Vous êtes ici

Lignes de défense

S'abonner à flux Lignes de défense
L'actualité de la défense d'Ouest en Est
Mis à jour : il y a 2 semaines 4 jours

L'ENSTA Bretagne défile pour la première fois sur les Champs-Elysées

lun, 12/07/2021 - 13:48

Pour la première fois de son histoire, dans le défilé à pied du 14 juillet à Paris, figureront des élèves ingénieurs des études et techniques de l'armement de l'ENSTA Bretagne (une école installée à Brest). 

67 élèves ingénieurs militaires (IETA), placés sous les ordres de l’ingénieur en chef de l’armement Eric, défileront sous la forme d’un carré de 8 par 8 précédé par une garde au fanion de 3 élèves (photo DGA).

"Ils descendront les Champs-Elysées sous la bienveillance des cinq aéronefs de DGA Essais en vol (sous réserve de conditions météorologiques favorables).

Il s'agit de:
- 1 hélicoptère H225,
- 1 Mirage 2000 B501 (avion banc d’essais Rafale),
- 2 Alphajet utilisé pour la formation et l’entrainement des équipages d’essais, ainsi qu’au stockage des données de vol,
- 1 TBM940 qui contribue lui aussi aux essais en vol et qui participe à la formation des équipages d’essais

La DGA sera également présente lors de l’opération de relations publiques organisée aux Invalides et sur le parvis de l’hôtel de ville à Paris à la rencontre du grand public et des médias", précise la DGA.

Lire aussi ici.

Catégories: Défense

Haute intensité : un choc avec les Titan aurait un coût très élevé

lun, 12/07/2021 - 10:27

Après 20  ans de lutte anti-insurrectionnelle, tant en Afghanistan qu’au Sahel, les forces françaises sont-elles en mesure de relever le défi de la haute intensité (photo ci-dessus armée de Terre) ?

"L’armée de Terre n’a jamais abandonné la haute intensité", rappelle le chef de la 2e brigade blindée, le général Giraud (photos ci-dessous PH. CH.).

"Le choix de nos matériels le prouve : regardez nos chars Leclerc ou nos hélicoptères Tigre, par exemple. Par ailleurs, dans nos centres d’entraînement ​du CENTAC (le Centre d’entraînement au combat) et du CENZUB (le centre d’entraînement aux actions en zone urbaine)​, nous sommes toujours restés sur la préparation à la haute intensité. Les fondamentaux sont là mais il va falloir durcir, par exemple, nos capacités sol-air parce que nous n’aurons pas toujours la supériorité aérienne. Et il faut aussi durcir l’entraînement".

Ce durcissement de l’entraînement est déjà en cours. Ainsi, les soldats de la 2e brigade blindée ont récemment participé à deux exercices majeurs : Springstorm en Estonie (voir mes différents post dont celui-ci et celui-ci) et Dompaire dans l’est de la France.

En attendant Orion
Dompaire n’est qu’une petite commune des Vosges mais en septembre 1944, la 2e DB et la 112e Panzerbrigade, s’y sont affrontées dans le cadre de la plus grande bataille de chars de la campagne de France.

Dompaire, c’est aussi un millier d’hommes et 300 véhicules qui ont manœuvré pendant 15 jours début juillet, "dont la moitié du temps en terrain libre", comme le précise le général Giraud. L’autre moitié de Dompaire a été jouée en simulation, à partir de Saumur où est installé le Centre de Simulation Opérationnelle (CSO) SOULT.

"Il est toujours complexe pour les unités de s’intégrer dans un environnement interarmes. Ce que l’on réussit à faire au niveau des groupements tactiques (de 800 à 1 500 hommes) au Sahel, il faut désormais qu’on le réalise au niveau des brigades (7 000 hommes) puis des divisions (25 000 hommes)", explique Vincent Giraud.

Dompaire ("un préambule à Orion", l’exercice de niveau division qui aura lieu en 2023) s’inscrit dans la préparation au combat de haute intensité où les belligérants disposent d’armement et d’effectifs équivalents, de techniques et de tactiques similaires. L’ennemi est alors dit de type  "Mercure" (armée étatique de haut niveau et du haut de spectre) ou "Titan" (armée étatique de 2e rang/dissymétrique), par opposition à "Tantale" (force armée non étatique, guérilla très consistante) et "Deimos" (ennemi non conventionnel, GAT).

Outre la complexité à faire manœuvrer des forces importantes dans un environnement non permissif, ce type de combat se caractérise par sa létalité. "Les unités de mêlée (infanterie et cavalerie) subiront de lourdes pertes", comme le montre la simulation. Pendant Dompaire, l’action de l’artillerie et de l’aviation ennemies a coûté aux forces amies "entre 75 % et 85 % de leurs capacités" humaines et matérielles.

"Pertes élevées donc, mais aussi grande consommation de munitions, ce qui pose un enjeu logistique pour approvisionner les combattants et régénérer hommes et matériels. Et enfin, vulnérabilité des postes de commandement, leur neutralisation obligeant à disposer aussi de moyens dégradés", énumère le général Giraud, avant de poursuivre avec "l’accélération du tempo".

En effet, les troupes évoluent en permanence en zone d’insécurité, souvent sous le feu ennemi, tout en étant menacées par des infiltrations de l’adversaire. Ce qui induit de la fatigue et a un impact négatif sur les capacités de décision.

Malgré tout, rassure le général Giraud, "on est encore capable de faire parce qu’on n’a jamais lâché"​. Et le cavalier de conclure : "On se remet en selle mais on n’est pas tombé de la selle"​.

Catégories: Défense

12 pilotes civils chevronnés recrutés par l'armée de l'Air et de l'Espace

lun, 12/07/2021 - 08:55

Voici un bel exemple de reconversion inversée! L’armée de l'Air et de l'Espace (AAE) a recruté sous le statut d’officier commissionné, des pilotes de ligne expérimentés issus du secteur aérien civil en crise, principalement pour accompagner la montée en puissance de la flotte d’Airbus A330/MRTT Phoenix.

L'avis de recrutement peut être consulté ici. En voici un extrait:

 

Sur près de 120 dossiers déposés en quelques jours en décembre 2020, une douzaine ont finalement été retenus. Les nouveaux officiers ont entre 30 et 44 ans et totalisent chacun de 2 500 à plus de 10 000 heures de vol. Les pilotes retenus, qui accèdent au grade de capitaine et commencent comme copilote, sont d'abord engagés par le biais d’un contrat réserve de 90 jours. Puis un contrat d’officier commissionné leur est proposé à l’issue d’une période d’adaptation en unité. La durée minimale d'engagement est de trois ans.

Rebondir.
Parmi eux, le capitaine Julien (photo ci-dessus AAE).  A 42 ans, il a été licencié en fin d'été 2020 par son employeur Hong Kong Airlines.

Face à un "grand vide", il décide de rentrer en France et se met sur le marché de l'emploi. En décembre, il découvre sur LinkedIn une offre intrigante: l'armée de l'Air et de l'Espace recherche des pilotes de transport aux compétences directement utilisables, "en particulier des pilotes d'Airbus A300". Julien a déjà effectué 1000 heures sur ce type d'appareil et 7000 autres sur d'autres Airbus. Il postule.

"La première étape a eu lieu à Tours, une sélection initiale avec une évaluation psychologique. Puis c'est Evreux, avec une FMI (formation militaire initiale) de deux semaines  pour un groupe de 12 candidats retenus". Marche au pas, tir... Une vraie rupture intellectuelle? "C'est le bon mot. Puis, nous avons rejoint Salon de Provence pour la formation officier et un module commandement. Cette partie a été absolument passionnante. Enfin, un séjour à Toulouse pour une évaluation sur simulateur".

Aujourd'hui, Julien a signé son contrat.

Le nouveau capitaine a rejoint l'ERVTS (escadron de ravitaillement en vol et de transport stratégique Bretagne à Istres. Cet escadron avec ses MRTT Phénix assure le ravitaillement en vol des Rafale et autre Mirage.

Des surprises? "Pas en termes de formation puisque dans le civil nous sommes en permanence dans des démarches de transition vers de nouveaux appareils et de remise à niveau. Mais j'avais quand même un peu d'appréhension. Qui a vite disparu parce que l'accueil a été chaleureux tant au sein de l'armée de l'Air que de l'escadron. La grande nouveauté, pour moi, ce n'est pas le transport stratégique mais le ravitaillement en vol avec les procédures Otan. Et puis aussi le travail en équipe: on travaille beaucoup en équipe dans l'armée de l'Air avec les équipages et les personnels au sol dont les maintenanciers".

Répondre aux besoins.
Un tel recrutement est inédit. Une concomitance de facteurs a convaincu l'armée de l'Air et de l'Espace de tenter l'expérience, explique le colonel Thierry Fluxa, le chef du bureau recrutement de la direction des ressources humaines de l’AAE. 

"D'abord, le ravitaillement en vol, le transport stratégique et la capacité à conduire des évacuations médicales constituent trois capacités vitales. Ensuite, la Loi de programmation militaire nous permet commander et de percevoir très vite 15 MRTT Phénix. Mais outre les MRTT, nous percevons aussi de nouveaux avions de transport A400 M et des ALSR, des avions de surveillance et de renseignement. Leurs livraisons s'accélèrent en outre dans le cadre du plan de soutien à l'aéronautique. Tout ça nous permet de construire l'armée de l'Air de demain. Enfin, il nous faut 50 pilotes de transport par an".

Or, même si la capacité de formation est optimisée, le flux reste limité. Et il faut sept ans pour totalement qualifier un pilote de transport. D'où le choix d'aller "chercher de l'expérience dans le civil" et d'offrir à des pilotes issus du transport aérien commercial, que les effets de la pandémie frappent de plein fouet, un moyen de rebondir.

Douze candidats ont été retenus dont deux femmes dont l'une va rejoindre la 36e escadre et volera sur un avion de guet aérien AWACS. Un autre sera affecté au centre d’instruction des équipages hélicoptères (CIEH) sur la base aérienne 115 d'Orange. Le reste rejoindra ou le Bretagne ou l'escadron de transport Esterel.

Pour l'armée de l'Air et de l'Espace, l'expérience des "pilotes rebondisseurs" s'avère déjà être un succès. Elle sera réitérée en 2022.

 

Catégories: Défense

Le tricorne des personnels féminins de l'armée de Terre prend des couleurs à Bernay

dim, 11/07/2021 - 11:41

Ce 14 Juillet 2021, le personnel féminin de l’armée de Terre défilera sur les Champs-Elysées avec un nouveau modèle de tricorne (voir ci-dessous le modèle actuel et ci-dessous les modèles relookés).

Ce modèle relooké reprend les couleurs des képis par armes (voir la photo ci-dessus. Photo Armée de Terre). Un galon brodé décliné par grade peut y être apposé. Il est également possible de placer la croix de commandement pour les officiers et sous-officiers supérieurs, mais aussi tout autre signe distinctif (grenade, étoile chérifienne... ) brodé au centre, rappelant celui des képis. 

La réalisation de ces tricornes à été confiée à l'entreprise Sofac; de Bernay dans l'Eure. Lire l'article paru dans ouest-france.fr.

Cette entreprise emploie 40 salariés et elle dispose du label "Entreprise du patrimoine vivant". Délivré sous l’autorité du ministère de l’Économie et des Finances, il distingue la Sofac pour ses savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.

Selon Arnaud Lecarpentier, le chef de l'entreprise, les tricornes des personnels féminins "étaient déjà beaux, d’un feutre bleu profond, mais sans apparat, sans décoration, sans faste… Bref, ils étaient austères. Aujourd’hui, ils n’ont pas à rougir face aux képis des hommes. Nous livrons deux cents tricornes qui chapeauteront autant de femmes le 14 juillet à Paris".

C’est une vraie reconnaissance pour les femmes issues des différentes armes des forces françaises", se félicite Arnaud Lecarpentier qui espère de nouvelles commandes.

Du côté des Armées, on précise que "la généralisation de cette mesure est en cours d’étude (aspects calendaires, modes d’action logistiques et financiers) en vue de pouvoir équiper l’ensemble du personnel féminin au cours du cycle 2021-2022."

 

Catégories: Défense

Mozambique: les Rwandais arrivent et l'UE met en branle sa mission de formation

dim, 11/07/2021 - 10:21

Le Rwanda a entamé le déploiement de mille soldats au Mozambique afin d'appuyer le pays dans sa lutte contre l'insurrection djihadiste dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du pays (photos Reuters).

Le gouvernement rwandais a déclaré que ses troupes se battraient aux côtés de l'armée mozambicaine et des forces de la SADC (la Communauté de développement d'Afrique australe). "Le contingent rwandais soutiendra les efforts visant à restaurer l'autorité de l'État mozambicain en menant des opérations de combat, de sécurité, ainsi que de stabilisation et de réforme du secteur de la sécurité" a déclaré le gouvernement dans un communiqué:

Le contingent rwandais est composé de membres des forces de police et de troupes spécialement entraînées pour lutter contre le terrorisme, selon l'EMA rwandais. Cette force est aux ordres du Maj Gen Innocent Kabandana.

Voir aussi sur le site du ministère de la Défense rwandais.

Par ailleurs, on attend toujours des précisions sur le déploiement de troupes annoncé par la SADC. Les 16 membres de la Communauté de développement d'Afrique australe, dont le Rwanda ne fait pas partie, ont approuvé le mois dernier le déploiement d'une force conjointe pour aider le Mozambique à reprendre contrôle de la province, théâtre depuis 2017 d'une insurrection liée au groupe Etat islamique. Cette force devrait rassembler 2900 soldats.

Enfin, l'Union européenne va formellement annoncer en début de semaine le lancement de sa mission de formation des forces armées mozambicaines (EUTM, pour  EU training mission). Le Portugal et la France vont y contribuer. 

Catégories: Défense

Le Salon parisien du livre d’histoire militaire aura lieu les 18 et 19 septembre

dim, 11/07/2021 - 09:35

Organisé pour la quatrième fois aux Invalides les 18 et 19 septembre 2021, lors du week-end des journées européennes du patrimoine, le salon parisien du livre d’histoire militaire de l’armée de Terre donnera l'occasion de rencontrer des auteurs militaires et civils et de découvrir leurs ouvrages.

Cette année, le Premier Empire et la Seconde Guerre mondiale sont mis à l’honneur dans le cadre du bicentenaire de la mort de Napoléon 1er ainsi que dans celui des combats des Forces françaises libres. Études, biographies, bandes dessinées, romans, etc., un large choix sera proposé dans un cadre emblématique de l'histoire militaire française.

 

Catégories: Défense

Mali: Emmanuel Macron précise le retrait français et Florence Parly négocie avec Washington

sam, 10/07/2021 - 15:09

Le processus de fermeture de bases de la force Barkhane dans le nord du pays débutera au "second semestre de l'année 2021", selon Emmanuel Macron qui s'est exprimé lors de la réunion de vendrdi du G5 Sahel.

Les emprises de Kidal, Tessalit et Tombouctou seront closes "d'ici le début de l'année 2022". 

Au final, la France maintiendra "à terme entre 2 500 à 3 000" hommes dans la région, contre 5 100 aujourd'hui, a affirmé le président Macron, en évoquant leurs deux missions principales: "la neutralisation et la désorganisation du haut commandement des deux organisations ennemies", ainsi que "l'appui à la montée en puissance des armées de la région". Les commandos de la task force française "Sabre" seront comme prévu maintenus.

Pour sa part, la ministre française des Armées était le même jour à Washington.

Florence Parly et son homologue américain Lloyd Austin ont signé à Washington une nouvelle feuille de route pour la coopération entre les forces spéciales des deux pays. On lira ici la transcription de leurs propos après leur rencontre. Et ici le texte du communiqué diffusé à l'issue.

"Signature avec Lloyd Austin d'une convention pour renforcer la coopération de nos forces spéciales. Face au terrorisme, nos forces spéciales ont développé une véritable fraternité d'armes", a indiqué Florence Parly dans un tweet après la rencontre. "Cette convention approfondira les liens exceptionnels qui ont été tissés", a assuré Florence Parly, sans donner davantage de détails sur sa nature. Le texte ne porte pas sur une région spécifique, a fait savoir un porte-parole du Pentagone, Anton Semelroth, les deux pays étant engagés dans la lutte antidjihadiste sur des théâtres très différents.

Catégories: Défense

Un cadre de l’Etat islamique au grand Sahara capturé par les forces françaises

mer, 16/06/2021 - 18:26

Le 11 juin 2021, dans la matinée, dans le Liptako malo-nigérien, au cours d’une opération conjointe de la Force Barkhane et des Forces armées nigériennes, un homme à moto et au comportement suspect a été repéré par un hélicoptère.

Une action de combat, conduite par le Groupement commando, a immédiatement été menée et a permis d’interpeller l’individu qui possédait une arme automatique, une lunette de vision nocturne, un gilet de combat, un téléphone et une radio.

L’intéressé, qui s’est rendu sans résister, répond au nom de Dadi Ould Chouaïb, plus connu sous le nom de Abou Dardar, l’un des cadres de l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS). Il est également suspecté d’avoir mutilé trois hommes le 2 mai dernier lors du marché hebdomadaire de Tin Hama. Capturé en 2014, il avait été libéré en octobre dernier dans le cadre d'un échange de prisonniers.

Catégories: Défense

Le premier Prix des Lecteurs du SHD attribué à Michel Goya

mer, 16/06/2021 - 14:25

Le Service historique de la Défense (SHD) a lancé en 2021 son premier Prix des Lecteurs. Dix ouvrages avaient été retenus. Voir mon post du 8 mars ici. 

Le #PrixDesLecteurs du SHD est décerné à Michel Goya, pour son ouvrage "S’adapter pour vaincre. Comment les armées évoluent". La remise du prix aura lieu en septembre, à Vincennes, en présence de 50 votants tirés au sort ! RDV sur les réseaux pour suivre l’évènement ! pic.twitter.com/NRBnsRDOo2

— Service historique de la Défense (@DeHistorique) June 16, 2021

 

Catégories: Défense

Embuscade au Sahel: deux blessés français et un mort nigérien au sud de Ménaka

mer, 16/06/2021 - 10:05

Hier, le mardi 15 juin, dans la région de Ménaka (est du Mali), une embuscade tendue par l'EIGS contre une patrouille de la force Barkhane a fait deux blessés. Plusieurs terroristes ont été tués par l'aviation française. 

Cette action a été confirmée par l'EMA qui explique qu'au cours d’une mission de reconnaissance menée dans la région du Liptako Malo-nigérien (secteur d’In Araban), le Groupement commando de la Force Barkhane et la 114e compagnie de sécurité intérieure nigérienne ont été pris à partie par un important Groupe armé terroriste (GAT). Cherchant à s’exfiltrer dans une zone boisée, le GAT a été poursuivi. Appuyés par des aéronefs de la Force Barkhane (hélicoptères d’attaque et avions de chasse), les militaires français et nigériens ont neutralisé le Groupe armé terroriste.

Au cours de cette action de combat, un militaire nigérien a perdu la vie, un second a été blessé. Deux militaires français ont également été blessés. Ils ont été évacués et pris en charge par l’hôpital militaire de Gao. Leur pronostic vital n’est pas engagé. 

Une dizaine de combattants ennemis a été neutralisée. De l'armement et des motos ont été capturés.

Catégories: Défense

Formation mortier: 25 soldats du Niger ont suivi un cours donné par la Task Force Iron Gray

mer, 16/06/2021 - 09:58

La Combined Joint Task Force - Horn of Africa a diffusé hier quelques précisions sur les quatre semaines de formation que des militaires US  de la Task Force Iron Gray ont dispensé au Niger. Ces militaires dépendent de la compagnie de commandement du 1er bataillon du 102e régiment d'infanterie. Ce régiment appartient à la 86e Infantry Brigade Combat Team, une unité de la Garde nationale du Vermont qui intègre aussi des unités du Connecticut et du Maine. (Photos Sgt. Brandon Julson). 

La formation a été dispensée à Tondibiah (à une douzaine de km au nord-ouest de Niamey) par huit soldats américains; elle a permis à 25 militaires du Niger de se former à l'utilisation du mortier M224 de 60mm. 

Les militaires nigériens ont aussi pu bénéficier d'un cours de secourisme, le combat life saver (CLS) :

Dans un courrier du 8 juin de la Maison Blanche aux élus du Congrès, il est précisé que les effectifs US stationnés au Niger sont de 808 militaires, auxquels s'ajoutent les petits détachements détachés ponctuellement des différentes Task Forces (comme celui qui a dispensé la formation mortier). Les forces au Niger sont présentes à Niamey et surtout à Agadez.

Catégories: Défense

L'Office national des anciens combattants et victimes de guerre prépare une exposition sur les opex

mer, 16/06/2021 - 09:00

Chaque année, l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre conçoit des opérations pédagogiques et culturelles variées : rencontres intergénérationnelles, expositions pédagogiques, pièces de théâtre, rallyes sportifs, voyages sur les lieux de mémoire (Hauts lieux de mémoire et nécropoles nationaux), cinéma, concours scolaires, etc. 

Or, dans une directive mémorielle en date du 19 décembre 2019, la ministre déléguée auprès de la ministre des Armées chargée de la mémoire et des anciens combattants distingue la question des opérations extérieures comme l’une des priorités mémorielles pour la période 2020-2022.

L’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre propose trois approches thématiques complémentaires de cette question :
− incarner les opérations extérieures par des parcours d’engagement,
− améliorer la connaissance des institutions républicaines et internationales,
− développer la compréhension des enjeux de la mention Mort pour la France.

Ces trois approches vont se retrouver dans une exposition de 21 panneaux, composée de deux grandes parties et quatre sous-parties, qui doivent pouvoir être utilisées séparément. L’exposition s’accompagne d’une brochure de promotion et d’accompagnement à la compréhension des opex, ainsi que d’un livret « lexique » consultable en même temps que l’exposition. En voici le détail:

 

Cette exposition devrait être prête pour octobre 2021. 

 

Catégories: Défense

Mort de pêcheurs: l'Inde abandonne les poursuites contre deux militaires italiens

mar, 15/06/2021 - 11:57

Dernier épisode d'une saga qui a débuté en 2012! Sur fond de lutte antipiraterie... Mon premier post sur cette affaire est daté du 17 février 2012. Une dizaine d'autres ont suivi.

Rome a annoncé ce mardi que New Delhi abandonnait les poursuites judiciaires contre deux militaires italiens accusés d'avoir tué deux pêcheurs indiens en 2012.

"Toutes les procédures judiciaires en Inde contre nos deux marins (...) ont été abandonnées", s'est félicité sur Twitter le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio. "Cela met définitivement fin à cette longue affaire". La décision intervient deux mois après que l'Inde se soit dite prête à accepter des réparations financières de 100 millions de roupies (1,1 million d'euros) au profit des familles des victimes.

Salvatore Girone et Massimiliano Latorre, deux militaires de la Marine italienne qui protégeaient un pétrolier, étaient accusés par la justice indienne d'avoir tué le 15 février 2012 au large des côtes du sud de l'Inde deux pêcheurs qu'ils disaient avoir pris pour des pirates. L'Inde avait envoyé des navires armés avec appui aérien afin d'arraisonner le pétrolier et d'arrêter les deux hommes.

L'un avait finalement été autorisé à regagner l'Italie en 2014 pour raison médicale et l'autre en 2016, après être resté cloitré pendant quatre ans dans l'ambassade italienne à New Delhi.

Catégories: Défense

Le soutien logistique de Takuba confié à la Nato Support and Procurement Agency (NSPA)

mar, 15/06/2021 - 09:54

C'est un article paru sur le site du ministère des Armées qui l'annonce (photo Otan):
"Le général de division aérienne Marboeuf, Officier général relations internationales militaires (OGRIM) de l’État-major des armées (EMA), s’est rendu au siège de l’Agence de soutien et d’acquisition de l’OTAN (Nato support and procurement agency - NSPA) à Capellen au Luxembourg le mercredi 9 juin 2021. Ce déplacement a eu pour objet la signature de l’arrangement technique dit de « soutien logistique » dans le cadre du soutien de la Task force (TF) TAKUBA par la NSPA. Cette signature est une étape décisive avant l’envoi effectif de personnel de l’agence otanienne sur le théâtre d’opérations en bande sahélo-saharienne."

L’agence de l’OTAN va donc assurer le soutien logistique de la force multinationale européenne, dont la France est nation-cadre, sur le continent africain. "Elle fournira une large gamme de prestations, telles que l’alimentation, le soutien base vie (laverie, gestion des déchets, énergie et eau), la maintenance des infrastructures, le carburant, les transports terrestres et aériens intra-théâtre", précise le Minarm.

Comme le précise l'Otan, "les services que la NSPA offre à ses clients, partout dans le monde, sont les suivants : acquisition, exploitation et maintenance de systèmes d'armes, approvisionnement en carburant, services portuaires, logistique des aérodromes, transport aérien, services de santé et de restauration et soutien des bases."

La NSPA (qui tient de la DGA et de l'EDA) ne réalise pas toutes ces opérations; elle en confie une grande partie à des prestataires civils ("these capabilities are being mostly outsourced", précise bien l'Otan). La NSPA qui emploie quelque 1 550 personnes, fait aussi appel à plus de 2 500 contractants à travers le monde.

C'est donc une externalisation du soutien logistique de Takuba qui se prépare. 

Des documents de la NSPA de février dernier montrent, en fait, que le projet est déjà bien avancé. Ainsi une "Operation or Mission Specific Direction Check List" a été dressée. En voici un extrait qui précise que les services seront à fournir à Menaka et Gao et que les personnels civils ne seront pas armés:

Une lettre type concernant les contractants était aussi disponible dans ce document:

Par ailleurs des recrutements ont déjà eu lieu, comme en témoigne cet avis de recrutement d'un consultant spécialisé dans le transport et la gestion de stock:

 

Catégories: Défense

Les classes de défense et de sécurité globale ont leur Semaine

mer, 19/05/2021 - 11:23

La direction du service national et de la jeunesse (DSNJ) organise durant toute cette semaine une opération de valorisation du dispositif des classes de défense et de sécurité globale (CDSG). 

Les CDSG sont un dispositif qui permet de créer un partenariat entre une classe et une entité militaire dans le cadre d’un projet pédagogique en lien avec l’enseignement de défense. Elles permettent des temps de rencontre et d’activité avec des militaires afin de transmettre aux élèves des connaissances et des compétences pour comprendre la défense, tout en contribuant à développer la culture de l’engagement et les valeurs de citoyenneté.

Les CDSG en quelques chiffres:
Création en 2005
370 classes et ateliers défense
Près de 9 250 jeunes majoritairement élèves en classe de 3e

Dans la continuité des précédentes opérations "CDSG à la Une" en 2019 et "CDSG édition spéciale" en 2020, la DSNJ a lancé cette année une nouvelle opération de valorisation intitulée "la semaine des CDSG" qui se déroule du 17 au 21 mai 2021 au niveau national et au niveau local. 

Un exemple:
Jeudi 20 mai, la classe de défense et de sécurité globale (CDSG) du collège Saint-Louis de Cabourg rendra visite à son unité marraine, la compagnie de fusiliers marins (CFM) Le Goffic de Cherbourg. A cette occasion, de nombreuses activités sont prévues avec les marins de la CFM permettant ainsi de maintenir le lien qui les lie avec les élèves. Au programme de la journée, des activités ludiques, la présentation des infrastructures et l'organisation de différents ateliers au chenil de la CFM Le Goffic. 

 

Catégories: Défense

Dans le nord suédois, des soldats s'entraînent au combat arctique

mer, 19/05/2021 - 10:25

Et on reparle de l'Arctique puisque se tient une réunion régionale ce mercredi et demain jeudi à Reykjavik! Américains et Russes ont donné le ton ces derniers jours. Le Russe Sergueï Lavrov a fait monter la tension avec des propos tonitruants: "Il est clair pour tout le monde depuis longtemps que ce sont nos terres, notre territoire", a-t-il lancé lundi au sujet du Grand Nord, défendant une sorte de pré carré russe et dénonçant notamment les velléités "offensives" des Occidentaux via l'Otan et la Norvège.

L'"activité militaire" de la Russie dans l'Arctique est "parfaitement légale et légitime", a-t-il conclu. Pour Mikaa Mered, professeur à Sciences Po et spécialiste français de l'Arctique, les Russes "font toujours ce petit coup de menton en amont du sommet ministériel, mais ça n'empêche pas le travail du Conseil de se poursuivre sur ses sujets consensuels traditionnels".

Toutefois la mise en garde russe a inévitablement suscité une réponse de l'Américain Antony Blinken, qui a appelé mardi à "éviter une militarisation" de l'Arctique mais aussi ce genre de "déclarations", qui "affaiblissent" l'objectif "d'un avenir pacifique" pour ce vaste territoire aux conditions extrêmes, riche en ressources naturelles, autour du Pôle Nord.

Sur fond de divergences russo-américaines, les pays riverains de l'Arctique se préparent à toute éventualité militaire. Illustration avec un reportage réalisé à Boden (Suède) par Tom Little de l'AFP (photos de Jonathan Nacktrand):

"Dans une forêt tapissée de neige tout au nord de la Suède, des centaines de soldats en tenue de camouflage blanc creusent des abris, patrouillent à ski et dressent des embuscades pour tester leurs aptitudes au combat dans l'environnement impitoyable de l'Arctique.
Savoir se battre dans le Grand Nord est devenu une capacité recherchée tant en Suède qu'ailleurs à mesure que les tensions montent dans une région abritant des ressources naturelles que le retrait de la banquise rend plus accessibles.
L'exercice annuel "Winter Sun", qui se tient à 80 kilomètres sous le cercle polaire met aux prises 900 soldats avec chars et canons. Souvent, Français, Britanniques et Américains viennent aussi s'y faire la main.
Sous ces latitudes où il arrive que le mercure tombe à -30°C, des détails comme changer régulièrement de chaussettes peuvent faire la différence entre la vie et la mort. "La moindre erreur peut être fatale", explique le lieutenant-colonel Fredrik Andersson, observant sous sa casquette de camouflage ses troupes creuser dans le sol glacé, près de la petite ville de Boden. Ces abris de fortune serviront à se protéger de l'"ennemi" et du froid.
"Tout prend plus de temps en hiver", renchérit Oscar Sandström, un sous-officier de 25 ans. Au loin, des coups de feu crépitent.
Les soldats appartiennent à un bataillon de Rangers spécialistes du combat par grand froid, rompus aux missions de reconnaissance et aux embuscades derrière les lignes ennemies, à ski ou en motoneige. Dans leurs épaisses bottes d'hiver, des appelés mettent la dernière main aux abris dans lesquels ils disparaissent après avoir dissimulé leurs traces avec une pelle.
Davantage d'unités de ce type vont voir le jour dans le cadre d'une remilitarisation plus globale du nord du pays. La Suède a annoncé fin 2020 une augmentation de 40% de son budget de la Défense sur cinq ans. La Suède a restauré la conscription en 2017 après des années de réaffirmation de la puissance militaire russe: annexion de la Crimée, violations de l'espace aérien suédois... Pour la première fois depuis la fin de la Guerre froide, le royaume nordique a aussi redéployé un contingent sur l'île de Gotland dans la Baltique.


 'Situation sécuritaire changeante' 
"Il y a un changement de la situation sécuritaire" en Europe, dit le ministre suédois de la Défense, Peter Hultqvist, évoquant "l'agression russe en Géorgie en 2008, l'annexion de la Crimée en 2014 et le conflit en cours en Ukraine". Un nombre croissant de pays veulent étendre leur influence dans le Grand Nord, observe-t-il.
Les huit pays riverains de l'Arctique, dont les Etats-Unis et la Russie, se retrouvent mercredi à Reykjavik pour la réunion du Conseil de l'Arctique, centré sur la coopération. "On voit que le changement climatique rend davantage de ressources naturelles accessibles dans cette zone et cela incite différentes puissances à accroître leur influence", ajoute-t-il.
Dans l'Arctique, la Suède, qui n'est pas membre de l'Otan, s'entraîne aussi, sur terre et dans les cieux, avec ses voisins nordiques, la Norvège, le Danemark et la Finlande. Pour les analystes, cette coopération avec des armées étrangères envoie un message sans équivoque à d'éventuels ennemis, susceptibles de tomber sur des troupes autres que suédoises. "C'est un signal clair à l'adresse d'un agresseur potentiel qui ne peut pas vraiment prévoir quel serait le contexte opérationnel", décrypte Niklas Granholm, directeur adjoint de la recherche à l'Agence suédoise de recherche pour la défense.

 
S'il accentue l'intérêt stratégique de la région, le changement climatique pourrait aussi affecter les modes d'opération des troupes confrontées à des conditions météo plus difficilement prévisibles. "Les hivers ne sont plus ce qu'ils étaient et les conditions opérationnelles et tactiques peuvent donc varier", souligne l'expert. Les lacs ou les tourbières ne gèlent par exemple plus toujours suffisamment pour supporter le passage de véhicules militaires.
Dans les forêts environnantes de Boden, le lieutenant-colonel Morgan Gustafsson, chef du centre suédois de combat subarctique, observe ses troupes manoeuvrer. Chez les Rangers depuis 1986, l'officier dont la barbe grise se confond avec la tenue de camouflage a vécu aux premières loges les changements de la doctrine de défense suédoise. Mais pour lui, le combat dans ces contrées immenses repose plus que tout sur la maîtrise des fondamentaux: "On commence avec les choses les plus essentielles --comment changer vos chaussettes, rester sec, quoi manger, quoi boire-- et puis, on passe aux armes, aux skis, aux raquettes de montagne et aux motoneiges".

Catégories: Défense

Rencontre du 3e type en Atlantique Nord: Strike Warrior s'allie à Ragnar Viking

mer, 19/05/2021 - 09:00

Quand le HMS Queen Elizabeth rencontre l'USS Iwo Jima... Lundi 17 mai, deux flottilles ont convergé en plein Atlantique Nord pour une séance photo assez spectaculaire (photos US Navy).

Ces bâtiments participent à deux exercices: l'un américain, l'exercice Ragnar Viking, l'autre britannique, l'exercice Strike Warrior.

L'exercice Strike Warrior rassemble une vingtaine de bâtiments et 84 aéronefs de 11 nations. Cet exercice constitue une répétition pour le GAN britannique (le Carrier Strike Group du porte-avions HMS Queen Elizabeth) avant son premier déploiement opérationnel en Méditerranée, dans l'océan Indien et en Asie.

Parmi les navires étrangers engagés dans Strike Warrior figurent deux frégates norvégiennes (les HNoMS Sjkold, et HNoMS Otto Sverdrup) et la FREMM Bretagne.

Cette FREMM Bretagne dont Brest est le port d'attache, a participé à Strike Warrior du 7 au 14 mai.

Son sistership la FREMM Normandie a, elle, rejoint le dispositif Ragnar Viking du 14 au 20 mai; enfin, elle sera de Steadfast Defender du 21 au 24 mai. 

Côté US, dans le cadre de Ragnar Viking, l'IWOARG (Iwo Jima Amphibious Ready Group) est composé des USS Iwo Jima (LHD 7), USS Carter Hall (LSD 50), et de l'USS San Antonio (LPD 17). Ils sont accompagnés par les USS New Mexico, USS Ross et USS Arleigh Burke. Ces bâtiments manoeuvreront au large de la Norvège et dans la Baltique.

Ces navires américains transportent une force amphibie de l'USMC, la 24th Marine Expeditionary Unit (MEU) forte de 2200 hommes. Deux escadrilles d'hélicoptères sont aussi engagées dans cette manoeuvre d'envergure:

 

Catégories: Défense

Pour se moderniser, le ministère des Armées prêt à payer 50 millions d'euros pour des conseils

mar, 18/05/2021 - 10:59

Pour réussir sa transformation, le ministère des Armées a lancé 17 chantiers dont la mise en œuvre s’appuie sur les leviers de l’innovation, de la transformation numérique, de la simplification et de la déconcentration avec, dans certains domaines, le développement de l’externalisation (comme le précise un appel d'offres du 14 mai).

La modernisation en cours vise à satisfaire les objectifs suivants :
- "maintenir l'effort de défense tout en recherchant une meilleure efficacité à moindre coût et en répartissant mieux les moyens" ;
- "rationaliser et optimiser le fonctionnement du ministère pour gagner en efficacité, redéployer des moyens au profit des domaines en tension, améliorer la qualité de vie au travail des agents et gagner en attractivité" ;
- "dégager des marges de manœuvre budgétaires pour adapter les capacités militaires, notamment les équipements, garantir les normes d'activités et d'entrainement et poursuivre l'amélioration de la condition du personnel civil et militaire";

En 2021, "la plupart de ces projets sont dans une phase bien avancée, mais certains peuvent toutefois nécessiter une assistance ponctuelle aux fins de réalisation d’études et d’audits ou de soutien au déploiement", estime le ministère des Armées. C'est pourquoi il cherche à faire épauler sa réflexion pendant les quatre phases du processus de modernisation: stratégie, pilotage de projet, cadrage et accompagnement: 

Il envisage donc de passer un accord cadre portant sur "la réalisation de prestations de conseil au profit des organismes et services du ministère des armées et des établissements publics dans les domaines suivants" :
LOT 1 : Accompagnement en vue d’une prise de décision stratégique, évaluation de la performance et de la mise en œuvre des politiques publiques 
LOT 2 : Conseil à la définition de la stratégie et du cadrage de projet dans le cadre de la transformation du ministère des armées
LOT 3 : Conseil pour le pilotage de projet et l’accompagnement à la conduite de changement dans le cadre de la transformation du ministère des armées
LOT 4 : Conseil en ressources humaines
LOT 5 : Conseil juridique
LOT 6 : Prestation financière d’Assistance à maîtrise d’ouvrage (AMOA)
LOT 7 : Conseil en gestion financière, comptable et budgétaire
LOT 8 : Conseil dans le domaine de la santé
LOT 9 : Conseil en matière de R2HL (restauration, hôtellerie, hébergement, loisirs)
LOT 10 : Conseil dans le domaine du soutien (hors logistique)
LOT 11 : Conseil dans le domaine de la chaîne logistique, du maintien en condition opérationnelle (MCO)
LOT 12 : Conseil dans le domaine de la chaîne logistique, du maintien en condition opérationnelle (MCO) requérant une habilitation « confidentiel défense »
LOT 13 : Conseil en matière de droits individuels, frais de déplacements et politique de voyage
LOT 14 : Assistance à maîtrise d’ouvrage dont le montant estimé est inférieur à 50 K€ HT

La valeur totale estimée de cet accord cadre est de 50 millions d'euros.

Catégories: Défense

OMP Solutions poursuit l'équipement des forces camerounaises destinées à la Minusca

mar, 18/05/2021 - 10:03

L'ESSD française OMP Solutions poursuit ses activités au Cameroun (photos OMP Solutions).

Le 11 mai, sur la base aérienne 201 de Douala, a eu lieu une cérémonie de réception du matériel militaire acquis par le gouvernement camerounais, au profit de son contingent déployé au sein de la Minusca, la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations-Unies pour la Stabilisation de la Centrafrique. 

Le matériel livré constitue près de 70% de la livraison totale. Il comprend 9 véhicules blindés de type Bastion, 43 pick-up Toyota, 35 remorques, des générateurs électriques et plusieurs conteneurs de matériels de logistique et de maintenance. 

Selon le général Dominique Trinquand, d'OMP Solutions, "au total, lorsque la manœuvre logistique aura pris fin, ce ne seront pas moins de 110 conteneurs qui auront été livrés, 43 véhicules légers de type Toyota pick-up, 60 poids lourds, 72 remorques spécialisées en traitement de l’eau – sanitaire – cuisine – groupe électrogène, et 33 blindés Bastion".  Tout ce matériel est destinée au bataillon de Bossangoa et aux deux unités de police à Bangui et à Bouar, en Centrafrique.

On se souviendra qu'en fin d'année 2020, la Commerzbank AG allemande a ouvert une ligne de crédit de 58 millions de dollars, pour permettre au Cameroun de renforcer son contingent déployé en RCA. Un décret du chef de l’Etat camerounais Paul Biya avait autorisé, le 29 septembre, le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire à signer avec Commerzbank un accord de prêt "pour le renouvellement du partenariat avec le groupement OMP Solutions".

En effet, il s'agit bien d'un renouvellement puisque OMP travaille au profit des forces armées du Cameroun depuis novembre 2014 (voir mon post ici), "date de signature du premier contrat de fourniture d’équipements et de services pour la participation à la Minusca qui a été renouvelé le 21 janvier 2020", précise le général Dominique Trinquand.

 

Catégories: Défense

Au sommaire de Marines & Forces navales de juin

mar, 18/05/2021 - 08:55

Marines & Forces navales de juin sera en kiosques le 1er juin.

À la une de ce n°193 : le porte-avions Cavour désormais qualifié pour mettre en œuvre le futur avion de combat F-35B Lightning II de la marine italienne.

Également au sommaire :
- les BSAM, bâtiments de soutien et d’assistance métropolitains, font leurs preuves ;
- l’action de l’Etat en mer à la française : plusieurs services sous l’autorité d’un préfet maritime ;
- le programme chinois « Océan transparent » associe drones et intelligence artificielle au service de la science et de la défense ;
- et le navire-hôpital Arche de la paix, outil de la soft-power de Pékin.

Catégories: Défense

Pages