changement de comportements résultant d'une prise de conscience individuelle et collective pour produire les effets escomptés.

De ce fait, il me plait de rappeler que nous sommes tous des usagers de la route et ce, depuis l'enfance donc potentielle victime d'accidents de circulation. C'est pourquoi j'invite chaque acteur public et/ou privé, personne morale et/ou physique impliqué dans la sécurité routière à jouer pleinement et sincèrement sa partition pour la réussite de la lutte contre le fléau de l'insécurité routière car, c'est à ce prix, que nous vaincrons ledit fléau.

En outre, j'invite chacun de nous à donner le bon exemple sur la route à travers notamment le respect des panneaux de signalisation, des marquages au sol et des feux tricolores, la courtoisie et la prudence tout en respectant également les mesures barrières édictées dans le cadre de la lutte contre le COVID-19. Également, j'interpelle chacun de nous à s'engager singulièrement dans la sensibilisation de nos proches sur la sécurité routière afin de les éviter les situations dramatiques liées aux accidents. Je sais pouvoir compter sur la discipline et l'engagement de tout un chacun pour une réponse à la hauteur des défis que pose le phénomène des temps modernes au Burkina Faso et au reste du monde.

Par ailleurs, je voudrais saisir l'occasion de cette journée de l'OSRAO pour exprimer toute ma reconnaissance et mes encouragements à l'ensemble des acteurs pour les efforts consentis dans le cadre de cette lutte.

Aussi, voudrais-je, par la même occasion remercier les partenaires technique et financier pour leurs appuis constants dans la mise en œuvre de nos actions de promotion de sécurité routière.

Enfin, j'invite l'ensemble des acteurs et la population à participer massivement aux activités commémoratives que l'ONASER organise au cours du mois de mai 2021.
En somme, l'amélioration de la sécurité routière requiert une implication de tous et de chacun pour un changement de comportement et une responsabilité à la fois collective et individuelle. Nous devons agir ensemble et solidairement pour ne plus faire accidents de la route, une réalité.

Vincent Timbindi DABILGOU

Commandeur de l'Ordre National

Catégories: Afrique

Sécurisation des zones pastorales du Burkina : Le défi majeur du ministère des Ressources animales et halieutiques

Lefaso.net (Burkina Faso) - ven, 07/05/2021 - 18:20

Le ministère des Ressources animales et halieutiques (MRAH) a tenu la première session de son conseil d'administration du secteur ministériel (CASEM) de l'année ce vendredi 7 mai 2021, à Ouagadougou. Le premier responsable dudit département, Tegwendé Modeste Yerbanga, a dirigé les travaux : examen et adoption du rapport bilan de la mise en œuvre des activités de l'année 2020. Les participants se sont penchés sur ces sujets en vue de dégager les défis et les perspectives pour une dynamisation des zones pastorales au Burkina Faso.

« Zones pastorales du Burkina Faso : Quelle stratégie de sécurisation et de mise en valeur durable ? », tel est le thème retenu pour ce premier CASEM de l'année 2021. Pour le MRAH, Tegwendé Modeste Yerbanga, en plus d'être un sujet d'actualité, ce thème est un défi majeur pour son département. Car, de nos jours, les zones pastorales qui avaient été délimitées par l'Etat depuis plus d'une vingtaine d'années pour certaines zones, et une trentaine d'années pour d'autres, sont en train d'être recolonisées par les agriculteurs, l'orpaillage et les sites miniers. « Il est de notre devoir de travailler à ré-sécuriser ces zones de sorte à ce que nous puissions avoir des espaces de pâturage pour le cheptel et assurer une productivité assez importante pour notre cheptel au Burkina », a-t-il déclaré. *

Remise du matériel au directeur régional de la Boucle du Mouhoun

A travers ce thème, cette session a permis d'élucider les acteurs des productions animales et halieutiques sur le processus de sécurisation, notamment d'immatriculation des zones pastorales au compte du Domaine foncier national (DFN).

Egalement, des propositions d'accompagnement du MRAH ont été faites pour l'immatriculation des espaces pastoraux et de classement des pistes à bétail. Des outils efficaces de gestion des zones pastorales ont été proposés et des recommandations ont été formulées pour une dynamisation des zones pastorales.
Pour ce premier CASEM de l'année, deux points ont été soumis à l'appréciation des participants.

Le ministre de l'agriculture et celui de l'environnement ont pris part à la rencontre

Il s'agit de l'examen et l'adoption du rapport bilan de la mise en œuvre des activités de l'année 2020. Il ressort que l'année 2020 a été une année particulière pour le département en charge des ressources animales. Outre le phénomène du terrorisme, la maladie à coronavirus survenue au cours du mois de mars 2020 a fortement impacté la mise en œuvre de certaines activités, a souligné le premier responsable du MRAH.

Toutefois, d'importantes avancées ont été constatées dont entre autres, la réalisation de 183 forages pastoraux, 65 boulis et 148 parcs de vaccination ; la mise à disposition à prix subventionnés aux producteurs de 325 950 kg de semences fourragères ; l'insémination de 3 196 vaches avec des semences de races laitières ; la construction de 735 bio digesteurs ; le contrôle de 67 227 tonnes de viande dont 9 414 tonnes ont été exportées.

Les participants

Des défis restent à relever

Sur une prévision de plus de 33 millions de F CFA, près de 24 millions de F CFA ont été dépensés pour la mise en œuvre des activités. Le montant dépensé représente un taux d'exécution financière de 70,79 %. Cette exécution financière a permis une réalisation physique de 71,67 % du plan de travail de l'année 2020.

La présente session a permis aux participants de tirer les leçons des contraintes rencontrées en 2020 pour pouvoir impacter l'année en cours. Les défis de l'heure se rapportent au référentiel national de développement qui est en cours d'élaboration, et à la mise en œuvre du contrat d'objectif du programme présidentiel.

La mobilisation des participants était de taille

Interpellé sur un projet phare de son prédécesseur, le ministre Yerbanga rassure : « Au stade d'aujourd'hui, nous avons l'abattoir de Kaya qui est fini et qui sera mis en gestion dans les prochains mois et l'abattoir de Ouahigouya dont nous escomptons la fin des travaux d'ici juin 2021 ».

Dans cette même lancée, le ministère a conduit deux études de faisabilité pour l'implantation de deux autres abattoirs notamment des complexes d'abattoirs frigorifiques intégrés. Ces complexes d'abattoirs devront voir le jour à Fada et à Bobo-Dioulasso, foi du ministre Yerbanga.

Au-delà de la construction des abattoirs, le MRAH veut innover en organisant en amont les producteurs pour la production du cheptel, la transformation des viandes au niveau des abattoirs, et en aval pour pouvoir exporter la viande. Au cours de cette rencontre, le ministre Yerbanga a remis du matériel informatique aux directeurs régionaux de la Boucle du Mouhoun et de l'Est.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Catégories: Afrique

Pages