You are here

Diplomacy & Defense Think Tank News

Les États-Unis , de l'hyperpuissance au primus inter pares

Centre Thucydide - Thu, 21/05/2015 - 08:55

Au regard des déconvenues des années 2000, l'« hyperpuissance » américaine appartient déjà à des temps anciens. Douze longues années de guerre en Afghanistan et neuf en Irak ont grignoté le moral des Américains et les « sursauts » (surge) militaires n'ont pas suffi à sauver les projets américains au Moyen‐Orient. Le regard que porte le monde sur 'Amérique et les Américains sur eux-mêmes a été terni par cette boue collante.

LA SOCIÉTÉ CIVILE ORGANISÉE

Centre Thucydide - Thu, 21/05/2015 - 08:49

Dans un discours dans l'Iowa à deux mois de la première pri- maire démocrate, le jeune sénateur Barack Obama assénait cette menace à peine voilée : « Je suis dans cette course pour dire aux lobbyistes du secteur privé que l'époque où ils décidaient de l'ordre du jour à Washington est terminée. J'ai affronté les lobbyistes plus que tout autre candidat dans cette course – et j'ai triomphé. Ils...

J Street face à l'AIPAC : Quand David s'attaque à Goliath

Centre Thucydide - Thu, 21/05/2015 - 08:47

Dans un discours dans l'Iowa à deux mois de la première pri- maire démocrate, le jeune sénateur Barack Obama assénait cette menace à peine voilée : « Je suis dans cette course pour dire aux lobbyistes du secteur privé que l'époque où ils décidaient de l'ordre du jour à Washington est terminée. J'ai affronté les lobbyistes plus que tout autre candidat dans cette course – et j'ai triomphé. Ils...

Deutscher Lokaljournalistenpreis: Sindelfinger Zeitung/Böblinger Zeitung gewinnt "Zeitungs-Oscar"

Konrad Adenauer Stiftung - Thu, 21/05/2015 - 00:00
Die Sindelfinger Zeitung/Böblinger Zeitung erhält für ihr Infopaket „Zerreißprobe“, einer Serie über Geothermie-Schäden, den ersten Preis.

Pascal Boniface : « Avec le FC Sochaux, les Chinois peuvent se rendre sympathiques »

IRIS - Wed, 20/05/2015 - 17:10

D’où vient cet intérêt des sociétés chinoises pour le football européen ?

C’est un mouvement global. Les pays asiatiques sont passionnés de sport, et les paris y sont extrêmement importants. Et on voit de plus en plus de fortunes, personnelles ou de groupe, qui se sont constituées et cherchent à investir dans le sport car elles ont compris, après d’autres, qu’il est un élément de visibilité rapide et populaire. Ils peuvent se faire connaître de façon sympathique.

Pourquoi la France en particulier ?

C’est le bon moment car les clubs ne sont pas chers. Ledus a payé 7 millions pour Sochaux, qui est club historique en France, dispose d’un potentiel intéressant en termes important d’image, de notoriété. Au contraire, en Angleterre les prix sont prohibitifs et l’Allemagne interdit des partenaires étrangers majoritaires dans ses clubs. Le foot italien et espagnol se porte économiquement mal. Donc la France paraît attractive et moins onéreuse.

Est-ce la même motivation que le Qatar ?

Le Qatar a montré l’exemple. Le succès économique des Chinois est plus ancien, mais leurs investissements à l’étranger plus récents. Des fortunes se tirent la bourre et, pour se distinguer, se servent de leur surplus économique dans le football.

Cet engagement est-il durable ?

Cela dépend si ce sont des investissements personnels ou de société. On a vu avec Mammadov pour Lens que quand une personne est seule, elle est soumise aux aléas et le vent peut tourner. Avec Rybolovlev à Monaco aussi, son divorce lui a coûté cher, et même s’il est resté, il a dû changer de politique. Les investissements d’une firme sont plus pérennes que ceux d’un milliardaire.

Faut-il se réjouir l’arrivée de capitaux étrangers en France ?

Pour un club comme Sochaux, c’est forcément une bouffée d’oxygène par rapport à leur situation : le club est descendu l’an dernier, le propriétaire historique (PSA-Peugeot, ndlr) ne peut pas mettre d’argent, le centre de formation n’est pas mis en valeur comme avant… Même si l’investissement chinois n’est pas à long terme, s’il leur permet de revenir en Ligue 1 dans les deux ans, ce sera déjà ça ! Il y a plein de clubs à vendre. Et pour suivre sportivement, leurs dirigeants savent que les capitaux étrangers sont les bienvenus.

Warum die Europäische Union eine neue Globale Strategie braucht

Bonn, 20.05.2015. Am Montag trafen sich die Außen- und Verteidigungsminister der EU-Mitgliedstaaten in Brüssel. Auf ihrer vollen Agenda stand auch eine Diskussion über die Veränderungen im Sicherheitsumfeld und welche Chancen und Risiken sich dadurch für die EU ergeben. Auf ihrem nächsten Gipfeltreffen im Juni werden die EU Staats- und Regierungschefs dann vermutlich Federica Mogherini, die Hohe Vertreterin und Vizepräsidentin der Kommission, mit dem Entwurf einer EU-Außenstrategie beauftragen. Zwei Szenarien sind denkbar: Die EU beschließt, die Europäische Sicherheitsstrategie von 2003 zu überarbeiten. Sie galt als Meilenstein einer klaren Ausrichtung und Zielformulierung der EU-Außenpolitik. Allerdings haben sich seit 2003 die EU und ihr Sicherheitsumfeld erheblich verändert. Die Strategie muss daher grundlegend überarbeitet werden. Alternativ könnte eine breit angelegte ‚globale Strategie‘ entwickelt werden, die den globalen Herausforderungen Rechnung trägt. Diese Strategie würde gemeinsame Grundsätze und Ziele festlegen. Sie würde außerdem definieren wie verschiedene Bereiche des auswärtigen Handelns der EU, etwa die Außen- und Sicherheits-, die Handels-, Klima- und Entwicklungspolitik, zur Lösung globaler Probleme beitragen können und sollten. In einem zweiten Schritt könnte die EU dann speziell für einzelne Politikfelder Strategien formulieren, und etwa die Sicherheitsstrategie von 2003 sowie den Europäischen Entwicklungskonsens von 2005 überarbeiten. Diese zweite Option ist, was die EU und die Welt unserer Meinung nach am dringendsten brauchen. Warum sollte die EU eine globale Strategie entwerfen? Zunehmende Multipolarität, globale Interdependenzen und Unsicherheiten stellen die EU vor andere Herausforderungen als noch vor 15 Jahren. Der Vertrag von Lissabon hat institutionelle Reformen angestoßen, die das Außenhandeln der EU effektiver und kohärenter machen sollen. Im November 2014 beauftragte EU-Kommissionspräsident Jean-Claude Juncker Mogherini, den Vorsitz der „Gruppe von Kommissaren für Außenhandeln“ zu übernehmen. Damit ist die EU institutionell gut aufgestellt, um ein kohärenterer und einflussreicherer globaler Akteur zu werden. Eine neue globale Strategie sollte nun festlegen, wie die EU ihre Werte und Interessen weltweit vertreten und durchsetzen und welche Instrumente sie dafür verwenden will. Kohärentes, aktives Außenhandeln liegt im Eigeninteresse der EU: Mehr Wohlstand und Gleichheit außerhalb Europas trägt zu inklusivem und nachhaltigem Wachstum auch in Europa bei. Europas Stabilität und Sicherheit sind nur gewährleistet, wenn auch in anderen Teilen der Welt inklusives Wachstum Frieden schafft und bewahrt. Die EU kann Ziele in der Migrations-, Asyl- und Sicherheitspolitik nur erreichen, wenn sie jenseits von Populismus das übergeordnete Ziel verfolgt, menschliche Mobilität zu fördern. Ökologische Nachhaltigkeit in Europa verlangt eine glaubwürdige Klimaaußenpolitik, die einen globalen Konsens befördert. Folglich müssen die EU und ihre Mitgliedstaaten eine strategische Zukunftsvision entwerfen, die die Interessen Europas, seine globale Rolle und Verantwortung im 21. Jahrhundert neu definiert, den Einfluss Europas in der Welt sichert und seinen Beitrag zu globalen öffentlichen Gütern verbessert. Eine neue globale EU-Strategie muss daher über eine eng definierte Sicherheitsstrategie hinausgehen und diejenigen Außen- und Innenpolitikfelder der EU einbeziehen, die zur Bewältigung komplexer und zusammenhängender globaler Entwicklungsherausforderungen beitragen können. Eckpunkte für eine globale EU-Strategie Im Vertrag von Lissabon bekennt sich die EU zum Schutz der eigenen Bürger wie auch zu nachhaltiger Entwicklung, Armutsbekämpfung, freiem und fairem Handel, Demokratie und Menschenrechten. Diesen Verpflichtungen muss die neue EU-Strategie Rechnung tragen. Ihr internationaler Rahmen ergibt sich aus den aktuellen Verhandlungen über eine neue globale Entwicklungsagenda mit universellen Zielen für alle Länder der Erde. Daher verlangt die Umsetzung der Agenda in der EU neben einer globalen Außenstrategie eine entsprechend abgestimmte Binnenstrategie. Letztere könnte auf der bestehenden EU-Strategie für nachhaltige Entwicklung oder einem substanziell überarbeiteten und erweiterten Katalog mit Zielen und Indikatoren der Strategie Europa 2020 aufbauen. Zu den wichtigsten Implikationen der neuen Agenda gehört, dass die EU-Entwicklungspolitik ein strategisches Politikfeld der EU-Außenbeziehungen wird. Das erfordert ihre optimale Integration und Förderung durch die EU-Außenpolitik. Die Erarbeitung einer globalen Strategie fördert Diskussionen und eine engere Zusammenarbeit der EU-Institutionen und -Mitgliedstaaten sowie aller Akteure der Innen- und Außenpolitik (einschließlich Sicherheit, Entwicklung, Klima und Handel). Eine globale EU-Strategie könnte auch künftig den Rahmen für institutionelle Reformen und eine Überarbeitung der EU-Instrumente für auswärtiges Handeln bilden, vor allem mit Blick auf die Verhandlungen über den nächsten mehrjährigen EU-Finanzrahmen und das Auslaufen des Cotonou Abkommens im Jahr 2020.

Why the European Union needs a New Global Strategy

Bonn, 20.05.2015. The EU's Foreign and Defense Ministers have met in Brussels on Monday. One point on their long agenda was the strategic review of the EU's security environment and the challenges and opportunities arising for the EU. During the next European Council in June, the EU's heads of state and government are expected to mandate the High Representative and Vice President of the Commission, Federica Mogherini, to launch the process of drafting an EU strategy for external relations. Two scenarios are possible: The EU decides to review the 2003 European Security Strategy. This strategy was widely regarded as a milestone in establishing a clear direction and ambition for the EU's foreign policy. However, both, the EU and the EU's security environment have changed fundamentally since then and the strategy certainly needs a fundamental update. The alternative to revising the Security Strategy is developing a broad, 'global strategy' that analyses the global challenges the EU faces. It defines how different areas of EU external action such as foreign and security policy, trade, climate and development policy can and as well as should contribute to tackle these global challenges, on the basis of guiding principles and common objectives for all these areas. In a second step, the EU could then develop specific strategies for individual policy fields, as for instance review the 2003 Security Strategy and the 2005 European Consensus on Development.
In our opinion this second option is what the EU and the world need most of all.

Why the EU should develop a global strategy Increasing multipolarity, global interdependence and insecurities pose different challenges to the EU than 15 years ago. The Lisbon treaty has initiated a number of institutional reforms to make the EU's external action more effective and coherent. In November 2014, the new European Commission President Jean-Claude Juncker has tasked Mogherini to revitalise and chair the Commissioner's Group of External Action. The EU thus has the institutional foundation to become a more coherent and effective global actor. A new global strategy has to define and prioritise how the EU wants to articulate and promote its values and interests in the world and which instruments it wants to deploy for this purpose. Coherent and pro-active external action in all areas mentioned above is in the EU's own interest: Greater prosperity and equality beyond Europeean borders also contribute to inclusive and sustainable growth in Europe. Stability and security in Europe will only be guaranteed if peace, based on inclusive development, can be maintained or strengthened in other parts of the world. EU migration, asylum and security objectives can only be assured when guided by an overarching objective of promoting human mobility that transcends populism and promotes the EU’s long-term interests. Environmental sustainability in Europe requires a credible and convincing external climate policy that secures a global consensus. The EU and its member states thus have to develop a strategic vision for the future that redefines Europe's interests, its global role and its global responsibilities in the twenty-first century, secures European influence in the world and guides its contribution to global public goods. A new strategic global direction for the EU therefore has to go beyond a narrowly defined security strategy and include the different interconnected external and domestic policy areas of the EU that are relevant to address inter-related and complex global development challenges. Key parameters for an EU global strategy The Lisbon Treaty states that the EU commits not only to the protection of its own citizens but also to sustainable development, the eradication of poverty, free and fair trade and democracy and human rights. The EU's new strategy has to do justice to these commitments.
The current negotiations for a new universal global development agenda and Europe’s own position set the international framework for this strategy as it aims to develop universal targets for all countries in the world. Implementing the agenda in the EU thus not only requires an external global strategy, but also an internal strategy (which could either build on the existing EU strategy for sustainable development or on a substantially revised and expanded set of goals and indicators of the EU2020 strategy), and both have to be coherent with each other. A main implication of the new agenda is that the EU’s development policy will definitively become a strategic part and parcel of EU public policy, thus requiring optimal integration and promotion through the EU’s foreign policy.

The development of a global strategy is an opportunity for a discussion and closer cooperation among EU institutions and EU member states and all actors related to external and domestic action (including Security, Development, Climate, Trade). An EU global strategy could then also guide future institutional reforms and review of the instruments of external action, in particular the negotiations for the next multi-annual financial framework and the expiry of the Cotonou Agreement in 2020.

Tres nuevas uniones para Europa

Real Instituto Elcano - Wed, 20/05/2015 - 14:17
Opinión - 20/5/2015
Federico Steinberg

La Comisión Juncker está impulsando tres ambiciosos proyectos para revitalizar el mercado interior y aumentar el potencial de crecimiento: la unión energética, la unión del mercado de capitales y la unión digital.

Tres nuevas uniones para Europa

Real Instituto Elcano - Wed, 20/05/2015 - 14:17
Opinión - 20/5/2015
Federico Steinberg

La Comisión Juncker está impulsando tres ambiciosos proyectos para revitalizar el mercado interior y aumentar el potencial de crecimiento: la unión energética, la unión del mercado de capitales y la unión digital.

Défendre la France et assurer la sécurité nationale - De la défense des frontières à la défense sans frontières.

Centre Thucydide - Wed, 20/05/2015 - 13:56



L'histoire moderne et contemporaine de la France est intimement liée à la défense de ses frontières. La « ceinture de fer » de Vauban, achevée entre 1690 et 1700, aura joué ce rôle jusques et y compris pendant les guerres révolutionnaires et au-delà. La ligne de fortifications mise en place dans les années 1880-1890 par le général Séré de Rivières [1], avec Verdun pour barrer la route de Paris, sert jusque pendant la Grande Guerre. La ligne Maginot, conçue et construite dans les années trente pour assurer la défense du Nord et de l'Est, tombe après avoir été tournée et non sans combattre, à la fin de juin 1940.

La dissuasion nucléaire et la force de frappe en portent encore la trace et la marque, des années soixante aux années quatre-vingt dix. Le nucléaire, c'est la sacralisation de la frontière nationale, dans l'indépendance nationale.

Vingt-cinq ans après la fin de la Guerre froide, treize ans après les attentats du 11 septembre, les principes de la politique publique de défense et de sécurité évoluent dans le sens d'un rapprochement de la sécurité intérieure et de la sécurité extérieure. La notion et l'importance de la frontière s'estompent. L'accent mis sur la sécurité plus que sur la défense a des conséquences sur la place des militaires dans le système de défense et de sécurité nationale.

Si notre organisation de défense remonte, pour l'essentiel, au début des années soixante, le cadre, le contexte et les acteurs de notre système de défense et de sécurité ont connu des transformations majeures, dont les livres blancs de 1972, 1994, 2008 et 2013 sont des témoins. Notre organisation de défense et de sécurité est en effet passée de la défense nationale (Livre blanc de 1972) à la défense (Livre blanc de 1994), et de la défense à la défense et la sécurité nationale (Livres blancs de 2008 et 2013). Au cœur de ce travail : la recherche de la frontière de la défense de la France.

L'organisation de défense et de sécurité s'inscrit dans ce cadre, y compris au plan territorial et connait une évolution de moyen terme, depuis dix ans, dans le sens d'un resserrement administratif et politique au profit de l'exécutif, avec une accélération depuis 2007. Dans le même temps, la mobilisation face aux crises fait émerger une nouvelle culture de gouvernement, pour que soient assurées non plus seulement la sécurité intérieure et extérieure du pays, mais la continuité de la vie nationale.

La mise en ordre de la façon dont notre pays se défend découle, pour l'essentiel, de l'ordonnance de 1959 et des décrets des années 1960-1961. Il s'agit d'une réflexion longue, dont les origines datent des années trente et dont les textes qui la portent ont été conçus et pour une part rédigés par le général de Gaulle lui-même. On sait l'importance, l'ancienneté et la maturité des analyses de De Gaulle en la matière, alors qu'il est lieutenant-colonel, et l'un des chefs de service du Secrétariat permanent de la défense nationale, de 1932 à 1937.

C'est à cette époque qu'il travaille sur la projet de loi portant « organisation de la Nation pour le temps de guerre », adopté par la Chambre des députés et le Sénat et publiée comme loi de la République le 11 juillet 1938.
D'avoir été, pendant les cinq années qui précèdent, au cœur de ce chantier que la guerre arrêtera, en septembre 1939, représente un élément important de la construction de la culture administrative et militaire du Général [2].

L'organisation de la défense de la France voulue et mise en place par le général de Gaulle est aussi une conséquence de l' « étrange défaite » de juin 1940 et de la conscience que celle-ci, pour une bonne part, résulte d'un grave défaut d'architecture gouvernementale et militaire [3], et de l'échec de la défense des frontières dont la matérialisation la plus achevée, sinon la plus excessive fut la ligne Maginot.

Ne nous y trompons, cependant, pas. Ce qui change fondamentalement la donne, dans les années soixante, c'est la force de frappe et la dissuasion. Il n'est plus question, dès ces années-là, de politique « navale », ou de l'armement terrestre, ou bien encore aérienne dans l'esprit du général de Gaulle, mais d'une seule et unique politique de défense, arrêtée au plus haut niveau de l'Etat et par son Chef. Le nucléaire, c'est la dernière des armes, aux mains du premier des Français. C'est la sacralisation de la frontière.

Le contexte des années soixante est connu : une menace majeure, massive, militaire et mondiale, à nos frontières. Un acteur essentiel et quasi-unique : l'Etat. Une approche qui ne s'effectue plus armée par armée, mais par attributions ministérielles : à la Défense, la défense militaire ; à l'Intérieur, la défense civile ; à l'Economie, la défense économique. L'unité du tout est assurée par le Gouvernement, sous l'autorité du Président de la République.

Cette approche est énoncée et en quelque sorte silicifiée par le Livre blanc sur la défense nationale de 1972, auquel Michel Debré, ministre d'Etat et ministre de la défense nationale, apporte la légitimité et la tonalité de celui qui s'estime et qui se pose comme le dépositaire de la pensée et de l'action du général de Gaulle en matière de défense [4]. La défense, c'est la défense des frontières.

En 1994, lorsque François Léotard, ministre d'Etat et ministre de la défense propose à Edouard Balladur, Premier ministre, la rédaction d'un Livre blanc sur la défense, la Guerre froide n'est pas encore si éloignée et le texte porte encore, à bien des égards, la trace et la marque des trente années qui précèdent [5]. Il n'empêche : la question de la définition nouvelle de la frontière de la défense est posée.

Qu'en est-il aujourd'hui, plus de cinquante ans après les textes fondateurs, vingt-cinq ans après la fin de la Guerre froide, avec trois Livres blancs qui ont, chacun, rythmé l'évolution de l'organisation de la défense de la France et dont celui de 2008 [6] a fait l'objet d'un travail de révision en 2011 et laissé la place à un nouveau texte, en avril 2013 [7] ?

Deux séries d'évolutions peuvent être évoquées, s'agissant du contexte, du cadre et des acteurs de la défense et de la sécurité (1.), et du renouvellement en profondeur de l'architecture gouvernementale en la matière et de l'enchaînement des crises, à l'intérieur et à l'extérieur du territoire, qui entraîne l'émergence d'une culture de Gouvernement nouvelle (2.).

De la menace aux frontières aux menaces sans frontières et de la défense des frontières à la défense sans frontières : comment défendre la France et assurer la sécurité nationale

1. Les titres des Livres blancs déjà évoqués sont éloquents. Le Livre blanc de 1972 portait sur la défense nationale. Celui de 1994, sur la défense. Ceux de 2008 et de 2013, sur la défense et la sécurité nationale. L'évolution la plus sensible des termes de référence fait passer de la défense nationale à la défense, puis de la défense à la défense et à la sécurité nationale. Sécurité intérieure et sécurité extérieure sont désormais liées, comme le sont menaces intérieures et menaces extérieures. La frontière de la défense s'estompe, diluée dans un cadre plus large à l'intérieur, et plus lointain à l'extérieur.

1972, c'est la première patrouille du Redoutable. C'est la fin de la transition pour l'Armée de terre, dix ans après la guerre d'Algérie. C'est la rénovation de notre flotte de surface. C'est une Armée de l'Air nouvelle, dont les matériels font la fierté du pays. Le Livre blanc de Michel Debré est une réflexion "à froid" de gardiens vigilants du dogme gaulliste de l'indépendance nationale. Le territoire national et sa protection comme but ultime.

1994, c'est la fin d'une menace massive, militaire, mondiale. C'est la guerre sur notre continent et la situation mouvante du Proche et du Moyen Orient. Ce sont des adversaires possibles, divers et différents, et des conditions d'engagement incertaines. Une réflexion "à chaud", encore marquée par le cadre, le contexte et les concepts de la Guerre froide, et s'appuyant sur les matériels, les hommes et les modes opératoires existants. L'Europe de la défense, comme chantier permanent. L'ébauche de nouvelles solidarités, entre l'Alliance atlantique, les Etats-Unis et l'ONU. Des inflexions importantes à notre politique de défense : la mobilité, le renseignement, la planification, la formation et les opérations interarmées. Un « nouvel équilibre » entre la dissuasion et l'action.

Quelle frontière défendre désormais ?

2008, c'est un changement de nature de notre défense et de notre sécurité, avec la menace à nouveau mortelle, mais autre, du terrorisme et des Etats qui lui seraient liés. Avec celle, différente mais tout aussi dangereuse des armes de destruction massive. Des menaces sans frontières.

La professionnalisation, l'autonomie stratégique, la continuité entre sécurité intérieure et sécurité extérieure. Les engagements et les interventions de plus en plus nombreux de la France dans des alliances ou des opérations qui ne sont pas de circonstance y répondent, dans une Europe de la défense en construction, en Afghanistan ou en Libye. La frontière de la défense de la France se confond avec celle de ses engagements en-dehors de nos frontières.

Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008 apparaît ainsi, en quelque sorte, comme le point d'orgue d'une évolution de moyen terme, engagée un peu plus de dix ans auparavant. Celui de 2013 s'inscrit, sur ce plan, dans une forme de continuité.

Par voie de conséquence, la place et le rôle des Armées dans la mission générale de sécurité ne sont plus les mêmes.

Jusqu'en 1990, c'était la garde au Rhin étendue jusqu'à la frontière orientale de la République fédérale, et la protection du territoire national. Mission essentielle pour l'Armée de Terre, dont l'organisation reflétait l'identification à un territoire (divisions militaires du territoire, défense opérationnelle du territoire…) dont l'origine remonte à la loi de 1882 sur l'organisation territoriale de l'Armée, avec ce double attachement au sol et à la frontière, comme une inscription barrésienne de l'Armée, à la fois implantation et incarnation.

Protéger le territoire national, ce que nos armées n'avaient pas fait en 1940, avec la double assurance de la force de frappe et de l'OTAN.

Dans les années 1990-2000, l'accent fut mis sur la projection : le Golfe, les Balkans, l'Afrique. Avec une double incertitude, sur la dissuasion et sur la conscription, dont le Livre blanc de 1994, rédigé pendant la cohabitation (1993-1995) est le témoin et un « nouvel équilibre » entre la dissuasion et l'action la formule retenue, après des heures de travail rédactionnel entre les parties concernées et des allers-retours nombreux au sein de l'exécutif, témoin d'une rupture de la pensée de la défense et de la notion de frontière à défendre.

Dans le même temps, les restructurations militaires, la professionnalisation des armées, leur projection en-dehors de territoire national ont pour conséquence de rendre l'Armée invisible à la Nation.

Un troisième temps voit une nouvelle répartition entre la dissuasion, la projection et la protection, et l'accent mis sur cette mission à la fois militaire et non-militaire, comme l'est la fonction « anticipation » qui couvre, entre autres, le domaine du renseignement, « nouvelle frontière » de la défense.

Cette évolution permet de comprendre comment les missions de nos forces armées s'intègrent à la manœuvre générale de sécurité, dans le contexte d'une transformation en profondeur non de nos alliances, mais du cadre militaire de leur exercice, comme le montrent à la fois ce qu'il advient des relations transatlantiques et de leur bras armé, l'OTAN.

Dans le même temps, une évolution profonde a eu lieu, s'agissant de la puissance publique, c'est-à-dire de l'Etat.

Le général de Gaulle pouvait dire à Bayeux, le 14 juin 1952 que « La défense est la première raison d'être de l'Etat. Il n'y saurait manquer sans se renier lui-même ». Cette logique d'Etat très ancienne, le Général l'avait exprimée dans La France et son armée lorsqu'il décrit l'ordonnance de Charles VII du 2 novembre 1439 qui crée l'armée permanente, l'impôt et la loi et qu'il conclut qu' « Au lieu de l'héroïsme épisodique des paladins, de la ruse avide des routiers, du bref élan des milices, la constance des troupes professionnelles sera, pendant trois siècles et demi, le rempart de la France » [8].

Le Livre blanc de 1994, dans la même veine, allait plus loin encore, en affirmant que « L'Etat centralisé et l'armée régulière contribuent à façonner la plupart des valeurs de la société française, depuis l'impératif de la règle jusqu'au sens du service public » [9].
Cette logique semble, aujourd'hui, s'estomper. L'Etat s'est décentralisé, déconcentré, démembré, privatisé, en partie intégré dans d'autres cercles d'exercice de la puissance publique, à la fois infra et supra étatiques et nationaux. De la logique de la contrainte, on est passé à celle de la coopération et du contrat. De la défense des frontières, hier obligation de vie ou de mort, à la sécurité nationale et à une défense sans frontières, à la fois sur notre sol et loin du territoire national.

Pourtant, notre organisation de défense et de sécurité conserve l'empreinte d'une tradition étatique, historique et nationale, qui ne semble pas dépassée.

Cette tradition historique de notre pays consiste, à l'époque contemporaine, à prendre en compte l'ensemble des intérêts de défense et de sécurité du pays. C'est dès 1906 que fut institué un Conseil supérieur de la défense nationale qui réunissait, sous l'autorité du Président du Conseil, les ministres responsables en la matière !

Les institutions dont il s'agit sont nationales, parce qu'elles expriment des obligations permanentes et une continuité de l'exercice de leurs missions : garantir la défense et la sécurité de l'Etat, des populations, du territoire. La frontière demeure donc !

2. Cette organisation s'est renforcée depuis 2002. C'est véritablement à compter de ce moment, que l'on peut dater une inflexion sensible de notre organisation de défense et de sécurité. C'est d'ailleurs à ce moment qu'est rédigée, sous l'autorité du Chef d'état-major des Armées et du délégué aux affaires stratégiques du ministère de la défense une note qui énonce clairement les principes sur lesquels doit reposer une stratégie de défense et de sécurité pour que convergent objectifs de sécurité intérieure et de sécurité extérieure [10].

S'agissant des « principes d'actions de la France », la note avance l'idée que « … la politique de défense s'appuie sur une démarche interministérielle (…) la nature globale de la défense est amplifiée par les liens (…) entre les menaces intérieures et extérieures, ce qui tend à fusionner les notions de sécurité et de défense. Cette politique (…) doit assurer la sécurité des institutions, des populations, des biens, et des ressources ». Loin de nos frontières.

Le Président de la République est, depuis cette date, la clef de voûte non seulement de la défense, mais de la sécurité intérieure et de la sécurité extérieure du pays. Dès l'été 2002 sont mises en chantier trois lois de programmation, pour la défense, la sécurité intérieure, la justice. Un Conseil de sécurité intérieure, pendant du Conseil de défense et présidé comme ce dernier par le Chef de l'Etat, est institué.

L'exemple du renseignement est particulièrement éloquent. Parce que le renseignement est la première frontière de notre défense, mais il n'a pas de frontières. C'est pourquoi le Président de la République, chef de l'Etat et chef des Armées, est aujourd'hui de facto l'autorité opérationnelle des services de renseignement, dont les opérateurs sont les services et le Secrétariat général de la défense nationale (SGDN), devenu en 2010 Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), assure la régulation du système.

C'est en 2008 qu'est rédigé un nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

C'est en 2010, que le SGDN devient SGDSN.
Un seul Conseil de défense et de sécurité nationale réunit désormais, sous l'autorité du Président de la République, les responsables civils et militaires du pays. Mais le départ avait été donné près de dix ans auparavant.

Dans l'organisation de la défense nationale, de 2002 à nos jours, se fait ainsi jour une continuité de moyen terme dans le resserrement du dispositif, avec une inflexion forte de 2007 à 2011.

De ce resserrement politique et administratif, les questions de renseignement portent la marque la plus visible, dans l'esprit duLivre blancde 2008 où la fonction « anticipation » était venue s'ajouter aux missions déjà arrêtées en 1994. Avec des décisions majeures, comme la création de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), résultat de la réunion en un même ensemble de la Direction centrale des renseignements généraux (DCRG) et de la Direction de la sûreté du territoire (DST) et le passage de la Direction générale de la Gendarmerie nationale (DGGN) de la Défense à l'Intérieur.

L'institution d'une Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), distincte de la DGPN, en mai 2014 se comprend aussi dans ce contexte.

Il n'y a là nulle rupture, mais une continuité de moyen terme, fonction du rapprochement de la sécurité intérieure et de la sécurité extérieure, et de l'évolution de l'architecture de défense et de sécurité de notre pays. La défense de la France se joue à l'intérieur et à l'extérieur de nos frontières.

Les crises qui se sont succédé, depuis plus de dix ans, sur le territoire et en-dehors de nos frontières, sont à la fois un élément d'explication et le fondement d'une nouvelle culture de Gouvernement en la matière.

Les années 2001-2011 sont, en effet, celles des crises « en chaîne », pour reprendre l'expression que Raymond Aron appliquait au long terme des conflits du premier XXème siècle [11]. Avec, au présent et dans le même temps, une des plus graves crises, économique, financière et budgétaire qui affecte l'ensemble des « Occidentaux », mettant à mal des solidarités de près de cinquante ans en Europe et une relation transatlantique devenue incertaine.

La crise n'a pas de frontières.

En arrière-plan, une réalité nouvelle : le monde ne connaît plus « …la menace de deux Grands qui conçoivent, construisent, composent des bombes destinées à leur destruction réciproque, dans un dialogue somme toute d'égal à égal qui leur fournit un cadre commode pour un arrangement rationnel. Mais des Etats encore à l'âge de pierre à bien des égards, déraisonnables et déraisonnés, ni ici, ni là : Etats « du seuil », dont l'usage du nucléaire ou la menace de celui-ci s'apparente quelquefois à un prétexte, (…) tantôt à une dangereuse réalité » [12].

La frontière entre puissances nucléaires et puissances nucléaires en devenir s'estompe elle aussi, et peut-être une forme de dissuasion avec elle.

En surplomb : les menaces que font peser, partout, les groupes terroristes dont les soubresauts politiques, les conséquences de la mondialisation, les sursauts identitaires et les revendications religieuses sont comme le terreau, en particulier dans le monde arabo-musulman et en Afrique sub-saharienne, mais aussi sur notre territoire.

Elles n'ont pas de frontières.

Le contexte intérieur et extérieur de ces crises est différent de celui des dix années qui ont suivi la fin de la Guerre froide. L'Etat n'est plus seul, engagé dans une chaîne de responsabilités et de solidarités qui va du niveau local à l'international, en passant par l'européen. Ce sont d'autres frontières qui disparaissent.

Dans le même temps, l'Etat joue sa crédibilité à chaque crise, dans un tempo de plus en plus court, sous le regard d'une opinion publique de plus en plus exigeante et distante à la fois, à la mesure du sentiment qu'elle exprime que l'intérêt collectif ne s'incarne plus uniquement, spontanément, nécessairement dans l'Etat.

L'exemple de ces infrastructures que l'on qualifie en France de « vitales », aux Etats-Unis de « critiques », au Canada d' « essentielles » parce qu'elles sont un élément décisif des économies et des sociétés modernes (transports, communication, réseaux matériels et immatériels…) montre à la fois la complexité des systèmes, l'interdépendance et la multiplication des acteurs, la difficulté pour la puissance publique de s'assurer de la permanence et de la disponibilité de ces systèmes qui, aujourd'hui, conditionnent la continuité de la vie des Nations.

La prise de conscience de l'importance de ces sujets, au milieu de la décennie quatre-vingt-dix, s'est traduite en premier lieu par le renforcement de la sécurité des systèmes d'information. C'est ainsi qu'a été créée en France, au sein du SGDN, en 1999 la Direction centrale de la sécurité des systèmes d'information (DCSSI), devenue Agence nationale depuis, et qu'une réflexion d'ampleur a été engagée, au même moment, sur le rôle du Gouvernement en matière de protection et de permanence des infrastructures vitales.

Les systèmes d'information, c'est la dématérialisation de la menace, la déterritorialisation de la défense, la négation même de la frontière.

Voilà bien un tournant important des politiques de défense et de sécurité, au début du XXIème siècle : l'enjeu et l'objet d'une politique publique de défense et de sécurité ne sauraient se limiter, comme hier et pour essentiel que cela demeure, au « …fonctionnement normal et régulier des pouvoirs publics ».

La frontière disparaît à mesure que la distinction entre sécurité intérieure et sécurité extérieure disparaît elle aussi.

Défendre la France et assurer la sécurité nationale, c'est donc bien assurer la continuité de la vie nationale, sur le territoire national et partout où celle-ci peut dépendre de nos engagements extérieurs, dans le cadre de nos alliances, c'est bien ce qui donne le sens à une politique publique de sécurité nationale dans l'après-Guerre froide.
Dans le contexte d'une défense sans frontières et d'une projection et d'une continentalisation, sur mer, sous les mers, au-dessus des mers, des enjeux de puissance [13].

On voit bien, dans ces conditions, comment notre pays a pu passer de la défense nationale (1972) à la défense (1994), puis de la défense à la défense et la sécurité nationale (2008 et 2013).

Les vingt dernières années de cette évolution de long terme s'inscrivent dans le contexte de l'après-Guerre froide et se distinguent cependant dans l'émergence d'une organisation nouvelle de la défense nationale.

Dans le contexte de la réforme des Armées, là où les militaires étaient les seuls en 1972, ils sont les premiers en 1994 et les uns parmi d'autres, en 2008 comme en 2013. De la distinction à l'indistinction.

La dernière décennie en est la preuve, avec une série d'évolutions de moyen terme et une inflexion très forte à partir de 2008. La mission de sécurité nationale, c'est aujourd'hui la continuité et la permanence des outils à la disposition de la puissance publique, le resserrement administratif et politique autour de l'exécutif, le rassemblement de la Nation autour de l'objectif.

C'est sur ce dernier qu'il importe de faire porter l'effort, et c'est le sens de la démarche de révision du Livre blancde 2008, dès 2011 et de la rédaction d'un nouveau Livre blancen 2013, pour contraint qu'il soit par l'état des finances publiques.

Le Livre blancde 2013 réaffirme la priorité de l'autonomie stratégique de notre pays, dans le cadre de nos alliances et de nos engagements. Les Armées devraient préserver des capacités-clef : moyens de renseignement, capacités de commandement, forces spéciales. Pour conserver l'initiative, les forces devraient se spécialiser et s'organiser, avec un objectif de capacité de projection de 15000 hommes dans une opération extérieure « de coercition majeure ». L'accent mis sur le renseignement militaire, intérieur et extérieur, sur la protection des systèmes d'information, sur la coordination interministérielle en matière de sécurité nationale s'inscrit dans une volonté d'assurer la continuité de la vie nationale, à l'intérieur et à l'extérieur de nos frontières.

La réflexion et l'action s'inscrivent désormais dans le cadre historique d'un Etat souverain, dépositaire des intérêts vitaux de défense et de sécurité de la France, adossée à l'assurance ultime de la dissuasion nucléaire, pour tenir compte au présent des acteurs en chaîne réunis par un Etat qui défend, protège et assure, à l'intérieur de nos frontières, les infrastructures civiles et militaires indispensables à la continuité de la vie nationale, dont nos alliances et nos interventions sont, à l'extérieur de nos frontières, le prolongement et le dépassement de celles-ci.

Une lecture du Livre blancde 2013 devrait y conduire.

Trois piliers d'une stratégie nationale : protéger, dissuader, intervenir.

Un double impératif : prendre notre part à la défense de l'Europe par les Européens et assurer, au-delà de nos frontières et de celles de l'Europe, la sécurité nationale. Une mission : la défense de la France, dans le nouveau contexte des alliances et la nouvelle hiérarchie militaire et navale des puissances. Des moyens : conformes à nos ambitions et respectueux de notre histoire, ajustés à nos contraintes et partagés avec ceux de nos Alliés qui y consentent.



[1] Directeur du Génie de l'Armée de 1874 à 1880. Ses derniers mots furent « La frontière … la frontière »

[2] Tristan Lecoq Parlement, Gouvernement, Haut commandement. La question de l'organisation de la défense nationale (1935-1940), Mémoire de maîtrise sous la direction du Professeur G. Pédroncini Paris, Centre d'histoire militaire et de défense de l'Université de Paris I, juin 1980.

[3] Marc Bloch, L'étrange défaite, Paris, Albin Michel 1957

[4] Livre blanc sur la défense nationale, Paris, CEDOCAR 1972 (tome 1) et 1973 (tome 2)

[5] Livre blanc sur la défense, Paris, La documentation française, 1994

[6] Défense et sécurité nationale. Le Livre blanc, Paris, Odile Jacob/La documentation française, 2008

[7] Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale 2013, Paris, La documentation française, 2013

[8] Charles de Gaulle, La France et son armée, Paris, Plon 1938 p. 28.

[9] Livre blanc sur la défense, Paris, La documentation française, 1994, p. 229.

[10] Note EMA/DAS n°787 DEF/EMA/ESMG et n°5017DEF/DAS du 29 novembre 2002.

[11] Raymond Aron, Les guerres en chaîne, Paris, Gallimard 1951.

[12] Marie-Hélène Labbé, Le nucléaire à la dérive, Paris, Editions Frison Roche 2011 p. 13.

[13] Tristan Lecoq, Enseigner la mer. Des espaces maritimes aux territoires de la mondialisation, Collection Trait d'union Paris, CNDP 2013

dd

Mercator European Dialogue

ELIAMEP - Wed, 20/05/2015 - 13:01

Over the past few years, the debates within and among EU member states on political issues have become more intense and often controversial. Following the Treaty of Lisbon, national parliaments gained more influence on EU policy-making. Throughout the European debt crisis, national parliaments have regularly voted on measures with great political, financial and social implications for other member states and the EU as a whole. In addition, numerous new actors have competed in elections, thus changing the political landscape and discourse.

In this context, Stiftung Mercator launched the Mercator European Dialogue in cooperation with the German Marshall Fund of the United States (GMF) in Germany, the Istituto Affari Internationali (IAI) in Italy, the Barcelona Centre for International Affairs (CIDOB) in Spain and the Hellenic Foundation for European and Foreign Policy (ELIAMEP) in Greece. This project aims at encouraging and growing a European network of emerging as well as senior parliamentarians. The exchange of ideas will be enhanced by innovative workshop formats in order to ensure a high level of interaction and dialogue.

For members of parliament the Mercator European Dialogue is an important opportunity to exchange their ideas on the future of Europe, get to know colleagues from other countries, and channel national concerns to the European level and better understand emerging trends.

The Mercator European Dialogue convenes two levels of activities:

1.         A regional level with a series of smaller bi- or multilateral gatherings and

2.         A European level with three to four events bringing together 35-40 members of parliament from different countries.

Ramadi/Palmyre : les combats contre Daech sont-ils efficaces ?

IRIS - Wed, 20/05/2015 - 12:36

Ramadi, capitale de la plus grande région de l’Irak (al-Anbar), est tombée aux mains de l’organisation de l’Etat islamique (Daech) le dimanche 17 mai 2015. Presque un an après la chute de Mossoul, comment expliquer cette nouvelle débâcle de l’armée irakienne ?
Il peut y avoir une ressemblance entre la débâcle, en juin 2014, de Mossoul et celle de Ramadi. Mais cette ressemblance n’est que d’apparence. L’offensive surprise de l’organisation de l’État islamique (Daech) contre Mossoul a révélé l’état de l’armée irakienne, une armée dissoute depuis les premiers jours de l’invasion américaine. Après le retrait américain fin 2011, Bagdad a voulu mettre sur pied une armée digne de ce nom mais cette volonté s’est heurtée à la division communautaire au sein de ses rangs. L’armée irakienne souffre de plusieurs défauts : manque d’armements, manque de formation adéquate, faiblesse criante du commandement. De l’autre côté, des officiers de l’armée de Saddam Hussein sont intégrés en partie dans le commandement militaire de Daech.
Un an après Mossoul, l’Irak ne s’est toujours pas doté d’une armée puissante, même si les Américains ont multiplié le nombre de leurs instructeurs sur place et que Bagdad a acheté des armes aussi bien aux Etats-Unis qu’à la Russie. Le pays n’a par ailleurs toujours pas d’aviation forte. La libération de la ville de Tikrit, il y a quelques mois, est un trompe-l’œil. Ce sont « les unités de mobilisation populaire » (des miliciens chiites) qui ont joué le rôle principal dans cette victoire sur Daech.
La chute de Ramadi, contrairement à Mossoul, n’est pas une surprise. Cette ville, comme l’ensemble de la province al-Anbar, a été dès le début de l’invasion américaine le fief des djihadistes. Les organisations mères de Daech sont nées dans cette ville. Les Américains n’avaient d’ailleurs pas exclu, plusieurs jours avant la chute de la capitale de l’al-Anbar, province sunnite, que la chute de Ramadi pourrait avoir une importance symbolique pour Daech mais pas une importance stratégique.

A contrario, l’armée syrienne a le même jour réussi à repousser Daech de la ville antique de Palmyre grâce à une offensive musclée. Quel était l’objectif de Daech en attaquant cette ville, sans réel intérêt militaire pour eux ?
L’armée syrienne a en effet repoussé Daech de Palmyre, lors d’un premier affrontement, mais les combats se poursuivent. Daech a lancé dimanche une pluie de roquettes et de missiles sur Palmyre. Le fait que l’organisation djihadiste soit capable de mener des offensives sur plusieurs fronts, avec un armement sophistiqué, soulève la question de l’origine de ces arsenaux. D’ailleurs, l’une des raisons de la débandade de l’armée irakienne à Ramadi a justement été le manque de munitions et d’hommes face à des djihadistes très bien équipés.
Un autre volet important de la stratégie de Daech est précisément la communication. Dans ce domaine, ils ont montré un étonnant professionnalisme et beaucoup d’efficacité. L’objectif est double : des actions spectaculaires comme des décapitations de détenus ou la destruction des vestiges de civilisations anciennes appartenant au patrimoine de l’humanité. Ces actions lui assurent la couverture des médias en Occident et ailleurs. C’est un moyen d’attirer et de mobiliser ses partisans qui désormais ne se limitent plus à l’Irak et à la Syrie. De l’Afrique, notamment la Libye qui pourrait être le premier pays de Daech, jusqu’au Pakistan et à l’Afghanistan, le groupe djihadiste a réussi à étendre son influence.

Où en est l’action de la coalition internationale contre l’État islamique ? Au vu des derniers avancements sur le terrain de Daech, peut-on considérer cette coalition, et principalement les raids aériens menés, comme efficaces ?
La chute d’une ville de 400 000 habitants, à 110 kilomètres de Bagdad, est un échec cuisant pour la stratégie de la Coalition internationale mise en place de concert avec le gouvernement irakien. Cette stratégie consistait en un engagement militaire contre Daech, principalement par voie aérienne. Si l’efficacité des bombardements aériens des positions de Daech a finalement permis aux combattants Kurdes de Kobané de résister aux assauts multiples de Daech en Irak, ils restent moins efficaces. Le deuxième volet de cette stratégie prévoyait un renforcement de la capacité de défense irakienne. Enfin, le volet le plus important et le plus efficace de cette stratégie n’était pas annoncé et officialisé : il s’agissait du rôle de l’Iran, via la présence de conseillers militaires iraniens sur le terrain ou par des aides apportées aux combattants kurdes et aux milices chiites.
L’engagement iranien, clairement affiché lors de la libération de la ville de Tikrit, a profondément inquiété l’Arabie saoudite, officiellement membre de la Coalition, mais aussi rivale de l’Iran. Sous la pression, le Premier ministre irakien M. Haïder al-Abadia, a voulu limiter le rôle de ces milices chiites, pourtant théoriquement sous son autorité. Il est néanmoins contraint de faire à nouveau appel à ces combattants, mieux formés et surtout motivés pour combattre Daech, qui a fait de la lutte contre les chiites son premier objectif.

Dr Thanos Dokos writes in Kathimerini on Greek foreign policy, 20/05/2015

ELIAMEP - Wed, 20/05/2015 - 12:34

You can read here the article on Greek foreign policy, which was written by Director General of ELIAMEP Dr Thanos Dokos. This commentary was published in the Greek daily Kathimerini on 20 May 2015.

Armeniens Beitritt zur Eurasischen Wirtschaftsunion

SWP - Wed, 20/05/2015 - 11:50

Armenien war im letzten Jahrzehnt bemüht, seine immer engere sicherheitspolitische und wirtschaftliche Bindung an Russland mit einer Ausrichtung nach Westen in Einklang zu bringen, die ihren Ausdruck in der Kooperation mit der östlichen Nachbarschafts- und Partnerschaftspolitik der Europäischen Union und der Beteiligung an Nato-Programmen fand. Russland wiederum war gefordert, seine Kooperation mit Armenien – die engste mit einem Staat im Südkaukasus – mit seinen Beziehungen zu Aserbaidschan und der Türkei zu koordinieren. Nachdem der armenische Präsident Sersch Sargsjan im September 2013 den Beitritt seines Landes zur russisch dominierten Zollunion bekanntgegeben hatte, wurden in Armenien Stimmen laut, die vor »exzessiver Abhängigkeit« von Russland und einem Ende der offiziell als »komplementär« bezeichneten armenischen Außenpolitik warnten. Zweifel kamen auf, dass das Land handels- und sicherheitspolitischen Gewinn aus seiner eurasischen Richtungsentscheidung gezogen hat. Gleichzeitig versucht die Regierung in Jerewan, diese nicht als endgültige Abwendung von der EU erscheinen zu lassen.

Public Discussion: “Modern Militaries and Capability: The Importance of Women”

GCSP (Events) - Wed, 20/05/2015 - 09:44

The inclusion of women in militaries across the world has been increasing in recent decades. Changing attitudes towards women’s role in society and the workplace, shifting workforce patterns and imperatives, and changing laws and policies regarding women’s participation in the armed forces have all contributed to the increase in the representation of women in many militaries across the world. However, progress has been sporadic, slow and, in some instances, it has stalled. Across most militaries women are underrepresented. They are particularly underrepresented in leadership roles. But why is this an important issue? Why should the armed forces care about the representation of women in their militaries?

Tareq Oubrou présente sa note : Coran, clés de lecture

Fondapol / Général - Wed, 20/05/2015 - 09:27

Retrouvez l’interview de Mohamed Tareq Oubrou sur sa note : Coran, clés de lecture. Tareq Oubrou présente sa note: Coran, clés de… par fondapol

Cet article Tareq Oubrou présente sa note : Coran, clés de lecture est apparu en premier sur Fondapol.

Pages