Vous êtes ici

Défense

Takuba: ça va démarrer modestement

Blog Secret Défense - dim, 14/06/2020 - 08:09
Au Sahel, cette force européenne doit accompagner l’armée malienne au combat. Trois pays (Estonie, Suède, Republique Tchèque) vont envoyer des troupes. (Actualisé)
Catégories: Défense

Un sous marin d’attaque en feu dans la rade de Toulon

Bruxelles2 - ven, 12/06/2020 - 19:10

(B2) Fait peu commun, mais craint de tous les marins, un incendie s’est déclaré ce vendredi matin (12 juin) à bord d’un sous marin nucléaire d’attaque français, le SNA Perle

Un incendie en pleine matinée

Il était 10h35, selon la préfecture maritime de la zone Sud, quand « un incendie s’est déclaré en zone avant du sous-marin nucléaire d’attaque, au bassin en zone Missiessy ». Le S-606 (son numéro de coque) était alors en phase d’entretien et de réparation à la base maritime de Toulon (1). « Le sous-marin a été évacué. Il n’y a pas de blessés. » Un incendie majeur. Il était toujours en cours en fin d’après-midi. Les équipes spécialisées « continuent à lutter contre le sinistre afin de le circonscrire », indique un second communiqué de la préfecture parvenu à B2 à 17 heures.

Tous les moyens mobilisés

Tous les moyens disponibles ont été mobilisés. Les marins-pompiers de la base navale de Toulon ont déployé un bateau-pompe qui alimente toutes les manches à incendie. Les pompiers du SDIS 83 (service départemental d’incendie et de secours du Var) et le bataillon de marins-pompiers (BMP) de Marseille (une trentaine de pompiers et 11 véhicules spécialisés) ont été appelés en renfort. Tandis qu’une dizaine de marins de l’escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque (ESNA) apporte un soutien technique aux marins-pompiers intervenant à bord, notamment avec la mise en place « de moyens d’alimentation en eau et accompagnement dans le sous-marin des marins-pompiers intervenant à bord ». Quant aux équipages des autres sous-marins et de l’école de navigation sous-marine et des bâtiments à propulsion nucléaire (ENSM-BPN), ils assurent « les moyens de protection depuis le quai et constituent un réservoir de forces d’intervention ».

Pas de risque nucléaire

Précision importante venue de la préfecture maritime : « Il n’y a aucun combustible nucléaire à bord, celui-ci ayant été retiré dans le cadre de l’arrêt technique. Il n’y a pas d’armes (missile, torpille, munitions), ni de batteries à bord ». Les fumées qui s’échappent « ne sont pas radioactives ». Et de préciser que la France dispose « de balises, sur tout le territoire, capables de détecter toute anomalie de radioactivité ». Au cas où….

Doutes sur l’avenir du sous-marin

L’incendie à bord du sous-marin a été éteint dans la nuit de vendredi à samedi 0h50, après plus de 14 heures d’incendie, selon un communiqué de la marine nationale. Ce qui laisse mal augurer de la suite. Vu l’ampleur et la durée de l’incendie, on peut avoir quelques doutes.

(NGV)

  1. Le sous marin de la classe Rubis était en arrêt technique, depuis le 13 janvier dernier. Interruption prévue pour entretien et réparations (IPER dans le jargon marin).

Cet article Un sous marin d’attaque en feu dans la rade de Toulon est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe politique.

Catégories: Défense

Un cargo sous escorte turque soupçonné de violer l’embargo sur les armes (v3)

Bruxelles2 - jeu, 11/06/2020 - 16:20

(B2) Un cargo soupçonné de transporter des armes vers la Libye est surveillé de près par l’opération européenne EUNAVFOR Med Irini

Accompagné par la marine turque

Le Cirkin, un navire marchand turc battant pavillon tanzanien a été détecté mercredi (10 juin), au sud-ouest de la Crète, se dirigeant vers la Libye. De forts soupçons pèsent sur le fait que le Cirkin n’effectue pas un transport tout à fait ordinaire, mais qu’il transporte des armes illégales. Ce cargo était parti de Istanbul, en Turquie, avec une halte à Haydapasa, un port du Bosphore, le 2 juin. Mais, en haute mer, il ne naviguait pas comme n’importe quel navire marchand. Il était accompagné, de près et de loin, par au moins trois frégates de la marine turque. Sans compter un aviation de chasse qui ne trainait pas loin.

Un contrôle sans succès

L’hélicoptère de la frégate grecque Spetsai (1) a alors reçu l’ordre du commandant de l’opération EUNAVFOR Med Irini de décoller pour contrôler le navire. Procédure normale en cas de soupçon sur un navire. Le capitaine et l’équipage du navire marchand n’ont pas répondu aux appels d’inspection de l’hélicoptère. Ce sont les Turcs qui ont répondu, indiquant que le navire était sous « protection de la République turque », selon la télévision grecque AN1 Tv. L’hélicoptère est revenu alors à bord de la frégate. Le Spetsai a cependant reçu l’ordre de suivre le navire à distance.

Information confirmée du côté européen

Selon un officiel européen, dont les propos ont été recueillis directement par B2, les ‘gars’ de l’opération Irini ont « suivi la procédure habituelle ». Ils ont tenté de héler le navire suspect. Un appel destiné à « identifier le navire : afin de vérifier avec lui d’où il vient, quel est son point de départ, sa destination et la nature des marchandises et des biens à bord ». Procédure utilisée en effet « quand il y a de possibles soupçons » et permettant ensuite de « prendre des mesures et mener une inspection ». Mais « les Turcs ont répondu que [la procédure] ne pouvait pas continuer ».

Un refus turc avéré

De fait, la procédure s’est arrêtée car, pour mener l’inspection, quand il existe un État du pavillon, il faut « obtenir le consentement de l’État du pavillon » (NB : quand celui-ci est affiché clairement ou qu’il n’y a pas de soupçon qu’il y a fraude). Autorisation qui n’a pas été obtenue apparemment. Mais surtout, les Turcs ont donné une explication au refus d’inspection. Les Européens affirment « être en contact avec eux pour vérifier et comprendre les raisons de la réponse négative que l’opération a reçue ».

Bien arrivé à destination en Libye

Le cargo est finalement arrivé à sa destination à Misrata (Libye) jeudi (11 juin) vers 10h selon les données de son AIS, consultées par B2, sur les sites de suivi maritime. Et il y a déchargé sa marchandise, qui ne ressemblait pas tout à fait aux dires des Turcs de « matériel médical ».

Commentaire : un cas d’école prévu d’avance, véritable test pour l’Union européenne 

Les Turcs sont parfaitement dans leur droit. Même s’ils agissent ainsi au vu et au su de tout le monde, avec une mauvaise foi patente. C’est la stricte application du droit de la mer. Tout navire opérant une mission de service public ne peut être inspecté par un navire de guerre.

Cet argument avait d’ailleurs déjà été utilisé en son temps par le gouvernement de Tripoli pour protéger ses navires d’une incursion trop précise des navires de l’opération Sophia (2), arguant de l’immunité internationale (3). Cette hypothèse était très probable et envisagée dès le début de l’opération Irini. C’est un vrai test pour l’Union européenne de sa capacité à imposer les règles internationales d’embargo.

Selon nos informations, la question turque pourrait être évoquée lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de lundi (15 juin) dans les points d’actualité. Au départ, c’était davantage lié à l’action du gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan dans les forages au large de l’île de Chypre. Cet épisode rajoute un dossier de plus dans des relations compliquées entre Bruxelles et Ankara.

Cela pose également un sérieux problème du côté de l’Alliance atlantique. Qu’un Allié viole ouvertement, par la force militaire, un embargo décrété par les Nations unies, est plutôt gênant. Qu’un autre Allié tente de le contrôler sans succès, est plutôt un sérieux coup à la solidarité de l’alliance.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi : Le Cirkin n’en était pas à son coup d’essai. Un navire français illuminé au radar

  1. Le Spetsai est pour l’instant le seul navire actif dans l’opération. Le San Giorgio, qui sera le navire amiral, devrait le rejoindre bientôt. Mais il était encore à quai hier.
  2. Lire : Le gouvernement libyen contourne l’embargo sur les armes. Avec l’assentiment de Sophia ?
  3. Lire : L’affaire du Lufy : un trafic d’armes intralibyen ? un problème européen ?

Article mis à jour jeudi 11 juin dans la nuit (arrivée du navire en Libye), vendredi 12 juin (explications européennes, note supplémentaire sur l’affaire du Lufy, commentaire OTAN) et 17 juin sur le ‘Lire aussi’

Cet article Un cargo sous escorte turque soupçonné de violer l’embargo sur les armes (v3) est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe politique.

Catégories: Défense

François Cornut-Gentille : « La crise remettra en cause la Loi de programmation militaire »

Blog Secret Défense - mer, 10/06/2020 - 13:13
Rapporteur du budget, le député LR de la Haute-Marne proteste contre le traitement du Parlement par l’Exécutif.
Catégories: Défense

#PlanAéro : l’écologie passe avant la défense

Blog Secret Défense - mer, 10/06/2020 - 10:21
Le gouvernement a présenté hier un plan de soutien à l’industrie aéronautique française.
Catégories: Défense

La communication des armées françaises sur la sellette

Bruxelles2 - mer, 10/06/2020 - 09:43

(B2) Entre les armées françaises, dirigées par Florence Parly, et les journalistes, le fossé se creuse. La communication du ministère mise en cause

La communication lors de la pandémie de coronavirus a été souvent erratique, quand elle n’était pas incomplète et tardive – retour du groupe aérien embarqué du Charles de Gaulle (crédit : DICOD)

L’information du public dévoyée

L’association des journalistes de la Défense (AJD), (dont fait partie B2) a décidé de publier une lettre ouverte, la seconde en quelques semaines. Ce que demandent les journalistes au ministère est simple : donner de l’information au public, de façon claire, honnête et rapide.

Des dysfonctionnements révélateurs

Les dysfonctionnements sont nombreux : absence de réponse à temps, sélection arbitraire des journalistes, pression exercée quand l’article (ou la question) déplait, mensonges (délibérés) ou non des communicants…

Une volonté politique

Ce n’est pas un problème, ici, de savoir-faire. L’armée et le ministre en sont bien dotés. Et la plupart sont (très) compétents. Il s’agit ici bel et bien d’une volonté politique de tromper le public par l’intermédiaire des journalistes. Soyons clairs on est plus proches de la désinformation.  L’affaire de la contamination au Covid-19 du personnel du porte-avions Charles-de-Gaulle n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Et un manque de courage

Une réunion de ‘conciliation’ devait avoir lieu mardi (9 juin). Elle a échoué. Le conseiller communication de la ministre (Grégoire Devaux), a choisi de bouder la rencontre. Ce qui n’est pas pour nous étonner. Le communicant est plus prompt à donner des bons points et mauvais points et pratiquer la censure qu’à faire son travail. Courage fuyons…

L’Europe en bandoulière

Pour notre part, nous avons toujours été très étonnés du manque de disponibilité de la ministre française des Armées lors des réunions des ministres de la Défense, que ce soit au niveau de l’Union européenne ou de l’OTAN. La ministre est toujours ‘pressée’. Pourtant, l’Europe de la défense est une priorité officielle. Pour avoir une explication aux décisions prises ou aux rares communiqués de presse (vantant la politique ministérielle), il faut s’accrocher. Concrètement, il est plus facile aujourd’hui d’aborder un ministre de n’importe quel pays (USA y compris) qu’un ministre français inatteignable.

Un fait qui a son importance

Précisons que l’AJD n’a pour habitude de porter ce genre de débat sur la place publique. Ses membres sont plutôt ‘discrets’ et ‘disciplinés’, comme le veut le secteur qu’ils couvrent. Et s’il y a explication, elle se passe, en général, portes fermées. Cette prise à témoin publique — la première depuis la création de l’association de 1979 —, ne devrait donc pas être négligée, comme elle l’est actuellement. Elle doit être traitée avec sérieux, et au plus haut niveau, jusqu’au cabinet du Président de la République (Emmanuel Macron), puisque le cabinet de la ministre de la Défense (Florence Parly) semble considérer que c’est une peccadille.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Télécharger la première lettre du 7 mai et la seconde lettre du 9 juin

Cet article La communication des armées françaises sur la sellette est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe politique.

Catégories: Défense

Comment choisir le meilleur gilet tactique ?

Aumilitaire.com - mar, 09/06/2020 - 19:20
Pour les policiers, les gendarmes ou les soldats, porter une tenue appropriée est primordial pour garantir agilité et souplesse en intervention. Quand on parle d’équipement de travail, la première chose à laquelle on pense est le gilet tactique.Très tendance depuis quelques temps, ces gilets sont désormais proposés par une multitude de marques, ce qui laisse […]
Catégories: Défense

Pas d’université d’été de la Défense à la rentrée

Blog Secret Défense - mar, 09/06/2020 - 13:47
Sylvain Fort, l’ancienne plume de Macron, s’occupe de la relance des UED.
Catégories: Défense

Journalistes de défense : le malaise s’accroît

Blog Secret Défense - mar, 09/06/2020 - 12:52
Une nouvelle lettre ouverte de l’Association des journalistes de défense (AJD)
Catégories: Défense

Les ambulances privées d’EUMM Georgia sèment la confusion

Bruxelles2 - lun, 08/06/2020 - 11:00

(B2) La mission d’observation sur la ligne de contact entre l’Ossétie du Sud et d’Abkhazie (EUMM Georgia) a opposé un vigoureux démenti aux « fausses affirmations » circulant en Ossétie du Sud sur la présence de véhicules privés accompagnant ses observateurs.

Le véhicule de soutien médical privé (private.ge) qui accompagne les observateurs sur la ligne de démarcation ossète le 24 avril (crédit : Sputnik)

Une désinformation des médias ossètes

Tout est parti de médias russes (Sputnik Ossetia notamment) et ossètes (la chaine gouvernementale PEC) qui relaient une déclaration du comité de sécurité du gouvernement d’Ossétie du Sud, publiée mercredi (20 mai). « Il y a quelques jours [les 24 et 26 avril], sur une section de la frontière sud-géorgienne-géorgienne à proximité du village d’Uista (district de Znaursky en Ossétie du Sud) », les garde-frontières du KGB RSO ont « enregistré l’apparition non autorisée de la voiture de la clinique médicale géorgienne ‘Private’. Le véhicule était accompagné de deux voitures de patrouille de la mission de surveillance de l’UE en Géorgie (EUMM). Ce qui a permis aux médecins géorgiens de se déplacer secrètement vers la frontière de l’État ». Une manière « de collecter sur place des éléments biologiques, destinés à être utilisés dans le laboratoire de recherche de la santé ‘Richard Lugar’ » affirment les services secrets ossètes. NB : Un centre de recherche mis en place et financé par les États-Unis, au départ, mais qui dépend aujourd’hui de l’administration nationale géorgienne de contrôle des maladies et de santé publique (NCDC).

Des ambulances bien présentes

En fait, ce n’étaient pas les observateurs d’EUMM qui accompagnaient le véhicule médical, mais le contraire. Depuis (presque) le début de la mission, les observateurs européens sont accompagnés par un véhicule médicalisé. Service assuré par un opérateur privé géorgien. Un de ces ambulanciers est d’ailleurs décédé en 2009 lors d’une explosion (lire : Géorgie: une mine explose au passage d’un véhicule des observateurs de l’UE. Bilan: 1 mort).

Sans prélèvement d’échantillon

L’ambulance était « bien visible » et siglée, précise-t-on au QG de la mission à Tbilissi. Il n’y a « pas eu de mouvement secret. La patrouille s’est déroulée comme prévu. Il n’y a eu aucun contact avec des personnes. Il n’y a eu aucun prélèvement d’échantillons et il n’y a eu aucune intention de le faire ».

Un service assuré au vu et au su de tous

« Toutes les parties, notamment ceux d’Ossétie du Sud, sont bien au courant de ces faits, comme cela a été expliqué via la ligne téléphonique d’urgence (hotline) les 26 et 27 avril », précise-t-on au siège de la mission à Tbilissi. Et cela a été régulièrement le cas. « Depuis de nombreuses années déjà, par exemple lors des réunions du mécanisme de prévention et de réponse aux incidents (IPRM) dès 2014 », cette présence a été expliquée.

Un soutien médical nécessaire

Ce soutien médical permet « d’apporter rapidement l’aide nécessaire en cas de besoin, comme un accident de voiture. C’est particulièrement important dans les régions éloignées où il est difficile d’obtenir une aide médicale rapide ,» rappelle-t-on à EUMM Georgia. « EUMM est une mission d’observation, avec des patrouilles quotidiennes, y compris pendant la pandémie de de Covid-19. Notre approche est tout à fait impartiale. »

Commentaire : le recours au privé problématique en cas de crise

Faute de proposition d’un État membre, les responsables européens recourent à des services privés, dans les missions civiles (souvent), comme dans les opérations et missions militaires (parfois), pour assurer certaines fonctions essentielles opérationnelles (1). Pratique et souple, ce n’est pas sans susciter des difficultés cependant, en particulier en cas de crise.

L’affaire géorgienne le prouve : les adversaires de la mission ont trouvé là une brèche facile à exploiter. L’emploi d’un contractant géorgien qui a pu travaillé pour d’autres employeurs est source de confusion importante, surtout dans une mission aussi sensible que celle d’EUMM Georgia, sur une ligne de front figée au plan militaire, mais toujours active au plan politique.

Plus récemment, le contrat d’assistance signé pour certaines missions civiles en Afrique a posé question. La direction du service diplomatique européen (SEAE) s’est rendue compte que le service était inopérant. Avec l’interdiction de déplacement et les aéroports bloqués (sauf aux transports militaires), les ‘privés’ se révélaient incapables d’agir pour évacuer des patients atteints (2).

En 2009, lors de l’opération militaire au Tchad, les Irlandais avaient aussi testé la location d’hélicoptères privés. Un service qui s’est révélé très vite inopérant (3). Il s’en étaient mordus les doigts. « Heureusement que les Russes étaient là pour prendre le relais » confiait à l’époque un officier de l’opération.

Pour être juste, précisons que l’emploi de ‘privés’ dans l’opération est aussi parfois une réussite comme les pilotes et avions de surveillance affrétés par le Luxembourg tout d’abord pour l’opération de lutte anti-piraterie (EUNAVFOR Atalanta), ensuite pour l’opération maritime en Méditerranée (EUNAVFOR Med Sophia et Irini) (4).

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Je ne parle pas ici des fonctions logistiques arrières (nourriture, nettoyage…) assurée quasi systématiquement par des opérateurs privés
  2. Lire : Des missions civiles de la PSDC qui peinent à fonctionner
  3. Lire : Hélicoptères Irl. pas homologués, « défaut de contrôle » dit un rapport et Deux hélicoptères irlandais interdits de mission ?
  4. Lire : Les avions luxembourgeois aux Seychelles: des privés « bien utiles ! »

Cet article Les ambulances privées d’EUMM Georgia sèment la confusion est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe politique.

Catégories: Défense

Dernières nouvelles des missions et opérations de maintien de la paix de l’UE – PSDC (mai 2020)

Bruxelles2 - dim, 07/06/2020 - 09:30

(B2) Des réunions de planification, d’échanges d’informations, des rotations de force, des expertises. Les opérations et missions de la PSDC sont en mode ‘lent’, mais tentent de maintenir le contact

Djibouti. Passation de commandement sans cérémonie en Somalie

Le contre-amiral Ignacio Villanueva, a pris le commandement de la force militaire de lutte contre la piraterie dans l’Océan indien (EUNAVFOR Atalanta). Une rotation peu ordinaire. La « première effectuée avec succès pendant la pandémie Covid-19 », mais sans cérémonie, et pour laquelle il est devenu « sans le vouloir le premier commandant de force immunisé sur le théâtre ». Détails ici

(crédit : EUNAVFOR Somalia)

Pristina (Kosovo). Recherche des disparus, un travail de longue haleine

311 personnes disparues ont été identifiées depuis plus de dix ans qu’a commencé la mission ‘état de droit’ de l’UE au Kosovo (EULEX Kosovo). Un travail minutieux, lent mais nécessaire. Des centaines de personnes sont toujours portées disparues suite au conflit armé. C’est « un processus douloureux, compliqué et long », explique le chef d’EULEX, Lars-Gunnar Wigemark, dans une interview à l’agence Associated Press. Détails ici

(crédit : Eulex Kosovo)

Ramallah (Palestine). L’impact inespéré du coronavirus sur le système judiciaire palestinien

Actuellement, en Cisjordanie, il n’est pas possible de soumettre des documents ou de tenir des audiences en ligne. La crise du Covid-19 pourrait être l’opportunité d’accélérer ce processus de numérisation. C’est ce que défend l’avocat Andres Moreno. Il a coordonné un rapport remis aux institutions judiciaires palestiniennes sur les mesures prises par les systèmes judiciaires en Europe et en Amérique du Nord pour répondre à la crise ; un rapport réalisé avec de nombreux conseillers de la mission civile de conseil et d’assistance à la police palestinienne (EUPOL COPPS). Détails ici

(crédit : EUPOL Copps)

Bamako (Mali). Échange d’informations entre forces 

Comme toutes les quatre semaines, la réunion de coordination opérationnelle (RCO) s’est tenue, mi mai. Organisée par les membres de la représentation permanente de l’opération Barkhane au Mali, elle mêle les représentants des Forces armées maliennes (FAMa), de la mission européenne de formation des forces armées au Mali (EUTM Mali), de Barkhane et de la mission de l’ONU (MINUSMA). Le but : échanger les informations sur la situation sécuritaire, les opérations en cours menées par les différents acteurs, les actions de formation de EUTM Mali et d’autres sujets d’intérêt commun. Détails ici

(crédit : EUTM Mali)

Niamey (Niger). Distribution de codes aux futurs professionnels

Les futurs commissaires et officiers de police judiciaire formés par la mission civile d’assistance aux forces de sécurité intérieure (EUCAP Sahel Niger) ont reçu un code pénal, un code de procédure pénale, et un manuel explicatif du code pénal et du code de procédure Pénale. Détails ici

(crédit : EUCAP Sahel Niger)

Bosnie-Herzégovine. L’exercice Quick Response 20 avant l’automne

Malgré le covid-19, l’exercice exercice annuel Quick Response 20 aura bien lieu cette année. Il se déroulera entre la fin août et début septembre 2020, dans différents lieux de Bosnie-Herzégovine. Des officiers ont participé à la conférence de planification, vendredi 29 mai, par vidéoconférence, depuis Naples et Rome en Italie, Mons en Belgique, Londres au Royaume-Uni et la KFOR à Pristina au Kosovo. Détails ici

Un Antonov pour transporter les véhicules de la mission (crédit : EUFOR Atlhea)

(information recueillies par Emmanuelle Stroesser)

NB : Pour tout connaitre ou réviser, n’hésitez pas à vous procurer notre ouvrage sur la PSDC

Lire sur l’opération EUNAVFOR Med Irini :

Et sur B2 Pro :

Cet article Dernières nouvelles des missions et opérations de maintien de la paix de l’UE – PSDC (mai 2020) est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe politique.

Catégories: Défense

Les inscriptions pour les préparations militaires Marine sont toujours ouvertes

Lignes de défense - sam, 06/06/2020 - 10:51

L’arrondissement maritime de la Manche et de la mer du Nord dispose de huit PMM réparties sur l’ensemble de l’arrondissement maritime (Cherbourg, Caen-Epron, Le Havre, Rouen, Amiens, Compiègne, Lille et Dunkerque). 

Pour s'inscrire ou en savoir plus, rendez-vous dans les centres d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA). Les inscriptions sont ouvertes tout l’été.

Les préparations militaires Marine (PMM) sont destinées aux jeunes filles et garçons âgés de 16 ans à 21 ans qui souhaitent découvrir la Marine nationale. Elles permettent à ceux qui souhaitent s’engager dans la Marine ou dans la réserve de mieux connaître les opportunités qui s’offrent à eux.

La PMM est une formation gratuite qui s’étend sur l’année scolaire à raison d’un weekend par mois et d’une semaine bloquée. Pendant cette période, les stagiaires de la PMM se familiarisent avec la vie en communauté et la découverte d’un environnement militaire. Ils reçoivent plusieurs formations dispensées par des instructeurs réservistes, volontaires de transmettre leur expérience et les valeurs de la Marine nationale à la jeune génération.

Composée d’une formation générale sur l’organisation et les missions de la Marine nationale et des armées mais également sur les enjeux de défense de la France et la réserve opérationnelle, la PMM est complétée par une formation militaire qui permet de connaître les différents grades, le maniement d’armes ou encore les défilés en participant à une cérémonie militaires. Les stagiaires de la PMM se préparent au diplôme de prévention et de secours civiques de niveau (PSC 1) et peuvent bénéficier d’une formation maritime pour apprendre la navigation.

La Marine étant un environnement où le maintien de la condition physique occupe une place importante, les stagiaires participent à des instructions sportives en groupe et développent ainsi leur esprit de cohésion et le goût de l’effort. Ces formations sont enrichies par au moins une période bloquée pour visiter des bâtiments de la Marine nationale et échanger avec des marins d’active sur leur quotidien, leurs missions et leurs parcours.

Catégories: Défense

NFM poursuit sa protection des soldats Français

Le mamouth (Blog) - ven, 05/06/2020 - 11:42
Malgré un contexte diplomatique peu porteur (1), la France renouvelle sa confiance au fabricant de
Plus d'infos »
Catégories: Défense

Comment faire parler de soi sans contact physique ?

Le mamouth (Blog) - ven, 05/06/2020 - 11:34
Comme expliqué ici, la COGES a décidé de créer un évènement B2B sur internet en septembre pour
Plus d'infos »
Catégories: Défense

Un Master Géopolitique-Geoint, à la rentrée, à Sorbonne Université

Lignes de défense - ven, 05/06/2020 - 10:26

Un master 2 Géopolitique-Information géographique numérique ouvrira à la rentrée 2020, à Sorbonne Université. Cette formation, l'une des première manifestation concrète de l’INTEL Campus de la DRM dans la volonté de s'ouvrir au monde universitaire, est portée par l’UFR de géographie en lien avec l’UFR d’histoire. Elle s’organise au sein du Master Géographie, Aménagement, Environnement, Développement (GAED).

Ce master démontre la richesse de la France aux croisements des secteurs académiques, de la défense et de la sécurité, ou industriels pour créer une culture commune dans un secteur de pointe. En effet, la pratique du renseignement, cloisonnée par nature, a, par pragmatisme, laissé les débats se tenir en milieux clos : entre experts. Or, cette formation permet de penser et d'enseigner le renseignement différemment afin de créer une culture de la pratique du renseignement géospatiale en France loin des logiques propriétaires pour faire en sorte que le renseignement se partage de façon efficace.

En effet, ce master a pour ambition de former des cadres dans le domaine de l’imagerie spatiale, la fusion de données géolocalisées et l’analyse géopolitique. Il a pour objectif d'apporter à ses étudiants au moins titulaires d’un Master 1 ou d’un niveau équivalent une méthode d’analyse des problèmes du monde contemporain qui constitue un savoir-faire pour l’aide à la décision. Il a vocation ainsi à former les futurs analystes spécialisés dans l’activité spécifique du Geoint (défini par fusion de données multi-sources et géolocalisées) au profit de différents ministères (Armées, Intérieur, MAE) et de différentes entreprises.

Ce Master de niveau 2e année diplômant propose une formation initiale ou professionnalisante : recherche, stage, apprentissage, formation continue (avec le Ministère des armées).

Les dossiers sont encore ouvert jusqu’au 15 juin : https://candidature.sorbonne-universite.fr/ [candidature.sorbonne-universite.fr] ou en septembre pour les candidats a la formation continue.

Cette formation continue est :
- orientée vers les métiers de l’analyse géopolitique et du traitement de l’information géographique numérique (géolocalisation)
- destinée à répondre aux besoins en analystes de la Défense, de la sécurité, du MAE et de l’Intelligence économique.
- spécialisée sur l’analyse de l’imagerie spatiale, de la cartographie, de la géopolitique et la fusion des informations géolocalisées sur des interfaces de visualisation.

Conditions d’admission Master 1. Une dispense de condition d’accès peut être accordée dans le cadre de la Validation des Acquis Personnels et Professionnels. La sélection des candidats se fait sur dossier par un jury souverain composé du responsable de la formation et de membres de l’équipe pédagogique.

Le dossier d’inscription doit contenir un curriculum vitae, une lettre de motivation et l’ensemble des documents attestant du parcours universitaire et professionnel du candidat. Un entretien peut être proposé.

Contact : Pr Philippe Boulanger
Philippe.Boulanger@sorbonne-universite.fr
Institut de géographie 191, rue Saint-Jacques 75005 Paris

Inscriptions : https://candidature.sorbonne-universite.fr/

Catégories: Défense

Pages