Vous êtes ici

Togo Actualités

S'abonner à flux Togo Actualités
Actualité du Togo et dans le monde
Mis à jour : il y a 4 années 2 mois

Jean Kissi propose un mouvement citoyen pour une « action ultime » en faveur des réformes politiques et la décentralisation

mar, 14/06/2016 - 12:59

Le député du Comité d’action pour le renouveau (CAR), Jean Kissi pense comme Jean Dégli, président de l’association « Bâtir le Togo » et Agbéyomé Kodjo, président du parti politique de l’opposition, l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS), qu’il existe un moyen pour contraindre le pouvoir à faire marche arrière dans l’organisation « unilatérale » de la décentralisation et des élections locales.
 


Mais mieux que ces deux (2) personnalités, M. Kissi, intervenant ce lundi sur les ondes de la radio Victoire FM, propose que le temps est venu de mettre les appartenances politiques sous éteignoir pour passer à un « mouvement citoyen ».
 
« Nous avons réfléchi à la question dans notre parti et nous sommes arrivés à cette conclusion que si on arrive à une situation dans un pays où toutes les institutions sont confisquées ou toutes les structures de l’économie sont prises en otage par un clan et qu’une minorité pille la richesse nationale au dépend de la majorité, le temps sera donc venu de mettre les appartenances politiques au vestiaire et de se mobiliser dans un mouvement citoyen pour une action ultime », a-t-il précisé.
 
« Quand ce mouvement commence, le minimum auquel le peuple a droit, si on ne l’atteint pas, il ne faut reculer, sauf qu’on tue », a-t-il ajouté tout en soutenant que ce n’est pas l’affaire d’un « parti politique » ou d’un « groupe de partis politiques » mais un mouvement qui doit pouvoir contenir les partis représentés à l’Assemblée nationale, les partis extraparlementaires mais aussi les organisations de la société civile, les étudiants et les syndicats.
 
C’est ce qui s’est passé au Burkina Faso et au Sénégal, a lancé le Secrétaire général du CAR qui estime également qu’ « il n’y a pas de marche qui vaille si on ne met pas une orientation politique qui permet d’associer la pression au dialogue ».
 
Pour information, le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015) continuera sa pression dans les rues en l’absence de ce mouvement. Une troisième manifestation pour exiger les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales aura lieu le 25 juin prochain. Ce regroupement de quatre (4) partis politiques de l’opposition (ANC, CDPA, PSR et UDS-Togo) donne jusqu’à août au pouvoir pour engager ces réformes.
 
Dans un débat public organisé il y a quelques jours à Lomé, Florent Badjam Maganawé, représentant du parti au pouvoir, l’Union pour la République (UNIR) avait estimé que l’Accord politique global (APG) dont l’opposition se targue pour demander les réformes politiques, est « caduc ».
 
Modeste K.
 
source : afreepress
 

Cet article Jean Kissi propose un mouvement citoyen pour une « action ultime » en faveur des réformes politiques et la décentralisation est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Au Togo, les « reines vierges » prônent l’abstinence dans les écoles

mar, 14/06/2016 - 12:52

Diadème, chevelure soyeuse et robe de satin. Malgré sa panoplie, Pascaline Boukari Kombaté n’est pas une reine de beauté comme les autres : elle a été sacrée « reine vierge » 2015 du Togo, comme l’indique l’écharpe bleue qu’elle arbore fièrement.

 

Chaque année depuis sept ans, une centaine de jeunes Togolaises acceptent de se prêter à un test de virginité pour prendre part à ce concours, organisé par l’Association des volontaires pour la promotion des jeunes (AV-Jeunes).

 

La gagnante du « Trophée vierges » et ses dauphines, trois « princesses vierges » représentant les universités, lycées et collèges du pays, ont pour mission de faire le tour des établissements scolaires pour prôner l’abstinence sexuelle.

 

Pascaline, qui a 21 ans, est étudiante en troisième année de Sciences Techniques et Animation socio-éducative. « Les études d’abord et le sexe après, car on ne court pas deux lièvres à la fois », conseille-t-elle aux élèves lors d’une intervention dans le complexe scolaire Payarama de Lomé.

 

« Notre action vise surtout à réduire les grossesses précoces et les nouvelles infections en matière de VIH/Sida », explique Rodrigue Akolly, le président de l’AV-jeunes.

 

Pour participer au concours, il faut avoir entre 16 et 24 ans. « Les candidates nous contactent soit par SMS, soit par Facebook. Une fois le contact établi, nous rencontrons leurs parents, afin de leur expliquer le but du concours.
Certains parents sont réticents, mais la plupart apprécient notre démarche et nous encouragent », poursuit M. Akolly.

 

Ce qui fait hésiter les parents, c’est sans doute surtout le test de virginité, épreuve clé du concours, effectué par un collège de gynécologues à peine 48 heures avant le sacre.

 

Lors de la grande finale, relayée par les médias et très suivie dans les foyers togolais, les candidates sont aussi soumises à un quiz de culture générale et à un concours de danse traditionnelle.

 

- Zita, étudiante en droit et vierge ’admirée’ -

 

Pascaline Boukari Kombaté dit s’être prêtée au test de virginité « à coeur joie » parce qu’elle voulait prouver à ses amies « qu’on peut bien garder sa virginité jusqu’à un certain âge ».

 

Zita Totu, « princesse vierge 2014″, est en troisième année de droit à l’Université de Lomé. « Sur le campus, mes amies me regardent avec admiration car plusieurs ONG me sollicitent pour des campagnes de sensibilisation dans des villages », se réjouit l’étudiante de 20 ans.

 

Au Togo, selon un rapport de l’Onusida publié l’an dernier, le taux de prévalence du VIH est de 2,5% – sur une population d’environ 7,5 millions d’habitants – et cette prévalence est deux fois plus élevée chez les femmes que chez les hommes.

 

Le nombre de nouvelles infections et de décès dus au virus du sida a certes considérablement baissé dans le pays depuis le début des années 2000 -avec des chiffres qui restent toutefois plus élevés dans la zone côtière, notamment à Lomé, que dans les zones rurales de l’intérieur du pays.

 

Mais les jeunes sont loin d’être à l’abri : près de 10% des 15-24 ans ont une activité sexuelle avant leurs 15 ans et, dans cette tranche d’âge, à peine deux jeunes filles sur cinq ayant des rapports avec plusieurs partenaires utilisent des préservatifs, selon une étude de l’Unicef réalisée entre 2008 et 2012.

 

- Briser le tabou sur le sexe -

 

Les grossesses en milieu scolaire sont aussi un problème croissant. Plus de 5.000 ont été recensées dans les écoles, collèges et lycées du Togo pour la seule année scolaire 2012-2013. Soit presque autant que pour les quatre années précédentes réunies, selon les statistiques du ministère de l’Action sociale.

 

Pour porter la bonne parole, les jeunes « reines vierges » ont parcouru en quelques mois une trentaine d’écoles à Lomé et dans d’autres villes du pays.
Les échanges se déroulent souvent dans les salles de classes, en présence des professeurs, ou à l’extérieur de façon plus informelle.

 

« Plusieurs élèves abandonnent vite les classes à cause des grossesses. Nous devons nous ressaisir et penser à notre avenir. Moi, je ne vise qu’un seul objectif pour le moment : terminer mes études et trouver du travail », serine Pascaline.

 

La seule façon de remédier à ces grossesses non désirées, dont le nombre est « alarmant », est de briser le tabou sur la sexualité qui a cours dans le pays, tranche Épiphanie Houmey Eklu-Koevanu, coordinatrice du Centre de recherche, d’information et de formation pour la Femme (GF2D), la plus importante association de défense des droits de la femme au Togo.

 

« Nous devons adapter notre façon d’éduquer les enfants à l’évolution de la société dans laquelle nous vivons actuellement », dit-elle.

 

Ce qui signifie qu’il ne faut pas se « limiter au discours de l’abstinence », ajoute-t-elle, mais aussi « pouvoir dire clairement à la jeune fille ce qu’elle doit faire pour éviter la grossesse ».

 

En Photo : Pascaline Boukari Kombaté, lors d’une campagne de sensibilisation
au complexe scolaire Payarama.

 

Emile KOUTON

 
SOURCE : AFP
 

Cet article Au Togo, les « reines vierges » prônent l’abstinence dans les écoles est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Les Zémidjan réclament le trophée de meilleurs débatteurs dans l’émission « Revue de stress »

mar, 14/06/2016 - 12:46
Tous les dimanches entre midi et 13 heures, les auditeurs de la radio Nana FM ne vont plus écouter l’émission « 12-13 » dans laquelle les acteurs politiques et de la société civile invités viennent faire connaître leur point de vue sur les sujets d’actualité. En lieu et place, la parole est donnée aux points de vente des journaux aux conducteurs de taxi-moto communément appelés « Zémidjan ».
 


Le premier numéro de cette nouvelle émission dénommée « Revue de stress » est passé ce dimanche. Les Zémidjan se sont prononcés sur plusieurs sujets d’actualité, notamment les réformes politiques que réclame l’opposition, le processus de décentralisation, les deux (2) derniers voyages du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé en Chine et en Allemagne, son 50ème anniversaire, le match Liberia-Togo du 5 juin dernier, la mort de Stephen Keshi et bien d’autres sujets.
 
« Ici, les représentants de tous les partis politiques sont là, même les agents de renseignement du SRI. Nous les connaissons mais nous n’avons jamais eu peur d’eux. Ils ne sont pas plus citoyens que nous. Nous sommes tous Togolais », a déclaré l’un des débatteurs.
 
Ceux que d’aucuns qualifient de « paresseux » et de « prototype même de l’ignorance au Togo » envoient un message clair sur leurs débats. Selon eux, le débat qu’ils font aux points de vente des journaux est « plus dur » que ce qui se fait à l’Assemblée nationale. « Si les députés veulent que ce pays change, ils doivent venir suivre nos débats, comme ça, ils peuvent puiser des enseignements pour conduire ce pays », a même lancé l’un d’entre eux.
 
Pour eux, il y a des journaux qui disent la vérité et ceux qui ne disent pas la vérité.
 
Unanimement, les conducteurs de taxi-moto qui ont intervenu dans ce premier numéro, sont sûrs que les réformes politiques peuvent calmer les ardeurs.
 
« Si Faure Gnassingbé veut que ce pays soit en paix, il suffit qu’il dise qu’il est d’accord pour les élections à deux tours. Qu’il amène cela à l’Assemblée nationale et que tout soit signé là-bas et c’est tout, plus besoin de concertation. S’il attend que le Togolais se lève avant qu’il ne quitte le pouvoir, un jour, quelque chose va se passer au Togo », pense un.
 
« Si les réformes ne sont pas faites, nous allons empêcher le sommet de l’Union africaine », a même prévenu l’un d’entre eux.
 
Les Zémidjan ne voient pas l’importance des voyages que fait le chef de l’Etat. « Quand il voyage, c’est plus de 300 millions qui sont dépensés ». Pour d’autres encore, si la décentralisation réussit au Togo, il ne va plus se donner la peine de voyager pour emprunter de l’argent avant que les choses ne marchent. « Les investisseurs feront le déplacement du pays avec leurs initiatives et nous les jeunes allons abandonner le zémidjan et travailler un peu », note un autre.
 
A propos du 50ème anniversaire du chef de l’Etat, les « titrologues » (nom donné abusivement par certains à ces débatteurs) n’y vont pas avec le dos de la cuillère.
 
« Tu ne peux pas être rassasié et à côté j’ai faim et au moment de joie, tu me dis de venir me réjouir avec toi, ce n’est pas logique. Si tout le monde mange à sa faim, travaille bien et on est à l’aise, si Faure veut fêter son anniversaire, nous le fêterons avec lui. Comme il a choisi de mettre la main sur tout à Lomé 2 et mange tout, je ne peux pas lui souhaiter joyeux anniversaire parce que j’ai faim », soutient un Zémidjan.
 
Pour un autre encore, le chef de l’Etat doit avoir moins de 50 ans. « Qu’il nous dise plutôt qu’ils sont en train de célébrer les 50 ans du RPT », a-t-il lancé.
 
« Nous ne sommes pas intéressés par son anniversaire. Ce qui nous préoccupe, ce sont les réformes et les élections locales. J’ai suivi un débat sur LCF hier et leur représentant dans un débat disait que toutes les réformes sont faites. Cela signifie que Faure Gnassingbé ne veut pas quitter le pouvoir. Il a déjà fait 11 ans alors qu’on a dit que personne ne doit faire 3 mandats », a souligné un troisième.
 
Certains d’entre eux profitent de ce qui s’est passé lors du match Liberia-Togo pour conclure qu’il y a une malédiction sur le Togo.
 
« Quand il y a malédiction sur un pays, c’est tout ce qui arrive. Rien ne marche dans le pays. La tête ne marche pas, comment le corps va-t-il avancer ? Il n’y a aucune organisation. Le football n’avancera jamais dans ce pays. Nous avons des joueurs qui peuvent mouiller le maillot et qualifier ce pays à la CAN et la Coupe du monde. Mais puisqu’il y a malédiction et colère dans le pays, la population n’accompagne pas avec son cœur. Je ne suis pas sûr qu’on va se qualifier à la prochaine CAN », soutient-on.
 
Sur le même sujet, l’un des Zémidjan souhaiterait que les autorités du football togolais convoquent une réunion avec la Confédération africaine de football (CAF) pour faire arrêter définitivement les provocations que subissent les Eperviers du Togo à l’extérieur. « La dernière fois au Liberia, nos stars comme Adébayor pouvaient perdre la vie. Pour quel match ? Cela se répète et rien n’est fait », a-t-il regretté.
 
Pour ce qui concerne la mort Stephen Keshi, le sélectionneur nigérian qui a qualifié les Eperviers du Togo en 2006 à une Coupe du monde, les Zémidjan demandent que le Togo fasse une délégation pour le Nigeria, lors de ses obsèques pour compatir à la douleur de la famille éplorée.
 
Pour un autre, Stephen Keshi est un exemple pour tout Africain.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Cet article Les Zémidjan réclament le trophée de meilleurs débatteurs dans l’émission « Revue de stress » est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Togo : Les prisons togolaises pourront-elles se remplir pour cause d’impayés des bénéficiaires de l’Accès des pauvres aux produits financiers (APSEF) ?

mar, 14/06/2016 - 10:41


Les prisons togolaises pourront-elles se remplir pour cause d’impayés des bénéficiaires de l’Accès des pauvres aux produits financiers (APSEF) ? Parce que la situation sociale et la mévente généralisée couplée avec la cherté des produits risquent de rendre beaucoup d’entre ces bénéficiaires insolvables. Du coup, connaissant les ambitions de l’initiatrice du FNFI à peindre l’état des remboursements en rose, il ne serait pas surprenant d’apprendre que des convocations sont adressées à des bénéficiaires insolvables.
Mais comment peut-on être insolvable avec si peu de montants, se demanderaient certains. Justement, parce que les crédits sont insignifiants, la probabilité que deux ou trois jours de mévente précipitent l’activité est très grande. Et puis, des crédits insignifiants, parlons-en !
 
Au Togo, le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) est passé de 13.500 F à 35.000 F après avoir stagné pendant des années à 28.500 F. Ce qui veut dire que 35.000 F est le salaire le plus bas qu’on puisse payer pour rémunérer un travail effectué au bout d’un mois. Mais quand Victoire Marie-Noëlle Djidudu Tomégah-Dogbé décide d’octroyer moins de ce Smig à des foyers pour entreprendre des activités génératrices de revenu avec l’obligation d’épargner 5% et de payer 5% en sus comme intérêts, on se demande pourquoi elle ne rameute pas toutes ses sœurs de son « mon beau village » autour de l’APSEF.
 
Récemment, on a appris que les initiateurs du Fnfi ont signé un accord avec une compagnie d’assurance, non pas pour protéger les bénéficiaires, mais pour se protéger au cas où ceux-là trépasseraient ou seraient frappés de on ne sait quoi. Mais on doit s’y attendre, ce seraient encore les bénéficiaires qui seraient mis à contribution. En récapitulant, on se demande jusqu’où certains veulent pousser la mendicité des Togolais. Il ressort au moins de cette situation quelques points évidents : si « Da Victo » se vante de compter autant de bénéficiaires qui ont contracté ce prêt, c’est une reconnaissance qu’au Togo, la pauvreté n’est pas un fantasme, mais un fait réel. Et si son ambition est de porter les chiffres actuels vers des sommets, alors il apparaît que le nombre de pauvres ne fait qu’augmenter chaque année. Ceci est une déduction logique des ambitions de la « 2X5 ». Pauvres Togolais pauvres !
 
source : Liberté
 

 

Cet article Togo : Les prisons togolaises pourront-elles se remplir pour cause d’impayés des bénéficiaires de l’Accès des pauvres aux produits financiers (APSEF) ? est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Le MMLK saisit le ministre de la santé à propos des comportements indésirables du personnel du CHU SYLVANUS OLYMPIO

lun, 13/06/2016 - 23:28


Le Mouvement Martin Luther KING
MMLK (La Voix des Sans Voix )
A Monsieur le Ministre de la Santé
LOME
 
Lomé, le 12 juin 2016
 
Objet : Comportements indésirables du
Personnel du CHU Sylvanus OLYMPIO
Suite à la mort de SIABI Clémence ce
10 Juin 2016.
 
Monsieur le Ministre,
 
Nous venons très respectueusement avec désolation et consternation vous faire part des comportements indésirables et inhumains du personnel de la santé en général et celui du CHU Sylvanus OLYMPIO, dans l’exercice au quotidien de leurs fonctions vis-à-vis du peuple Togolais.
 
En effet, il n’est de secret pour personne que depuis belle lurette, le domaine de la santé au Togo s’est considérablement dégradé et semble définitivement être relégué au rang accessoire. Pour preuve, les infrastructures et les matériels dans les unités et centres publics de santé, sont obsolètes, démodés, vétustes, amortis voire inappropriés pour notre époque. Ils sont devenus sans nul doute de véritables mouroirs pour les populations qui sont malgré tout , contraintes à s’y rendre ,faute des moyens financiers pour se faire soigner dans des cliniques privées . Du coup, des milliers de concitoyens sont déjà victimes de cette précarité.
 
Monsieur le Ministre,
 
Si l’état des infrastructures et des matériels est un obstacle évident, le défaut de conscience professionnel des praticiens de la santé, en est un autre incontestable.
Malgré la campagne de sensibilisation du Syndicat National des Praticiens Hospitaliers du TOGO( SYNPHOT) intitulée : CAMPAGNE POUR LE SOURIRE AUX PATIENTS ,une initiative louable consistant à faire prendre confiance aux personnels et praticiens de la santé en vue des prestations de soins de qualité pour sauver des vies humaines menacées, il est triste et malheureux de constater que les mauvaises comportements et habitudes persistent ,subsistent voire s’aliènent . A titre d’illustration ,il suffit de faire un tour au CHU Sylvanus OLYMPIO à Lomé dans les services d’urgence , du bloc opératoire et de la maternité ,pour s’en rendre compte des cris de détresse, de lamentation, de désespoir et d’indignation des malades et de leurs familles. A l’unanimité, le constat est le même : inconscience et indifférence du personnel de la santé. Par conséquent, les plaintes sont légion et les graves manquements dans les différents centres publics, s’accentuent pendant les services de nuit.
 
Selon les informations et nos enquêtes ,il s’avère que pendant la nuit , le personnel de garde ( médecins , sages-femmes, gardes malades , se concentre plutôt sur les séries de feuilleton à la télévision , se préoccupe ,s’active et s’accroche à leurs portables ( whatsaps , facebook et autres ) et s’intéresse à leurs copains et copines.
A l’inverse, les malades, mêmes ceux en situation critique entre la mort et la vie, sont impitoyablement abandonnés à leur triste sort jusqu’à ce que l’irréparable ne survienne. Sacré personnel de la santé !
 
C’est le cas actuel de la compatriote SIABI Clémence, âgée de 32ans, admise le 5 juin 2016 au bloc opératoire (salle 222). Après une opération chirurgicale pourtant réussie dans la nuit du 7 juin, elle décéda le 10 juin parce que dans la nuit suivante après l’opération, l’équipe de garde dont le médecin en tête, n’a pas su prendre en charge sa plaie pour la panser en vue de sauver la vie à cette patiente. Malgré les appels et les cris persistants et répétitifs des membres de la famille, le médecin de garde a fait sourde oreille et s’est contenté seulement de sa télévision et de son portable.
C’est avec désolation, déception et indignation que le personnel de la santé renonce à son serment et laisse mourir impitoyablement les malades.
Monsieur le Ministre,
Eu égard à ce qui précède, il serait judicieux de bien vouloir revoir l’usage immodéré et exagéré des portables et des médias (TV, radio) par le personnel de la santé lors des heures de service. Aussi, vous faudrait-il faire disposer du groupe électrogène au niveau du bloc opératoire en vue de remédier au déficit de l’électricité en cas de coupure. 
 
Espérant que vous tiendrez compte de notre préoccupation, veuillez croire, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute déférence.
 
Le Président
 
Pasteur EDOH K.KOMI
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Cet article Le MMLK saisit le ministre de la santé à propos des comportements indésirables du personnel du CHU SYLVANUS OLYMPIO est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Présence des produits nauséabondes dans le quartier de d’Amoutivé-Lomnava, la ligue des consommateurs du Togo s’inquiète

lun, 13/06/2016 - 23:18


La ligue des consommateurs du Togo a été informée ce jour 8 juin 2016 au environ de 15h de la présence d’un camion remorque qui déchargeait des produits nauséabondes dans le quartier de d’Amoutivé-Lomnava.
 
Une équipe s’est aussitôt rendu sur les lieux afin d’observer de prés les produits. Sur les lieux, il s’était agi des jus d’ananas, d’orange et de cocktail de fruits entreposés dans un contenaire affecté de chenilles et qui s’éclataient d’eux mêmes.
 
L’équipe de la LCT a pu rencontrer sur le terrain, les responsables de la société importatrice, le transitaire, un agent du commissariat de la douane de l’OTR et deux experts Maritimes venus pour les évaluations chacun en ce qui le concerne.
 
Dans les échanges, il a été convenu que les produits soient déchargés et entreposés dans un magasin et passé sous scellé des services de l’OTR le temps de prendre des dispositions avec les ministères concernés les procédures de destruction et ceci, le plus vite que possible.
 
La LCT, profite de l’occasion pour appeler une fois de plus la population à la vigilance et à continuer les alertes dans de pareilles situations.
Fait à Lomé, le 8 juin 2016
Emmanuel SOGADJI, Président LCT
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Cet article Présence des produits nauséabondes dans le quartier de d’Amoutivé-Lomnava, la ligue des consommateurs du Togo s’inquiète est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

C’est la partie pour la 5ème magistrature de la HAAC

lun, 13/06/2016 - 08:12


© togoactualite – MM. Octave Olympio (doyen d’âge) et Zeus AZIADOUVO (le plus jeune) ont été élus ce vendredi 10 juin 2016 respectivement Président et Rapporteur du bureau d’âge de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC). Ce bureau devra conduire l’adoption du règlement intérieur de l’institution et l’élection du bureau définitif.
 
Un bureau qui sera inévitablement dirigé par un nouveau président puisqu’on sait que l’ancien M. Biossey Kokou Tozoun est décédé quelques semaines avant la fin de son mandat.
 
Notons que c’est hier jeudi que les nouveaux membres de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) ont prêté serment la Cour suprême du Togo conformément à la constitution togolaise.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Cet article C’est la partie pour la 5ème magistrature de la HAAC est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Pluies diluviennes : le pilonne de TV Zion s’écroule sur une maison voisine

lun, 13/06/2016 - 08:06

Photo d’archive pour illustration


© togoactualite – La pluie diluvienne qui s’est abattue sur la ville de Lomé hier jeudi entrainant des inondations dans certains quartiers de la capitale a causé des dégâts à la télévision Zion du pasteur Jean-Russel Adjaho, un pasteur plus connu à Lomé non pas en raison de ses prêches mais pour la diffusion des films d’origine nigériane communément appelés ibo Film.
 
Le pilonne s’est écroué sur la maison attenante à la télévision sans toutefois fait de dégâts en vies humaines mais les dégâts matériels sont à signaler. Ce n’est pas la première fois que le pilonne de cette télévision tombe sur cette même maison. Il y a quelques années une situation pareille s’est présentée et a abouti à une plainte de la victime de la justice. Et le pasteur Djaho qui n’était pas content de la décision de la justice avait saisi le canal de sa télévision pour insulter et maudire et les journaux qui ont traité l’affaire et le propriétaire de la maison.
 
Les pilonnes des radios et télévisions qui s’écroulent au Togo sont légions. En début d’année c’est la radio Nana Fm qui a vu ses pilonnes aussi écroulés ce qui avait entrainé es congés techniques de quelques jours pour le personnel le temps de le remettre en place. Il urge alors que les propriétaires de ces médias prennent des dispositions pour éviter ces genres de situation qui pour l’instant n’est pas à déplorer des pertes en vies en humaines n’est pas à ignorer.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Cet article Pluies diluviennes : le pilonne de TV Zion s’écroule sur une maison voisine est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

La famille des bébés siamois veut porter plainte contre le CHU Sylvanus Olympio

dim, 12/06/2016 - 10:44


© togoactualite – La famille des bébés siamois nés dans la nuit du lundi à mardi dernier au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sylvanus Olympio entende porter plainte contre l’hôpital pour divulgation des images des bébés sans son consentement.
 
Selon les informations reçues, la famille n’a pas digéré que les images découlant de cette naissance aient futé sur les réseaux sociaux et dans la presse quelques heures seulement après l’accouchement. Ce qui dénote selon elle de la violation non seulement du secret médical mais encore de la vie privée des patients.
 
Si la famille va au-delà de cette annonce pour porter réellement plainte, l’hôpital devra répondre et il n’est pas exclu qu’il soit condamné à payer les dommages qui découlent de cette action surtout que les images ont été prises depuis le bloc opératoire et que les enfants sont mineurs. De son côté l’hôpital devra chercher à déterminer les agents qui sont responsables de cette fuite et leur motivation.
 
Notons que le corps médical est tenu dans l’exercice de sa fonction au devoir de réserve et de confidentialité en pareille circonstance.



style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Cet article La famille des bébés siamois veut porter plainte contre le CHU Sylvanus Olympio est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

La Foire « Made in Togo », la 13ème Foire internationale de Lomé et le salon des cosmétiques lancés ce jeudi

sam, 11/06/2016 - 23:08

La 1ère édition de la Foire « Made in Togo » a été officiellement lancée ce jeudi au Centre togolais des expositions et foires de Lomé ‘’Togo 2000’’ (CETEF). Prévue du 22 juillet au 02 août 2016, elle a été couplée avec le lancement du Salon international des cosmétiques et de la beauté de Lomé et de la 13ème Foire internationale de Lomé.
 


La triple cérémonie s’est déroulée en présence des ministres Ouro-Koura Agadazi de l’Agriculture et Tchabinandi Kolani Yentcharé de l’Action sociale, de l’Ambassadeur d’Egypte au Togo, Mohamed Karim Shérif et du Directeur général du CETEF, Kueku Banka Jonhson, a constaté un reporter de l’Agence de presse Afreepress.
 
Première du genre au Togo, cette foire a pour objectif de permettre aux producteurs et aux commerçants togolais d’assurer la promotion et l’exportation de leurs produits et services issus de tous les secteurs d’activité.
 
« Aujourd’hui, le constat d’une méconnaissance avérée des produits togolais, fruits de gros efforts de nos frères et sœurs, leur manque de visibilité sur le marché intérieur alors qu’on découvre certains sous d’autres cieux avec le label ‘’Made In Togo’’, la nécessité de les faire connaître aux Togolais en général et ceux de la diaspora en particulier, soit pour des besoins d’affaires, soit pour simple curiosité et le désir de faire du CETEF un pôle d’attraction et de divertissement pendant les vacances nous ont poussé à adhérer à l’organisation de la foire ‘’Made in Togo’’ », a laissé entendre Kueku Banka Johnson.
 
« Nous comptons faire de cet évènement un succès sans précédent par le nombre des exposants et la qualité des produits à présenter au public africain. Nous espérons faire de cette foire, un formidable rendez-vous du donner et du recevoir pour booster le volume des échanges commerciaux entre l’Egypte et le Togo dans un proche avenir », a indiqué Mohamed Karim Shérif.
 
En organisant les éditions de la Foire « Made In Togo », le CETEF espère contribuer significativement à la multiplication des débouchés pour les produits d’origine togolaise.
 
Quant au Salon international des cosmétiques et de la Beauté prévu pour se tenir du 15 au 19 septembre prochains, les responsables du centres des expositions se disent séduits à l’idée de son organisation à cause des avantages qu’il pourra apporter au plan sanitaire aux populations et des intérêts économiques du fait de la probable utilisation des matières premières locales pour leur fabrication.
 
Le ministre Agadazi s’est félicité de l’organisation de ces différents événements au Togo.
 
La 13ème foire internationale de Lomé aura lieu du 18 novembre au 5 décembre 2016. L’Egypte est le pays invité d’honneur.
 
Bernadette press
 


style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
 
source : afree

Cet article La Foire « Made in Togo », la 13ème Foire internationale de Lomé et le salon des cosmétiques lancés ce jeudi est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Togo : La TVT réinvente une nouvelle orthographe « Chèf quanton » !

dim, 01/05/2016 - 15:59
!function(d,s,id) {var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if (!d.getElementById(id)) {js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");
Avant avant, au temps de Gnass 1er c’était le 13 janvier qui se fêtait avec faste. En ce moment l’histoire du Togo avait été violée, toilettée, rafistolée, réécrite et que sais-je encore ? Aujourd’hui, encore les pauvres togolais ont du mal à recoller les morceaux de leur histoire. Malgré les changements, le défilé reste le seul évènement qui sert de vitrine à chaque fête nationale.
 

Crédit : Daniel Badagbon-Zogbé


Comme il fallait s’y attendre, chaque défilé offre une occasion pour les « zournalistes » de la TéVété de montrer leur talent. Ils rivalisent d’ardeur dans les commentaires comme si après les défilés nos amis ont une promotion. Certains commentaires frisaient même le ridicule, mais tous les moyens sont bons pour faire des clins d’œil directs et droits au pouvoir.
 
Avec le défilé du 56ème anniversaire d’indépendance qui a duré près de trois heures d’horloge, ils nous ont servi la totale. Nos zélés se sont transformés en devins, prophètes pour deviner les pas des hommes en uniforme et les déhanchements des femelles. Parce que tout ceci fait partie des critères de sélection pour la promotion. Humm…. Passons !
 
Après le grand défilé du 13 janvier pardon, du 27 avril la télévision grand-mère a passé un documentaire dans lequel étaient intervenus beaucoup de personnalités qui s’exprimaient sur l’indépendance. Vint le tour du Chef canton d’Agomé, Togbé Tchali X. Héé, vous ne devinerez au grand jamais comment nos amis ont écrit « Chèf quanton ». Ce n’est pas une faute hein, c’est comme ça que notre « TéVéTé gnassionale » qui est sur satellite l’a écrit. Molière n’a aucun intérêt à faire des cauchemars ni à se retourner dans sa tombe. Ce sont justes les effets du 56ème anniversaire de l’indépendance. Toutes les folies et les fautes d’orthographes sont donc permises.
 
Source : Liberté
 


style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
 

Cet article Togo : La TVT réinvente une nouvelle orthographe « Chèf quanton » ! est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

32 milliards pour la rénovation de l’aéroport de Niamtougou sans intérêt économique pendant que les hôpitaux manquent de tout

sam, 30/04/2016 - 15:34
!function(d,s,id) {var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if (!d.getElementById(id)) {js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");
En marge des festivités de la commémoration des 56 ans de l’indépendance du Togo, Faure Gnassingbé était au four et au moulin. C’est la seconde saison des inaugurations et des poses de premières pierres après la campagne électorale.
 


Dans cette course effrénée, Niamtougou a bénéficié du lancement de la rénovation de son aéroport. Selon les sources officielles, cet aéroport va bénéficier de travaux d’aménagement, notamment un allongement de la piste, la construction d’une clôture, la rénovation du parking avion et de l’aérogare. L’ambition, selon toujours ces sources, est développer le tourisme régional et de faire de Niamtougou une seconde plate-forme de fret à vocation sous-régionale. Le coût de ce nouveau gâchis est estimé à 32 milliards de francs CFA, un nouveau prêt, certainement chinois, que les contribuables togolais doivent payer sur 20 ou 30 ans.
 
Visiblement, Faure Gnassingbé et ses amis n’ont jamais d’argent pour augmenter les salaires des fonctionnaires togolais et stimuler la consommation, ils n’ont jamais de moyens pour équiper les hôpitaux, construire des universités dignes de ce nom ; mais ils en trouvent toujours pour des futilités et des projets bidon à la limite des éléphants blancs, comme le sommet sur la sécurité maritime, l’aéroport de Niamtougou et bien d’autres.
 
Le tourisme et le fret sous-régionaux seraient les deux objectifs visés par les pouvoirs publics. Il faudra alors expliquer aux Togolais l’intérêt touristique que représente cet, lorsqu’on sait qu’il n’existe aucune compagnie aérienne de la capitale qui rallie Niamtougou. Même si c’était le cas, le coût exorbitant du voyage ne devait pas exciter les touristes, encore moins les Togolais à prendre l’avion. Parlant du fret régional, comment peut-il être une réalité lorsque le Niger fait transiter la grande partie de ses marchandises par la ligne ferroviaire Cotonou–Niamey et le Burkina Faso par la ligne ferroviaire Bobo Dioulasso-Abidjan? De plus, il existe à Natitingou au Bénin à la même hauteur que Niamtougou un aéroport qui, là aussi, ne sert pas à grand-chose.
 
Quelles sont les vraies motivations de cet investissement ? Un autre circuit de détournement de fonds ? Il est apparu depuis quelques années que les fameux projets de construction des infrastructures sont devenus de véritables circuits de détournement de milliards auquel Faure Gnassingbé lui-même ne saurait être étranger, tant sa passivité vis-à-vis des pilleurs ressemble à une complicité. Le cas des voies de contournement Bafilo-Alédjo qui sont en train d’être reprises est une illustration. Faure Gnassingbé lui-même, en marge de l’intronisation du nouvel évêque de Sokodé il y a quelques semaines, a pris cette route pour se rendre à Kara. Il a pu constater de visu le gâchis qui a englouti des milliards de francs CFA, un prêt chinois à rembourser par les contribuables.
 
Le Togolais ordinaire s’attendait à des sanctions, mais rien; on n’a eu droit qu’à une sortie du ministre des Infrastructures et des Transports, Ninsao Gnofam, l’un des plus corrompus du gouvernement qui s’est contenté de dire que la route sera refaite aux frais de l’entreprise chinoise. Un mensonge gros comme un nez planté au beau milieu du visage, puisque pendant que Ninsao Gnofam se fendait de cette déclaration, le même gouvernement a sollicité de la part d’une banque sous-régionale dont le siège est à Lomé, plus de 15 milliards pour refaire la même route. Voilà comment les milliards sollicités auprès des partenaires pour la réalisation des infrastructures prennent d’autres destinations. La route Lome-Vogan-Anfoin abandonnée depuis alors que les fonds ont été débloqués est un autre exemple de ce circuit bien huilé de détournement. L’aéroport de Niamtougou a été longtemps associé à tous les trafics, notamment d’armes, en violation des embargos qui pesaient sur la rébellion de Jonas Sawimbi et les rebelles ivoiriens. Il a également servi à d’autres trafics, si on s’en tient aux différents rapports de l’ONU dans lesquels le régime Gnassingbé Eyadema a été cité.
 
Le seul usager de cet aéroport hier était Gnassingbé Eyadema, et aujourd’hui son fils Faure, bref la famille Gnassingbé. Il faudra y ajouter les maitresses de la République, les courtisans, les restaurateurs traiteurs généralement réquisitionnés pour les évalas ou les fêtes qui s’y rendent avec des victuailles et des caisses de champagnes par avion pour les ripailles et la bamboula agrémentées des parties de jambe en l’air. C’est peut-être cela le fret aérien sous-régional dont on nous parle. A Niamtougou et environs, 99,99% des habitants qui naissent et meurent n’ont aucune chance de monter un jour dans un avion. Et pourtant ils ont dû céder leurs terres, sans dédommagement, pour les caprices politiques et les prodigalités d’un homme, d’une famille.
 
Pendant qu’on engloutit autant de milliards dans ce projet, les habitants de cette localité continuent de se faire soigner dans un dispensaire en piteux état. A l’échelle nationale, les hôpitaux du pays sont dans un état catastrophique. Le CHU Sylvanus Olympio, le soi-disant hôpital de référence ne dispose plus de radiographie depuis des mois. Le scanner est devenu une ,si ce n’est une pièce détachée qui sert à rafistoler celui du CHU Campus. Les urgences sont dans un état piteux et la pédiatrie n’a plus de moyens pour sauver les bébés qui meurent par dizaine chaque mois. Même les banques de sang, il faut aller au Ghana pour en chercher et sauver des vies au Togo.
 
Les fameux Centres Nationaux de Transfusion Sanguine (CNTS) de Lomé et Sokodé sont souvent débordés par la demande, soit parce qu’il n’y a pas de sang, soit à cause du manque de réactif pour les analyses. Les blocs opératoires ne disposent même pas du minimum pour les interventions. Les hôpitaux au Togo sont des mouroirs, et une hécatombe qui ne dit pas son nom s’y déroule, dans la grande indifférence de la minorité qui pille le pays et dont le chef se fait soigner à coût onéreux chaque mois à l’extérieur, et particulièrement en Italie avec l’argent du contribuable.
 
Jusqu’à quand les Togolais doivent-ils se sacrifier pour la vie et le plaisir d’un seul homme ? Pendant que les infrastructures sanitaires sont dans cet état comateux, pour Faure Gnassingbé, la priorité c’est la rénovation à 32 milliards d’un aéroport dont il est presque le seul usager. Qui sont les conseillers économiques du rejeton d’Eyadema ? Qui sont les personnalités du système qui cautionnent ces choix hasardeux ? La gouvernance approximative de Faure Gnassingbé est un désastre sans précédent. Ceux qui en doutent encore se rendront compte le jour où le Togo, toujours sous perfusion internationale, se retrouvera dans le cas du Venezuela.
 
Ferdi-Nando
 
source : L’Alternative
 


style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
 

Cet article 32 milliards pour la rénovation de l’aéroport de Niamtougou sans intérêt économique pendant que les hôpitaux manquent de tout est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Togo : Dans leur traque abusive des vendeurs de carburants frelatés, des policiers irresponsables et ultra-zélés togolais blessent deux personnes à Lomé

sam, 30/04/2016 - 15:20
!function(d,s,id) {var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if (!d.getElementById(id)) {js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");
La traque des vendeurs du carburant de contrebande se poursuit, et avec elle son lot d’incidents. L’opération Entonnoir a tout le mérite d’être dénommée « opération bavure policière» à cause des nombreuses bavures et du comportement agressif des éléments des forces de l’ordre et de sécurité. Un élève et un conducteur de taxi-moto ont été fauchés par un véhicule d’hommes armés qui poursuivaient les vendeurs de carburant.
 

Dans leur traque abusive des vendeurs de carburants frelatés, des policiers irresponsables et ultra-zélés togolais blessent deux personnes à Lomé | Photos : La Nouvelle


Hier dans la matinée, la lutte contre le commerce du carburant illicite a encore occasionné des blessés. Des hommes armés se réclamant du Service de Recherche et d’investigation (SRI) se sont illustrés de la plus mauvaise des manières. Nous sommes à Nyékonakpoè sur l’Avenue Dr Joseph Strauss, à une centaine de mètres du Lycée français de Lomé. Dans un véhicule banalisé, ces agents se sont lancés à la poursuite des vendeurs de carburant de contrebande.
 
Et comme on le note souvent, dans leur manœuvre, ils ramassent littéralement un élève qui était à pied et un conducteur de taxi-moto. « Ils ont tenté de poursuivre les vendeurs de carburant avec leur voiture et ils ont heurté l’élève et le Zemidjan. Ils faisaient des manœuvres avec la voiture alors que les matins comme ça, la route n’est pas dégagée puisque tout le monde cherche à joindre son lieu de travail. L’incident a créé un attroupement autour du lieu et les agents ont fait appel à une ambulance qui est venue évacuer les blessés. Ils sont allés vers le CHU-Sylvanus Olympio dans un état grave », raconte un témoin de la scène.
 
Malgré le forfait qu’ils ont commis, ces hommes armés étaient très menaçants envers ceux qui tentaient d’immortaliser l’événement. « Lorsque j’ai voulu prendre des photos, l’un de ces hommes m’a menacé et a promis de me régler mon compte personnellement en pointant sur moi son pistolet automatique. Je lui ai fait comprendre que je suis journaliste, et c’est là où il a dit qu’il me ferait disparaître et que même le ministre de la Sécurité ne va rien leur dire », a confié un confrère présent lors de l’incident.
 
Cette descente musclée fait ressurgir la question de la lutte contre le trafic illicite de carburant, mais surtout celle de la méthode de cette lutte. « Avant, les véhicules qui sont affectés à la lutte contre la vente illicite d’essence sont bien identifiables et quand ils approchent, tout le monde sait que c’est la Police ou la Gendarmerie. S’il faut aujourd’hui s’attendre à voir des véhicules banalisés utilisés pour combattre la vente illicite de ce carburant, ça risque de poser des problèmes », analyse un autre témoin.
 

Une bavure policière de plus | Caricature : Donisen Donald / Liberté


Cette intervention d’hommes en civil et armés dans des tâches réservées à la Police prend une allure inquiétante. Dans notre parution N°2180 du 22 avril 2016, nous avions relevé les rackets nocturnes qui s’opèrent de plus en plus à Lomé et ses environs. « Ce qui venait de se passer était une arrestation pour surcharge. Seulement, ceux qui ont arrêté le conducteur de taxi-moto ne se sont pas présentés en tant que policiers, puisqu’ils étaient en civil. Ce qui leur donnait cette allure, ce sont les Kalachnikov placés en bandoulière et les pistolets qu’ils avaient à la ceinture. Ceux qui ont procédé à l’interpellation n’avaient rien qui les identifie comme étant de la Police, de la Gendarmerie ou d’une unité spéciale quelconque. Hormis les armes qu’ils portent et qui peuvent faire croire qu’ils sont des forces de l’ordre et de sécurité, ils ne portaient aucun insigne. Aussi, ces individus peuvent-ils être « des éléments incontrôlés ou non identifiés », comme aiment si bien le dire les ministres togolais lorsque des bavures sont commises », avions-nous écrit.
 
Aujourd’hui, c’est le commerce illicite de carburant qui est combattu avec des hommes armés et en civil comme s’il s’agissait d’une opération de démantèlement de réseaux de trafiquants de drogue. Pas étonnant de voir demain des hommes armés réclamer le paiement des impôts et autres taxes. Nous appelons encore le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehame à faire remplir sa mission qui est celle de la sécurité des Togolais dans les normes.
 
Source : [29/04/2016] G.A., Liberté
 


style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Cet article Togo : Dans leur traque abusive des vendeurs de carburants frelatés, des policiers irresponsables et ultra-zélés togolais blessent deux personnes à Lomé est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Ghana: Le NPP accuse le pouvoir NDC et révèle «des projets» au Togo

sam, 30/04/2016 - 14:21
!function(d,s,id) {var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if (!d.getElementById(id)) {js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");
Le principal de l’opposition au Ghana, le New Patriotic Party (NPP), accuse à nouveau le parti au pouvoir, le National Democratic Congress (NDC), de construire des routes dans des villages au Togo avec l’intention que des électeurs Togolais viennent voter pour lui.
 


En plus de cette accusation, le NPP, par la voix de Peter Amewu, son président régional dans la région de la Volta a révélé dans une émission à la radio Joy Fm que le NDC prépare des agents électoraux à envoyer au Togo à compter de ce jeudi pour inscrire de nouveaux électeurs sur le registre électoral.
 
Pour les détails de cette accusation contre le pouvoir du Président ghanéen John Mahama, le NPP a allégué que le gouvernement construit des routes au Togo à l’instar d’un village nommé Kametornu. Amewu a par ailleurs révélé que le pouvoir exécute des projets de développement tels que l’électrification dans certaines localités du Togo afin d’inciter les Togolais à venir voter pour le NDC lors des élections générales de novembre 2016.
 
L’accusation n’a pas laissé le NDC indiffèrent. En attendant peut-être une réaction officielle du NDC, Koku Anyidoho, le Secrétaire général adjoint du NDC Search NDC qui a été cité par Joy Fm a déclaré qu’ils ne vont pas se laisser distraire par le NPP. Koku Anyidoho a plutôt invité les populations à ne pas se fier à la « spéculation » politicienne du NPP mais à se préparer pour prendre part à l’opération d’inscription partielle des nouveaux électeurs qui débute ce jeudi dans le pays.
 
En plus de cette réaction, des ghanéennes sont partagés sur la nouvelle accusation du NPP.
 
Pendant que certains estiment que le NPP doit prouver son accusation, d’autres pensent que l’opposition doit cesser de provoquer des gens de la région de la Volta et le Togo. Dans cet ordre d’idée, Sena, un jeune cadre à Keta a ironiquement encouragé le NPP à aller électrifier la Côte d’Ivoire pour avoir le vote des ivoiriens.
 
A propos du recensement électoral limité, précisions que la Commission Electorale (EC) du Ghana débute ce jeudi 28 avril et ce jusqu’au 08 mai 2016 l’inscription des électeurs ayant atteint la majorité ou qui n’avaient pas pu s’inscrire avant les dernières élections.
 
Source: koaci
 


style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
 

Cet article Ghana: Le NPP accuse le pouvoir NDC et révèle «des projets» au Togo est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Lomé accueille une réunion du Partenariat de Ouagadougou sur le planning familial

ven, 29/04/2016 - 21:24
!function(d,s,id) {var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if (!d.getElementById(id)) {js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");
© togoactualite – Une réunion des partenaires financiers et techniques du Partenariat de Ouagadougou sur le planning familial se tient à Lomé. Cette réunion à Lomé vise à comprendre les progrès réalisés par le Togo dans la mise en œuvre du plan d’action Planning familial et son adaptation aux recommandations de la phase d’accélération 2016-2010.
 


Les travaux sont une opportunité pour les participants d’échanger sur les engagements du pays vis-à-vis du Partenariat de Ouagadougou, et d’être situés sur les progrès réalisés mais aussi les défis qui restent. Le partenariat de Ouagadogou regroupe le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Togo.
 
A l’ouverture des travaux, le représentant du Fonds des nations unies pour la population au Togo, M. Vincent Epié, s’est félicité de la visite de cette mission qui est une opportunité pour le Togo de mettre l’accent sur les progrès accomplis durant ces 5 dernières années en matière de prévalence contraceptive.
 
Le Partenariat de Ouagadougou a permis de relancer la planification familiale au Togo et dans les autres pays du partenariat. Individuellement mais collectivement les pays du Partenariat ont accompli des progrès qui ont été reconnus et célébrés lors de la 4ème rencontre tenue à Cotonou en 2015.
 
Cependant reconnait M. Epié, des défis restent à relever à savoir « le Togo par exemple devra mettre 135 000 femmes additionnelles sous méthode PF d’ici à 2020 au titre des nouveaux engagements pris en décembre dernier ».
En prélude à cette rencontre, une visite de terrain a été effectuée par les participants. Elle les a conduite à Ahépé et à Kouvé où ils ont visité une clinique mobile et une division de base communautaire.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 


style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Cet article Lomé accueille une réunion du Partenariat de Ouagadougou sur le planning familial est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Conseil National des Patrons de Presse : Son bureau renouvelé le 13 mai

ven, 29/04/2016 - 20:54
!function(d,s,id) {var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if (!d.getElementById(id)) {js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");

Le bureau exécutif du Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP), sera renouvelé le 13 mai prochain conformément aux textes qui régissent l’association, selon un communiqué dont l’Agence Savoir News a obtenu copie.

 

« Le Bureau Exécutif du CONAPP informe les promoteurs, directeurs et responsables des médias membres de l’organisation, que l’Assemblée Générale Ordinaire se tiendra le vendredi 13 mai (…). Cette assemblée générale verra le renouvellement du Bureau Exécutif dont le mandat est arrivé à expiration », souligne le communiqué.

 

L’actuel bureau du CONAPP, dirigé par Jean-Paul Agboh Ahouélété (Directeur de publication du Bimensuel Focus Infos), a été élu le 18 avril 2014.

 

Rappelons que le CONAPP a été créé le 27 décembre 2007, suite à la fusion de quatre Associations : Union des Radios et Télévisions Libres (URATEL), Organisation des Editeurs de la Presse Indépendante (OREPI), Association Togolaise des Patrons de Presse (ATOPAP) et le Conseil Togolais des Editeurs de Presse Privée (CTEP).

 

Mais le 8 mars 2014, le CTEP s’est retiré du CONAPP pour « retrouver sa liberté d’action ». FIN

 

En Photo : Jean-Paul Agboh Ahouélété.

 

Ambroisine MEMEDE>

 
source : savoir news
 

Cet article Conseil National des Patrons de Presse : Son bureau renouvelé le 13 mai est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Prévalence contraceptive : Le Togo proche de l’objectif du Partenariat de Ouagadougou

ven, 29/04/2016 - 19:19
!function(d,s,id) {var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if (!d.getElementById(id)) {js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");
Le Togo, à l’instar des huit (8) autres pays du Partenariat de Ouagadougou, a développé un plan de repositionnement de la planification familiale et avec un objectif très précis, c’est d’arriver à un taux de prévalence contraceptive d’environ 25% d’ici à 2020. Aujourd’hui, le taux de prévalence contraceptive moderne est de 17,3% au Togo.
 


A Lomé depuis quelques jours, une mission de suivi des bailleurs du Partenariat de Ouagadougou conduite par Fatimata Sy, Directrice de l’Unité de coordination dudit partenariat, a félicité le Togo pour les progrès réalisés par le Togo dans la mise en œuvre du plan d’action Planning Familial et son adaptation aux différentes recommandations de la phase d’accélération 2016-2020.
 
« Nous sommes venus nous enquérir de l’état d’avancement du Togo dans la mise en œuvre de son plan d’action. Nous sommes satisfaits de ce qu’on a vu », a déclaré la chef de la mission lors de la rencontre entre les acteurs de ce vendredi à Lomé.
 
C’est en présence du Représentant résident du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) au Togo, Saturnin Epié.
 
Pour atteindre ce taux, le Togo a développé grâce à ses partenaires, notamment l’UNFPA, une distribution à base communautaire des contraceptifs modernes. Une descente sur terrain, plus précisément dans la préfecture de Yoto a permis à la délégation de toucher du doigt ce qui se fait.
 
« Nous avons mis en place des cliniques mobiles. Il s’agit d’utiliser des camions cargo avec du personnel médical équipé à bord et le produit contraceptif pour générer la demande dans les communautés où sont présents ces véhicules », a indiqué M. Epié.
 
Le Partenariat de Ouagadougou (PO) est un programme de planification familiale lancé par neuf (9) pays francophones d’Afrique de l’ouest, avec l’appui de bailleurs, compte toucher 2,2 millions de nouvelles utilisatrices de méthodes de contraception modernes dans sa seconde phase d’action (2016-2020).
 
Sont membres de ce partenariat, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 


style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
 

Cet article Prévalence contraceptive : Le Togo proche de l’objectif du Partenariat de Ouagadougou est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Burkina : Annulation du mandat d’arrêt contre Compaoré et Guillaume Soro

ven, 29/04/2016 - 13:29
!function(d,s,id) {var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if (!d.getElementById(id)) {js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");

La Cour de cassation de Ouagadougou a annulé le mandat d’arrêt international lancé par la justice militaire contre l’ex-président burkinabè Blaise Compaoré et le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire Guillaume Soro, a indiqué jeudi le procureur général de cette cour.

 

« Tous les mandats d’arrêt internationaux ont été annulés aujourd’hui par la Cour de cassation pour vice de forme. Ca concerne aussi bien le mandat d’arrêt contre Blaise Compaoré, celui contre Guillaume Soro et bien d’autres », a déclaré à l’AFP le procureur général de la Cour de cassation Armand Ouédraogo.

 

« Ces annulations ont été faites pour vice de forme parce qu’il aurait fallu demander les réquisitions du commissaire du gouvernement (procureur), du tribunal militaire avant d’émettre les mandats. Cette formalité n’ayant pas été accomplie, la Cour a donc décidé d’annuler tous les mandats internationaux », a indiqué M. Ouédraogo.

 

Le commissaire du gouvernement a saisi la Chambre de contrôle puis la Cour de cassation afin d’obtenir l’annulation de ces mandats, a indiqué une source proche du dossier.

 

« L’article 130 du Code de procédure pénale oblige le juge à requérir les réquisitions du procureur avant tout mandat international », a précisé cette source.

 

La justice militaire burkinabè avait lancé le 4 décembre un mandat d’arrêt international contre Blaise Compaoré, réfugié en Côte d’Ivoire depuis qu’il a été renversé le 31 octobre 2014.

 

M. Compaoré a été inculpé pour son implication présumée dans l’assassinat du président Thomas Sankara, tué le 15 octobre 1987 lors d’un coup d’Etat qui l’avait porté au pouvoir.

 

Il est poursuivi pour « assassinat », « attentat » et « recel de cadavre » dans le cadre de l’enquête ouverte fin mars 2015, par les autorités de la transition burkinabé.

 

La justice militaire burkinabè avait par ailleurs émis le 8 janvier un mandat d’arrêt contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro pour son implication présumée dans le coup d’Etat manqué contre le gouvernement de transition burkinabè en septembre 2015.

 

La justice se base sur l’enregistrement d’une conversation téléphonique supposée entre Djibrill Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères du Burkina, et Guillaume Soro.

 

Djibrill Bassolé, homme clé du régime de Blaise Compaoré, et Guillaume Soro, ancien chef de la rébellion ivoirienne (2002-2010) ont tous les deux nié avoir eu cette conversation, dénonçant une « manipulation ».

 

Le mandat d’arrêt international contre Mme Fatou Diallo, l’épouse du général Gilbert Diendéré, cerveau présumé du coup d’Etat manqué, a été également annulé.

 

« L’annulation des mandats ne veut pas dire que c’est fini. Les juges peuvent reprendre et corriger les actes en suivant les procédures pour les rendre valides. Ce sont des lacunes qui peuvent être reprises. Même dès demain si les juges le veulent », a indiqué M. Ouédraogo.

 

« Je n’ai pas été tenu au courant de cette décision par quelque juridiction que ce soit bien qu’étant l’auteur du recours », a réagi de son côté le commissaire du gouvernement, le colonel Norbert Tiendrébéogo, indiquant « attendre toujours la décision » de la Cour de cassation.

 

SOURCE : AFP/p>
 


style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
 

Cet article Burkina : Annulation du mandat d’arrêt contre Compaoré et Guillaume Soro est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Mise en œuvre du plan stratégique du HCCRUN : Rencontre ce jeudi à Lomé avec les partenaires au développement du Togo

jeu, 28/04/2016 - 22:25
!function(d,s,id) {var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if (!d.getElementById(id)) {js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");

Les membres du du Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCCRUN) ont tenu ce jeudi à Lomé une « conférence » avec les partenaires techniques et financiers (PTF) du Togo dans le cadre de la vulgarisation du plan stratégique de l’institution, a constaté une journaliste de Savoir News.

 

La rencontre a été présidée par Mme Awa Nana Daboya (présidente du HCCRUN) en présence de Dr Wiyao Evalo et Mme Kpondzo-Ahianyo Claudine, respectivement 1er et 2ème rapporteur du HCCRUN.

 

Des membres du corps diplomatique, des responsables des agences du système des Nations Unies et des institutions de la république ont pris part à cette réunion d’une grande importance pour le HCCRUN.

 

Le but visé par le haut commissariat pour la réconciliation en initiant cette rencontre est de présenter officiellement aux PTF, le plan stratégique 2016-2018 du HCCRUN et sa déclinaison annuelle sur la période 2016 (PTBA 2016).

 

Selon ce document, le HCCRUN prévoit travailler sur trois principaux axes : (i) l’appropriation et l’adhésion des populations et des acteurs à la mise en œuvre des recommandations et du programme de réparation de la CVJR, (ii) la mise en œuvre des réparations matérielles et immatérielles et (iii) la création des conditions favorables à la mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles et des garanties de non répétition. L’objectif du plan stratégique étant de permettre au HCCRUN à la fin de son mandat d’asseoir une société togolaise beaucoup plus harmonieuse.

 

« Notre institution a organisé la rencontre de ce jour pour faire le point de nos activités depuis le démarrage en mars 2015, la présentation de notre plan stratégique et de notre plan de travail budget annuel 2016 aux partenaires techniques et financiers, afin de solliciter leur implication à nous accompagner et à nous assister. Le HCCRUN voudrait donc pouvoir compter sur les contributions de chacun de vous partenaires techniques mais aussi financiers et surtout amis du Togo pour réaliser à terme les activités inscrites dans son plan stratégique », a précisé la présidente du HCCRUN.

 

Les PTF ont donc réitéré leur engagement à l’accompagner dans la mesure du possible afin que la réconciliation nationale soit effective au Togo.

 

« Les Nations Unies ont été associées aux premières œuvres du HCCRUN et nous allons poursuivre la même dynamique d’accompagnement en nous appuyant sur les valeurs du peuple togolais. Nous réaffirmons ici notre engagement à accompagner le HCCRUN surtout en ce qui concerne le renforcement de capacités institutionnelles et techniques et les conditions favorables à la mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles », a indiqué Mme Khardhiata Lo N’Diaye (coordonnatrice du système des Nations Unies au Togo).

 

Pour sa part M. Nicolas Berlanga-Martinez (chef de la délégation de l’Union Européenne au Togo) a confirmé l’engagement financier de l’UE à accompagner le HCCRUN car selon lui, « il y a des gens qui souffrent au Togo et qui ont besoin de réparation pour les préjudices subis ».

 

Quant à l’ambassadeur d’Egypte au Togo, il a expliqué que la contribution de l’Egypte au HCCRUN sera un échange d’expérience en matière de réconciliation entre le Togo et l’Egypte.

 

En rappel, le HCCRUN a été créé par décret n°2013-040/PR du 24 mai 2013 et modifié par le décret n°2014-103/PR du 03 avril 2014. Il a pour mission de procéder à la mise en œuvre des recommandations et du programme de réparation élaboré par la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR). La durée de son mandat est de trois ans renouvelable une fois. FIN

 

Chrystelle MENSAH

 

source : Savoir News

 


style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Cet article Mise en œuvre du plan stratégique du HCCRUN : Rencontre ce jeudi à Lomé avec les partenaires au développement du Togo est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

La CDPA se ressource à ses valeurs existentielles : «Une immersion, un nouveau départ » pour le parti

jeu, 28/04/2016 - 22:01
!function(d,s,id) {var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if (!d.getElementById(id)) {js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");
La CDPA (Convention démocratique des peuples africains) a lancé ce jeudi 28 avril à Lomé, avec l’appui de la fondation Friedrich-Ebert, son programme de contribution à l’enracinement de la démocratie et l’organisation d’élections locales démocratiques et paisibles au Togo au cours d’un séminaire que le parti organise. La rencontre permet aux militants du parti dirigé par Mme Brigitte ADJAMAGBO-JOHNSON de revisiter leur idéologie.
 


« Revisiter les valeurs démocratiques de la CDPA pour faire face aux défis de la démocratie et du développement durable au Togo », voilà le thème que porte une rencontre qu’organise ledit parti du 28 au 30 avril à Lomé. Ces assises permettent à la CDPA de revisiter les valeurs de la sociale démocratie pour laquelle elle adhère. Aussi, lui permettent-elles de lancer un programme qui consacre sa contribution à l’enracinement de la démocratie et l’organisation des élections locales. Un initiative qui amène la population à comprendre son éminent rôle dans le processus de démocratisation et de décentralisation.
 
« En tant que parti politique, nous nous sentons interpellés par la situation du pays. Nous avons l’impression que notre démocratie est bloquée. Il nous revient en tant que parti ayant contribué à l’avènement de la démocratie au Togo de faire en sorte que nous puissions aller au-delà de cette démocratie de façade », a indiqué Mme Brigitte ADJAMAGBO-JOHNSON, secrétaire générale de la CDPA.
 
Concrètement, ce programme sera articulé autour de deux pôles : le renforcement des capacités des militants et des populations ; et la composante dénommée « Sous l’arbre à palabre », une initiative puisée de l’expérience malienne de la décentralisation. Il y sera question d’offrir aux concitoyens la possibilité de débattre sur des sujets divers qui tournent autour du vivre-ensemble, un élément essentiel dans la démocratie.
 
« Nous avons le devoir de former nos militants pour qu’ils éduquent à leur tour les populations. Nous comptons sur cela parce que nous pensons qu’aucune démocratie ne peut se former sans une éducation du peuple », a déclaré Mme ADJAMAGBO.
 
Au cours des échanges, un comité d’experts déterminera quels devraient être les outils appropriés pour la formation des différentes couches précitées. Selon la secrétaire de la CDPA, d’ici un mois, le parti sera à même de former les formateurs qui à leur retourneront dans les fédérations pour former les militants à la base, ceux-mêmes qui transmettront leur savoir au reste de la population.
 
Notons qu’à cette rencontre prend part Pr Ali Nouhoum DIALLO, ancien président de l’Assemblée nationale du Mali et du Parlement de la CEDEAO. Il partagera avec les participants l’expérience difficile du Mali en matière
de décentralisation.
 
Ghislain A-K
 
source : horizon news
 


style="display:inline-block;width:336px;height:280px"
data-ad-client="ca-pub-5594963864359932"
data-ad-slot="1074631393">
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
 

Cet article La CDPA se ressource à ses valeurs existentielles : «Une immersion, un nouveau départ » pour le parti est apparu en premier sur Togoactualite.

Catégories: Afrique

Pages