Vous êtes ici

C'est pas secret... Blog

S'abonner à flux C'est pas secret... Blog
Mis à jour : il y a 4 années 2 mois

La "Provokatsiya" du KGB en Afghanistan est responsable des guerres intestines des années 90 et de l'essor des Talibans.

sam, 29/04/2017 - 09:40
En plus d'avoir pris en charge la sécurité et le renseignement afghan (KHAD), le KGB joua un rôle direct dans la guerre grâce à ses forces spéciales, en particulier les unités KASKAD. Composées chacune de 145 hommes, elles étaient chargées d'infiltrer et de déstabiliser les Moudjahidines. Leur plus grand succès tactique fut probablement la création de faux groupes de moudjahidins, parfois en persuadant les chefs ennemis de changer de camp, puis en les utilisant pour tendre des embuscades aux véritables forces moudjahidines. Au début de l'année 81 par exemple, une unité KASKAD dans la province de Herat pris contact par le biais d'agents avec Khoda Shir-Aga Chungara, un chef de guerre tadjik à la tête d'un groupe de 250 hommes qui contrôlait 48 villages et d'importantes voies de communication. Les officiers du KGB allèrent sans armes rencontrer Chungara (nom de code ABAY) et le persuadèrent de prendre les armes contre ses anciens associés. Par la suite, Chungara "exécuta avec zèle toutes les instructions du KGB", en prenant part à 21 opérations avec les unités KASKAD et réalisant indépendamment 40 embuscades et éliminant 31 commandants moudjahidines. Les forces de Chungara augmentèrent de presque 900 hommes, et pendant les 2 premières années de collaboration avec le KGB, elles éliminèrent 20.500 combattants "ennemis". En 1982, les unités KASKAD réussirent à retourner 4 autres groupes de Moudjahidines, qui opéraient d'une manière semblable à celle de Chungara. Au début de l'année 83, on comptait 86 de ces groupes, que le KGB appelait "faux groupes", qui opéraient en Afghanistan en prétendant être des Moudjahidines et qui perturbaient les opérations des véritables mouvements de résistances. Certaines des luttes entre groupes des moudjhahidines qui ont menées au guerres intestines beaucoup plus sérieuses des années 90 ont été provoquées par le KGB.

La Guerre d'Afghanistan a sauvé le Département 8 (des Opération Spéciales) de la Direction S du PGU du marasme dans lequel elle était tombée dans les années 70. En 1982, l'Ecole de Formation des Opérations Spéciales de Balashika a créé un "Centre d'Entraînement pour l'Afghanistan" dirigé par V.I. Kikot', ancien officier de la Ligne F [ndt : chargé des "mokrie dela" : meurtres, enlèvements, sabotages... ] à la Havane et qui était au fait des méthodes de guerre irrégulière des Cubains. Le Département 8 réalisa aussi une étude détaillée des méthodes utilisées par la guérilla palestinienne et les terroristes contre les cibles israéliennes ainsi que par les Israéliens contre les bases palestiniennes au Liban. La contribution de Balashikha fut significative, quoique difficile à quantifier, et permit de mettre au point les méthodes visant à terroriser la population afghane : bombes incendiaires, napalm, gaz de combat, mines miniatures dispersées depuis les airs, et des jouets piégés visant à mutiler les enfants qui les trouvaient afin de démoraliser leurs parents.
Ce pays, déchiré par les rivalités ethniques et régionales, et qui endurait des conditions de guerre si terribles que des millions d'Afghans furent contraints de fuir et de chercher un refuge à l'étranger, était un terrain de jeu idéal pour le Service A [désinformation] qui pouvait y mettre en oeuvre ses techniques bien rodées d'exacerbation de la méfiance mutuelle. En plus des unités Kaskad, le Centre exacerbait les divisions entre Moudjahidines  avec l'aide d'agents capables, au moins par interrmittence, d'infiltrer leurs camps au Pakistan. En 1980, une lettre rédigée par le KGB et sensée provenir d'un membre du Hizb-i-Islami de Gulbuddin Hekmatyar fut déposée au QG d'un chef moudjahidine rival, Muhammad Nabi Muhammadi, par un agent du KGB ou du KHAD (services secrets afghans contrôlés par le KGB). Cette lettre avertissait Muhammadi que Hekmatyar envisageait de l'éliminer. Dans le même temps, de faux tracts de Muhammadi dénonçant Hekmatyar étaient distribués dans les camps de réfugiés dans la région de Pechawar. Bien que les divisions entre groupes moufjahidines ne fussent pas sa création, le KGB contribua sans aucun doute à les rendre plus aigues. [...]


in "The World Was Going Our Way : the KGB and the Battle for the Third World" pp 409-410.

Lecture complémentaire: The KGB in Afghanistan. By Vasiliy Mitrokhin, July 2002.
Catégories: Défense

The SpyCast Interview with Michael Flynn

mar, 21/02/2017 - 22:21
Catégories: Défense

The CIA Really Is Out to Get General Flynn

mar, 14/02/2017 - 10:55
How come no-one is accusing NSA Director Michael Flynn of taking bribes from Turkey's dictator Recep Erdogan? Not long ago, they did. Last November 18,Commentary Magazine's Noah Rothman called Flynn a "dubious choice" for the National Security Council because his consulting company had a Turkish client, adding that Flynn’s views on Turkey raised a “conflict of interest.” Flynn had published an article in The Hill on Nov. 8 warning that America's dalliance with the messianic Turkish Islamist and alleged coup plotter Fethullah Gulen might undermine the country's relationship with NATO, at a time when Russia was giving Turkey the full-court press.
On Dec. 2, I wrote in Asia Times that Commentary's Rothman probably was stooging for a CIA disinformation campaign against Flynn. Not only did Flynn propose to deep-six Gulen, a longstanding friend of the CIA, but he had blown the whistle on CIA incompetence in Syria. Flynn's Defense Intelligence Agency produced a now-notorious 2012 report warning that chaos in Syria's civil war enabled the rise of a new Caliphate movement, namely ISIS. For full background, see Brad Hoff's July 2016 essay in Foreign Policy Journal: Flynn humiliated the bungling CIA and exposed the incompetence and deception of the Obama administration, and got fired for it. If anyone doubts the depth of CIA incompetence in Syria, I recommend an account that appeared this month in the London Financial Times.
In November, Flynn warned that the U.S. stood to lose its Turkish ally, to the benefit of Russia--and got attacked as a Turkish agent. That doesn't square with the current round of disinformation, which paints Flynn as pro-Russian. Flynn's detractors rely on a fake-news media which forgets the story it spun a couple of months ago when it contradicts the story it is spinning today.
I don't know why Flynn talked to the Russian ambassador about the incoming Trump administration's prospective policy on sanctions, or what transpired in the White House regarding mis-statements that Flynn may or may not have made about such discussions. Senior officials speak to their counterparts in other countries all the time, and for obvious reasons do not want these conversations to become public. The intelligence community, though, was taping Flynn's discussions, and the transcripts (of whose existence we are told but whose contents we have not seen) were used to embarrass him.
First, the allegation of various Democrats that Flynn violated the 1799 Logan Act is silly. No-one ever has been prosecuted under the Logan Act. It forbids U.S. citizens from communicating with foreign governments "with intent to influence the measures or conduct of any foreign government or of any officer or agent thereof, in relation to any disputes or controversies with the United States, or to defeat the measures of the United States." Flynn reportedly was talking about prospective policies of an administration that would take office in a matter of days; it is absurd to construe such discussions, whatever they may have contained, as an intent to undermine disputes with the United States.
Second, two narratives are running simultaneously in the media which appear to support each other, but actually consist of entirely independent bubbles of hot air. One is that Flynn misspoke about his contacts with the Russian ambassador, an allegation I cannot evaluate but find neither important nor interesting. The second is that the "Intelligence Community pushes back against a White House it considers leaky, untruthful and penetrated by the Kremlin," as retired intelligence officer John Schindler alleged today in The Observer. Not a single fact is presented in Schindler's account nor in several similar accounts circulating in the media. What leaks? Penetrated by whom? Sen. Joseph McCarthy could do better than that.
Third, the CIA has gone out of its way to sandbag Flynn at the National Security Council. As Politico reports: "On Friday, one of Flynn’s closest deputies on the NSC, senior director for Africa Robin Townley, was informed that the Central Intelligence Agency had rejected his request for an elite security clearance required for service on the NSC, according to two people with direct knowledge of the situation." Townley held precisely the same security clearance at the Department of Defense for seventeen years, yet he was blackballed without explanation. At DoD, Townley had a stellar reputation as a Middle East and Africa expert, and the denial of his clearance is hard to explain except as bureaucratic backstabbing.
Fourth, Gen. Flynn is the hardest of hardliners with respect to Russia within the Trump camp. In his 2016 book Field of Fight (co-authored with PJ Media's Michael Ledeen), Flynn warned of "an international alliance of evil movements and countries that is working to destroy us....The war is on. We face a working coalition that extends from North Korea and China to Russia, Iran, Syria, Syria, Cuba, Bolivia, Venezuela and Nicaragua." The unsubstantiated allegation that he presides over a "leaky" National Security Council tilting towards Russia makes no sense. The only leaks of which we know are politically motivated reports coming from the intelligence community designed to disrupt the normal workings of a democratic government--something that raises grave constitutional issues.
Flynn is the one senior U.S. intelligence officer with the guts to blow the whistle on a series of catastrophic intelligence and operational failures. The available facts point to the conclusion that elements of the humiliated (and perhaps soon-to-be-unemployed) intelligence community is trying to exact vengeance against a principled and patriotic officer. When the Turkish smear against Flynn came out in November, I smelled a rat. The present affair stinks like a dumpster full of dead rats.

Source.
Catégories: Défense

Après la chute du mur, le KGB a mis ses locaux et ses moyens de communications au service de terroristes.

sam, 28/01/2017 - 21:44
Flynn évoque ici les liens qui existent entre les groupes terroristes islamiques, le crime organisé et certains acteurs étatiques. Il a auparavant exposé le cas du Hezbollah et des cartels de la drogue sud-américains.
Comme c'est souvent le cas quand on regarde le champ de bataille, j'ai aussi trouvé un lien avec la Russie. Quand l'Empire Soviétique s'est effondré, un grand nombre d'officiers du KGB se sont retrouvés sans emploi et donc sans source de revenu. Ils ne pouvaient que bien s'entendre avec les réseaux terroristes : ils n'avaient aucun problème d'ordre moral pour collaborer avec des organisations anti-américaines violentes (ils l'avaient fait pendant des décennies). Au bout de quelques années, de nombreuses planques du KGB, les bâtiments de leurs QG locaux, leurs systèmes de communication sécurisés furent mis à disposition des groupes terroristes.

La participation d'anciens officiers du KGB augmenta considérablement le professionnalisme de ces réseaux de terroristes et de criminels, mais j'en savais long sur les individus qui étaient impliqués, et je savais que nous avions nos propres professionnels capables de suivre les flux d'argent ainsi que les mouvements des armes, de la drogue et des femmes captives. Je n'irai pas jusqu'à dire que l'implication du KGB nous a aidé à reconstituer les réseaux de l'ennemi, mais elle nous a ouvert une fenêtre sur leur monde et nous a aussi donné de nombreuses possibilités que nous devrions à présent exploiter plus énergiquement.

in "The Field of Fight", Michael T Flynn, 2016.I highly recommend the just out book - THE FIELD OF FIGHT - by General Michael Flynn. How to defeat radical Islam.— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 23 juillet 2016
Catégories: Défense

L'Alliance Ennemie.

ven, 13/01/2017 - 23:46
La guerre est déclarée. Nous faisons face à une coalition qui s'étend de la Corée du Nord et de la Chine jusqu'à la Russie, l'Iran, la Syrie, Cuba, la Bolivie, le Vénézuela et le Nicaragua. Nous sommes attaqués non seulement par des états-nations directement, mais aussi par Al-Qaida, le Hezbollah, l'EI et d'innombrables autres groupes terroristes. [...]
Cette alliance peut surprendre beaucoup de monde. En surface elle semble incohérente. Comment un régime communiste comme la Corée du Nord peut-il s'accommoder avec un régime islamiste comme l'Iran ? Et la Russie de Vladimir Poutine ? Elle n'est certainement pas djihadiste, en effet la Russie a beaucoup à craindre des groupes islamistes radicaux au Sud, et les Russes ont eu la main très lourde avec les Islamistes radicaux en Tchétchénie par exemple.
Mais l'armée de l'air russe et les fantassins iraniens se battent côte à côte en Syrie. L'antipathie du Kremlin envers l'Islam radical ne l'empêche pas de construire tous les réacteurs nucléaires iraniens, et le régime communiste de Pyongyang n'hésite pas à coopérer avec Téhéran dans le domaine des armes nucléaires, des missiles, du pétrole et des tunnels. [...]
[...] l'Iran a financé le terrorisme partout dans le monde et n'a jamais cessé d'attaquer les USA en paroles et en actes. Pendant des années, le Département d'Etat a déclaré que la République Islamique était le principal soutien du terrorisme international, et pour des bonnes raisons. Les Iraniens ont créé l'Organisation du Jihad Islamique, et le Hezbollah, cette grande armée terroriste basée au Liban et maintenant en Syrie.
De plus, l'Iran a aussi soutenu Al Qaida, ce qui surprend beaucoup de monde vu qu'il s'agit d'une organisation sunnite. [...] Les liens entre l'Iran et Al Qaida sont un fait bien établi depuis l'automne 1998, quand le gouvernement américain a inculpé l'organisation et son leader Osama Ben Laden : "Al Qaeda a forgé des alliances avec le Front Islamique National au Soudan et avec le gouvernement iranien et avec le groupe terroriste qui lui est associé : le Hezbollah, dans le but de travailler ensemble contre leurs ennemis communs en Occident, en particulier les USA". [...]
[Sur l'alliance Russie-Iran]

Comment expliquer cette alliance qui semble improbable de prime abord ? En partie par le vieil adage : "l'ennemi de mon ennemi est mon ami". Poutine a déclaré que les USA (et l'OTAN en général) étaient la principale menace pour la sécurité nationale de la Russie, et "Mort à l'Amérique" est le chant officiel de la République Islamique d'Iran. Les Poutinistes et les Musulmans radicaux iraniens s'accordent sur l'identité de leur ennemi principal. [...]
Les Iraniens et les Russes partagent bien d'avantage qu'un ennemi commun. Ils affichent le même mépris pour la démocratie et s'accordent - comme tous les membres de l'Alliance Ennemie - sur le fait que la dictature est la meilleure manière de diriger un pays, un empire ou un califat. Il y a certes des différences entre tyrannie religieuse et tyrannie séculière - l'importance de la Sharia pour les jihadistes est la plus significative - mais les deux cherchent, et combattent avant tout pour un leader tout puissant. [...]
Attaquer l'Alliance Ennemie.
Les deux membres les plus puissants et les plus actifs de l'Alliance Ennemie sont la Russie et l'Iran, et nous pouvons juger de leur efficacité en Irak et en Syrie. C'est un étrange partenariat, c'est certain, puisque le Président V Poutine est confronté à l'intérieur de ses propres frontières à la menace jihadiste dont l'Iran est le principal soutien.
En effet, c'est Poutine lui-même qui a supervisé le massacre brutal d'Islamistes radicaux par les forces de sécurité russes lors d'un assaut féroce donné dans une école de Beslan en Ossétie du Nord en 2004. 1100 personnes, dont 770 enfants, y étaient retenues otages par des terroristes islamistes ingouches et tchétchènes. Le siège dura 3 jours et se termina par le prise d'assaut de l'école et le massacre d'au moins 385 otages, dont 186 enfants.
Cette assaut fut d'une telle brutalité que David Satter, ancien correspondant du WSJ qui a beaucoup écrit sur la Russie, écrira que "la détermination du Président Poutine à écraser le résistance tchétchène à tout prix constitue une sorte de suicide moral qui pourrait détruire tout ce qui reste de démocratie en Russie et pourrait présenter une menace pour le monde entier".
[...]
Ainsi, quand on dit que la Russie ferait un partenaire idéal dans la lutte contre l'Islam radical, on doit se rappeler qu'ils n'ont jamais été très brillants dans la lutte contre les jihadistes sur leur propre territoire et qu'ils sont de mèche avec les Iraniens. En Syrie, les deux alliés ont proclamé très bruyamment qu'ils luttaient contre l'EI alors qu'en réalité ils concentrent la quasi totalité de leurs moyens contre les opposants au régime d'Assad. Ils ne sont certainement pas en train de "combattre le terrorisme" au Moyen-Orient : ils sont là pour secourir leur allié de Damas.
Bien que je croie que l'Amérique et la Russie pourraient trouver un terrain d'entente dans le cadre de la lutte contre l'Islam radical, il n'y a aucune raison de croire que Poutine accueillerait favorablement une proposition de coopération, bien au contraire en fait.
A la mi-juin 2016, le Kremlin a annoncé son intention de créer de nouvelles bases militaires à sa frontière ouest et d'accroître le niveau de réactivité de ses forces nucléaires. Ce ne sont pas là les actes d'un pays qui cherche la détente avec l'Occident. Ce sont plutôt des indications que Poutine a pleinement l'intention de faire la même chose que les Iraniens et à leurs côtés : continuer leur guerre contre nous.


divers extraits tirés de "The Field of Fight" par le Lt Général Michael T. Flynn, juillet 2016.



Catégories: Défense

Van Morrison - Sweet Thing [Unplugged, 1971]

mer, 11/01/2017 - 15:59
Catégories: Défense

Oleg Kalouguine doute que les services de renseignements russes aient mené une opération visant à soutenir un des candidats à la présidence.

lun, 26/12/2016 - 21:51
L'ancien général du KGB Oleg Kalouguine, qui à l'époque soviétique supervisait les agents du KGB aux USA, doute que les services de renseignements russes aient mené une opération visant à soutenir un des candidats à la présidence, notamment parce qu'il aurait été très aléatoire de miser sur Donald Trump qui est quelqu'un d'imprévisible.
Trump est une victoire pour Poutine, mais c'est une victoire relative. Mais très relative, parce que Trump, à mon avis, est un homme imprévisible. Je ne ferai ici pas de pronostic sur la possibilité d'une amélioration des relations entre la Russie et les USA. D'autant plus qu'en Russie rien n'a changé et que Trump pouvait dire n'importe quoi dans ses déclarations de campagne. Lorsqu'il arrivera au pouvoir, qu'il l'aura pris en main à la Maison Blanche, je pense qu'il ménera sa propre politique, fondée sur ses propres intérêts. 
Du point de vue du professionnel, est-ce que la version d'une opération du Kremlin visant à soutenir la candidature de Donald Trump est plausable?
Jusqu'à présent je ne considère pas comme un fait la participation délibérée du gouvernement de Poutine à l'organisation de toutes ces actions avec l'utilisation de hackers sur le territoire des USA pendant la campagne électorale. Je pense qu'il faut encore attendre que des éléments apparaissent qui viennent confirmer cette version.

A l'époque soviétique, le gouvernement essayait-il dans une certaine mesure d'influencer le processus électoral aux USA, d'influencer l'issue des élections ou bien considérait-il cela comme une action trop risquée ?



Je suis d'accord avec vous sur le fait que c'est une entreprise très dangereuse. L'URSS soutenait évidemment le parti communiste américain sur le plan financier, mais nous avions aussi créé quelques organisations. En particulier, j'ai personnellement pris une part active à la création d'associations, sur le modèle du mouvement des droits civiques des Noirs, que dirigeait alors Martin Luther King. Le KGB avait créé des organisations qui travaillaient supposément en relation avec MLK, mais qui en fait exécutaient les ordres du Kremlin. Une situation analogue existait, liée au problème des organisations sionistes américaines qui accusaient la Russie d'antisémitisme. Nous soudoyions un des responsables d'une organisation sioniste, et nous créions pratiquement un contre-poids, peut-être pas très important, mais néanmoins un contre-poids à la propagande américaine, qui accusait la Russie d'antisémitisme.

Peut-on supposer que le Kremlin ait voulu faire en sorte qu'un Président conciliant vis-à-vis de la Russie se retrouve à la Maison Blanche et qu'alors il ait essayé d'agir dans ce sens ?

A l'époque on essayait dans une certaine mesure d'influencer le gouvernement US en confirmant que les intentions russes à leur égard étaient bienveillantes. Comme les USA considéraient toujours la Russie comme un agresseur potentiel, l'objectif des organes [de sécurité] en particulier, était non seulement la propagande, mais plus spécifiquement de modeler une autre image de la Russie, l'URSS à l'époque.


Traduit du russe par mes soins.
Catégories: Défense

Conférence du Général James Mattis.

lun, 26/12/2016 - 20:49
Le Secrétaire d'Etat à la Défense du Président Trump expose la situation géopolitique mondiale et les défis que les USA auront à relever. Les solutions qu'il propose pour y faire face, donne une idée de ce que pourrait être la politique internationale de D Trump. Il y désigne l'Iran comme la source principale du terrorisme islamique et met en avant la nécessité d'apporter un soutien indéfectible à Israel et aux pays arabes du golfe (cf la proposition dans le programme de Trump de créer une sorte d'OTAN arabe)

(Notons tout de même une certaine naïveté en ce qui concerne la Russie (à 27'))

Catégories: Défense

Giacomo Carissimi - Jeptha / Plorate, Filii Israel

lun, 19/12/2016 - 21:42
Catégories: Défense

"Hillary will start World War III !!!"

ven, 16/12/2016 - 23:39
Le Centre était moins impliqué dans la déstabilisation de l'élection présidentielle de 1980 qu'il ne l'avait été quatre ans plus tôt. Moscou n'avait le choix qu'entre l'administration Carter qui était influencée par la politique intransigeante de Brzezinski, et l'anti-soviétisme de Reagan. "Lassé de Carter et mal à l'aise vis-à-vis de Reagan" écrit Dobrynine, "je décidai de ne pas m'impliquer". Après l'élection de Reagan, Moscou regretta de ne pas s'être impliquée, convaincue que la nouvelle administration représentait "l'aile la plus conservatrice, nationaliste et belliqueuse du paysage politique américain ... soucieuse de retaurer le leadership mondial des USA après la défaite du Vietnam". Au grand désarroi de Dobrynine, le Kremlin succomba à une "interprétation paranoïaque" de la politique de Reagan, craignant -particulièrement en 1983- qu'il n'ait l'intention de lancer des frappes nucléaires surprises. C'est le résident du KGB à Washington, Stanislav A Androsov, qui révéla à Dobrynine l'existence dе l'opération RYAN. Menée conjoitement par le GRU et le KGB, elle avait pour but de détecter les préparatifs inexistants d'une attaque surprise. Mais RYAN demeura tellement secrète que la plupart des ambassadeurs soviétiques n'en apprirent jamais l'existence.
C'est probablement à cause de la priorité extrême que donnait le Centre à la nécessité de discréditer la politique de l'administration Reagan, qu'Andropov décida par le décret du 12 avril 1982 - qui fut l'une des dernières décisions de ses 15 ans passés à la tête du KGB - qu'il était du devoir de tous les agents de renseignements, quelles que soient leurs attributions, de participer aux mesures actives. Pour le Service A [service de désinformation du KGB ndt] il s'agissait désormais de faire en sorte que Reagan ne puisse pas faire un second mandat. Le 25 février 1983 le Centre donna des instructions à ses trois résidences américaines pour qu'elles commencent à planifier un ensemble de mesures actives visant à obtenir une défaite de Reagan lors des élections présidentielles de novembre 1984. Elles reçurent l'ordre d'établir des contacts avec des membres des équipes de campagne de chacun des candidats et dans les QG des deux grands partis. On demanda aux résidences d'autres pays si elles avaient des agents disponibles afin qu'ils fussent envoyés aux USA pour participer à l'opération.

Le Centre fit clairement savoir que n'importe quel autre candidat, quel que soit son parti, serait préférable à Reagan. Toutes les résidences du monde furent chargées de populariser le slogan "Reagan, c'est la guerre !". Le Centre annonça cinq mesures actives visant à discréditer la politique étrangère de Reagan : son aventurisme militaire, sa responsabilité dans l'accélération de la course aux armes, son soutien à des régimes autoritaires, les tentatives de son administration d'écraser les mouvements de libération nationale, et sa responsabilité dans les tensions avec ses alliés de l'OTAN. Les mesures actives visant sa politique intérieure incluaient : de prétendues discriminations envers les minorités ethniques, la corruption de son administration, et la soumission de Reagan au complexe militaro-industriel.
La large victoire de Reagan en 1984 fut la preuve flagrante des limites des mesures actives soviétiques aux USA. Même sur les campus universitaires, Reagan fut surpris par les "débordements d'affection et de soutien" (de l'avis de tous loin d'être unanimes) : "ces étudiants des années 80 étaient très différents de ceux que j'avais connu en tant que gouverneur une décennie auparavant". Bien que le Service A se refusât toujours de l'admettre, il ne pouvait pas faire grand'chose contre un président populaire. Ses attaques eurent toutefois un écho plus grand en Europe et dans le Tiers-Monde où l'on se moquait volontiers du côté populiste qu'avaient ses fréquentes références à "l'American Way".

in "The Mitrokhin Archives : the KGB in Europe and the West" pp 316-317.
Catégories: Défense

Les dessous du Qatar bashing : une campagne orchestrée par les Emirats Arabes Unis et Israel.

mer, 26/10/2016 - 08:18

Le dénigrement du Qatar s’est imposé comme un phénomène et une évidence en France, aux États-Unis et ailleurs. L’émirat est vu comme une menace et il est accusé de tous les maux. Si de nombreux reproches peuvent lui être faits à juste titre, il s’agit aussi de se demander pourquoi et qui se cache derrière cette campagne. Car ce sont bien des pays peu recommandables qui financent le Qatar bashing et instrumentalisent ainsi des leaders d’opinion plus ou moins avertis.
Vendredi 3 octobre, le vice-président américain Joe Biden prend la parole au John F. Kennedy Forum organisé à Boston par la Harvard Kennedy School. Évoquant la situation au Proche-Orient et la guerre contre l’organisation de l’État islamique (OEI), il s’en prend avec une certaine virulence à trois pays qui, selon lui, ont soutenu financièrement cette organisation malgré les mises en garde du gouvernement américain. L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU) et la Turquie sont pointés du doigt, ce qui va déclencher une véritable crise diplomatique entre Washington et ses trois alliés. Dès le lendemain, la Maison-Blanche prend ses distances avec ce propos tandis que Biden fait savoir qu’il n’entendait nullement insulter ces pays, allant même jusqu’à téléphoner à leurs dirigeants — du moins ceux des Émirats et de la Turquie — pour présenter ses plus plates excuses.
Il est difficile de savoir si cette sortie était intentionnelle — ce qui confirmerait l’existence de fortes tensions au sein de la coalition que les États-Unis tentent de mettre en place contre l’organisation de l’État islamique — ou s’il faut l’ajouter à la longue liste des gaffes commises par le vice-président américain depuis l’élection de Barack Obama en 2008. Mais l’un des aspects les plus intéressants de cette affaire est la réaction de certains médias américains comme CNN qui se sont empressés d’inclure le Qatar dans la liste des pays incriminés alors même que le nom de cet émirat n’a pas été cité par Joe Biden. « Pourquoi le vice-président n’a-t-il pas cité le Qatar ? », s’est par ailleurs demandé le membre du Congrès et républicain Michael Mc Caul alors qu’il était interrogé par Fox News. Il faut rappeler que ce Texan membre de la Chambre des représentants fait partie des personnalités qui tirent à vue sur l’émirat, affirmant haut et fort qu’il est au centre du financement du terrorisme islamiste et des activités anti-américaines à travers le monde.
LOBBYING ET COMMUNICATION EFFICACES
Il faut dire que le Qatar bashing bat son plein depuis début 2013 aux États-Unis. Longtemps hors des radars, l’émirat incarne désormais la figure de l’allié jouant un double jeu. DuWashington Post à CNN en passant par des médias moins intéressés par l’actualité internationale, les dossiers spéciaux et autres enquêtes à charge sur le Qatar se multiplient. Comment expliquer cette tendance quand on sait que Doha, via ses organismes publics, n’a pas été avare de publicités payantes et autres sponsorings dans les médias américains ? La réponse est venue début septembre du New York Times. Selon ce quotidien, plusieurs pays mènent une intense action de lobbying contre le Qatar avec, à leur tête, les Émirats arabes unis. Ces derniers ont engagé une entreprise de relations publiques, Camstoll Group, fondée en novembre 2012 par d’anciens fonctionnaires du Trésor américain. La principale figure de cette agence est Matthew Epstein, un néoconservateur qui était en charge au milieu des années 2000 du dossier des sanctions à l’encontre de l’Iran. Pour un montant de 400 000 dollars par mois, Camstoll Group a donc entrepris de « briefer » journalistes et parlementaires à propos du rôle que jouerait le Qatar dans le financement des groupes terroristes dont le Front Al-Nosra, réputé proche d’Al-Qaida, en Syrie.L'obsession qu'a le FN pour le Qatar devient subitement plus claire.Pour les Émirats arabes unis, il s’agit d’isoler le Qatar sur la scène internationale en lui faisant payer son soutien, en général, au mouvement des Frères musulmans, et, en particulier, à la présidence éphémère de Mohamed Morsi en Égypte. Ce dernier est d’ailleurs accusé d’avoir livré des documents confidentiels au Qatar en échange d’un pot-de-vin d’un million de dollars. Les Émirats arabes unis reprochent aussi à Doha d’accueillir un trop grand nombre d’activistes membres de la confrérie et même d’avoir soutenu en sous-main la création d’une branche des Frères musulmans à Abou Dhabi et à Dubaï.
À cela s’ajoute une féroce compétition qui ne dit pas son nom afin de se hisser à la position de premier centre économique, financier, culturel et religieux du Golfe. Si le Qatar a obtenu l’organisation de la Coupe du monde de football de 2022, Dubaï a emporté celle de l’exposition universelle de 2020. Entre le Qatar et les Émirats arabes unis, « pays frères » si l’on en croit les déclarations officielles, le différend n’est donc pas uniquement politique. Il relève d’une question de leadership régional.
UNE STRATÉGIE PAYANTE POUR SES RIVAUX
Le recours aux services de Camstoll Group s’est avéré des plus payants dans la stratégie décidée par les Émirats arabes unis. Se basant sur les informations publiées par le New York Times, le magazine en ligne The Intercept — un titre de First Look Media, la plateforme journalistique créée et financée par le fondateur d’EBay Pierre Omidyar — a publié à ce sujet une enquête très fouillée sur l’impact du lobbying de Camstoll Group à destination des grands médias américains. Rappelant que les Émirats arabes unis ont été, en 2013, en tête de liste des dépenses de lobbying consenties par un pays étranger aux États-Unis (14 millions de dollars), The Intercept a mis en exergue la façon dont Camstoll a réussi à faire passer ses principaux messages. À savoir que le Qatar finance, directement ou indirectement, les groupes terroristes en Irak et en Syrie mais aussi en Libye.
Interrogé par Orient XXI, un consultant en affaires publiques basé à K-Street, la célèbre rue des lobbyistes à Washington, a accepté de livrer son analyse sur ce dossier à condition de ne pas être cité car ayant des clients dans le Golfe. « Cette campagne est une réussite presque totale, un vrai cas d’école. Les médias, les journalistes qui comptent mais aussi des producteurs, des agents éditoriaux et aussi des hommes politiques ainsi que des think tanks conservateurs ont systématiquement été approchés. Matthew Epstein a un très bon carnet d’adresse. C’est un homme introduit qui dispose de relais dans l’administration — y compris dans l’entourage du président Obama. Mais la réussite de cette campagne n’aurait pas été possible si le Qatar n’avait pas déjà une aussi mauvaise image et, surtout, s’il n’avait rien à se reprocher ».
De son côté, The Intercept note que la stratégie de Camstoll a été de s’appuyer sur les groupes néoconservateurs et les publications pro-israéliennes. Et de rappeler au passage le passé de Epstein qui, avant de travailler au département du Trésor, activait lui aussi dans les cercles néoconservateurs en compagnie de Steve Emerson, une personnalité connue aux États-Unis pour ses diatribes antimusulmanes et anti-arabes, notamment à l’encontre de l’Arabie saoudite.1 À chaque attentat, Emerson a longtemps pointé un index accusateur contre le royaume wahhabite. Aujourd’hui, ses interventions sont toujours aussi abruptes mais il a désormais une autre cible à désigner, en l’occurrence le Qatar.
LA VOLTE-FACE DE TEL-AVIV
L’autre pays instigateur de la campagne médiatique contre le Qatar est Israël, dont les dirigeants, contrairement à ceux des Émirats arabes unis, ont clairement pris position sur ce sujet. Ron Prosor, ambassadeur israélien à l’ONU a ainsi déclaré que Doha était devenu « un “club med” pour terroristes » et plaidé pour un isolement international de l’émirat. Il faut rappeler qu’Israël n’a pas admis que le Qatar soutienne le Hamas durant la guerre de l’été dernier et que Khaled Mechaal, le dirigeant de ce parti, ait été accueilli à Doha depuis son départ de Syrie en 2012. Pour les officiels israéliens, l’aide financière allouée par le Qatar à la bande de Gaza aurait servi à financer des actes terroristes et à permettre aux groupes armés de renouveler leurs équipements. On est loin du début des années 2 000 quand Doha était l’une des rares capitales arabes à entretenir des relations quasi officielles avec Tel-Aviv et où les responsables israéliens louaient la modération du Qatar en ce qui concerne la question palestinienne.
Chercheur à l’université de Nayang à Singapour, James M. Dorsay est l’un des rares observateurs à avoir abordé la question du lobbying israélien contre le Qatar. Un lobbying qui s’est notamment illustré par une campagne contre l’octroi de la Coupe du monde de football. Sur son blog consacré au football et au Proche-Orient, l’universitaire cite le cas de deux organisations, Sussex Friends of Israel et Israel Forum Task Force, qui ont appelé à manifester pour le transfert de la compétition à un autre pays. « Il y a une convergence d’intérêts stratégiques entreIsraël, l’Égypte et les Émirats arabes unis », relève ainsi le chercheur.
Mais l’offensive médiatique contre le Qatar ne se concentre pas uniquement aux États-Unis. En Europe aussi, notamment en France et au Royaume-Uni, des consultants, d’anciens journalistes reconvertis dans la communication d’influence, incitent leurs anciens confrères à écrire sur le Qatar et ses liens avec le terrorisme, se proposant même de leur fournir des dossiers complets sur le financement des groupes armés en Syrie. Ou bien encore, autre sujet récurrent, sur la pitoyable condition des travailleurs étrangers soumis à la kafala, c’est-à-dire au bon vouloir d’un sponsor qatari. L’auteur de ces lignes a ainsi été approché à plusieurs reprises par divers intermédiaires pour rendre compte notamment des travaux de Global Network for Rights and Development, une organisation non gouvernementale basée en Norvège, prompte à dénoncer — et avec raison — le statut des migrants asiatiques au Qatar mais qui semble ignorer que leur situation est tout aussi inacceptable en Arabie saoudite,aux Émirats arabes unis et dans le reste du Golfe…
JEU DE DUPES
Car la question n’est pas de chercher à dédouaner le Qatar mais simplement de ne pas être dupe de la campagne de communication qui sévit contre lui. Comme le relève si bien la journaliste Elisabeth Dickinson de Foreign Policy, il est évident que l’émirat a une large responsabilité dans le financement non contrôlé voire anarchique — la journaliste parle même d’« amateurisme » — de groupes armés sur lesquels Doha n’a jamais exercé de véritable contrôle faute de compétences et de moyens humains et techniques. Mais sa mise au pilori actuelle ne saurait faire oublier que ses voisins ont eux aussi beaucoup à se reprocher. Qu’il s’agisse du financement du salafisme, du droit des étrangers ou même de la propagation d’un discours antichiite qui a fait le lit d’organisations comme celle de l’État islamique, aucun pays membre du Conseil de coopération du Golfe ne diffère intrinsèquement du Qatar. Comme le note un diplomate maghrébin qui connaît bien la région « c’est partout les mêmes archaïsmes, les mêmes aberrations sociétales et politiques. Il s’agit d’une région qui peine à évoluer vers la modernité réelle et ce ne sont pas des campagnes de communication, aussi coûteuses soient-elles, qui aideront à une vraie transformation ».
Mais pour l’heure, c’est la communication qui domine. Acculé dans les cordes, pointé du doigt par l’establishment de Washington, le Qatar a décidé de réagir. L’émir, le cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani a accepté d’être interviewé par CNN où il a affirmé que son pays « ne finance pas les extrémistes ». Une prestation qui n’a pas franchement modifié la perception générale aux États-Unis ou ailleurs. De même, et après plusieurs années de tergiversations, l’émirat a finalement décidé de s’engager dans la bataille d’influence en embauchant le cabinet Portland Communications dirigé par Tim Allan, ancien proche de Tony Blair. Pour l’heure, les résultats demeurent mitigés… James M. Dorsey raconte ainsi que la presse britannique n’a pas eu de mal à faire le lien entre cette société et des blogs apparus sur le net pour défendre la Coupe du monde de football de 2022 au Qatar. « Les dirigeants qataris ne savent pas faire face à ce genre de crise, raconte un ancien conseiller de Cheikha Moza, la mère de l’actuel émir. Ils sont peu nombreux et ont trop souvent tendance à croire que l’argent permet tout. Là, ils croulent sous les propositions de dizaines de cabinets occidentaux de relations publiques dont certains, cela a été vérifié, travaillent aussi pour les Émirats… Actuellement, le mot d’ordre est plutôt de faire profil bas en attendant que la tempête passe. » À condition que cette dernière se calme, ce qui est loin d’être garanti, les tensions politiques entre le Qatar et ses voisins n’ayant pas faibli.
Source.
Catégories: Défense

Alfred Cortot - Chopin "Barcarolle" Op.60

sam, 15/10/2016 - 20:08
Catégories: Défense

Y-a-t'il eu erreur? Et quel genre d'erreur?

ven, 07/10/2016 - 14:00
Publication d'un nouveau texte de l'ami Jurek. Je souscris personnellement à la troisième thèse.
A propos du Boeing abattu par un Bouk


Les déclarations russes relatives au Boeing du vol MH17 abattu au-dessus du Donbass ont beaucoup varié. La dernière explication donnée par la télévision à la population russe est que « le boeing a été abattu par un chasseur ukrainien ». D. Pieskov, porte-parole du Kremlin se contente de déclarer que le rapport du groupe international d'enquête n'a pas donné la « vérité dernière ». Mark Solonine, ingénieur en aéronautique et historien militaire russe, a écrit un long article dans son blog sur la destruction du Boeing MH17.
Tout d'abord il s'étonne que le Bouk qui a été envoyé dans le Donbass soit un seul matériel, ce n'est pas dans les habitudes militaires d'envoyer une pièce isolée, d'habitude on procède par batterie, par division, par unité structurale de l'armée. Ensuite ce Bouk était équipé de ses seuls 4 missiles sans autre approvisionnement. Enfin Solonine estime que pour les besoins en défense anti-aérienne des séparatistes contre l'aviation ukrainienne il n'y avait pas besoin d'une pièce aussi performante que le Bouk dont les missiles (peuvent atteindre des avions a plus de 18000 mètres d'altitude et à plus de 35 km de distance). La défense anti-aérienne des séparatistes pouvait être satisfaite par d'autres matériels automoteurs nettement moins performants, mais dont l'approvisionnement ne serait pas si limité. Solonine en tire la conclusion que la mission du Bouk n'était pas une mission militaire mais une mission spéciale organisée par un service spécial.
Le Bouk qui a traversé la frontière russo-ukrainienne à Lougansk dans la nuit du 16 au 17 juillet s'est rendu à Donetsk puis, sur ses propres chenilles, sans sa plate-forme de transport, dans un champ près de la bourgade de Piervomaïsky à 16 km de la frontière russo-ukrainienne. Si le Bouk devait protéger les unités séparatistes voisines de Saour-Mogila, Marinovka et Dmitrovka il aurait pu le faire à partir du territoire russe de l'autre côté de la frontière. Ce Bouk est reparti vers le territoire russe le 17 au soir après avoir lancé un missile et abattu le Boeing du vol MH17 vers 16h20. Autre bizarrerie : l'itinéraire du vol AEROFLOT SU2074 Moscou-Larnaka a été modifié plusieurs fois. Ainsi le vol Nord Sud du 14 juillet, de Moscou à Larnaka a évité le territoire ukrainien en le contournant par l'Est, le 15 juillet le vol est passé au-dessus du territoire ukrainien mais en contournant le Donbass par l'Ouest mais les 16 et 17 juillet alors que le Bouk était au Donbass, le vol passait en ligne droite en coupant le ciel du Donbass au-dessus de Lozovaya, Krasnoarmeïsk et Marioupol.
L'hypothèse du Boeing abattu par un avion ukrainien étant absolument non tenable, il reste finalement trois thèses à l'explication de la catastrophe :


1/ La première est celle de la confusion entre un avion militaire ukrainien et le Boeing (les Russes auraient eu vent qu'un Antonov-26 ukrainien devait survoler la région mais cela ne s'est pas produit) Par ailleurs, les formes, altitudes de vol et vitesses de ces deux avions ne sont pas sujettes à confusion. Cette thèse est soutenue, entre autres, par des politiciens russes d'opposition, Yavlinsky, Navalny, une journaliste, Youlia Latynina, s'exprimant régulièrement sur ''Ekho Moskvy'', ainsi que Mikhail Malychevsky , constructeur principal d'''Almaz-Antey'', entreprise qui fabrique des armes dont le Bouk. Il s'agit donc de gens qui, pour la plupart espèrent garder la possibilité de s'exprimer, et qui, craignant une rupture irrémédiable avec le Kremlin, pratiquent l'autocensure.
2/ La seconde thèse est que la mission du Bouk était d'abattre le SU2074 du vol AEROFLOT Moscou-Larnaka qui survolait le Donbass presque simultanément au Boeing malaisien du vol MH17 mais il y a eu une erreur due probablement au fait que le Bouk s'était mis en position de tirprès du village de Piervomaïsky et non de Piervomaïskoïe (il y a encore un troisième endroit qui s'appelle Piervomaïsk (du premier mai) dans le Donbass). Cette thèse à d'abord été soutenue, peu après l'attentat, par V. Nalivaytchenko, alors chef du SBU, service de sécurité ukrainien. Cette même thèse est soutenue par les Russes : M. Solonine, A. Venediktov, directeur d'''Ekho Moskvy'', S. Rabinovitch ii , économiste, A. Piontkovsky, politologue, A. Kokh, ancien très haut fonctionnaire sous Yeltsine. Selon cette thèse, cet attentat aurait été planifié parce que Poutine avait besoin d'un prétexte pour envahir totalement l'Ukraine et chauffer à blanc la haine des Russes contre les Ukrainiens. C'est à la même époque que la télévision russe passait des images et des histoires comme par exemple celle d'un petit garçon qui aurait été crucifié par les ''nazis ukrainiens'' dans le Donbass.
3/ La troisième thèse est que c'est bien le Boeing du vol MH17 qui devait être abattu et qui l'a été. Le but aurait été de forcer les Ukrainiens, alors en train de reprendre le Donbass, à s'arrêter en les accusant de cet attentat et parallèlement en effectuant des actions diplomatiques auprès du président Porochenko qui venait d'être élu. C'est le Russe A. Illarionov, ancien conseiller économique de Poutine qui a rompu avec Poutine en janvier 2005 lorsqu'il s'est aperçu que Poutine n'avait pas l'intention de respecter la démocratie qui soutient cette thèse et repousse catégoriquement les deux autres thèses. Il est à remarquer que la première thèse n'implique pas une responsabilité criminelle de Poutine ni un crime de guerre mais qu'elle est peu vraisemblable. Selon les deux autres thèses il s'agit d'un crime de guerre dont le Kremlin est forcément responsable.
Le 05/10/2016

Jurek


http://www.solonin.org/article_buk-na-donbasse-zachemhttp://aillarionov.livejournal.com/http://militaryarms.ru/boepripasy/rakety/buk-m1/http://www.kasparov.ru/material.php?id=57EE8FF65B6A9http://www.twitlonger.com/show/n_1so07ua

i Solonine énumère les matériels automoteurs « Osa » , « Tor », « Toungouska » et « Pantsir » qui peuvent atteindre des cibles à 5000-6000 m d'altitude et 8-12 km de distance ce qui est largement suffisant pour atteindre les Su-25 et An-26 qui équipent l'aviation ukrainienne.
ii Slava Rabinovitch parle également de l'attentat contre l'avion de ligne russe A-321 qui, partant de Charm-el-Cheikh, le 31 octobre 2015 a sauté au-dessus du Sinaï à cause d'un bagage piégé à détonateur et dispositif à retardement chimiques. (bagage appartenant à un passager russe qui, au dernier moment, n'a pas pris l'avion). L'hypothèse de Rabinovitch est que cet avion a été piégé par les services russes mais que le dispositif chimique fragile et peu fiable a fonctionné prématurément. L'avion russe ayant dû sauter au-dessus du territoire ukrainien et non du Sinaï.
Catégories: Défense

Interview de Stanislav Levchenko, ancien officier du KGB.

mar, 13/09/2016 - 18:08
Vous avez dirigé des journalistes au Japon. Comment les avez-vous recruté ? Quels types de journalistes cherchiez-vous afin de mener des mesures actives ?
Tout d'abord, le recrutement est un processus très long et compliqué. Il faut de deux à quatre ans pour achever un recrutement et avoir un agent qui travaille pour vous. Pour réussir cela, il vous faut utiliser tous les outils dont dispose notre profession. Nous effectuons au préalable une vérification complète des antécédents de la cible afin de définir l'angle d'attaque pour le recrutement. Un officier du KGB se focalise généralement sur deux types de journalistes. Le premier type est le journaliste spécialisé dans un domaine et qui détient des informations sensibles et est en contact avec les individus occupant des postes clés.

Stanislav LevchenkoQuels types de spécialistes le KGB recherche-t-il ?

Ceux qui ont développé une expertise dans les divers aspects de la vie politique, économique ou dans les affaires militaires. Je me concentrais sur les spécialistes de la politique. Un tel agent peut être utile de différentes manières. Il peut écrire des articles bien-sûr, qui défendent le point de vue et les objectifs de l'URSS sur un sujet particulier. De plus il peut vous donner accès à des informations sensibles qu'il aura collectées pour vous. Enfin, parce qu'il est un spécialiste, il est susceptible de connaître et d'interagir avec d'autres membres de l'élite. Vous pouvez demander à votre agent d'influence de mener divers opérations d'influence contre ces individus. Quatre des agents dont je m'occupais au Japon étaient d'éminents journalistes. Ils avaient des contacts à haut niveau au sein du Parti Socialiste et du Parti Libéral Démocrate et parmi des officiels du gouvernement, y compris des membres du Cabinet du Japon. Le journaliste me fournissait des informations secrètes ainsi que des documents. Je leur ai aussi fait mener plusieurs opérations d'influence contre des membres du gouvernement.
Quelle était la seconde catégorie de journalistes que vous recrutiez ?

Le second type de journaliste était celui qui disposait d'un large auditoire, ou qui travaillait pour un journal à grand tirage. Un des agents que le KGB dirigeait au Japon était le proche confident du propriétaire d'un des plus gros journaux japonais qui tirait à 3 millions d'exemplaires par jour. Il a été utilisé pour mener diverses mesures actives contre ce journal.
Pourriez-vous être un peu plus précis au sujet des méthodes de recrutement utilisées, et des opinions politiques des agents d'influence que vous dirigiez ? Combien d'agents dirigiez-vous ?
Une fois que la décision d'approcher un journaliste ou un autre membre de l'élite, diverses méthodes sont utilisées.  Il n'y a pas de mode opératoire général, on procède au cas par cas. Laissez-moi vous donner un exemple. En général, l'idée de base est de trouver un terrain d'entente ou un centre d'intérêt commun, et ainsi d'établir une relation personnelle avec la cible. Cette approche peut être appliquée à des cibles de tous bords politiques. Pour ceux dont les opinions penchent à gauche, le centre d'intérêt commun pourra se trouver sur le terrain idéologique. Pour quelqu'un de l'autre bord politique, le centre d'intérêt pourra être un problème particulier. Par exemple la cible peut être très favorable à Taïwan et opposée à un rapprochement entre la Chine et le Japon. Le centre d'intérêt commun est ici évident, et un accord peut être passé sur ce point particulier. Si l'individu était un journaliste, je l'assistais en lui fournissant de l'argent, ainsi qu'un soutien moral et des encouragements, mais aussi des informations et des documents.

Quelles autres méthodes sont utilisées pour effectuer un recrutement ? Est-ce que le chantage est utilisé pour le recrutement ou pour garder un agent actif ?

Bien qu'il soit de la première importance d'établir une relation sur un centre d'intérêt commun, l'argent est aussi utile. Certains individus, même ceux qui sont anti-soviétique, ne travailleront pour vous que pour de l'argent. L'argent détient un fort pouvoir de persuasion. D'un autre côté, je ne trouve pas que le chantage soit une technique très efficace. Bien sûr, le KGB s'en est servi. Personnellement, je n'aimais pas le chantage parce que j'avais le sentiment qu'il pouvait pousser l'agent dans les bras des services de contre-espionnage de la nation cible [NdT : voir la tentative avortée de recrutement par le chantage du journaliste américain J Alsop par le KGB].

Quelles étaient les opinions politiques des agents qui étaient sous votre responsabilité au Japon ? Combien d'agents avez-vous dirigé ?

Environ un tiers des agents sous mon contrôle étaient de conviction socialiste et marxiste. Un autre tiers était neutre politiquement, ou au centre. Le dernier tiers était à droite. En 1979, je m'occupais de 10 individus : des agents et d'autres en cours de recrutement ; avec qui j'avais entre 20 et 25 réunions clandestines par mois. Dans la Résidence de Tokyo, il y avait 5 officiers traitants qui s'occupaient des mesures actives au travers de 25 agents d'influence. Le nombre total d'officiers du KGB dans la Résidence de Tokyo était de 50 à 60.

Est-ce que la plupart des agents comprenaient qui vous étiez réellement ? Réalisaient-ils que vous étiez un officier du KGB ?

Je dirais que la majorité ne le savait pas. Ils croyaient que j'étais un correspondant de New Times et pas un officier du KGB.

Fournissiez-vous aux journalistes des informations, des documents à publier ? En d'autres termes, leur donniez-vous des histoires ou des articles ?

En ce qui me concerne, je décrivais les grandes lignes, les thèmes à aborder et je fournissais des informations ; mais c'est l'agent qui se chargeait de rédiger l'article. Je ne pensais pas que c'était une bonne chose de lui fournir un article complet, prêt à être publier. La raison est que chaque journaliste a un style et une méthode d'écriture particulier, et un article écrit par mes soins ou par quelqu'un à Moscou, pourrait détonner et ainsi mettre la puce à l'oreille des services de contre-espionnage du pays cible. En général, on fournit les thèmes, les lignes directrices et les objectifs. On fait des suggestions, et on discute avec l'agent de la manière de mettre en œuvre et de réaliser ces objectifs.

Avez-vous réussi à faire recruter d'autres agents par vos agents, en plus de leurs opérations de mesures actives ?

Il est très rare qu'un agent puisse effectuer un recrutement. Cela arrive, mais c'est très rare. Il est beaucoup plus fréquent qu'un agent vous aide à identifier une recrue potentielle. Une fois que la cible est identifiée, on peut commencer le long processus qui consiste à évaluer s'il est opportun de la recruter, et, le cas échéant, à déterminer la bonne manière de l'approcher. C'est principalement à cela que m'aidaient les agents qui étaient sous mon contrôle.

Comment déterminiez-vous quel agent devait accomplir une tâche particulière, ainsi que la conduite à suivre pour la mise en œuvre de telle ou telle opération ?

Comme je l'ai déjà dit, les opérations de mesures actives au Japon se fondaient sur les directives que nous recevions de Moscou.  Nous les recevions souvent quotidiennement, à raison de trois à cinq directives à la fois. Habituellement, les officiers responsables des mesures actives avaient une réunion avec le chef de groupe afin de déterminer la meilleure manière de mettre en œuvre ces directives. Un fois que l'on avait décidé de la marche à suivre, on en référait à Moscou pour obtenir son aval. Cela n'était pas nécessaire pour chaque opération, mais pour la plupart d'entre-elles.

[...]

Etiez-vous autorisés à faire preuve d'initiative ? Pouviez-vous modifier les ordres, puis les exécuter ?

Lors de nos réunions nous pouvions proposer des modifications des ordres et des consignes, il y avait une grande liberté d'action. Toutefois, dans la plupart des cas, nos plans étaient envoyés à Moscou pour y être avalisés. Nous ne prenions généralement pas d'initiatives sans la permission du Centre.

Comment mesuriez-vous l'efficacité des opérations menées par les officiers traitants ? Est-elle étroitement surveillée ? Quelle est l'importance des résultats ?

Les activités des officiers traitants sont étroitement surveillées et évaluées. Le succès a une importance cruciale. Toutefois il est parfois difficile d'évaluer le succès d'une opération. Certaines choses sont faciles à mesurer et à évaluer ; par exemple, la production d'un journaliste  (le nombre d'articles publiés ou la quantité d'informations confidentielles collectées) ou d'un parlementaire que vous avez recruté (faire certaines déclarations, lancer certaines discussions, ou créer au sein du Parlement une atmosphère favorable aux objectifs de l'URSS). Ces éléments sont évalués conformément à certains critères par nos supérieurs.

L'impact d'autres types d'opérations est en revanche plus difficile à mesurer. Par exemple, le succès des mouvements pacifistes en Europe, dans lesquels le KGB et le Département International étaient très largement impliqués, est indéniable. Toutefois le développement des mouvements pacifistes ne peut être seulement attribué au KGB et au DI. Ainsi, l'évaluation de l'efficacité des mesures actives dans la croissance des mouvements pacifistes est plus que subjective. Mais le chef de la résidence locale du KGB et le chef du groupe des mesures actives sont tout de même responsables de l'évaluation de telles activités.

[...]

Beaucoup d'observateurs à l'ouest minimisent l'utilisation d'agents d'influence, d'organisations internationales servant de couverture, ainsi que d'autres types de mesures actives. Que leur répondez-vous ?

Tout d'abord, il existe des indicateurs de l'importance que les Soviétiques donnent à ces activités. La quantité de mesures actives publiques ou clandestines est considérable, et cela peut être étudié et documenté. En tant qu'ancien membre du KGB, je peux vous dire que le KGB et le DI disposaient de toutes les ressources tant humaines que matérielles pour mener à bien cette entreprise considérable.

Source : Former CIA and KGB agents share inside look at espionageNous n'étions jamais à cours de moyens. Bien sûr ce n'est pas quelque chose de nouveau. Un examen de l'histoire du PC d'URSS démontrerait l'importance de telles tactiques. Une lecture attentive des déclarations et des écrits des dirigeants soviétiques donne un aperçu de l'importance de ces mesures. Bien que nous ayons discuté de leur efficacité plus tôt, laissez-moi insister de nouveau sur le fait que ces mesures actives sont évaluées selon des critères particuliers. Leur succès est d'une importance vitale. L'augmentation du recours aux mesures actives depuis les dix dernières années, est due aux progrès considérables faits dans la maîtrise de ces dites mesures.
Tiré de : "Dezinformatsia : The Strategy of Soviet Disinformation. 1984. pp 170-181"

A lire : Le KGB en France
             Oleg Kalugin sur la pénétration du KGB en France. 
Catégories: Défense

Is China Deliberately Trying To De-Rail The Russia/Saudi Oil Deal?

lun, 12/09/2016 - 11:42
China, the world’s largest oil consumer, has been increasing oil imports and feasting on the low crude oil prices. Could Russia and Saudi Arabia’s plan to stabilize crude oil prices cut into China’s oil hoarding plans?
Chinese oil imports have increased to 32.85 million tons in August, the second highest figure after the record 33.19 million tons import figures of December 2015. It’s a 7 percent increase over the same period last year, and a 6 percent increase over July. Currently, the Asian giant imports 66 percent of its crude oil requirements.
“Chinese oil majors are no longer under orders to increase domestic production, as they were doing so at a loss,” said Adam Ritchie, executive general manager for supply at Caltex Australia Ltd. “China’s change to let economics decide between imports and domestic production is a big change,” reports Bloomberg.
Russia and Saudi Arabia, the two largest suppliers, have been battling it out to increase their market share in China. While Russia has increased its market share in China from 12.6 percent last year to 13.6 percent this year, Saudi’s have seen their share dip from 15.1 percent to 14 percent during the same period.
“There’s a market-share battle going on mainly among the Middle East producers and Russia,” Olivier Jakob, managing director of Petromatrix, said by phone from Zug, Switzerland. “Rivals are making a big push into China,” reports Bloomberg.
An agreement between both the competing producer nations reduces the bargaining power of the Chinese refiners, who had started to choose the spot sales offered by Russia against the long-term contracts policy of Saudi Arabia.
Nevertheless, the Chinese can breathe easy, because like many other experts globally, even the Chinese analysts are not confident that the deal between Saudi Arabia and Russia will result in any substantive action.
"It will be very difficult to implement this agreement, as the volume for each exporter country is different. Many countries - producers of oil and gas rely on exports, so they are unlikely to agree to the terms of the agreement," a senior consultant for Sinopec Yang Qixisaid.
lire la suite.
Catégories: Défense

Pages