You are here

Diplomacy & Defense Think Tank News

Le monde arabe en morceaux ?

Institut Montaigne - Wed, 11/03/2020 - 16:03

Retrait américain, mouvements populaires en Algérie, au Liban et en Irak… Comment expliquer ces évolutions qui ont cours actuellement au Moyen-Orient ? Quelles conséquences revêtent-elles pour la région ? Pour l’Europe ? À l’occasion de la publication de la nouvelle édition de son ouvrage Le monde arabe en morceaux : des printemps arabes au recul américain (Éditions Armand Colin), Charles Thépaut, chercheur invité au Washington Institute for Near East…

La 5G au Japon, un miroir pour l’Europe

Institut Montaigne - Wed, 11/03/2020 - 09:48

Il est naturel que les débats autour de la 5G gravitent autour de la Chine, des États-Unis et du positionnement stratégique de l'Europe dans un ordre international à la bipolarité croissante. L’année 2020 est, pour l’Europe, celle des choix -  et ceux-ci sont difficiles. Comment protéger les infrastructures critiques du continent contre les fournisseurs à haut risque, tout…

Syrie/Idlib – nouvelle crise des migrants ou moment géopolitique majeur ?

Institut Montaigne - Tue, 10/03/2020 - 12:48

Le 24 février, une escadrille de chasseurs russes et syriens frappait une position occupée par l’armée turque dans la région d’Idlib, faisant 33 morts parmi les soldats turcs. Les Russes allaient par la suite expliquer que les Turcs, venus en renfort pour s’opposer à l’offensive du régime d’Assad contre la dernière enclave tenue par les rebelles, n’avaient pas signalé leur présence. Leur localisation aurait été en outre indiscernable de positions…

الهجمات ا إ لسلامية المتطرفة ف ي العالم 2019 – 1979

Fondapol / Général - Tue, 10/03/2020 - 11:53

Découvrez en version arabe l’étude Les attentats islamistes dans le monde 1979-2019. Depuis l’invasion de l’Afghanistan par l’Armée rouge, en 1979, le monde est ébranlé par le terrorisme djihadiste. En quarante ans, les attentats islamistes se sont multipliés, atteignant jusqu’au coeur des pays occidentaux, New York, Madrid, Londres, Paris, mais aussi Moscou, etc. Installant des […]

The post الهجمات ا إ لسلامية المتطرفة ف ي العالم 2019 – 1979 appeared first on Fondapol.

Moyen-Orient, la dangereuse dérive d'une région sans maître

Institut Montaigne - Mon, 09/03/2020 - 10:43

Dans un contexte de désordre et d'impuissance généralisée, le Moyen-Orient est de plus en plus seul face à lui-même et à ses responsabilités. Les nations s'y affrontent, mais aucune n'est capable de prendre le leadership pour sortir du chaos. Et si cette région était la préfiguration de notre futur ?

"Le Marteau sans maître" : c'est en 1954 que Pierre Boulez composa cette œuvre pour voix et six instruments d'…

Signes des temps – 2014-2020 : l’explosion du clientélisme municipal

Fondapol / Général - Sun, 08/03/2020 - 11:08

Alors que les élections municipales se dérouleront les 15 et 22 mars prochains, deux livres très différents l’un de l’autre dressent pourtant un même constat au vitriol du phénomène du clientélisme politique dans plusieurs villes de France, et de ses conséquences sur la gouvernance des territoires. Municipales : banlieue naufragée du romancier Didier Daeninckx se présente comme […]

The post Signes des temps – 2014-2020 : l’explosion du clientélisme municipal appeared first on Fondapol.

Le grand doute : les primaires démocrates à l’ombre de Donald Trump

Institut Montaigne - Fri, 06/03/2020 - 14:22

Actuellement Visiting Fellow à l’Atlantic Council à Washington DC, Olivier-Rémy Bel est allé sur le terrain, en Caroline du Sud, dans les jours qui ont précédé le Super Tuesday, à la rencontre des électeurs mobilisés par les primaires démocrates, et des partisans de Donald Trump électrisés par sa venue. Il nous livre ici ses impressions, et quelques hypothèses pour éclairer les enjeux des élections du mois de novembre.

Au…

Notre avis sur le cheval à bascule

RMES - Fri, 06/03/2020 - 13:32

Depuis des lustres, un bon nombre de jouets parviennent toujours à faire fondre le cœur des bouts de chou. Parmi ceux-ci se retrouve l’incontournable cheval à bascule. Le cheval à bascule est un support, utilisé par les enfants dès leurs neuf premiers mois, fille comme garçon. Il suffit que votre bébé puisse s’asseoir de lui-même ou marcher tout seul, pour que vous puissiez lui offrir ce jouet qui perdure dans le temps.

Cet article vous permettras peut être de prendre une décision, http://www.leparisien.fr/guide-shopping/conso/jouets/zoom-sur-les-meilleurs-jouets-en-bois-pour-enfants-28-10-2019-8181687.php

Voulez-vous offrir un cheval à bascule  à votre enfant comme premier cadeau d’anniversaire ? Notre avis pourrait vous convaincre définitivement de lui faire ce plaisir.

Un jouet dont la notoriété demeure

Le cheval à bascule existe depuis 1840 et continue de plaire aux enfants jusqu’à présent. Cependant, ce jouet à bascule fut créé sur divers modèles et matériaux. Il y a sur le marché des jouets toute une variété de chevaux à bascule. Il en existe en bois, les plus courants, en plastique, en tissu, en bambou, ou encore en peluche… tous des bascules à sabots.

Votre bébé peut s’y asseoir confortablement, s’y amuser librement, tout en apprenant de lui-même certains concepts de déplacement.

Un jouet polyvalent

Les chevaux à bascule sont des jouets qui interviennent dans presque toutes les activités de votre enfant. Ils lui permettent de vite apprendre, ou même assimiler les mouvements de balance, et de la rotation.

Le cheval à bascule est un jouet à multiples avantages, d’où sa polyvalence. En se servant de son cheval à bascule, votre enfant pourra se divertir facilement, et s’épanouir de lui-même. Ce jouet à bascule favorise le développement psychologique et physique de l’enfant.

Il peut l’accompagner dans tous ses apprentissages, comme basculer de la gauche vers la droite ou même de l’avant vers l’arrière sans avoir peur. C’est un support très équilibré.

à Consulter aussi, Comment marche un presse-purée ?

Le meilleur jouet qualité- prix

Certains accessibles à des prix très abordables, il est possible de faire plaisir à votre bout de chou et lui offrir un cadeau qui conviendrait à ses goûts. Chaque marque spécialisée dans la fabrication de cheval à bascule propose plusieurs types de qualités. Vous pourrez donc acheter un cheval à bascule dans le bas de gamme, avec 30 euros, au plus.

Selon le goût des couleurs, du design et du poids de votre enfant, vous pouvez opter pour un cheval ayant un matériau de fabrication solide et efficace, comme le bois, à partir de 50 euros.

Les fabricants de ces jouets à bascule ont même prévu des sonorités berçantes sur certains modèles en haut de gamme. Ceux-ci se vendent à partir de 78 euros et bien au- delà si vous voulez le meilleur rapport en qualité comme en prix.

Il existe différents chevaux à bascule de marques tels que Evearth, Vilac ou Janod avec de jolis design que vous pouvez avoir à 86 euros. À vous de choisir ce qui vous convient et qui fera le bonheur de votre bébé. Les modèles en plastique sont vendus à partir de 40 euros et bien moins cher encore s’il s’agit d’un cheval à bascule en peluche.

Après nos différents test nous pouvons désormais vous diriger vers ce qui est pour nous le meilleur modèle de jouet à bascule, le cheval à bascule Janod J05984.

L’article Notre avis sur le cheval à bascule est apparu en premier sur RMES.

[Les entretiens géopolitiques d’IRIS Sup’ #10] Primaires démocrates et situation en Libye

IRIS - Fri, 06/03/2020 - 11:26

Une fois par mois, Pascal Boniface rencontre des étudiants d’IRIS Sup’ pour aborder les grands thèmes de l’actualité internationale.

Cette semaine Joachim et Lambert l’interrogent sur les primaires démocrates et la situation Libye.

L’émission est disponible sur Soundcloud, l’application Podcast, I-Tunes, Youtube, le site internet de l’IRIS, Mediapart et le blog de Pascal Boniface.

5G et machine learning : changement de paradigme ?

Institut Montaigne - Fri, 06/03/2020 - 10:08

D’ici 2030, quelques centaines de milliards d'appareils de notre vie quotidienne (téléphones, tablettes, drones, voitures ou assistants personnels) seront connectés au réseau 5G pour dialoguer entre eux et stockeront les données collectées par leurs capteurs. L'extraction de valeur résidera donc dans notre aptitude à faire évoluer les modèles d’intelligence artificielle (IA). Victor Storchan, Senior Machine Learning Engineer pour une grande banque et…

Comment se procurer le bon casque de réalité virtuelle ?

RMES - Fri, 06/03/2020 - 10:07

Si vous n’avez pas encore en votre possession de casque à réalité virtuelle, il est temps d’y remédier et de vous mettre à la page. Ne vous précipitez cependant pas dans cet achat. Laissez-nous vous faire part des critères à prendre en compte afin d’effectuer le meilleur choix possible.

Le confort assuré par le casque

Avant de vous acquérir d’un casque de réalité virtuelle, vous devez vous assurer qu’il vous fournit le maximum de confort. Cela peut paraître anodin, mais tous les casques de réalité virtuelle ne conviennent pas à tout le monde. Certains de par leur matière de conception peuvent s’avérer irritants. D’autres sont parfois trop lourds ou alors mal ajustés. Ces deux facteurs ne favorisent pas une obtention d’images de bonne qualité. Afin d’éviter tout risque de malaise, suite à un inconfort, il est donc prudent de s’assurer avant achat du matériau de conception du casque. Il faut aussi chercher à savoir si vous êtes capable d’en supporter le poids pendant une à deux heures. Le casque de réalité virtuelle doit aussi comporter un système de refroidissement fonctionnel, afin d’éviter tout risque de chauffage.

L’immersion du casque à réalité virtuelle

Le casque de réalité virtuelle que vous choisirez d’acheter doit vous permettre une immersion maximale dans la virtualité. Si vous voulez être plongée dans une virtualité qui se confond à votre réalité, vous devrez chercher un casque qui vous satisfait dans ce sens. De même, si c’est le contraire que vous recherchez, c’est-à-dire une virtualité bien distincte de la réalité, il vous faut également en tenir compte.

Les corrections optiques

Certains casques de par leurs programmations permettent une amélioration de la vue. Ils permettent une correction des problèmes oculaires. Si vous êtes à la recherche de ce genre de casque de réalité virtuelle, il vous faut également en tenir compte. Ces derniers doivent comporter des options de réglages optiques. Soyez donc attentif à cet aspect.

Lire aussi : Radiateur infrarouge – De quoi s’agit-il en réalité ?

Les programmes proposés par les casques

Tous les casques de réalité virtuelle ne vous offrent pas les mêmes programmes. Certains offrent des programmes qui ne sont pas forcément adaptés à un jeune public. Si vous avez donc des enfants dans votre entourage, il est préférable de prendre en compte leur indéniable curiosité pour effectuer votre choix. Il peut éventuellement comporter des programmes pédagogiques et ludiques pour ces derniers.

À savoir : On a vu Mona Lisa en réalité virtuelle – Le Louvre a redonné vie à la Joconde et c’est bluffant !

La compatibilité du casque

Il est clair que si vous avez en votre possession plusieurs appareils électroniques, vous avez tendance à les connecter entre eux pour certains besoins ou certaines occasions. Si c’est le cas et que vous avez envie de faire de même avec votre casque connecté, vous devez alors chercher un casque capable de se connecter à plusieurs autres périphériques.

L’ergonomie du casque

Le casque de réalité virtuelle sur lequel votre choix aura porté doit être pratique. Son utilisation ne doit pas constituer pour vous, une source de casse-tête. Il doit posséder des fonctionnalités dont la compréhension doit être le plus aisée possible. Le casque à réalité virtuelle est censé vous aider à vous détendre et vous distraire, il ne doit pas être source de problèmes.

L’article Comment se procurer le bon casque de réalité virtuelle ? est apparu en premier sur RMES.

Nile Conflict: Compensation Rather Than Mediation

SWP - Fri, 06/03/2020 - 00:30

The conflict between Egypt and Ethiopia over the distribution and use of the Nile water has entered a new phase. Questions about how and over what period of time the reservoir of the Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) will be filled are taking centre stage. Against this backdrop, the USA launched a new mediation attempt at the end of 2019. However, initial hopes of a swift agreement have not materialized. The longer substantial results are postponed, the more apparent it becomes that ex­ternal mediation alone will not suffice to resolve the dispute. In order to defuse the conflict, it might be necessary for Egypt to compensate Ethiopia for concessions on the GERD. Germany and its European partners should provide Egypt with financial support for creating a compensation mechanism. This would promote stability in Europe’s conflict-ridden neighbouring region, and reduce migration pressure. But Europeans should tie financial contributions to clear conditions vis-à-vis Cairo, aimed at improving water management and overall governance.

Das Jahrhundert Asiens?

SWP - Fri, 06/03/2020 - 00:00

Wenn die These eines asiatischen Jahrhunderts zutreffen sollte, würde im Jahr 2020 ökonomisch wohl der Startschuss dazu fallen. Denn in diesem Jahr wird Asien erstmals mehr als die Hälfte der kaufkraftbereinigten Weltwirtschaftsleistung generieren – Berechnungen der Financial Times zufolge sowie nach den Daten und Länderabgrenzungen der UN-Welthandels- und Entwicklungskonferenz (UNCTAD).

Sicherlich bleiben Westeuropa und Nordamerika eminent wichtige Kraftzentren der Weltwirtschaft, vor allem auch als Impulsgeber und Innovatoren. Quantitativ können diese  »alten« Industrieregionen aber nicht mehr mit der Güter- und Dienstleistungsproduktion in Asien und den in Asien generierten Haushalts- und Unternehmenseinkommen mithalten. China ist, in Verbindung mit den umliegenden Volkswirtschaften, zur Fabrik der Welt geworden. Aber auch Südost- und Südasien haben in den vergangenen Dekaden große Erfolge in der Armutsbekämpfung erzielt, so dass heute etwa die Hälfte der Mittelschichten der Welt in Asien leben. Sollten sich die Trends der vergangenen Dekaden fortsetzen, wird Europa immer mehr zur wirtschaftlichen Peripherie.

Das Coronavirus belastet die Wirtschaft

Auch 2020 wird Asien die weltweit höchsten Wachstumsraten aufweisen, sein Gewicht in der Weltwirtschaft erhöhen und seinen Vorsprung weiter ausbauen. Damit wird es auch politisch weiter an Bedeutung gewinnen. Allerdings wird nach Prognosen des IWF der durchschnittliche Zuwachs für die Region mit 5,3 Prozent so niedrig ausfallen wie seit der Asienkrise nicht mehr. Die Schwergewichte der Region – China, Indien, Japan und Korea – schwächeln. Neuer Wachstumsspitzenreiter wird laut IWF-Prognosen 2020 erstmals Bangladesch mit einem Zuwachs von geschätzten 7,5 Prozent sein. Und da, diese Prognosen  noch vor Ausbruch der Corona-Krise gestellt wurden, sind sie heute nach unten zu korrigieren.

Der Corona-Virus zeigt zudem, wie plötzlich unerwartete Ereignisse die scheinbar robuste, unaufhaltsame Wachstumsmaschine Asiens ins Stocken bringen können. Die seuchenbedingte Beschränkung der Industrieproduktion in China, der Einbruch von Konsum und Nachfrage ziehen über internationale Lieferketten und globale Energie- und Rohstoffmärkte die gesamte Weltwirtschaft in Mitleidenschaft. Dabei lässt sich der in China und weltweit entstehende Schaden quantitativ noch gar nicht bemessen. Denn noch immer ist unklar, wann und wie sich die Epidemie eindämmen lässt.

Der Corona-Virus beschreibt aber nicht die einzige mögliche Bruchstelle für Asiens wirtschaftlichen Aufschwung. Die Region ist auch in anderer Hinsicht verwundbar. Folgende vier Punkte verdienen kritische Beachtung.

Der Handelskonflikt mit den USA und eine mögliche Ölkrise könnten für eine Wirtschaftsflaute sorgen

Erstens könnte sich der mit Phase I des sino-amerikanischen Handelsabkommens zwischen China und den USA ausgehandelte handelspolitische Waffenstillstand als trügerisch erweisen. Nicht auszuschließen ist, dass Donald Trump versuchen wird, ein Phase-II-Abkommen ähnlich aggressiv mit Strafzöllen, Sanktionen und Boykottdrohungen zu verhandeln wie im vergangenen Jahr in Phase I. Unklar ist auch, ob das Abkommen in China überhaupt umgesetzt wird, nicht zuletzt, weil Chinas Importe – durch die Corona-Krise bedingt – rückläufig sind. In jedem Fall wird die politische Lenkung des Handels zwischen China und den USA zu erheblichen wirtschaftlichen Effizienzverlusten führen: China hat sich verpflichtet, mehr amerikanische Waren einzukaufen. Und so werden Industrie- und Agrarimporte, etwa aus Japan, Korea, Deutschland, Brasilien durch Lieferungen aus den USA ersetzt. Lieferketten werden aus China an weniger rentable Standorte verlagert.

Zweitens ist keine Region der Welt so stark vom Öl aus der Golfregion abhängig wie Asien. Auch wenn es bei den aktuell niedrigen Ölpreisen noch unwahrscheinlich ist, könnte schon 2020 infolge des iranisch-amerikanischen Konflikts eine neue Ölkrise drohen. Stärker als Europa würde ein Ölpreisschock die großen asiatischen Volkswirtschaften China, Japan, Korea, Taiwan, Indien, Thailand, Vietnam und selbst das frühere OPEC-Mitglied Indonesien treffen.

Andere Gefahren für die Wirtschaft sind hausgemacht

Drittens ist Asien nicht nur durch externe Schocks wie den handelspolitischen Protektionismus der USA oder einen plötzlichen Ölpreisanstieg verwundbar, sondern auch durch die von Asien selbst zu verantwortenden hohen Schuldenstände. Insbesondere die großen Volkswirtschaften China, Japan, Indien und Indonesien sind – intern oder extern – sehr hoch verschuldet. Dies mag in einer konjunkturell stabilen Weltwirtschaft unproblematisch sein. Angesichts eines labilen weltwirtschaftlichen makroökonomischen Umfeldes, könnte dies aber sehr schnell sehr kritisch werden.

Viertens bergen Asiens unbewältigte außen- und geopolitische Konflikte zugleich auch ökonomische Risiken. Die Einhegung der ungelösten Konflikte um Taiwan, Nordkorea, Kaschmir und um die Hoheitsrechte im süd- und ostchinesischen Meer ist durch die Zuspitzung der sino-amerikanischen Rivalität sicherlich nicht einfacher geworden. Es ist für Asien besorgniserregend, dass die Region zu dem wichtigsten territorialen Spielfeld in dem geopolitischen, technologischen und wirtschaftlichen Konflikt der beiden Großmächte geworden ist. Für die Drittstaaten in Asien wird das Navigieren zwischen den USA einer- und China andererseits zunehmend schwierig. Zudem reicht der Einfluss der USA nicht mehr aus, die vielen innerasiatischen Konflikte einzudämmen, wie beispielsweise den zwischen Südkorea und Japan. Die alte Gewissheit, dass Entwicklung und Wachstum Asiens von einem Umfeld geopolitischer Stabilität profitieren können, gilt immer weniger.

Trotz der genannten Vorbehalte ist die Fortsetzung des wirtschaftlichen Wachstums in Asien hochwahrscheinlich. Sie ist aber keineswegs zwangsläufig. Auch wenn Europa für Asien ein eminent wichtiger Handels- und Wirtschaftspartner ist, kann es in der Region politisch nur begrenzt Einfluss ausüben. Es fehlen nicht nur die militärischen Kapazitäten, die Asiens Realpolitiker beeindrucken könnten. Auch ist Europa anhand seiner inneren politischen Probleme viel weniger Vorbild als es einst war. Dies ist bedauerlich, da der alte Kontinent von den Entwicklungen in Asien immer stärker betroffen sein wird.

En qu(o)i les Français ont-ils confiance aujourd'hui ?

Institut Montaigne - Thu, 05/03/2020 - 18:44

La France est-elle devenue le pays de la défiance ? Qu’en est-il de nos voisins allemands et britanniques ? Décryptage des résultats du Baromètre de la confiance politique réalisé chaque année par le Centre de recherches politiques de Sciences Po dont l’Institut Montaigne, Terra Nova et la Fondation Jean-Jaurès sont partenaires avec Bruno Cautrès, chercheur au CNRS et au CEVIPOF, et contributeur au Baromètre des Territoires 2019 de l’Institut Montaigne.

[SONDAGE] - Municipales 2020 : la sécurité et la fiscalité locale comme priorités des Français

Institut Montaigne - Thu, 05/03/2020 - 16:31
Tous les mois, l'Institut Elabe interroge les Français pour Les Echos, l'Institut Montaigne et Radio Classique, ce mois-ci la question posée portait sur les Français et les élections municipales. À 10 jours du scrutin, 62 % des Français envisagent d’aller voter aux élections municipales, soit une baisse de 4 points par rapport à la fin du mois de…

Campagne US #3 – Les primaires démocrates : vers un duel serré entre Biden et Sanders ?

IRIS - Thu, 05/03/2020 - 14:36

Marie-Cécile Naves, chercheuse associée à l’IRIS et spécialiste des États-Unis, vous donne rendez-vous pour suivre la campagne présidentielle américaine :

– Quelles leçons tirer du Super Tuesday du 3 mars ?

– Quels sont les défis pour les démocrates, avec désormais le match Sanders-Biden ?

– Où en est Donald Trump, de son côté ?

HE’S ALIVE !

IRIS - Thu, 05/03/2020 - 13:05

Et voilà…[1] Après ses victoires du Super Tuesday en Alabama, Arkansas, Caroline du Nord, Main, Massachusetts, Minnesota, Oklahoma, Tennessee, Texas et Virginie, Joe Biden, candidat de l’establishment démocrate, est bien parti pour remporter l’investiture.

Et depuis que mercredi matin, le pathétique candidat Mike Bloomberg s’est retiré au profit de celui qui, il y a encore quelques jours, s’annonçait comme candidat au Sénat et non à la présidentielle – les confusions du grand âge… -, il n’y a presque plus aucun doute possible.

Ce n’est malheureusement pas la victoire de Bernie Sanders en Californie et dans quelques autres primaires à venir qui changera la donne.

Car, même si Sanders réussissait, d’ici la convention de juillet à remonter la pente et à légèrement dépasser Biden en nombre de délégués, et que donc nous allions vers une brokered convention, ses chances seraient quasi nulles.

En effet, Nancy Pelosi, et autres clintoniens, veilleraient à ce quaucun candidat n’obtienne le nombre de voix nécessaires lors du premier tour de scrutin. Tous les délégués promis à un candidat seraient alors « libérés », c’est-à-dire, libres de changer leur allégeance. Si ce scénario se produisait entre Bernie Sanders et Joe Biden, nul doute qu’un second tour donnerait une nette majorité de délégués à l’ancien vice-président.

En 2016, le parti de l’âne et de Nancy Pelosi – pardon pour le pléonasme- a fait le choix d’un candidat centriste. On connaît le résultat.

L’histoire se répète et ainsi que je l’avais écrit il y a près d’un an dans ses colonnes, Joe Biden sera le candidat démocrate et, à moins d’un miracle, Donald Trump sera réélu[2].

Les républicains en sont si convaincus que dans de très nombreux États ils ont tout bonnement annulé leurs primaires et caucus, et cela bien que Bill Weld, ancien gouverneur du Massachusetts, se présente contre le président sortant.

Il est vrai, ainsi que le journal Le Monde l’apprenait récemment au public français, qu’une partie des électeurs du Donald – les évangéliques – voient très sérieusement en lui un « envoyé de Dieu », « l’élu » venu « sauver » les États-Unis, et même le monde.

D’autres reconnaissent même en lui un nouveau roi David ou le roi perse Cyrus, qui, selon l’Ancien Testament, fit reconstruire le temple de Jérusalem.  « Les croyants pensent que Dieu organise les affaires du monde et se sert de gens imparfaits pour accomplir son dessein parfait. Trump a donc été élu selon Sa volonté.  D’ailleurs, s’il n’est pas réélu, le pays sera en proie aux socialistes et aux haineux », clame un commentateur évangélique.

Comme pour appuyer ces propos, Chris Matthews, d’évidence l’un des plus fins chroniqueurs américains, nous averti sur NSNBC que, si les rouges de Bernie Sanders arrivent au pouvoir, nous assisterons très rapidement à des exécutions publiques dans Central Park.

Promoteur immobilier, présentateur télé, auteur de best-sellers qu’il n’a jamais écrit, président, le Donald n’avait sans doute pas imaginé que des millions d’Américains verraient un jour en lui « le sauveur envoyé par Dieu ». Grâce aux évangéliques, c’est désormais chose faite.

Alors, n’allons pas contre la volonté divine ! Tant pis pour Bill Weld, l’ancien gouverneur du Massachusetts, annulons les primaires républicaines et faisons fi de la démocratie !

—————————————

[1] HE’S ALIVE ! Le titre de cet article renvoie à la Une très amusante du New York Post, daté du 4 mars. On y voit une main de mort-vivant s’arracher d’une tombe et en arrière-plan une photo de Biden.

[2] Pour une analyse « détaillée », lire ma correspondance de juin 2019.

En qu(o)i les Français ont ils confiance aujourd’hui ? – Le baromètre de la confiance politique

Fondapol / Général - Thu, 05/03/2020 - 10:33

En qui et en quoi les Français ont-ils confiance aujourd’hui ? La Fondation pour l’innovation politique est partenaire du Baromètre de la confiance politique réalisé chaque année par le CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po). Le Baromètre de la confiance politique » est une enquête académique devenue l’enquête de référence française sur la question de la confiance […]

The post En qu(o)i les Français ont ils confiance aujourd’hui ? – Le baromètre de la confiance politique appeared first on Fondapol.

Fórmulas recicladas de los años 90 para reanimar la economía cubana en 2020

Real Instituto Elcano - Thu, 05/03/2020 - 09:11
Pavel Vidal Alejandro. ARI 20/2020 - 5/3/2020

El gobierno de Diaz-Canel busca reanimar la economía replicando la fórmula de los años 90: autonomía de la empresa estatal + dolarización parcial.

Pages