You are here

Diplomacy & Defense Think Tank News

Nach den Regional- und Kommunalwahlen: Spanien im Umbruch

Konrad Adenauer Stiftung - Wed, 27/05/2015 - 00:00
Aufräumen bei der Partido Popular. Nach ihrer Wahlschlappe wird sie sich einer Positionsbestimmung unterziehen müssen. Ein “Weiter so” wird es nicht geben.

Nach dem Referendum in Irland: „Eine soziale Revolution“

Konrad Adenauer Stiftung - Wed, 27/05/2015 - 00:00
Das Bild des „Katholischen Irlands“, das durch den zunehmenden Ansehensverlust der Kirche Risse bekommen hatte, dürfte nach diesem Referendum weiter schwinden.

Élections municipales espagnoles : un nouveau paysage politique ?

IRIS - Tue, 26/05/2015 - 19:47

Comment le parti Podemos a-t-il réussi à s’imposer dans le paysage politique espagnol en un an ? Quelle a été la stratégie du parti pour conquérir des électeurs ?
Tout d’abord, il faut préciser que l’Espagne n’est pas la Grèce. Podemos n’a pas gagné de majorité en Espagne, et le parti ne figure d’ailleurs pas dans les statistiques des résultats électoraux publiés par le ministère de l’Intérieur espagnol, puisque les deux candidates, l’une arrivée en tête à Barcelone et l’autre en deuxième position à Madrid, sont des candidates qui représentent des mouvements alternatifs. En effet, dans la plupart des villes espagnoles, Podemos n’a pas été en mesure de présenter des candidats aux élections municipales, mais il a en revanche appuyé des formules issues de la société civile. Ces dernières peuvent d’ailleurs être assez différentes dans leur composition à Barcelone et à Madrid. D’une manière générale, pour les élections régionales Podemos arrive en troisième position. Le Parti Populaire (PP), actuellement au gouvernement national, arrive en premier et les socialistes (PSOE) arrivent en deuxième position. Le résultat de Podemos aux élections régionales est donc le seul qu’on puisse réellement prendre en considération car le parti s’est présenté sous son étiquette. Ce résultat montre effectivement que Podemos est en cours de consolidation, alors que le parti a à peine un an et demi d’existence.
Finalement, le fait intéressant de ces élections municipales est que les électeurs espagnols ont voté pour qu’existent, à côté des grands partis, des forces nouvelles qui permettent de faire passer le message d’un mécontentement face à la situation économique et surtout sociale du pays. Ils ont par exemple privilégié à Barcelone l’élection d’une jeune femme, Ada Colau, qui s’est fait connaitre en présidant une association de défense de personnes expulsées de leur logement. A l’origine sans parti, sa notoriété vient de son action militante lors de la crise immobilière espagnole de 2008. C’est autour de ces questions qu’elle a bâti sa liste électorale, à laquelle s’est effectivement associé Podemos. Mais ce dernier n’est qu’un élément parmi d’autres. Il est pour l’instant difficile de spéculer sur l’avenir et de savoir ce qu’il se passera en fin d’année aux élections générales.

Podemos est un parti caractérisé d’anti-libéral, issu du mouvement des « Indignés » de 2011 en réaction à la crise économique mondiale de 2008. Selon vous, ce parti politique va-t-il s’inscrire durablement dans la politique espagnole ?
Les Indignés ont été à l’origine un mouvement spontané assez composite. Ce mouvement a donné jour à Podemos, mais également à Cuidadanos (« citoyens ») qui est un parti de centre libéral, ainsi qu’à un grand nombre de mouvements associatifs comme celui par exemple d’Ada Colau. Le message qui a été transmis par les électeurs espagnols est celui d’avoir donné un espace qui n’existait pas précédemment, à de nouvelles figures politiques, et peut-être à de nouveaux partis comme Podemos et Ciudadanos. Ce message a été envoyé à la fois au Parti Populaire (PP), qui a perdu 2 400 000 voix par rapport aux élections de 2011, et au Parti socialiste espagnol (PSOE) qui a perdu plus de 670 000 voix. Cela étant, il ne faut pas enterrer ces deux grands partis trop vite dans la mesure où ils ont malgré tout rassemblé 52% des suffrages exprimés. Le principal enseignement et le paradoxe de cette élection est d’avoir fragmenté la représentation politique, fait totalement nouveau en Espagne. Ce qui contraint les uns et les autres à mettre de l’eau dans leur vin et à dialoguer.
En effet, jusqu’à ces dernières élections, le bipartisme était la règle avec une victoire aux élections soit du PP, soit du PSOE. On se trouve désormais face à une situation où les uns et les autres vont être obligés de négocier pour constituer des majorités de gouvernement, ce qui ne sera pas chose aisée. Durant cette campagne électorale, par exemple, les socialistes, qui sont les mieux placés pour bénéficier du changement voulu par les électeurs et qui sont en position de pouvoir diriger six régions sur treize, ont accusé Podemos d’être un parti de populistes. A l’inverse, Podemos, qui est en situation de pouvoir avec les bons résultats à Barcelone et à Madrid des listes qu’il soutenait, a qualifié les socialistes de parti de « la caste ». Pourtant, après s’être envoyé des noms d’oiseaux pendant la campagne électorale, « la caste » et les « populistes » vont être obligés de s’asseoir autour d’une même table pour essayer de trouver des terrains d’entente.

Dans quelle situation économique l’Espagne est-elle aujourd’hui ? Le pays est-il sorti de la crise ?
Tout dépend de ce que l’on entend par sortie de crise. Il est vrai que les indicateurs macroéconomiques sont redevenus positifs ; le marché du logement et des travaux publics a par exemple repris. Mais le changement en ce qui concerne le quotidien d’un espagnol moyen se fait attendre, et peut-être encore pour longtemps, dans la mesure où le taux de chômage reste bloqué à 24% et que la compétitivité nouvelle qui a permis à l’Espagne de retrouver un équilibre, s’est faite sur le dos du social. Aujourd’hui, l’Espagne vend effectivement davantage à l’étranger. Cela est dû, comme dans les autres pays européens, à la dévaluation de l’euro par rapport au dollar, à la baisse des prix du pétrole, mais aussi à la pression exercée sur les salaires et sur la couverture sociale par les différents gouvernements qui se sont succédé au pouvoir depuis 2008, point de départ de la crise. Par conséquent, le sens du vote des Espagnols est que malgré une situation économique en voie d’amélioration, leur quotidien reste difficile. Ils connaissent toujours les mêmes difficultés, surtout en ce qui concerne les jeunes diplômés.

Cultural Heritage During Armed Conflicts: International Community’s Duty & Right To Protect

European Peace Institute / News - Tue, 26/05/2015 - 18:59

jQuery(document).ready(function(){jQuery("#isloaderfor-fprldj").fadeOut(2000, function () { jQuery(".pagwrap-fprldj").fadeIn(1000);});});

Diplomats, government officials, religious leaders, civil society and media representatives joined members of IPI MENA’s International Advisory Board on May 26, 2015 to discuss the international community’s responsibility to protect the world’s heritage during armed conflicts.

In a presentation on “The Cultural Heritage During Armed Conflicts: International Community’s Duty & Right To Protect,” a survey on the serious losses inflicted upon major world heritage sites was made by Mounir Bouchenaki, Director, Arab Regional Centre for World Heritage (ARC-WH), Bahrain and Special Advisor to UNESCO Director-General For Culture. The presentation was introduced by IPI MENA Director Nejib Friji.

Mr. Bouchenaki detailed the major damage inflicted by radical religious groups to key world heritage sites in Afghanistan, Syria, Iraq, Yemen, Libya, and other MENA countries, including the recent terrorist attack that killed dozens of tourists and nationals in the prominent Bardo Museum in Tunis.

Mr. Bouchenaki said that, in line with the UN Security Council Resolution of February 15, 2015 and the UNESCO Chief Irina Bokova’s appeals to “Unite For Heritage” launched in Cairo last May, it is urgent to adopt and undertake special measures to protect and safeguard the rich and unique cultural heritage which became a target in a number of Arab countries’ theaters of armed conflicts based on extremism, ignorance, and intolerance.

Mr. Bouchenaki added, “At the present time, where extremist groups are distorting the message of the Islam as an argument for erasing the human heritage, the role of religious leaders in the Islamic world is fundamental in order to strongly condemn the destruction of cultural heritage and the illicit traffic of cultural properties.” He quoted the Grand Imam of Al Azhar as telling UNESCO Director General, “Islamic civilization is a civilization of recognition and connection.”

He urged governments, civil society networks, and individuals to work together to protect the world’s heritage, adding “we appeal to the international community to consider damage to world heritage sites and other historical places as a war crime and punish the offenders.”

Hatun Demirer, Ambassador of Turkey, said, “There are many historical monuments and buildings in the Balkans, the Middle East, and North Africa which once constituted Ottoman Empire territory,” adding that “ Turkey spares no effort to preserve this cultural heritage.”

She denounced “terrorist groups’ destruction of historical monuments,” equating it to “destroying the history and culture of several generations.” She stressed, “We should teach our children the value of our cultural heritage, and this subject should become a part of national curricula.” She called for “strong national and international legislations to end the illicit trade of cultural artefacts.”

Amani Soliman, formerly of the UNESCO Iraq office, said,  “My colleagues and I found that it was increasingly difficult to implement our projects and programs due to the very rigid security measures imposed on UN staff” working in conflict-torn areas. She added, “We had to delegate many responsibilities to local staff and partners. This raised a number of trust issues in an environment as divided as Iraq.”

“To what extent can our efforts be effective?” she wondered.

Fawzi Abdulal, Former Interior Minister of Libya and current Ambassador to Bahrain, expressed regret “that assaults against world heritage sites in Muslim countries stem from misunderstanding and distortion of the religious texts.”  He urged Muslim states to put additional efforts to curb this destructive agenda.

Ebrahim Nonoo, a representative of the Jewish community, said,  “There must be a link between UNESCO and the society communities to promote respect for heritage sites. This linkage needs to have some relevant obligation by groups in society to ensure respect for the sites.” He wondered whether this interaction existed.

Imam Salah Aljowder urged all religious leaders to “devote their sermons and campaigns to promote the protection of the world’s heritage.”  He pledged to devote parts of his Friday’s sermon to the need to protect heritage and decry using Islam in the intolerable destruction of the world’s cultural wealth.

Download participant list

Related Coverage:
Bahrain tops the ladder in helping to preserve heritage sites (24×7 News, May 27, 2015)
Bahrain base for archaeologists…(Gulf Daily, May 27, 2015)
Signs of Past (Daily Tribune, May 27, 2015)

In Arabic:
Al Watan, May 27, 2015
Al Wasat, May 27, 2015
Al Bilad, May 27, 2015
Al Ayam, May 27, 2015
Akhbar Alkhaleej, May 27, 2015

Silencing the Guns: Strengthening Governance to Prevent, Manage, and Resolve Conflicts in Africa

European Peace Institute / News - Tue, 26/05/2015 - 18:13

Since independence, African states and organizations have made significant investments in conflict management and resolution tools. So why do some African states and regions remain saddled by conflict and instability? How can African states leverage democratic governance to end wars?

The new report Silencing the Guns suggests that the key to ending conflict in Africa lies in fostering effective governance and creating political and economic institutions that can effectively prevent, manage, and resolve conflicts. Author Gilbert Khadiagala unpacks how and why democratic governance is linked to conflict prevention and management, and provides an overview of landmark trends that have influenced governance in Africa since the 1950s. He shows that not all forms of democratic governance reduce conflicts and examines the ways in which “developmental dictatorships,” corruption, and the privatization of security are posing obstacles for governance and peace today.

To strengthen governance as a tool for peace in Africa, the author offers the following recommendations:

  • African governments and states should prioritize national infrastructures for peace that allow early detection, prevention, management, and resolution of violent conflicts. They should enhance people’s participation in political and economic processes, promote sound and equitable livelihoods, and strengthen Africa-specific strategies for conflict transformation.
  • Regional economic communities should consolidate their current efforts to implement regional collective security and governance frameworks that promote peace, enshrine common democratic values, and foster disarmament and military reductions consistent with regional resources.
  • The African Union should advance implementation of normative frameworks around governance, conflict prevention, management, and resolution, such as the African Peace and Security Architecture and the African Governance Architecture.
  • The international community should cut the sources of armaments that have fueled African wars and renew attempts to clamp down on unsustainable arms flows into Africa.

This report is a joint undertaking by the African Union and the International Peace Institute.

Download

Elections en Espagne : «On peut imaginer que les tractations vont se prolonger»

IRIS - Tue, 26/05/2015 - 17:45

La victoire de Podemos dimanche est-elle le signe d’un changement radical?

Il faut faire attention. Nous avons une vision des élections espagnoles avec des lunettes grecques. Or Podemos n’est pas du tout dans la même situation que Syriza. Il est arrivé seulement troisième à ces élections régionales, et la candidate en tête à Barcelone et celle qui est arrivée en deuxième position à Madrid ne sont pas des candidates de Podemos, mais des candidates issues de la société civile dont les listes ont été soutenues par Podemos. Leur percée illustre cependant le principal changement de ces élections -et la nouveauté pour l’Espagne: la fragmentation politique. Et la nécessité qui en découle de passer des alliances.

Les candidats soutenus par Podemos ne sont donc pas assurés de diriger?

Non, il va d’abors falloir négocier pour trouver des majorités. Le PSOE [socialistes] devrait a priori aller vers Podemos, et le PPE [conservateurs] vers Ciudadanos (Parti de la Citoyenneté), lui aussi reflet de la crise, qui a émergé à droite. Mais le problème, c’est que tout au long de la campagne, le PSOE a vivement critiqué le «populisme» de Podemos, et que Podemos a rangé le PSOE dans les «partis de la caste». A droite, Ciudadanos s’est dit favorable à passer des accords, pourvu que le parti avec qui il s’accorde condamne la corruption. Or, le PPE est en pleine crise sur le sujet… Dès lors, on peut imaginer que les tractations vont se prolonger dans la semaine, et même peut-être au-delà.

Peut-on assister à un scénario «à l’italienne», avec des partis qui n’arrivent pas à s’accorder?

C’est en fait déjà le cas. Dans la communauté autonome d’Andalousie, où le vote a eu lieu en décalé, fin mars, la candidate du PSOE a remporté le scrutin, mais pas la majorité absolue. Et elle est toujours en négociations pour trouver des alliés… Deux votes sans majorité ont déjà eu lieu, si un troisième venait à échouer, de nouvelles élections devront être convoquées.
Comment pourraient se passer ces tractations?
On ignore totalement comment cela va se passer, puisque le multipartisme est tout à fait nouveau en Espagne. La culture politique des deux grands partis ne les prépare pas à ce genre de négociations, et les partis récents, de par leur nouveauté, n’y sont pas plus préparés. Il peut y avoir des tractations au niveau national -échange entre régions- ou des négociations au sein de chaque région. On sait que les directions des partis se sont réunies, ce qui peut laisser présager d’une stratégie globale. Mais on ne sait pas ce qu’ils sont prêts à lâcher, ce qu’ils considèrent comme non négociable… Mais on peut par exemple imaginer que le vote du PSOE, dont les listes soutenues par Podemos à Madrid et Barcelone ont besoin, pourrait être conditionné à un soutien en Andalousie.

Et en ce qui concerne Podemos?

Il doit être assez rigide sur ses demandes pour ne pas apparaître comme supplétif des grands partis -notamment le PSOE- dans la perspectives des législatives de fin d’année. Mais il va falloir aussi qu’il négocie s’il veut apparaître dans les équipes politiques dirigeantes.

Des élections sans suspense en Ethiopie pour un pays à l’avenir incertain

IRIS - Tue, 26/05/2015 - 15:43

Les élections législatives et régionales se sont déroulées le 24 mai en Ethiopie. Les résultats seront annoncés à la fin du mois de juin et ils seront, à n’en pas douter, un satisfecit pour le Front démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens (EPRDF), coalition qui dirige le pays depuis 1991. La prochaine rentrée parlementaire verra donc une situation semblable à celle d’aujourd’hui : la mainmise totale de l’EPRDF sur la vie politique et institutionnelle du pays. D’après la Constitution de 1995, le Premier ministre sera « désigné par le parti ou la coalition » ayant remporté les élections. HaileMariam Desalegn devrait donc être reconduit dans ses fonctions.

Le bilan économique, politique et diplomatique de ces cinq dernières années reste cependant mitigé.

L’Ethiopie affiche une des plus fortes croissances africaines, réalise de très nombreux travaux d’infrastructures (routes, aéroports, chemins de fer, tram), et s’attache à développer une agriculture et une industrie performantes. Symbole de cette volonté, la construction du grand barrage de la renaissance devrait être achevée en 2017 et il deviendra la plus grande installation de ce type sur le continent africain permettant à l’Ethiopie d’exporter une partie de l’énergie qu’il fournira. En revanche, la population souffre du prix de la vie (salaires faibles, loyers élevés, denrées de base chères…). Les télécommunications (téléphonie, internet) sont loin d’être de qualité. Les coupures d’eau et d’électricité sont encore courantes dans la capitale de l’Union africaine et l’anarchie des constructions d’hôtels, d’immeubles d’entreprises enlaidit Addis Abeba. L’Ethiopie est donc un pays en pleine croissance, ouvrant de nombreux chantiers mais il reste beaucoup à faire sur le plan intérieur pour que la population bénéficie rapidement des retombées de ce développement.

Ces élections auront mis en lumière le cavalier seul de l’EPRDF et donc l’absence d’une réelle opposition, acceptée comme telle. Comme le faisait remarquer un article de l’Ethiopian Herald [1] du 11 avril, « Ethiopian Government understands and believes that serious and professional international or foreign observation could play constructive role in making the 2015 Ethiopian national election free, fair and peaceful and legitimate… However international observers may have their own draw-backs. These include trying to interfere in the electoral process, being ignorant to local circumstances related to history, culture, and other factors ». Et de conclure « Therefore Ethiopian election 2015 observation process must be seen and judged by the Ethiopian public to the Ethiopian public ». Seuls quelques observateurs de l’Union africaine ont été déployés sur l’ensemble du territoire. Le rapport cinglant d’Ana Gomez (UE) suite aux élections de 2005 ne se reproduira pas. Tout au contraire puisque l’Union européenne vient d’annoncer qu’elle augmenterait sa généreuse assistance à l’Ethiopie « considering the proper utilization of funds ».

Sur le plan diplomatique, l’Ethiopie est à la tête de l’IGAD [2] et du COMESA [3]. Elle est le plus important contributeur des missions de maintien et de soutien à la paix des Nations unies et de l’Union africaine. Elle est donc un partenaire incontournable qui bénéficie, de plus, d’un fort soutien américain. La Declaration of principles sur le Nil signée entre l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan le 23 mars 2015 est historique. C’est le premier document signé par les trois États. Cette avancée ne fera qu’améliorer l’intégration régionale encore balbutiante dans la corne de l’Afrique. Mais depuis plus d’un an et demi, l’Ethiopie n’a pas réussi à trouver une solution au problème du Soudan du Sud. Elle mène pourtant au titre de l’IGAD les multiples négociations pour amener Salva Kiir et Riek Machar à un accord. A la frontière entre l’Ethiopie et l’Erythrée, la situation ne s’améliore pas et aucun des deux États ne semble disposer à faire la moindre concession.

En un peu plus d’une décennie, l’Ethiopie s’est radicalement transformée. Mälläs Zénawi a su donner l’impulsion nécessaire pour que son pays prenne la bonne direction. Mais depuis sa disparition en août 2012, l’Ethiopie semble marquer le pas et les résultats tardent à venir. Si elle reste sans conteste la puissance régionale dans une corne de l’Afrique bien instable, la situation intérieure doit bénéficier des retombées d’une croissance élevée et le paysage des partis/coalitions politiques va devoir s’ouvrir. Sans de notables progrès dans ces deux domaines, il ne peut être exclu que des mécontentements profonds et des troubles sociaux surgissent et compromettent la volonté des dirigeants éthiopiens de devenir un pays à revenus intermédiaires en 2025.

 

[1] Journal gouvernemental
[2] L’Autorité intergouvernementale pour le développement est la Communauté économique régionale qui regroupe sept États (Ethiopie, Soudan du Sud, Soudan, Ouganda, Kenya, Djibouti, Somalie). L’Erythrée, qui s’en était retirée en 2007, n’a pas été autorisée malgré sa volonté depuis 2011 à réintégrer l’organisation.
[3] Marché commun en Afrique orientale et australe. Une des huit Communautés économiques régionales de l’Union africaine.

Et revoilà le modèle allemand

Institut Montaigne - Tue, 26/05/2015 - 14:20
Date de parution: Mardi 26 Mai 2015Nom de l'editeur: L'unionImage de l'editeur: Description: L'Institut Montaigne considère que la France devrait s'inspirer de l'Allemagne où 8 % des jeunes sont au chômage et 16 % en apprentissage (contre respectivement 25 % et 5 % en France). "L'alternance permet à la fois d'élever le niveau de qualification des moins qualifiés et leurs perspectives d'embauche", estime l'Institut. Alors qu'en France l'apprentissage va des CAP aux formations supérieures, il concentre outre-Rhin les compétences intermédiaires. L'Institut Montaigne prône la création d'une filière de "pré-apprentissage" en collège. Le think tank voudrait aussi que les régions aient plus de poids dans la gestion de l'apprentissage et verrait bien les lycées professionnels se transformer en CFA. Il faudrait aussi alléger les contraintes juridiques des contrats et stimuler les embauches par des crédits d'impôt. Type de parution: L'institut est citéType de média: Presse

Un nouveau discours pour les relations économiques entre le Maroc et l’Espagne

Real Instituto Elcano - Tue, 26/05/2015 - 13:30
Commentaire Elcano 37/2015 - 26/5/2015
Gonzalo Escribano
La XI Réunion à Haut Niveau (RHN) Maroc-Espagne le 5 juin prochain à Madrid offre une opportunité pour étrenner une narrative plus sophistiquée en ce qui concerne les relations économiques bilatérales.

Un nouveau discours pour les relations économiques entre le Maroc et l’Espagne

Real Instituto Elcano - Tue, 26/05/2015 - 13:30
Commentaire Elcano 37/2015 - 26/5/2015
Gonzalo Escribano
La XI Réunion à Haut Niveau (RHN) Maroc-Espagne le 5 juin prochain à Madrid offre une opportunité pour étrenner une narrative plus sophistiquée en ce qui concerne les relations économiques bilatérales.

Le traitement des données : une compétence très recherchée

Institut Montaigne - Tue, 26/05/2015 - 11:26
Date de parution: Mardi 19 Mai 2015Auteur: Stephan ColinNom de l'editeur: Savoirs et ConnaissancesImage de l'editeur: Description: Dans la formation d’ingénieur au traitement des données massives, ou Big Data, la France n’est pas vraiment en retard et de nombreux talents, hélas, ont souvent tendance à quitter l’Hexagone pour aller mettre leurs compétences au service des start-up américaines.Type de parution: L'institut est citéType de média: WebLien: https://savoir.actualitte.com/article/enseignement/828/le-traitement-des-donnees-une-competence-tres-recherchee

Comprendre la guerre

Centre Thucydide - Tue, 26/05/2015 - 10:48

Lorsqu'Yves Lacoste écrit que « La géographie, ça sert d'abord à faire la guerre », il évoque l'utilisation de la géographie par les acteurs de celle-ci1. La guerre est revenue, depuis plus de vingt ans, dans notre environnement immédiat, quelle que soit la forme qu'elle prenne. L'histoire qui s'écrit dans un quotidien guerrier, militaire et tragique nous conduit aujourd'hui à la comprendre, à la faire comprendre et à l'enseigner. Il ne s'agit pas d'en faire un objet historique distinct, mais d'inclure et de proposer, dans le cadre des questions soulevées dans l'histoire et au présent et en l'état de celles-ci, des problématiques qui s'y rapportent...

INDCs: A silver bullet for the climate negotiations, or empty talk?

Bonn, 26 May 2015. Intended Nationally Determined Contributions (INDCs) were born with a big bang at the UN climate negotiations in 2013. Friends and foes soon considered them instrumental to reach a global climate agreement in Paris in December 2015. The INDCs break new ground because they are universal: all countries will formulate contributions to address climate change, not just the industrialised countries. INDCs are the talk of the day at climate workshops and conferences, and expectations are huge. Not just on the part of climate negotiators: we heard mayors proposing to include their city’s climate strategies in national INDCs, and businesses describing INDCs as a potential tool to mobilise private investment. We heard researchers analysing the alignment of INDCs with Sustainable Development Goals (SDGs), and the creation of global climate change adaptation goals through INDCs. Yet this might all prove to be empty talk and hope in vain, unless some critical issues are going to be solved in the coming months.

The United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) decided to invite all countries to prepare and communicate an INDC well in advance of the upcoming climate summit in Paris, in a clear and transparent way. This was a top-down decision that created a bottom-up process: national responsibilities to tackle climate change would be defined by countries themselves. In 2014 at the climate summit in Lima, it was decided that INDCs would focus on reducing emissions, but countries may also consider adaptation to climate change and their need for financial support, technology transfer and capacity building.

Unfortunately, the INDC ‘guidelines’ hardly got more detailed than this, meaning countries are flexible to include what they think their most important issues and opportunities are. But this has many drawbacks too. For example, a lack of clear metrics and methodologies is a challenge for countries with limited data and capacity, in particular to carry out adequate assessments as a basis for their INDCs. Furthermore, some countries might opt for an ambiguous or unambitious INDC for tactical reasons: They can first compare their contribution with other countries and leave some manoeuvring room to accommodate calls for more ambition. Other countries, however, face tough internal negotiations before setting contributions and already indicate that corrections after Paris are not possible. This locks in divergence from the start, as some countries will communicate a minimal contribution and others already their maximum.

Another risk is that some developing countries might make their contributions conditional to financial support from industrialised countries. But whose contribution is it, if Germany pays for emission reduction in, say, Thailand? And what happens if Germany does not provide finance? This risk directly undermines the INDCs as an innovative instrument.

Countries also face a lack of time, not just to legally anchor Intended Nationally Determined Contributions in domestic policy – but even to formulate INDCs. The lack of guidelines makes the formulation of an INDC even more complex. With only six months to ‘Paris’, only ten INDCs have been submitted so far. Only two of them are not from industrialised countries. Andorra and other negligible emitters have submitted an INDC, but major polluters like China and India have not done so yet. The submitted INDCs are not representative for what is still to come – the lack of guidelines means other countries can submit INDCs with different scopes and targets. Research by New Climate Institute expects only 79 INDCs until ‘Paris’ – how to build a universal climate agreement on this?

The UNFCCC secretariat will compile a review of the aggregate mitigation ambitions in INDCs before Paris. However, with so few INDCs being submitted, this review may not provide a clear picture of the overall ambition to prevent dangerous climate change. Also, there will be no formal review of individual INDCs as countries so far failed to agree on this. Yet research of SEI, the German Development Institute / Deutsches Institut für Entwicklungspolitik (DIE) and CICERO shows that Intended Nationally Determined Contributions must be subject to assessment and review (A&R) in order to give the Paris agreement some teeth, and decisions are needed on criteria for A&R, its timing and on what to assess and review.

There is a lot more to worry and criticize – but time is running out and it is better to focus on solutions now. The upcoming negotiations in Bonn, starting on the first of June, should ensure that INDCs do not become a failed instrument. The negotiations could for example clarify conditionality of contributions and develop the foundations for an A&R system. In absence of such a formal review, informal reviews should be organised to create trust, share best practices, increase ambition, and create further political momentum for Paris.

Weichenstellung?: Polen bekommt einen neuen Staatspräsidenten

Konrad Adenauer Stiftung - Tue, 26/05/2015 - 00:00
Die Stimmen sind ausgezählt: Mit 51,55 Prozent setzte sich der Herausforderer Andrzej Duda gegen den amtierenden Präsidenten Bronislaw Komorowski durch.

Pages