Vous êtes ici

ColBleus - Marine nationale (FR)

S'abonner à flux ColBleus - Marine nationale (FR)
Mis à jour : il y a 22 heures 29 min

Mission Marianne - Loin et longtemps

lun, 05/07/2021 - 17:33
Catégories: Défense

DE TOULON À CHERBOURG - Le voyage de la Perle

mar, 16/03/2021 - 15:17
Catégories: Défense

Commandos Marine - Maîtriser toutes les dimensions

jeu, 04/02/2021 - 13:00
Catégories: Défense

Épave du TANIO - Fin de l’histoire ?

mar, 17/11/2020 - 16:02
Catégories: Défense

L’aéronautique navale engagée pendant les fêtes de fin d’année

ven, 27/12/2019 - 09:41

© Marine nationale

La sécurité des Français requiert un engagement quotidien de la part des équipages de la Marine nationale. Ainsi, même pendant cette période de fêtes, les marins du ciel agissent pour la protection des intérêts de la France et des français.

C’est ainsi qu’un Atlantique 2 (ATL2) a atterri sur la piste de la base aérienne projetée (BAP) de Niamey pour une mission au profit de la force Barkhane. Cet aéronef de la Marine nationale est régulièrement déployé au-dessus de la bande sahélo-saharienne (BSS). Pesant plus de 40 tonnes, cet aéronef est initialement conçu pour des missions de patrouilles maritimes et de lutte anti sous-marine. Polyvalent, il est un excellent vecteur pour sonder la profondeur d’une zone désertique comme la BSS.

De la même manière un Falcon 50 de la Flottille 24F passera les fêtes à Dakar avec pour mission d’assurer une alerte permanente de Search and Rescue (SAR). Il constitue le vecteur par lequel les missions de recherche et de sauvetage sont réalisées dans la zone de responsabilité de Dakar, qui s’étend de l’Afrique de l’Ouest jusqu’au milieu de l’Atlantique. L’avion de surveillance maritime est également employé dans les missions de coopération au profit du Sénégal, mais aussi des partenaires régionaux : surveillance des pêches dans la zone économique exclusive (ZEE) du Sénégal, de la Guinée, de la Guinée-Bissau et partenariat avec les forces locales.

Du côté de la composante hélicoptère, un détachement de la Flottille 36F qui est embarqué avec son hélicoptère Panther à bord de la frégate Courbet, engagée depuis le début du mois de novembre en océan Indien, passera les fêtes en mer. Cet équipage a contribué à la plus grande saisie de drogue de la Marine nationale en 2019 (3.5 tonnes de cannabis saisis le 13 décembre).

De la même manière un détachement de la Flottille 33F est déployé avec son hélicoptère Caïman Marine à bord de la FREMM Normandie à l’occasion de son déploiement de longue durée.

En mer comme à terre, 365 jours par an, les marins du ciel maintiennent leur engagement pour la défense des intérêts français.

 

 

 

Vos réactions:  Select ratingGive it 1/5Give it 2/5Give it 3/5Give it 4/5Give it 5/5 Moyenne: 5 (3 votes) Journal de bord: Accueil JDB
Catégories: Défense

Un Noël sous les mers…

mar, 24/12/2019 - 10:27

© Marine nationale

Il fixe les lumières depuis plusieurs minutes. Elles sont de couleur bleue, blanche, rouge, jaune ou verte. Leurs formes sont rondes, rectangulaires, carrées ou en forme de croix.

On pourrait croire ce marin perdu dans ses pensées mais si l’une d’entre-elles venait à clignoter ou à s’éteindre, il réagirait immédiatement. Ce marin assure son quart devant un tableau de sécurité-plongée à bord d’un sous-marin nucléaire en mission.

Tout à l’heure, il quittera ce sapin multicolore pour en rejoindre un autre, tout aussi synthétique et retrouver ses camarades de quart pour partager le repas de fêtes que le service commissariat aura pris soin de préparer.

Pendant les fêtes, pensant bien sûr intensément à leurs proches, encore plus que les autres jours ces sous-mariniers loin du monde sont liés par un même esprit d’équipage.

Liés à eux par un fil invisible, les marins de quart dans les centres de transmissions marine et de contrôle opérationnel les soutiennent en veillant et leur apportant toutes les informations nécessaires à la conduite de leurs missions, pour ces SNA (sous-marins nucléaires d’attaque) et SNLE (sous-marins nucléaires lanceurs d’engins) qui patrouillent loin des yeux durant les fêtes de fin d’année.

 

 

 

 

 

Vos réactions:  Select ratingGive it 1/5Give it 2/5Give it 3/5Give it 4/5Give it 5/5 Moyenne: 5 (3 votes) Journal de bord: Accueil JDB
Catégories: Défense

Rencontre avec deux élèves issus du cours de manœuvrier

lun, 23/12/2019 - 07:53

© Marine nationale

A l’approche des fêtes de fin d’année, les 30 élèves issus de différentes filières : Ecole de Maistrance, quartier-maître et matelot de la flotte (QMF) Pont (matelot de pont) et de réorientation QMF Mopontvol (matelot de pont d’envol), embarquent aux Cours des Métiers du Marin dans l’objectif d’obtenir le Brevet d’Aptitude Technique (BAT) de manœuvrier, dont la formation est dispensée à l'École navale (Lanvéoc-Poulmic) vont retrouver leurs familles avant de rejoindre leur affection début 2020.

Durant les quatre mois de formation, entamée le 26 août dernier, au sein de la promotion 2019, 2 manœuvriers ont acquis des compétences de navigation côtière et hauturière, de manœuvre théorique et pratique, d’embarcation rapide ou encore de matelotage. Les élèves ont été également formés au quart en passerelle, mais aussi à devenir barreur, veilleur et équipier de manœuvre. A l’issue du cours, ils seront chargés de la mise en œuvre et de l’entretien des apparaux de manœuvre, des embarcations et des manœuvres spécifiques (mouillage, remorquage, ravitaillement à la mer).

Rencontre avec le quartier-maître Sulivann et le second-maître Thomas afin d’échanger avec eux. Nous les avons questionnés à propos de leur parcours, de leur formation et de leur prochaine affectation après l’obtention de leur BAT.

Sulivann entre dans la Marine nationale en 2009, sur l’île de la Réunion, en tant que manœuvrier volontaire pendant dix mois. Il devient fusilier marin durant cinq ans mais l’envie de voyager et de naviguer le pousse à changer de spécialité en intégrant en 2014 le cours Formation Elémentaire Métier (FEM). A l’issue, il est affecté sur un bâtiment hydrographique de la Marine nationale avant d’intégrer le BAT Manœuvrier.

Thomas entre dans la Marine nationale en 2016 en tant que volontaire durant deux ans et demi, sur un bâtiment hydrographique et océanographique de la Marine nationale, avec pour spécialité manœuvrier. Au cours de son volontariat, Thomas a l’envie de s’engager en intégrant Maistrance. En sortie de cours, il commence le Brevet supérieur Navigateur mais cela ne correspond pas avec ses attentes, le choix du BAT manœuvrier s’impose alors à lui.

A l’issue de leur BAT, le QM Sulivann et le SM Thomas seront affectés respectivement sur un remorqueur haute mer et sur un bâtiment d’expérimentation et d’essais. « J’ai choisi le remorqueur haute mer en rapport à ses missions côtières, afin de passer mon cours de plongeur de bord ainsi que mon TOEIC, en parallèle » souligne le QM Sulivann. Pour le SM Thomas, le choix du bâtiment d’expérimentation et d’essais s’est fait suite à l’obtention du BAT : « nous avons un nouveau niveau de compétence sur les bateaux, comme pilote d’embarcation et je voulais embarquer le plus possible afin d’acquérir de l’expérience ».

Durant toute la formation, la promotion a maintenu un bon état d’esprit, une bonne ambiance ainsi que de la cohésion. Le BAT est constitué de profils hétérogènes. Les élèves de la promotion ont un cursus différent, ce qui favorise l’entraide. « Nous avons appris tellement de choses, nous sommes impatients de retrouver nos affectations afin de mettre en pratique ce que nous avons appris » soulignent les deux élèves.

« Etre dans la Marine nationale c’est tellement enrichissant puisque cela nous fait grandir assez rapidement, on s’ouvre au monde, on découvre de nouvelles cultures, cela nous responsabilise vite, nous avons l’impression de participer à l’actualité ».

 

 

 

Vos réactions:  Select ratingGive it 1/5Give it 2/5Give it 3/5Give it 4/5Give it 5/5 Moyenne: 5 (3 votes) Journal de bord: Accueil JDB
Catégories: Défense

Des fêtes de fin d’année loin du port base pour le patrouilleur polaire L’Astrolabe

mar, 01/01/2019 - 10:44

© Marine nationale

Il a suffi de quelques guirlandes et décorations, d’une cale pleine à craquer et du rouge étincelant de la coque du P800 qui contraste joliment sur la glace pour plonger l’équipage B de L’Astrolabe dans l’ambiance des fêtes de fin d’année.

Dehors, il fait – 4° C et le vent ne faiblit pas. Demain, L’Astrolabe ralliera la station Dumont d’Urville en se frayant un passage au milieu des glaces.

Cette ambiance festive et propice à la cohésion que l’équipage partage avec les passagers ne ralentit pour autant en rien l’activité à bord.  Les opérations de chargement et déchargement se déroulent successivement entre Hobart et la station polaire de Dumont d’Urville. En mer ou à quai, tout doit aller vite avant le retour de l’hiver austral, avant que la nature ne reprenne ses droits et ne rende à la terre Adélie son isolement.  Voilà bientôt trois mois que les marins ont quitté leurs familles pour  la mission de soutien à la logistique Antarctique qu’ils ont à cœur d’accomplir.

Noël a marqué pour eux, le temps d’une courte pause, la fin d’une deuxième rotation et  le début d’une nouvelle.

Vos réactions:  Select ratingGive it 1/5Give it 2/5Give it 3/5Give it 4/5Give it 5/5 Moyenne: 5 (6 votes)
Catégories: Défense

L’Aéronautique navale veille

lun, 31/12/2018 - 10:19

© Marine nationale

Depuis Niamey, où un Atlantique 2 est déployé dans le cadre de l’opération Barkhane, les seize marins de l’équipage de la Flottille 23F se préparent à passer un réveillon loin de chez eux.

Les équipages des Flottilles 21F et 23F de patrouille maritime se succèdent sur les théâtres, y compris en fin d’année. Le détachement de la 23F à Niamey profitera, en ce dernier soir de l’année 2018, d’un repas amélioré, l’occasion de partager un moment privilégié et festif entre membres de la grande famille des marins du ciel, mais aussi avec les autres armées et services présents.

Régulièrement engagé dans la Bande Sahélo Saharienne (BSS), l’Atlantique 2 permet de compléter les capacités « intelligence, surveillance and reconnaissance » (ISR) françaises engagées au sein de cette opération de lutte contre les groupes armés terroristes. Les marins du ciel participent ainsi à l’action conjuguée des moyens aériens destinée à fournir une capacité d’appréciation autonome de la situation sur un territoire désertique aussi vaste que l’Europe. Missions de reconnaissance, de surveillance, voire d’appui et de désignation d’objectifs sont autant d’actions menées de concert par les marins du ciel et les aviateurs de l’armée de l’Air en appui des troupes au sol.

Cet aéronef, initialement conçu pour les missions de patrouille maritime et de lutte anti sous-marine, possède également des capacités éprouvées dans le domaine aéroterrestre, en particulier au-dessus d’étendues désertiques. Doté d’un très grand rayon d’action et d’une longue endurance (jusqu’à 14 heures de vol), il représente un avantage indéniable pour « durer » sur zone. Il dispose en outre d’importants moyens de détection permettant de collecter du renseignement de jour comme de nuit grâce à ses multiples capteurs. La polyvalence de cet avion de patrouille maritime lui permet également de conduire des missions de reconnaissance armées en coordination avec des avions de chasse. Il dispose enfin d’une capacité offensive de bombardement par tir autonome d’armement guidé laser.

Vos réactions:  Select ratingGive it 1/5Give it 2/5Give it 3/5Give it 4/5Give it 5/5 Moyenne: 5 (5 votes)
Catégories: Défense

Prométhée : 415 jours de déploiement

lun, 09/07/2018 - 11:09
Catégories: Défense

Prométhée : 415 jours de déploiement

lun, 09/07/2018 - 11:09
Catégories: Défense

Abonnez-vous à Cols Bleus Hebdomadaire

lun, 12/03/2018 - 18:15

Recevez chaque semaine sur votre messagerie électronique les dernières actualités de la Marine et la position des bâtiments déployés.

Courriel *
Catégories: Défense

Abonnez-vous à Cols Bleus Hebdomadaire

lun, 12/03/2018 - 18:15

Recevez chaque semaine sur votre messagerie électronique les dernières actualités de la Marine et la position des bâtiments déployés.

Courriel *
Catégories: Défense

La frégate Jean de Vienne reçoit les cadeaux « solidarité Défense »

mar, 26/12/2017 - 10:25

© Marine nationale

Cette année, à près de 3 000 kilomètres de son port-base de Toulon, l’équipage de la frégate anti-sous-marine Jean de Vienne a passé Noël à la mer. En effet, le bâtiment patrouille en Méditerranée orientale dans le cadre de l’opération Chammal delutte contre Daech. A cette occasion, les marins ont eu la joie de recevoir des colis de l’association « solidarité Défense ».

Ils contenaient en particulier des messages de fraternité et de soutien de la part de 250 élèves d’écoles élémentaires, un signe de reconnaissance à ces marins qui passent Noël loin de leur famille, pour garantir la sécurité des Français. Ces témoignages ont touché l’ensemble de l’équipage qui ne manquera pas de leur répondre prochainement. Les marins du Jean-vienne pourront ainsi faire partager à ces jeunes écoliers leur quotidien à bord et surtout le sens de leur mission. L’engagement du Jean de Vienne dans cette opération répond au besoin de l’état-major des armées de disposer en permanence d’un navire dans le canal de Syrie permettant à la France d’entretenir une appréciation autonome de la situation.

Vos réactions:  Select ratingGive it 1/5Give it 2/5Give it 3/5Give it 4/5Give it 5/5 Moyenne: 3 (1 vote)
Catégories: Défense

La frégate Jean de Vienne reçoit les cadeaux « solidarité Défense »

mar, 26/12/2017 - 10:25

© Marine nationale

Cette année, à près de 3 000 kilomètres de son port-base de Toulon, l’équipage de la frégate anti-sous-marine Jean de Vienne a passé Noël à la mer. En effet, le bâtiment patrouille en Méditerranée orientale dans le cadre de l’opération Chammal delutte contre Daech. A cette occasion, les marins ont eu la joie de recevoir des colis de l’association « solidarité Défense ».

Ils contenaient en particulier des messages de fraternité et de soutien de la part de 250 élèves d’écoles élémentaires, un signe de reconnaissance à ces marins qui passent Noël loin de leur famille, pour garantir la sécurité des Français. Ces témoignages ont touché l’ensemble de l’équipage qui ne manquera pas de leur répondre prochainement. Les marins du Jean-vienne pourront ainsi faire partager à ces jeunes écoliers leur quotidien à bord et surtout le sens de leur mission. L’engagement du Jean de Vienne dans cette opération répond au besoin de l’état-major des armées de disposer en permanence d’un navire dans le canal de Syrie permettant à la France d’entretenir une appréciation autonome de la situation.

Vos réactions:  Select ratingGive it 1/5Give it 2/5Give it 3/5Give it 4/5Give it 5/5 Moyenne: 3 (1 vote)
Catégories: Défense

La Gracieuse quitte définitivement la Guyane

mar, 22/08/2017 - 14:07
Catégories: Défense

La Gracieuse quitte définitivement la Guyane

mar, 22/08/2017 - 14:07
Catégories: Défense

CTF 150 : importante saisie de drogue par le Surcouf

dim, 07/05/2017 - 12:08

© Ministère de la Défense

Au sein de la Combined Task Force 150, sous mandat français depuis près d’un mois, l’interception de 2 boutres suspects par la frégate Surcouf au large de l’Afrique de l’Est permet de réaliser une saisie de près de 400 kg d’héroïne. Rendue possible après un travail minutieux de coopération et de coordination, cette interception marque la détermination et l’engagement de la TF150 pour lutter contre ces trafics illicites.

Dans la matinée du 28 avril, un boutre suspect est repéré par un avion de patrouille maritime. Le recoupement  d’indices et l’étroite collaboration au sein de la coalition confirme les suspicions de trafic illicite. En application des lois internationales, le Surcouf intercepte alors le boutre et envoie son équipe de visite à bord pour procéder à une fouille approfondie. Après plusieurs jours de recherche méthodique, près de 200 kg d’héroïne sont découverts, saisis puis détruits par les équipes du Surcouf, sur ordre de l’amiral français commandant la zone maritime océan Indien (Alindien).

Le 3 mai, grâce aux informations fournies par la coalition, le Surcouf intercepte un second boutre suspect et procède à des fouilles, lesquelles permettent de réaliser une nouvelle saisie de près de 200 kg d’héroïne.

Le Surcouf signe ici les premiers succès de ce mandat français au sein de la CTF 150, après seulement trois semaines de déploiement. Pour le contre-amiral Olivier Lebas, commandant de la CTF150, « le Surcouf et son équipe de visite ont su conduire des fouilles méthodiques et rigoureuses dans des conditions difficiles, aboutissant à ces succès contre le trafic de drogue ».

Avec un total de 400 kg d’héroïne, c’est l’équivalent de 4 millions de doses qui a été détruit pour une valeur commerciale estimée à plus d’une centaine de  millions d’euros. Le commandant de la CTF 150 souligne que ces saisies « démontrent, une fois encore, l’importance de l’action des unités de la CTF 150 qui permettent de réduire l’introduction sur les marchés africain et européen de quantités importantes de drogue, privant ainsi les réseaux de crime organisé et terroristes de source de financement importante».

Mise en place à la suite des attentats du 11 septembre 2001, la CTF150, placée sous commandement des Combined Maritime Forces (CMF), rassemble une coalition de 18 nations qui fournissent des moyens navals et aériens pour assurer la permanence de la mission. Dans une zone regroupant la mer Rouge, le golfe d’Aden, l’océan Indien et la corne de l’Afrique, la CTF 150 a pour mission principale le combat contre les trafics illicites qui financent le terrorisme mondial.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

Vos réactions:  Select ratingGive it 1/5Give it 2/5Give it 3/5Give it 4/5Give it 5/5 Moyenne: 3.5 (2 votes)
Catégories: Défense

CTF 150 : importante saisie de drogue par le Surcouf

dim, 07/05/2017 - 12:08

© Ministère de la Défense

Au sein de la Combined Task Force 150, sous mandat français depuis près d’un mois, l’interception de 2 boutres suspects par la frégate Surcouf au large de l’Afrique de l’Est permet de réaliser une saisie de près de 400 kg d’héroïne. Rendue possible après un travail minutieux de coopération et de coordination, cette interception marque la détermination et l’engagement de la TF150 pour lutter contre ces trafics illicites.

Dans la matinée du 28 avril, un boutre suspect est repéré par un avion de patrouille maritime. Le recoupement  d’indices et l’étroite collaboration au sein de la coalition confirme les suspicions de trafic illicite. En application des lois internationales, le Surcouf intercepte alors le boutre et envoie son équipe de visite à bord pour procéder à une fouille approfondie. Après plusieurs jours de recherche méthodique, près de 200 kg d’héroïne sont découverts, saisis puis détruits par les équipes du Surcouf, sur ordre de l’amiral français commandant la zone maritime océan Indien (Alindien).

Le 3 mai, grâce aux informations fournies par la coalition, le Surcouf intercepte un second boutre suspect et procède à des fouilles, lesquelles permettent de réaliser une nouvelle saisie de près de 200 kg d’héroïne.

Le Surcouf signe ici les premiers succès de ce mandat français au sein de la CTF 150, après seulement trois semaines de déploiement. Pour le contre-amiral Olivier Lebas, commandant de la CTF150, « le Surcouf et son équipe de visite ont su conduire des fouilles méthodiques et rigoureuses dans des conditions difficiles, aboutissant à ces succès contre le trafic de drogue ».

Avec un total de 400 kg d’héroïne, c’est l’équivalent de 4 millions de doses qui a été détruit pour une valeur commerciale estimée à plus d’une centaine de  millions d’euros. Le commandant de la CTF 150 souligne que ces saisies « démontrent, une fois encore, l’importance de l’action des unités de la CTF 150 qui permettent de réduire l’introduction sur les marchés africain et européen de quantités importantes de drogue, privant ainsi les réseaux de crime organisé et terroristes de source de financement importante».

Mise en place à la suite des attentats du 11 septembre 2001, la CTF150, placée sous commandement des Combined Maritime Forces (CMF), rassemble une coalition de 18 nations qui fournissent des moyens navals et aériens pour assurer la permanence de la mission. Dans une zone regroupant la mer Rouge, le golfe d’Aden, l’océan Indien et la corne de l’Afrique, la CTF 150 a pour mission principale le combat contre les trafics illicites qui financent le terrorisme mondial.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

Vos réactions:  Select ratingGive it 1/5Give it 2/5Give it 3/5Give it 4/5Give it 5/5 No votes yet
Catégories: Défense

Pages