Vous êtes ici

Agrégateur de flux

L'adoption autorisée à un couple homosexuel en Croatie, une première

RFI (Europe) - ven, 07/05/2021 - 00:56
C'est un jugement historique pour les droits des homosexuels en Croatie, un pays conservateur à majorité catholique. Un tribunal local a ouvert la voie à l'adoption d'enfants par des couples gays. Il a annulé le rejet formulé en 2016 par un centre d'aide sociale face à une demande d'adoption déposée par deux hommes, deux hommes qui depuis n'ont cessé de se battre.
Catégories: Union européenne

Escalation in the Kyrgyz-Tajik Borderlands

SWP - ven, 07/05/2021 - 00:00

A conflict over water escalated at the end of April into the most serious border clashes between Kyrgyzstan and Tajikistan since independence in 1991. By 1 May, 36 deaths had been reported on the Kyrgyz and 16 on the Tajik side, with more than two hundred injured and dozens of homes destroyed.

This was not the first outbreak of armed violence in the contested territories of the Ferghana valley, whose densely populated oases depend on scarce water sources for irrigation. The administrative boundaries in this multi-ethnic area were drawn during Soviet times and have been disputed ever since. When the former Soviet republics of Uzbekistan, Kyrgyzstan and Tajikistan gained independence in 1991, delimitation of what were now international borders became a major issue, and has been the subject of negotiations ever since. Almost half of the 970-kilometre Tajik-Kyrgyz border remains contested, with large sections neither demarcated nor controlled by border posts. It is here, in the mountains between Batken in Kyrgyzstan and Isfara in Tajikistan, that the most recent violence occurred. Although Kyrgyz and Tajiks have coexisted for generations here, population growth and increasing scarcity of arable land and water have raised tensions, resulting in occasional violence between inhabitants of the border zone.

The conflict dynamic

This time, the bone of contention was the installation by Tajik workers of a surveillance camera at a joint water supply station situated on Kyrgyz territory, to monitor the distribution of water between the two sides. The distribution is governed by bilateral agreements, but the Tajiks apparently believed that the Kyrgyz were exceeding their allocation. While Kyrgyzstan had earlier installed its own camera at that water station, the Tajik move was perceived as a provocation and a Kyrgyz local official, accompanied by law enforcement and an angry crowd, demanded the removal of the Tajik camera. The situation quickly escalated to involve more than a hundred participants on each side – including border guards using hunting rifles, handguns and by some accounts even light military weapons, including mortars. A similar but much smaller incident occurred in September 2019, and clashes claiming lives on both sides have become frequent over the past decade. The drivers of violence are mostly economic in nature, revolving around the distribution of local resources and natural endowments. A truce was agreed on the evening of 29 April and eventually stopped the fighting which had spread further to border villages as far as 70 kilometres from the initial incident.

Historical background

While each side blames the other for starting it, the violence does not seem to have happened by accident. In February 2021, amidst fresh complaints about Tajiks illegally using land belonging to Kyrgyzstan, Kyrgyz activists demanded that the newly elected President Sapar Japarov – who advocates nationalist and populist positions – take up the border issue. Shortly afterwards, in late March, Kamchybek Tashiev, the Chairman of Kyrgyzstan’s State Committee for National Security proposed an exchange of territory involving the densely populated Tajik exclave of Vorukh. The offer was castigated by former Tajik foreign minister Hamroxon Zarifi, with officials and commentators on both sides insulting each other on social media and other outlets. A few days later, Kyrgyzstan held military exercises in its Batken region, involving as much as 2,000 soldiers, 100 tanks and armored personnel carriers; around 20 units of self-propelled artillery were also involved in the drill. On 9 April, Tajik President Emomali Rahmon paid a demonstrative visit to Vorukh and declared that exchanging the exclave for contiguous territory was out of the question.

Given this background of tensions, a heightened state of alert and military deployment on the Tajik side of the border would be expected in response to the Kyrgyz land swap proposal and the subsequent military exercise. It certainly testifies to deeply entrenched mistrust on the Tajik side. The same mistrust and suspicion characterise the Kyrgyz narrative that the recent incident was planned and that the Tajik president is heading for war with Kyrgyzstan in order to distract his nation from the ever worsening economic situation.

Limited scope for external action

The two sides have now announced that they will negotiate the demarcation of a 112 kilometre section of the border, although the details remain unclear. Given the conflicting interests and strong emotions attached to the border issue, new clashes can flare up at any time. External actors have little influence and, as things stand, a lasting solution is a remote prospect. Efforts should therefore concentrate on confidence-building along two axes: humanitarian engagement involving NGOs and Kyrgyz and Tajik communities in the border areas, and strengthening existing early warning mechanisms to help the two governments prevent future escalations. The conflict early warning framework of the Organisation for Security and Cooperation in Europe (OSCE) could be employed in coordination with the two governments. The EU and UN could also contribute by training local officials in conflict resolution and crisis response. Local police should have rapid response teams ready to intervene to stop local clashes. Last but not least, the United Nations in particular should work towards resolving the underlying water resource conflict, by helping establish a “fair” distribution accepted by both sides.

Covid-19: le soutien américain à une levée des brevets sur les vaccins suscite l’espoir en Afrique

RFI /Afrique - jeu, 06/05/2021 - 23:34
La position de l'administration américaine en faveur d'une levée temporaire des brevets sur les vaccins contre le Covid-19 suscite l’espoir en Afrique. Réclamée notamment par l’Inde et l’Afrique du Sud, cette mesure est destinée à accélérer la production et la distribution des vaccins anti-Covid, à l’heure où les pays pauvres manquent cruellement de doses. L’Organisation mondiale de la santé y voit aussi l’occasion pour l’Afrique de booster sa capacité de fabrication.
Catégories: Afrique

Programme d'approvisionnement en eau et assainissement (PAEA) : Un atelier pour mieux impliquer les acteurs

Lefaso.net (Burkina Faso) - jeu, 06/05/2021 - 23:00

Le ministère de l'Eau et de l'Assainissement a organisé, le jeudi 6 mai 2021 à Bobo-Dioulasso, un atelier d'information et de concertation sur les activités du Programme d'approvisionnement en eau et assainissement (PAEA). L'objectif de cette rencontre est de susciter l'engagement des acteurs administratifs du niveau central et déconcentré, pour accompagner la mise en œuvre des activités.

Ce programme vise à améliorer l'accès, la durabilité, l'efficacité et la responsabilité de la prestation de services d'approvisionnement en eau et assainissement en milieu urbain et rural, à renforcer la base de connaissances pour la Gestion intégrée en ressources en eau (GIRE) et à renforcer le capital humain pour garantir la pérennité de la prestation de services.

Cet atelier a été initié pour favoriser la compréhension des actions prévues dans le domaine de résultats 3 du PAEA qui ont pour but de contribuer à pallier le déficit de connaissances sur les ressources en eau du pays, qui est à l'origine des difficultés de leur mobilisation et de leur gestion. Ainsi, la réalisation de plusieurs études et travaux de haut niveau prévue dans le cadre de ce domaine de résultats devrait contribuer à une meilleure connaissance des ressources en eau aussi bien de surface que souterraine.

Les participants

Ces prestations comportent entre autres de vastes campagnes de prospections géophysiques aussi bien dans la zone sédimentaire que sur le socle cristallin, la réalisation de forages profonds de plus de 500 à 2 000 mètres dans le bassin sédimentaire de l'Ouest, le développement d'un modèle de gestion des aquifères du bassin sédimentaire de l'Ouest, l'évaluation des ressources en eau disponibles et le renforcement des réseaux de suivi des ressources en eau.

Au terme de ces études, le Burkina disposera d'une cartographie des potentielles zones aquifères du socle cristallin, d'une connaissance plus fiable du potentiel en eau souterraine et de surface du pays, d'un portail web à travers lequel le public aura accès à l'information sur l'eau, etc.

Ousmane Nacro, ministre de l'Eau et de l'Assainissement.

A l'état actuel de la mise en œuvre de cette composante, la plupart des études prévues sont en cours de démarrage. Mais étant donné la spécificité de ces prestations et le contexte sécuritaire actuel du pays, une implication des autorités compétentes de ces zones d'intervention facilitera sans aucun doute l'atteinte des résultats. L'atelier devrait donc permettre la mise en place d'actions concrètes et vigoureuses pour une mise en œuvre participative et concertée des activités.
Le PAEA constitue l'un des dispositifs mis en place par l'Etat burkinabè, en collaboration avec la Banque mondiale, pour apporter une réponse adéquate à la problématique de la connaissance des ressources en eau du Burkina.

Selon le ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Ousmane Nacro, cet atelier a pour objectif d'amener les participants à s'approprier les activités de ce programme qui vont se dérouler dans les différentes régions concernées par le programme. Au retour, les premiers responsables de ces régions travailleront à sensibiliser à leur tour les populations locales.

Le PAEA s'étend sur trois ans avec deux ans déjà consommés. Comme résultats, on note plus de 20 000 branchements particuliers (compteurs d'eau que les populations arrivent à amener chez elles), plus de 65 AEP réalisés, près de 1 000 forages réalisés et le feu vert du conseil des ministres du 5 mai 2021 autorisant la réalisation de 38 000 latrines dans les zones d'intervention de ce projet.

Jean Mathieu Bingbouré, coordonnateur du PAEA.

Il est donc impératif pour le ministère de l'Eau d'assurer le succès de la mise en œuvre des activités de ce programme pour cette dernière année, afin de permettre à l'Etat qui s'est engagé aux côtés de la Banque mondiale pour pouvoir réduire la pauvreté au Burkina Faso en augmentant le taux d'accès à l'eau potable à tous.
Comme l'a souligné Jean Mathieu Bingbouré, coordonnateur du PAEA, ils veulent terminer ces études qu'ils avaient entamées pour une connaissance approfondie des ressources en eau du Burkina dans la perspective d'une meilleure gestion de cette ressource. [ Cliquez ici pour lire l'intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Catégories: Afrique

Ituri : restaurer la paix dans 4 des 5 territoires de la province, principal défi du nouveau gouverneur

Radio Okapi / RD Congo - jeu, 06/05/2021 - 22:20


Dans son ordonnance publiée mardi, le Chef de l’Etat a nommé un gouverneur militaire et un vice-gouverneur policier pour conduire les affaires de l’Ituri dont la population aspire depuis trois ans à la paix. 


Selon plusieurs sources locales, les défis qui les attendent sont multiples. C’est d’abord l’éradication de plusieurs groupes armés qui sont actifs dans quatre territoires sur cinq que compte l’Ituri.

Catégories: Afrique

Niger: les attaques se multiplient dans les régions frontalières avec le Mali

RFI /Afrique - jeu, 06/05/2021 - 21:26
Au Niger, une nouvelle attaque a tué 15 soldats et en a blessé quatre autres mardi 4 mai, dans la région de Tillabéry à l'ouest du pays. Le ministère de la Défense l'a annoncé mercredi par communiqué. C'est la deuxième attaque d'envergure qu'essuient les forces armées nigériennes en 4 jours, portant le bilan à plus de 31 militaires tués.
Catégories: Afrique

L'éradication de tous les groupes armés, le principal défi du nouveau gouverneur du Nord-Kivu

Radio Okapi / RD Congo - jeu, 06/05/2021 - 21:09



Les attentes sont nombreuses pour le nouveau patron de la province du Nord-Kivu. Si les uns restent optimistes au retour de la paix, les autres pensent que le gouvernement militaire provincial doit mettre en marche toutes ses batteries pour en finir une fois pour toutes avec l’insécurité dans la région de Beni.

Catégories: Afrique

Maniema : la Croix-Rouge compte assainir les marchés de Kindu

Radio Okapi / RD Congo - jeu, 06/05/2021 - 19:24



A l'occasion de la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge célébrée le 8 mai, la direction provinciale de cet organisme compte assainir pour une semaine les marchés ainsi que les écoles primaires de la ville de Kindu et ceux de la commune rurale de Salamabila.

Catégories: Afrique

Kwilu : la mairie de Kikwit et l’ONG ACODEJ signent une convention pour la gestion des forages d’eau potable

Radio Okapi / RD Congo - jeu, 06/05/2021 - 19:14



La mairie de la ville de Kikwit, maitre d’ouvrage et l’ONG Association pour la conservation de la nature et l’encadrement des jeunes désœuvrés, (ACODEJ) ont signé ce jeudi 6 mai une convention pour la gestion des forages d’eau.

Catégories: Afrique

Sud-Kivu : BCNUDH à Shabunda pour une mission de sensibilisation sur les droits de l'homme

Radio Okapi / RD Congo - jeu, 06/05/2021 - 19:11



Une équipe du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme(BCNUDH) effectue depuis mardi 4 mai une mission à Kigulube, dans le territoire de Shabunda (Sud-Kivu). 


Le but de la mission est de sensibiliser la population sur les droits des femmes à la protection et à la participation pour l’égalité et la paix autour des mines artisanales.

Catégories: Afrique

Burkina Faso : L'OIM remet des équipements i-Civil d'environ 28 millions de FCFA au gouvernement

Lefaso.net (Burkina Faso) - jeu, 06/05/2021 - 18:50

Accompagner le gouvernement burkinabè dans la modernisation du système national d'enregistrement des naissances afin d'améliorer l'offre des services d'état civil, c'est le cheval de bataille de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui fait un don de matériels informatiques d'une valeur d'environ 28 millions de FCFA à la Direction générale de la modernisation de l'état civil (DGMEC). Le présent don est réceptionné par le ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, Clément P. Sawadogo, ce jeudi 6 mai 2021 à Ouagadougou.

Dans le cadre de la modernisation de l'état civil du Burkina Faso, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) apporte un soutien aux efforts du gouvernement dans son processus de mise à l'échelle de la solution intégrée « i-Civil », débutée en janvier 2020. Pour ce faire, l'OIM offre ce jeudi 6 mai 2021, un ensemble de matériel informatique destiné à rehausser le nombre de centres d'enregistrement numérique opérationnels des naissances, mais aussi des décès.

Une action qui permettra l'enregistrement des actes d'état civil et facilitera l'accès des populations vulnérables aux services d'état civil ainsi qu'à la justice.
De ce fait, six zones d'intervention de l'OIM sont principalement ciblées ; il s'agit des communes de Sangha, Soudougui, Yargatenga (région du Centre-Est) et Pama, Kompienga, Madjoari (région de l'Est) qui vont être connectées au registre numérique national basé à la Direction générale de la modernisation de l'état civil (DGMEC).

Allocution du ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, Clément P. Sawadogo

Ce geste de l'OIM, qui vient à point nommé pour appuyer l'action gouvernementale, est salué par le ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, Clément P. Sawadogo, qui a reçu symboliquement le don de l'Agence intergouvernementale en leur traduisant sa reconnaissance pour leur engagement au développement du Burkina Faso.

« Je reste persuadé que c'est en partenaire convaincu et déterminé que vous apportez cet appui au gouvernement burkinabè, dans l'espoir que chaque Burkinabè soit à mesure de se prévaloir des droits inhérents à son identité sécurisée. Je me réjouis de cette coopération et vous rassure de notre détermination à en respecter les clauses, pour non seulement le bien-être de nos populations mais aussi pour le développement de notre pays. »

Aïssatou Guisse Gaspar, cheffe de mission de l'OIM au Burkina Faso

En outre, l'OIM avec le soutien financier du Fonds de consolidation de la paix des Nations-unies, dit vouloir accompagner l'Etat burkinabè dans son objectif d'offrir des services d'état civil de qualité aux populations. « Comme l'a dit monsieur le ministre, toute personne qui naît a droit à être reconnue par un Etat, et l'OIM et ses partenaires sont ici pour accompagner le Burkina Faso à offrir des services de qualité à tous les citoyens quelle que soit leur localité. »

D'une valeur de près de 28 millions de FCFA, le matériel informatique offert par l'OIM, se compose comme suit :
21750 identifiants uniques i-Civil avec support carte pour l'enregistrement des nouveau-nés

31 smartphones i-Civil pour la déclaration des naissances et des décès

07 ordinateurs pour les centres principaux et les tribunaux de grandes instances (TGI)

07 clés de cryptage sécurisées i-Civil

07 imprimantes HP Laserjet

07 douchettes pour lecture électronique

06 box de connexion

72 cartes de recharge

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Catégories: Afrique

Yako : Un enfant de 14 ans se donne la mort par pendaison

Lefaso.net (Burkina Faso) - jeu, 06/05/2021 - 18:43

Un enfant de près de 14 ans, s'est donné la mort ce jeudi 6 mai 2021par pendaison, au secteur n°4 de Yako, selon l'AIB.

Selon les informations réunies, la victime s'était rendue à la fontaine pour puiser de l'eau à l'aide d'une charrette à traction asine.

L'enfant aurait par la suite utilisé la corde de son âne pour se pendre à environ 20 mètres de ladite fontaine.

Pour l'heure, les motivations de ce suicide ne sont pas encore élucidées.

Source : AIB

Catégories: Afrique

Changement climatique : Un projet pour accroître la résilience des populations ouest africaines

Lefaso.net (Burkina Faso) - jeu, 06/05/2021 - 18:40

Le ministre de l'Environnement, de l'Economie verte et du Changement climatique, Siméon Sawadogo, a procédé le jeudi 6 mai 2021 au lancement officiel du Programme BENKADI. Porté par un consortium de plateformes d'ONG de quatre pays d'Afrique de l'Ouest et d'une ONG néerlandaise, ce programme a pour objectif d'améliorer l'efficacité des politiques publiques en matière d'adaptation au changement climatique et d'atténuation de ses effets.

Le programme BENKADI, qui signifie en langue bambara « travailler ensemble dans la même direction », est porté par un consortium de quatre plateformes d'ONG de quatre pays d'Afrique de l'Ouest et d'une ONG néerlandaise. Il s'agit du Secrétariat permanent des ONG (SPONG) au Burkina Faso, la Plate-forme des acteurs de la société civile au Bénin (PASCiB), la Convention de la société civile ivoirienne (CSCI) de la Côte d'Ivoire, le Secrétariat de concertation des ONG nationales du Mali (SECO-ONG) et une ONG néerlandaise, Woord En Daad.

Il est né du constat que les quatre pays du (Burkina Faso, Bénin, Côte d'Ivoire, Mali) sont communément affectés par les effets des changements climatiques avec des conséquences comme l'insécurité alimentaire et nutritionnelle, le faible accès à l'énergie, les conflits sociaux et les migrations de populations liées à la raréfaction ou à la dégradation des ressources naturelles et l'augmentation de la charge de travail des femmes.

La présidente du SPONG, Mavalow Christelle Kalhoule.

A cet effet, selon la présidente du SPONG, Mavalow Christelle Kalhoule, le partenariat entre les cinq membres du consortium part du principe que, « renforcer la société civile contribue à une société ouverte, renforce la démocratie et la primauté du droit dans la plupart des pays où l'espace civique est sous pression et où la liberté d'association, de réunion et d'expression est sévèrement restreinte, par exemple par des restrictions bureaucratiques, le recours à la violence ».
Relever les défis de la lutte contre le changement climatique

Pour le ministre de l'Environnement, de l'Economie verte et du Changement climatique, Siméon Sawadogo, en choisissant de soutenir les plateformes de la société civile des quatre pays de l'Afrique de l'Ouest, le programme BENKADI appuie de facto les politiques publiques du Burkina Faso en matière de lutte contre le changement climatique. « Je me réjouis de cette complémentarité entre le gouvernement et les acteurs de la société civile », a-t-il lancé.

Le ministre de l'Environnement, de l'Economie verte et du Changement climatique, Siméon Sawadogo

A l'en croire, ce programme pourrait aider à relever les défis dans le cadre de cette lutte. Il s'agit notamment de l'amélioration de la synergie entre les différents acteurs intervenant dans le domaine des changements climatiques ; le renforcement des capacités des acteurs pour la mobilisation des financements en lien avec la mise en œuvre des actions d'atténuation et d'adaptation aux changements climatiques, et la prise en compte des changements climatiques dans les politiques, plans et stratégies de développement.

De son côté, le chargé d'affaires de l'Ambassade des Pays-Bas, Maarten Rush, a au nom de son pays félicité le consortium pour le lancement ce projet qui sera d'une grande utilité pour les pays bénéficiaire. Pour l'occasion, il a rassuré le consortium de la disponibilité de son pays d'accompagner le programme pour l'atteinte des objectifs.

Le coordonnateur régional du projet, Sylvestre Tiemtoré

Les attentes du programme BENKADI

Selon le coordonnateur régional du projet, Sylvestre Tiemtoré, à travers ce programme, chaque pays attend des changements spécifiques. Il s'agit pour le Bénin que la PASCiB et ses partenaires à tous les niveaux fournissent des contributions qui sont prises en compte dans le processus d'identification, de planification, d'exécution, de suivi et d'évaluation des politiques et programmes d'adaptation basée sur les écosystèmes.

Au Burkina Faso qu'un dispositif fonctionnel de suivi-évaluation et de capitalisation des résultats de l'ensemble des acteurs de la contribution déterminée au niveau national (CDN), y compris les femmes, les jeunes et les personnes vivant avec un handicap intervenant dans les sept régions du projet, existe et permette de mesurer les progrès du pays en matière d'adaptation et d'atténuation au changement climatique.

Le chargé d'affaires de l'Ambassade des Pays-Bas, Maarten Rush

En Côte d'Ivoire que les communautés locales, les OSC, les autorités, le secteur privé et les comités locaux de développement durable des zones cibles s'engagent à améliorer la gestion communautaire de moins de 20% des agriculteurs identifiés dans la périphérie des aires protégées.

Au Mali que les communautés locales, les OSC et associations dans les 24 collectivités territoriales de la zone du programme participent effectivement à l'intégration des changements climatiques dans les politiques et PDESC, au suivi-évaluation des politiques et veillent au respect des engagements conduisant à la reforestation de 30% dans la zone d'intervention du programme.

Pour rappel, ce programme est financé par le Royaume des Pays-Bas sur cinq ans (2021-2025). Il sera mis en œuvre dans quatre pays, 30 régions, 67 communes couvertes pour une enveloppe de 21 658 102 d'euros soit plus de 14 milliards 200 millions de FCFA.

Judith Sanou
Lefaso.net

Catégories: Afrique

Lubero : l'administrateur interdit toute fabrication des armes calibre 12 sur le territoire

Radio Okapi / RD Congo - jeu, 06/05/2021 - 16:42


L'administrateur du territoire de Lubero (Nord-Kivu), Richard Nyembo wa Nyembo, a interdit la fabrication des armes de type calibre 12 sur l’ensemble de son entité jusqu’à nouvel ordre. Dans une décision signée le lundi 3 mai, il instruit les services de sécurité de mettre cette mesure en exécution.

Catégories: Afrique

Uvira : des hauts officiers militaires en mission de pacification dans les hauts plateaux de Fizi et d'Uvira.

Radio Okapi / RD Congo - jeu, 06/05/2021 - 16:35

 



 


Quatre officiers supérieurs des Forces armées de la RDC (FARDC), en provenance de Kinshasa, ont entamé mercredi 5 mai à Minembwe, une série des rencontres de dialogue de paix. Tous sont des colonels, représentants, les quatre communautés en conflit dans les hauts plateaux : Babembe, Banyamulenge, Banyindu et Bafuliiru. 

Catégories: Afrique

Nord-Kivu : le gouverneur Nzanzu appelle au soutien des autorités militaires

Radio Okapi / RD Congo - jeu, 06/05/2021 - 15:38


Le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Carly Nzanzu, appelle ses administrés à soutenir les nouvelles autorités militaires provinciales nommées récemment par le Chef de l’Etat. Au cours d’une conférence de presse, mercredi 5 mars à Goma, il a lancé un appel à la mobilisation en faveur des Forces armées de la RDC (FARDC), pour que l’état de siège puisse réussir.  

Catégories: Afrique

Kwango : une messe en mémoire des victimes des massacres de Kenge

Radio Okapi / RD Congo - jeu, 06/05/2021 - 14:50


L’ASBL Jeunes authentiques et visionnaires du grand Bandundu (JAVIBA) a organisé mercredi 5 mai à la cathédrale Miss Anuarite de Kenge (Kwango), une messe de suffrage en mémoire des victimes de massacres de Kenge, perpétrés les 4 et 5 mai 1997. 


A cette occasion, des gerbes des fleurs ont été déposés à la statue la pleureuse de Kenge par les autorités provinciales pour commémorer ces morts. 


Le président de JAVIBA, Faustin Bimitia, annonce qu’un monument sera érigé à Kenge en mémoire de ces victimes des massacres :  

Catégories: Afrique

Eliminatoires-Mondial 2022 : la RDC jouera ses matches en septembre

Radio Okapi / RD Congo - jeu, 06/05/2021 - 13:47


Dans un communiqué publié jeudi 6 mai sur le site de la CAF, la Commission d'Urgence de la CAF, en concertation avec la FIFA, a décidé de reporter les éliminatoires africaines de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 qui devaient se jouer en juin 2021.


Les rencontres des éliminatoires se tiendront désormais durant les fenêtres internationales de septembre, octobre et novembre 2021, ainsi que de mars 2022.

Catégories: Afrique

Pages