You are here

Bruxelles2 Blog

Subscribe to Bruxelles2 Blog feed Bruxelles2 Blog
Actualités. Réflexions. Reportages
Updated: 7 hours 47 min ago

La France se désengage de Tombouctou

Wed, 15/12/2021 - 05:05

(B2) Les manœuvres de désengagement de la France à Tombouctou sont achevées. C’est la dernière des trois bases, après Kidal et Tessalit, à être transférée aux forces armées partenaires, alors que la menace évolue « vers le sud et vers l’ouest ».

Une manœuvre logistique

Le transfert de la base de Tessalit aux forces armées maliennes a représenté « des manœuvres logistiques extrêmement complexes », explique-t-on à l’état-major des armées (EMA). Un désengagement réalisé par voies routière et aérienne, représentant plus 170 conteneurs et une dizaine de rotations d’avions de transport tactique. Le transfert progressif a débuté le 9 décembre, « sans aucune difficulté » assure l’EMA – contrairement aux incidents qui ont émaillé les précédents convois au mois de novembre.

L’évolution du dispositif

La « ré-articulation » de l’opération Barkhane se poursuit, ce sont environ 400 militaires qui ont été désengagés des bases de Kidal, Tessalit et Tombouctou. L’EMA indique que Barkhane se ré-organise selon deux axes : 1° la lutte contre les groupes armés terroristes, 2° la montée en puissance des armées partenaires ; et dans trois dimensions : coopération, partenariat de combat, réassurance. Exit donc les « combats directs » contre les groupes armés terroristes et priorité à un « effort dans la durée par la force internationale », la task-force Takuba pour ne pas la nommer.

Place à la coopération internationale

L’état-major des armées le martèle : « la France reste engagée dans la lutte contre les groupes armés terroristes avec les forces armées maliennes, en étroite collaboration avec les alliés européens et américains ». « On attend beaucoup de Barkhane, dont faire disparaître la menace terroriste, mais la force Barkhane ne peut pas faire disparaître seule les racines. » Il est donc nécessaire de déployer « un effort dans la durée » par la force internationale, l’Union européenne « en première ligne ».

(Helen Chachaty)

Lire aussi :

Cet article La France se désengage de Tombouctou est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Face à Wagner en Centrafrique, l’Europe se retire. Russie : 1 point

Tue, 14/12/2021 - 23:38

(B2) La situation en Centrafrique est tendue. Et les deux missions que l’Union européenne a dans le pays ont réduit la voilure. La mission de formation EUTM RCA est quasiment à l’arrêt. Et celle chargée du conseil sur la sécurité intérieure (EUAM) pourrait l’être bientôt.

La présence de soldats français et centrafricains côte à côte, pour la formation, c’est peut-être terminé (Photo : EUTM RCA – formation transmissions d’octobre 2021 – archives B2)

La prise de contrôle par les hommes du groupe Wagner sur place est réelle. Et le rapport du service diplomatique européen qui a fuité dernièrement n’est qu’un avatar public de la réalité sur le terrain.

Une prise de contrôle des Wagner

Selon nos éléments, non seulement les Russes reprennent la formation des bataillons centrafricains, une fois ceux-ci formés par les Européens. Mais ils interagissent bien davantage. Ils sont ainsi présents sur le camp Kassai de formation de l’armée centrafricaine où sont présents les Européens. Et ils ont pris le contrôle, intrinsèque, des forces centrafricaines. L’ultimatum lancé par les Européens aux Russes de Wagner de quitter le camp Kassai à Bangui n’a pas eu d’effet.

Des Centrafricains qui n’écoutent plus les conseils européens

Les soldats centrafricains qui, il y a quelques années, étaient tout disposés à recevoir l’enseignement de leurs homologues européens semblent aujourd’hui pour le moins rétifs. L’hypothèse d’une attaque interne n’est plus de la pure théorie. Dernier facteur : le gouvernement centrafricain ne semblerait plus aussi disposé à fournir les effectifs qui doivent être formés aux Européens.

Une fin de mission qui ne dit pas son nom

Les Européens ont donc décidé de se retirer (lire : La présence russe et du groupe Wagner menace l’avenir des missions PSDC (EUTM, EUAM)). Selon nos informations, environ 70 formateurs ont ainsi quitté la mission récemment — ou leur remplacement n’est pas intervenu, ce qui revient au même. Le poste de Bouar, inauguré en grande pompe, serait ainsi abandonné. La mission va se recentrer « uniquement sur le conseil stratégique » comme l’a confirmé à B2 une source militaire. Ce « jusqu’à nouvel ordre ». Autrement dit… pas grand chose. Une manière de masquer en fait un semi-départ.

Une tenaille infernale

Cette décision, politique, a été prise par les ambassadeurs des 27. Les militaires l’exécutent la mort dans l’âme. La mission de formation EUTM a été mise en place, avec maints efforts, notamment de la France en particulier. Les Européens ont beaucoup investi. Mais ils sont pris aujourd’hui dans une tenaille infernable.

Eux ou nous ?

Les Européens sont en fait coincés. Soit ils restent et avalisent de fait la présence des Wagner. Soit ils posent ouvertement la question au gouvernement africain. Eux ou Nous ? Un vrai pari. Il n’est pas sûr que le gouvernement de Bangui choisisse les Européens… ou choisisse tout court.

NB : L’arrivée d’un général belge sur place, pour prendre la relève du Français Jacques Langlade de Montgros, pourrait être compromise.Le choix doit encore être validé, apparemment…

Commentaire : la bataille perdue de la force et du verbe

Repli tactique ou défaite stratégique… ? Seul l’avenir le dira. Ce qui est certain, c’est qu’avec cette décision, prise en stoemeling (comme diraient les Belges), c’est-à-dire à la dérobée, la France et l’Europe signent là un aveu de faiblesse.

Le choix de la discrétion

Les Européens sont en passe de perdre une autre bataille : celle de l’information. Au lieu de taper ouvertement du poing sur la table, de faire de cette décision de retrait un atout, les Européens ont choisi la discrétion. C’est-à-dire le mutisme (1). Ce qu’il y a de pire aujourd’hui sur le champ de bataille.

Mieux vaut informer que lutter contre la désinformation

Ne pas informer, à temps, de façon aussi complète que possible, c’est ouvrir un boulevard à l’adversaire. Les Européens et Français qui n’ont que ces mots à la bouche — « lutter contre la désinformation » et « communication stratégique » — ont, en renonçant à informer, donné à leurs adversaires leurs plus belles cartes.

Pour la Russie, la Centrafrique est gagnée… la suite à venir

Le résultat est là : les Russes ont gagné la première manche en Centrafrique. Ils peuvent dorénavant passer à la suite : au Sahel, le Burkina Faso ou le Niger (deux pays tout aussi fragiles que le Mali) et en Europe, la Bosnie-Herzégovine, le maillon faible des Européens dans les Balkans.L’objectif stratégique de Moscou est clair : faire reculer chaque fois la présence européenne, politique ou militaire. Ce par la force et le verbe !

Une défaite française, une déroute européenne

Jusqu’ici les Européens n’avaient pas vraiment la force, ils viennent de perdre le verbe. Dommage, vraiment dommage. Pour la présidence française de l’Union européenne qui commence, cette déroute en rase campagne augure mal de la suite au Sahel.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Ce n’est pas faute d’avoir sollicité la mission. En dernier lieu, lors de son passage à Bruxelles, durant plusieurs jours, nous avions proposé au général commandant la force, Jacques Langlade de Montgros, de le rencontrer, en OFF ou en ON. La réponse du Français a été lapidaire : « pas le temps ».

Cet article Face à Wagner en Centrafrique, l’Europe se retire. Russie : 1 point est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

La Macédoine du Nord rejoint la police du ciel de l’OTAN

Mon, 13/12/2021 - 17:39

(B2) C’est la Grèce qui va assurer les missions de surveillance et d’alerte de son voisin macédonien. Tout un symbole entre deux pays qui se sont chamaillé sur l’héritage historique. Deux ans et demi après l’intégration à l’Alliance du petit pays des Balkans.

(Photo : Mass Communication Specialist 1st Class Brett Dodge)

Une cérémonie pour sceller la coopération

La cérémonie marquant l’intégration de la Macédoine du Nord s’est tenue le 9 décembre sur l’aéroport de Skopje, en présence de la ministre macédonienne de la Défense Radmila Shekerinska Jankovska, du général Fernando De La Cruz, commandant du centre multinational des opérations aériennes de Torrejón (Espagne) de l’OTAN et du général Themistokles Bourolias, à la tête des forces aériennes tactiques grecques. Deux F-16 grecs ont simulé l’interception d’un Learjet macédonien, puis l’ont escorté jusqu’à son atterrissage à l’aéroport. Un avion-radar AWACS de l’OTAN a également survolé l’aéroport pour l’occasion.

La Grèce protège le ciel macédonien

À proximité immédiate avec la Macédoine du Nord, c’est la Grèce qui assurera la protection de l’espace aérien de son voisin – malgré la querelle diplomatique qui a opposé les deux pays durant presque trois décennies sur le nom de l’ancienne république yougoslave. Les avions grecs seront prêts à décoller sur alerte en cas de violation de l’espace aérien macédonien, d’activité aérienne suspecte ou non conforme aux règles du trafic aérien.

(Helen Chachaty)

Lire aussi : A Malbork les F-16 belges veillent

Cet article La Macédoine du Nord rejoint la police du ciel de l’OTAN est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Trois avions français interceptés en mer du Nord par des avions russes

Fri, 10/12/2021 - 16:33

(B2) Un Rafale, un Mirage 2000 et un A330 MRTT ont été interceptés à deux reprises par des Su-27 russes au-dessus de la mer Noire, les 8 et 9 décembre.

L’état-major des armées françaises a précisé que les missions de surveillance sont « classiques et habituelles » et qu’elles se sont déroulées dans l’espace aérien international. « Il n’y a pas eu d’interception, pas de raccompagnement et encore moins de tentative d’empêcher [les avions français] de rentrer dans l’espace aérien russe », précise le porte-parole, qui réfute certaines informations parues dans la presse russe.

Les avions russes à long rayon d’action effectuent eux-mêmes régulièrement ce type de manœuvre d’approche au large des côtes européennes, de la Baltique à la Manche.

(HC)

Cet article Trois avions français interceptés en mer du Nord par des avions russes est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Un drôle de sommet pour la démocratie. Avec quelques invités pas très recommandables

Thu, 09/12/2021 - 11:15

(B2) C’était une volonté de Joe Biden. Promouvoir la démocratie. Avec un beau sommet réunissant tout ce que compte le monde de démocraties. Dans le plus pur jus messianique des USA et d’une vision bons vs méchants. L’Union européenne s’est embarquée dans cette aventure en la co-organisant. Et en ne disant rien sur la non-invitation de la Hongrie. Une grosse erreur

Ce sommet semble surtout avoir un objectif : flatter l’ego de Biden et le positionner sur la scène intérieure face à son concurrent Donald Trump (Photo Maison Blanche)

Une réunion co-organisée par l’Union européenne

Ce jeudi démarre le Sommet de la démocratie, pardon « pour la démocratie », organisé sous l’impulsion du président américain. Il se déroulera en deux séquences. La première s’ouvre aujourd’hui, présidée par Joe Biden lui-même. La seconde sera pour l’année prochaine, présidée par l’Union européenne et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Cette réunion a cependant un gros handicap. Elle réunit surtout les amis des États-Unis. Et des amis pas très regardants parfois sur les droits de l’Homme. Certains pays sont invités, pas d’autres. Une liste pour le moins étonnante.

Budapest mis à l’index

Un pays de l’Union européenne n’a notamment pas été invité : la Hongrie. Ce qui place l’Union en porte-à-faux. Qu’il y ait un problème de libertés publiques (avec la concentration énorme des médias par exemple) en Hongrie est un fait connu. Mais qu’elle soit ainsi exclue n’est pas vraiment très logique. Ou alors, la Commission européenne devrait en tirer immédiatement une implication : entamer une poursuite d’urgence pour exclure la Hongrie de son droit de vote au Conseil (selon l’article 7 du Traité).

Une erreur juridique et politique

En termes juridiques, c’est un manquement grave à la lettre et à l’esprit du Traité, au principe de solidarité, de coopération loyale entre les institutions. En termes politiques, c’est pour le moins très maladroit : si on voulait provoquer encore Budapest et l’amener à bloquer systématiquement toute velléité de l’Union européenne d’être audacieuse dans la politique étrangère, on ne s’y prendrait pas autrement. Comme sii on voulait encourager Viktor Orban à signer des accords séparés, contraires à l’esprit européen… Cela revient à lui accorder un « feu vert » tacite. C’est plus qu’une faute de goût, mais une erreur juridique et politique.

Le Pakistan et le Maroc invités

Cette incongruité saute aux yeux quand on jette un œil sur les indices de la démocratie établis de façon indépendante. J’ai choisi de me référer à ceux établis par Freedom House, un think tank américain (qu’on ne peut pas vraiment soupçonner d’être un doux anarchiste de gauche ;-). Son scoreboard, alimenté de façon assez rigoureuse est éloquent : la Hongrie est cotée à 67, tandis que le Pakistan et le Maroc héritent d’une note très moyenne (37) et n’auraient donc pas dû être invités.

Des amis de Washington plutôt que des amis de la démocratie

Ces incongruités continuent quand on regarde par zone régionale. Dans les Balkans, le Kosovo (54) est invité, pas son voisin la Bosnie-Herzégovine (53). Idem dans l’Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire (44) n’est pas invitée, mais le Nigeria oui (45). Ne pas inviter en revanche la Turquie a une logique : le régime de Erdogan n’a que 32 points. Et que penser de l’invitation du Brésil de Bolsonaro…

Gêne à la Commission européenne

Du côté de la Commission européenne, on se défend comme on peut. C’est un sommet « pour » la démocratie et non « de » la démocratie ! me répond-on quand j’interroge un haut responsable européen. La liste des invités « a été faite par les USA ». Et Washington « n’était pas à l’aise à l’idée d’inviter la Hongrie ». Et de vouloir se rassurer. L’Europe « a [son] agenda, indépendant des USA ». Mais la raison de cette co-organisation semble reposer sur une autre logique, plus politique. La Commission européenne a, en fait, un objectif essentiel : « resserrer les liens » avec les États-Unis et surtout l’équipe Biden. Le traumatisme trumpien pèse : « Notre expérience de Trump a été très claire ». Alors : « Est-ce parfait, Non sans doute. Mais ne faut-il pas coopérer ? »

Commentaire : une bévue géopolitique

En faisant de la segmentation entre les démocraties libérales et celles qui suivent un autre modèle plus a-libéral ou autocratique, on ouvre une autoroute à la Russie ou la Chine. Pékin et Moscou auront beau jeu de dénoncer un « certain » modèle de démocratie, le « double standard » des occidentaux. En semant le trouble et la division, dans toutes les régions, on ne facilite guère la propagation de la démocratie. Au contraire. De plus, on formalise ainsi le découpage du monde en deux blocs : entre les bons et les méchants. On cristallise les divisions. Ceux avec qui on débat, ceux avec qui on ne débat pas. Or, discuter de la démocratie avec les amis ne sert (presque) à rien.

La vision européenne du monde me semble beaucoup plus raffinée et subtile. Elle peut paraitre un peu mollassonne parfois… Mais elle reflète aussi une certaine complexité. L’Union européenne est aujourd’hui confrontée à un vrai choix stratégique. Soit elle joue un rôle dans le monde, en promouvant ses propres valeurs, son propre modèle de la démocratie et des libertés publiques, des relations économiques et politiques mondiales, en étant une passerelle entre l’Ouest et l’Orient. Soit elle fait partie du monde occidental pur et dur. Et elle risque fort de se trouver dépourvue… si demain, d’aventure, les États-Unis rebasculaient, repassant d’un démocrate bon teint à un républicanisme conservateur trumpien. Ce qui d’après un diplomate européen, est tout à fait probable aux prochaines élections de mi-mandat, en novembre 2022.

Les relations d’aujourd’hui ne sont plus celles de la guerre froide d’hier. Elles sont tout aussi rudes, et secouées, mais beaucoup plus complexes. Car le monde est réellement devenu multipolaire, au moins tripolaire. Et des puissances moyennes — du Pakistan à l’Arabie saoudite en passant par la Turquie ou l’Iran — ont aujourd’hui les moyens de « résister » au modèle occidental. Ce sera encore plus le cas demain (d’ici 20 ou 30 ans) avec la montée en puissance d’autres pays. L’Europe a une carte énorme à jouer en étant la « puissance du milieu », la « puissance douce » dans un monde de brutes, sans naïveté ni faux semblants. Bref, co-organiser ce sommet ressemble vraiment à une grosse bévue géopolitique…

(Nicolas Gros-Verheyde)

Le programme du sommet

La liste des participantsTélécharger

Cet article Un drôle de sommet pour la démocratie. Avec quelques invités pas très recommandables est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Dernières nouvelles des missions et opérations de maintien de la paix de l’UE – PSDC (novembre 2021)

Wed, 08/12/2021 - 09:16

(B2) De la formation, toujours, des coopérations, encore. Et des résultats, enfin. Cela résume l’activité des missions ce mois ci.

Chimoio (Mozambique). Les exercices pratiques commencent

Formation aux armes et au tir, aux sapeurs, aux premiers secours, à la technique de combat, à la navigation terrestre, aux renseignements et au contre-renseignement, au contre-terrorisme, aux communications, à la surveillance du champ de bataille et aux exercices physiques militaires. Tel était le programme de la formation de la mission au Mozambique (EUTM), à Chimoio, au centre du pays. Détails ici

(crédit : EUTM Mozambique)

Hargeisa (Somalie). Formation sur mesure 

Cette année, c’est l’équipe de la mission de soutien de l’UE aux capacités de sécurité maritime de la Somalie (EUCAP Somalia) qui a été chargée de la mise à jour des connaissances des cadres supérieurs des garde-côtes du Somaliland (prise de décision et questions juridiques). Un échange d’expériences utile aussi côté EUCAP, explique le chef de l’unité de sécurité maritime et des garde-côtes d’EUCAP, Kenneth Neijnes. Détails ici

(crédit : EUCAP Somalia)

Bamako (Mali). Justice militaire

La première session de la chambre criminelle du Tribunal militaire de Bamako s’est tenue le 10 novembre. Trois dossiers (pour des crimes d’atteinte à l’intégrité des personnes et aux mœurs) étaient inscrits au rôle d’audience. « L’un des résultats les plus importants [du] travail » de la mission de soutien aux capacités de sécurité au Mali (EUCAP Sahel Mali), salue son chef Hervé Flahaut, présent à la session. Détails ici

(crédit : EUCAP Sahel Mali)

Odessa (Ukraine). Les chiffres parlent aussi !

La défiance des Ukrainiens vis-à-vis des forces de l’ordre ou de la justice ne fait pas de doute. C’est le résultat d’une enquête régionale sur la sécurité communautaire, menée par la mission de conseil de l’UE aux forces de sécurité intérieure ukrainiennes (EUAM Ukraine). Les résultats ont été présentés opportunément au lancement du Dialogue sur la sécurité communautaire dans la région d’Odessa. De quoi nourrir les débats… Détails ici

Les patrouilles de police n’aident pas, c’est l’un des constats cinglant de l’enquête (crédit : EUAM Ukraine)

Londres. La lutte contre la piraterie maritime commence à terre

L’industrie du transport maritime est « l’un des principaux piliers de la lutte contre la piraterie ». L’opération de lutte contre la piraterie maritime de l’UE (EUNAVFOR Atalanta) au large des côtes somaliennes et du golfe d’Aden prend donc soin d’entretenir ses relations avec ses représentants. Rendez-vous a été donné à Londres, au siège de la Chambre internationale de la marine marchande. Les principales associations mondiales du secteur du transport maritime ont participé à la réunion. Détails ici

(crédit : capture d’écran B2/EUNAVFOR Atalanta)

Malaga (Espagne). Partage d’expérience hispano-ukrainien

Des gardes-frontières, des agents du service national des migrations, du service national des douanes, de la police nationale et du service de sûreté de l’État ont participé à une visite d’étude du centre national de coordination espagnol de gestion des frontières. L’idée était de leur « présenter les avantages de la gestion intégrée des frontières (GIF) » au travers d’un exemple de coopération transfrontalières et inter-agences. Cette mise dans le bain a été co-organisée par la mission de conseil aux forces de sécurité intérieure ukrainiennes (EUAM Ukraine). Détails ici

Ramallah (Cisjordanie). Coopération policière

La mission de police de l’UE dans les territoires palestiniens (EUPOL Copps) recrute des conseillers de police « très expérimentés » pour renforcer son soutien à la Police Civile Palestinienne (PCP). Un soutien bienvenu notamment dans les domaines de la cybercriminalité et des crimes environnementaux a expliqué son chef, le Major Général Yousif Helo, en visite dans les locaux de la mission. Détails ici

La délégation de la police civile palestinienne face à l’équipe de la mission de l’UE, avec à sa tête (à droite) la cheffe de la mission Nataliya Apostolova  (crédit : EUPOL Copps)

Pristina (Kosovo). Dons de matériel, du primaire au judiciaire

La mission de renforcement de l’état de droit au Kosovo (EULEX) a fait office de Père Noël avant l’heure, en livrant du matériel informatique et bureautique (15 ordinateurs, imprimantes, etc.) et de laboratoire à une école élémentaire de la capitale. Après avoir livré les clés de cinq voitures (et autres équipements) à l’Inspection de la police du Kosovo (PIK) et à l’Agence de gestion des urgences (EMA). Détails ici

(crédit : EULEX Kosovo)

Visite au Mali 

Une délégation de la facilité européenne pour la paix s’est rendue dans la zone de mission de Sévaré, le centre de formation de Koulikoro ainsi que le QG de l’EUTM MALI à Bamako. Une mission visiblement ravie « que la délégation ait pu se familiariser avec les exigences opérationnelles anticipées pour des considérations et des décisions ultérieures ». Que ceci est joliment dit… Détails ici

(crédit : capture d’écran EUTM Mali)

Réunion à Bruxelles

Loin de leurs bases, les chefs des 11 missions civiles de la PSDC de l’Union européenne, se sont retrouvés à Bruxelles mi-novembre.

(informations recueillies par Emmanuelle Stroesser)

NB : Pour tout connaitre ou réviser, n’hésitez pas à vous procurer notre ouvrage sur la PSDC

Lire aussi sur le B2 Pro (parus en septembre) :

Et aussi sur le blog : 

Cet article Dernières nouvelles des missions et opérations de maintien de la paix de l’UE – PSDC (novembre 2021) est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

La MINUSMA cible de plusieurs attaques en quelques jours

Mon, 06/12/2021 - 17:58

(B2) Plusieurs camps de la MINUSMA ont été ciblés par des attaques ces derniers jours. Un convoi a également été attaqué, occasionnant des dégâts humains.

Un convoi visé par des tirs

Le 3 décembre, un convoi de la MINUSMA ralliant Kidal à Gao a été attaqué « par des éléments non-identifiés », a indiqué la mission sur son compte Twitter. Un contractuel civil a été tué, un autre évacué.

Trois camps attaqués en trois jours

Le 4 décembre en début d’après-midi, une attaque au mortier a touché le camp des Casques bleus de Kidal – sans faire de dégâts. Le même jour, une attaque a également visé le camp d’Ansongo, au nord de Gao. Le lendemain, 5 décembre, c’est camp Castor, situé à Gao, qui a été visé par des tirs de mortiers. Le 6 décembre, c’est la base multinationale de Ménaka qui a essuyé des tirs de roquette, indique le ministère suédois de la Défense.

(Helen Chachaty)

Cet article La MINUSMA cible de plusieurs attaques en quelques jours est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Afghanistan. Les évacuations continuent. Á bas bruit. Merci le Qatar

Sat, 04/12/2021 - 07:36

(B2) Le Quai d’Orsay l’a annoncé vendredi (3 décembre). Plus de 300 personnes viennent d’être mis en sécurité, dans un vol exceptionnel entre Kaboul et Doha.

Afghans, Français et… Néerlandais

Un avion affrété par le ministère (français) des Affaires étrangères a permis d’évacuer 258 Afghanes et Afghans « particulièrement menacés à raison de leurs engagements — notamment des journalistes —, ou de leur lien avec la France » Cela comprend notamment « des anciens personnels civils de recrutement local de nos armées » (alias les PCRL). Leur rapatriement vers la France sera organisé en « fin de semaine prochaine ». Onze Français et une soixantaine de Néerlandais et leur ayants droit ont également été évacués par ce vol.

500 personnes évacuées depuis septembre Doha

Cette opération « exceptionnelle » n’est cependant pas unique. Les évacuations continuent de façon assez discrète. Depuis le 10 septembre ainsi, « 110 Français et leurs ayants droit ainsi que 396 Afghanes et Afghans à mettre en protection » + un citoyen d’un autre État membre de l’UE ont ainsi été évacués sur dix vols distincts « organisés par le Qatar ». Et ces opérations pourraient continuer. « L’ensemble des services » de l’État reste « pleinement mobilisé » dans la poursuite de ces opérations d’évacuation.

Merci Doha !

Ces opérations ont été organisée « par la France avec l’aide du Qatar ». Le pays du Golfe est particulièrement actif et a gardé des liens avec les Taliban. Il héberge notamment les négociations entre Américains et les nouveaux occupants du pouvoir à Kaboul. Il a aussi maintenu des vols réguliers depuis Kaboul.

(NGV)

Cet article Afghanistan. Les évacuations continuent. Á bas bruit. Merci le Qatar est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Le commandant Bouan dans Irini

Fri, 03/12/2021 - 10:22

(B2) Le patrouilleur français de haute mer (PHM dans le jargon marinier) Commandant Bouan (F-797) a rejoint l’opération européenne EUNAVFOR Med Irini chargé du contrôle de l’embargo armes et pétrole au large de la Libye. C’est le quatrième bâtiment français à participer à l’opération depuis le lancement de l’opération en 2020.

Le commandant Bouan au port d’Augusta (photo : marine nationale)

Le navire a fait une « relâche opérationnelle » sur la base militaire de la marine italienne, à Augusta en Sicile, qui sert de base logistique arrière à l’opération européenne. Objectif : « installer le système d’information et de commandement spécifique de l’opération » indique la marine nationale. NB : Une nécessité pour bien communiquer avec le reste des navires, et surtout avec le commandement de l’opération situé à Rome.

Révisions des procédures de visite (crédit : Marine nationale)

L’escale a été aussi mis à profit pour compléter les entrainements. Un programme dédié d’entraînement a ainsi été organisé, avec un exercice de visite d’un navire suspect, la révision des procédures de communication et le compte-rendu. NB : Des procédures normalement connues auxquels les fusiliers-marins ont été initiées. Mais cet ultime exercice permet d’intégrer toutes spécificités européennes.

Le patrouiller a repris la mer le 20 novembre pour rejoindre sa zone d’action, apprend-on.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Le commandant Bouan dans Irini est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Un premier avion de Frontex déployé au-dessus de la Manche

Thu, 02/12/2021 - 18:50

(B2) Un avion Challenger danois a atterri le 1er décembre à Lille. Il va opérer au-dessus de la Manche pour le compte de Frontex, dans une situation tendue entre le continent et le Royaume-Uni.

(photo : Ministère de l’Intérieur/DICOM)
  • Cela fait suite à la réunion tenue à Calais ce dimanche (28 novembre) entre la France et les autres pays riverains du continent — Belgique, Pays-Bas, Allemagne — mais sans la présence du Royaume-Uni. Paris ayant retiré son invitation (lire : Carnet 30.11.2021))

La surveillance aérienne débute

Un premier avion a été engagé dans la région de la Manche et de la mer du Nord « pour soutenir les autorités françaises et belges » dans la gestion de la crise migratoire, indique Frontex dans un communiqué. Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin précise qu’il s’agit de « renforcer la surveillance aérienne ».

Un premier avion danois

Le premier avion déployé est un Challenger des forces aériennes danoises, qui opère pour le compte de Frontex. « Son équipage est très expérimenté et a déjà été déployé dans d’autres opérations Frontex, plus récemment en Espagne », indique l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes. Équipé de capteurs et de radars, l’appareil embarque également « des officiers de liaison des autorités compétentes pour soutenir l’équipage et faciliter une prise de décision rapide et efficace ».

Le dispositif prêt à évoluer

D’autres avions pourraient rejoindre le dispositif, indique le directeur de Frontex, Fabrice Leggeri : « Nous commençons avec un seul avion, mais nous sommes prêts à renforcer notre soutien si nécessaire ». Car il juge l’évolution de la situation… « préoccupante ».

(Helen Chachaty)

Lire aussi sur le même sujet :

Cet article Un premier avion de Frontex déployé au-dessus de la Manche est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Première opération pour le Task Group franco-tchèque avec les forces armées maliennes

Wed, 01/12/2021 - 19:05

(B2) Dans le cadre de la task-force Takuba, déployée au Mali des commando marines français et des commandos tchèques ont mené de concert leur première opération de reconnaissance avec une unité des forces armées maliennes

(photo : État-major des armées/France)

Concrétiser la formation

L’opération s’est tenue du 20 au 22 novembre et impliquait le task-group n°2 de Ménaka et de l’Unité légère de reconnaissance et d’intervention n°6 (ULRI) des forces armées maliennes. Elle a été conduite « à une trentaine de kilomètres au Sud-Ouest de Ménaka », indique l’état-major des armées français dans un communiqué. Cette mise en application intervient après un cycle de cinq semaines de formation et d’entraînement.

Une opération, trois objectifs

Après acquisition de renseignement et « grâce au dialogue établi avec la population », les militaires ont réalisé des opérations d’infiltration motorisées de jour et de nuit. Les militaires français et tchèques ont encadré deux sections de militaires maliens, avec un triple objectif : « perturber les réseaux des groupes armés terroristes » ; « montrer la présence des militaires maliens accompagnés de la task-force Takuba » ; « évaluer les compétences acquises par l’ULRI 6 », afin de valider leurs capacités à « mener des opérations plus longues et dans la profondeur ».

(Helen Chachaty)

Lire aussi : Les Tchèques de Takuba confrontés à un IED. Pas de blessés

Cet article Première opération pour le Task Group franco-tchèque avec les forces armées maliennes est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

La présidence française de l’UE démarre dans un mois. Le calendrier

Tue, 30/11/2021 - 07:59
(Photo DR)

(B2) Cela fait quatorze ans que la France n’a pas eu la présidence de l’Union européenne. La dernière remonte à 2008. La prochaine présidence n’est pas attendue avant 2035 ! C’est dire l’importance de l’évènement, la ‘PFUE’ en bon jargon bruxellois.

La présidence des Conseils

Pour être exact, la France va assurer la présidence du Conseil de l’Union européenne (et non pas de toutes les institutions, comme la Commission européenne ou le Parlement européen). Ou plutôt de certains Conseils. Car les Conseils des ministres des Affaires étrangères, de la Défense ou du Développement continuent d’être présidés par le Haut représentant de l’UE, l’Espagnol Josep Borrell (et non par Jean-Yves le Drian ou Florence Parly). L’Eurogroupe reste, lui, présidé par l’Irlandais Paschal Donohoe. Et le Conseil européen, l’instance suprême qui réunit les Chefs d’État et de gouvernement deux ou trois fois par semestre, par le Belge Charles Michel.

Une certaine co-présidence

En pratique, la présidence tournante arrive à faire passer ses priorités. « Surtout si c’est la France », comme me l’a confié une source interne. Cela sera d’autant plus facile que ces trois personnalités sont assez proches, soit idéologiquement, soit personnellement de leurs homologues français. Charles Michel fait partie de la même génération de dirigeants libéraux qu’Emmanuel Macron. Josep Borrell et Jean-Yves Le Drian appartiennent à une autre génération, plus social-démocrate, mais ils s’estiment et se connaissent personnellement depuis des dizaines d’années. On peut donc parler d’une co-présidence.

Une proximité à la Commission européenne

La présidente, l’Allemande Ursula von der Leyen, entretient des relations directes avec l’Élysée. Tandis que le commissaire français Thierry Breton agit en tandem très étroit avec le gouvernement français. Retournant tous les week-ends à Paris, non seulement il fait le tour des plateaux radios ou télévisions françaises, mais il rencontre le plus régulièrement possible tous ses interlocuteurs français. Il était encore ce week-end (27-28 novembre) à Rennes aux côtés de J.-Y. Le Drian pour visiter la cyberdefence factory. Une excuse plus qu’une nécessité. Son poids au sein du Berlaymont (le bâtiment de la Commission européenne à Bruxelles) s’est renforcé au fil de la crise du Covid-19. Au point que même s’il n’en a pas le titre, on peut dire qu’il est un des vice-présidents de l’institution.

La vraie présidence

La présidence des Conseils des ministres n’est que la version immergée de l’iceberg. Le vrai travail au niveau européen se situe en amont, dans les près de 150 groupes et comités qui préparent les réunions, des plus discrets (comme le fameux SCIFA qui s’occupe de questions d’asile et d’immigration), au plus célèbre et médiatisé, le comité des représentants permanents. Ce Coreper (dans l’appellation commune) regroupe en effet les chefs des missions des 27 États membres présentes à Bruxelles. Un club assez select d’ambassadeurs. Son instance maîtresse est le Coreper 2 qui s’occupe des matières ‘régaliennes’ (affaires étrangères, justice et affaires intérieures, économie et euro). Tandis que le Coreper 1 (qui regroupe les représentants permanents adjoints) a en charge les affaires « réelles », celles qui concernent la vie « intérieure » de l’Union européenne (Agriculture, Pêche, Culture, Éducation, Espace, Environnement, Energie, Transport etc.).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Le calendrier

L’agenda officiel ne devrait être dévoilé qu’au moment du dernier Conseil européen de l’année, les 16-17 décembre. Pour nos lecteurs, le voici en avant-première. Toutes les dates synthétisées par B2.

Le calendrier des Conseils sous la PFUETélécharger

Cet article La présidence française de l’UE démarre dans un mois. Le calendrier est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Le général commandant la mission de l’UE en Bosnie dérape. Peut-il rester en poste ?

Mon, 29/11/2021 - 14:02

(B2) Il y a comme un problème à la direction de l’opération européenne de stabilisation en Bosnie-Herzégovine. Le général commandant EUFOR Althea, un Autrichien, a pris position de manière étrange sur la situation politique dans le pays.

Pas de menace militaire

Dans une interview au quotidien autrichien Der Standard donnée début novembre, le commandant de la force EUFOR Althea à Sarajevo, le général autrichien Alexander Platzer, a livré sa propre analyse du terrain. Au plan militaire, il ne voit « fondamentalement aucune menace militaire classique » face aux velléités séparatistes de Milorad Dodik et de la Republika Srpska. Mais il est presque d’accord aussi avec le dirigeant serbe sur le plan politique. « L’armée commune n’est pas ancrée dans l’accord de paix de Dayton. À l’époque du traité de Dayton, nous avions trois armées basées sur l’ethnie. L’armée commune a alors été créée sur la base d’une volonté nationale », ajoute-t-il. La seule réserve pour lui est d’ordre technique : « cela n’a aucun sens d’un point de vue structurel ».

Une proximité avec les thèses de Dodik

Un point de vue qui détonne dans le panorama explosif de la Bosnie-Herzégovine aujourd’hui. Certes l’armée commune n’est pas formellement reconnue dans l’accord de Dayton. Mais elle est inscrite dans les décisions postérieures. De plus, elle constitue un élément intrinsèque de la stabilisation en Bosnie-Herzégovine. Cette position intervient pour le moins en contrepoint de la position européenne et ressemble étrangement à épouser les thèses du dirigeant serbe de Bosnie, Dodik, qui a qualifié ses récentes annonces de « retour à l’Accord de Dayton original ».

Un retour à un passé dangereux

Si les projets annoncés étaient mis à exécution, « les militaires résidant en Republika Srpska se retireraient des forces armées de la Bosnie-Herzégovine, les installations des forces armées situées sur le territoire de l’entité passeraient sous le contrôle de la Republika Srpska et l’armée de la Republika Srpska serait rétablie, manifestement en y intégrant le personnel issu des forces armées de la Bosnie-Herzégovine. Une telle mesure nous ramènerait quinze ans en arrière dans le seul domaine de la réforme de la défense, et encore plus loin dans le passé pour ce qui est du renforcement de la confiance et de la sécurité », dénonce le haut représentant de la communauté internationale, l’Allemand Christian Schmidt.

Une sécession qui ne dit pas son nom

Celui-ci critique d’ailleurs violemment à la fois la volonté des Serbes de Bosnie, comme leur phraséologie de retour à l’accord de Dayton Original. C’est un « terme inadapté sur le plan politique et fondé sur des interprétations erronées » de la Constitution de la Bosnie-Herzégovine. « Cette politique vise [en fait] à défaire nombre des réformes mises en œuvre de haute lutte au cours des 26 dernières années, en vue non pas de respecter strictement la lettre de l’Accord-cadre général pour la paix, mais de revenir à la situation qui prévalait sur le terrain avant la mise en œuvre de l’Accord de paix de Dayton. » En bref, « M. Dodik cherche à obtenir que la Republika Srpska s’affranchisse de l’ordre constitutionnel établi en vertu de l’annexe 4 de l’Accord-cadre général et cesse de participer à la mise en œuvre du volet civil de l’Accord prévue à l’annexe 10. Il s’agit là d’une sécession qui ne dit pas son nom », écrit le haut représentant dans son dernier rapport publié fin octobre.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Commentaire : plus qu’une erreur, une faute !

On ne peut qu’être étonné (le mot est faible) par ce type de propos, dans la bouche d’un militaire à la tête d’une opération de stabilisation, qui agit dans un cadre mixte (OTAN-UE), dans un des pays les plus fragiles et sensibles du continent européen. On est à la limite du dérapage incontrôlé.

Est-ce un tournant de la doctrine européenne ? Nous avons posé la question. Non, nous a-t-on assuré du côté européen. L’Union européenne reste attachée aux structures communes de la Bosnie-Herzégovine. Du côté de l’OTAN, c’est encore plus clair : il faut « soutenir fermement les structures étatiques unies et les forces armées multiethniques du pays ». Le secrétaire général de l’OTAN l’a rappelé vendredi (25 novembre) en prélude à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Alliance à Riga.

Est-ce un avis personnel ? Ici, le général Platzer semble avoir édicté un commentaire, davantage personnel et très politique. Les thèses qu’il défend sont très proches de celles défendues par le groupe I&D (Identité et démocratie) au Parlement européen. Peu étonnant. Le caractère militant du général auprès du mouvement d’extrême-droite FPÖ est de notoriété publique. Tant qu’il ne déborde pas dans la sphère professionnelle et militaire, cela ne devrait pas poser de problème. Là on peut se poser vraiment la question. Un simple militaire qui profèrerait de telles opinions pourrait-il rester en poste ? Pas sûr. Quand il s’agit d’un commandant de force de l’UE (et de l’OTAN), il y a un fait : un clair manquement à la ligne politique.

La sanction devrait être immédiate et exemplaire. Pour reprendre la célèbre phrase de Jean-Pierre Chevènement, quand il a décide de quitter le gouvernement en 1983 : « Un ministre de la défense, cela ferme sa gueule ou ça démissionne ».

(NGV)

Cet article Le général commandant la mission de l’UE en Bosnie dérape. Peut-il rester en poste ? est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Nouvelle approche amicale par les marins allemands du Bonn

Sat, 27/11/2021 - 14:45

(B2) L’équipe de visite (Einsatzgruppenversorger) du navire de soutien allemand Bonn engagé dans l’opération de de l’UE de contrôle de l’embargo sur les armes et le pétrole au large de la Libye a effectué une approche amicale sur un cargo Grandway Star, battant pavillon du Panama, en route pour la Libye (Misrata selon nos informations).

L’équipe de visite du Bonn descend sur le cargo (photo : Bundeswehr im Einsatz)

C’est la vingtième approche (friendly approach) réalisée par les équipes spécialisées allemandes embarquées à bord du Bonn signale le QG de l’opération européenne basé à Rome.

(NGV)

Cet article Nouvelle approche amicale par les marins allemands du Bonn est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Attaque à la voiture piégée à Mogadiscio

Fri, 26/11/2021 - 21:38

(B2) Une voiture bourrée d’explosifs (VBIED) a explosé jeudi matin (25.11) à Mogadiscio visant un convoi escorté par une « société de sécurité privée ». Une énorme explosion entendue de toute la ville.

Les secours arrivés sur place ont évacué au moins 23 personnes (Photo Aamin Ambulance)

Une dizaine de morts

L’attentat s’est produit lorsque le convoi passait devant l’ancien palais présidentiel d’Abdiqasim, à proximité de l’école Mucasir dans le district de Hodan. Il a fait au moins 10 morts et 20 blessées, rapporte le site Horn Observer. « Au moins huit personnes ont été tuées et 23 autres blessées dont 13 étudiants », rapportent des responsables de la sécurité citées par les agences AFP/Reuters et la Deutsche Welle.

Une énorme explosion

L’explosion a été si forte qu’elle a été entendue à plusieurs centaines de mètres à la ronde. Et un long panache de fumée s’élevant visible de toute la ville. Les murs de l’école voisine de Mucassar comme de l’hôpital Osman se sont effondrés. « Il y a environ une tentative d’attaque par jour à Mogadiscio » commente le colonel Hans Granlund, chef adjoint de l’EUTM Somalia, la mission de l’UE de formation de l’armée somalienne. Mais « cette charge explosive était la plus importante depuis longtemps ».

Qui était visé ?

L’attentat a été revendiqué par le groupe islamiste des Al-Shabab. L’organisation terroriste a indiqué, selon Maareg, avoir visé un convoi parti de la base Général Gordon * (la base de formation de l’armée somalienne) vers le camp militaire de Halane (où se trouvent les troupes de l’AMISOM) à Mogadiscio. Mais la force de l’Union africaine en Somalie a démenti qu’il s’agissait d’un de ses convois.

Un convoi d’une société privée

« Il n’y avait aucun convoi de l’AMISOM sur les lieux de l’attaque ou dans ses environs au moment de l’explosion, et aucun matériel ou personnel de l’AMISOM n’a été touché par l’explosion contrairement à ce que Al-Shabaab l’a faussement affirmé » indique un communiqué. « Les premiers rapports indiquent que l’explosion visait une société de sécurité privée. » Au moins quatre gardes de sécurité auraient été blessés, selon d’autres sources.

Aucune victime parmi les EUTM

Aucune victime du côté de l’EUTM n’est à déplorer, rapportent les Forces armées suédoises, présentes en Somalie dans le cadre de EUTM Somalia (avec 9 personnes). NB : le camp international où se trouve la mission est situé à environ 5 km de l’incident. « Il se peut qu’Al-Shabab intensifie maintenant ses attaques avant les prochaines élections — craint le colonel suédois Hans Granlund, mais il est trop tôt pour le dire avec certitude ».

(Nicolas Gros-Verheyde, avec Agnès Faure)

Télécharger le communiqué suédois

  1. Du nom de ce membre de la Delta Force tué en octobre 1993 lors de la bataille de Mogadiscio

Cet article Attaque à la voiture piégée à Mogadiscio est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Des Belges dans Takuba au second semestre 2022. Peut-être

Tue, 23/11/2021 - 07:40

(B2) La Belgique a inscrit dans son plan d’opération 2022 un possible déploiement dans le cadre de la task-force d’initiative française au Mali. Tout n’est pas encore tout à fait réglé

Le slide du plan d’opérations 2022 montré aux députés (flux : chambre – photo : B2)

De quelques officiers d’état-major

La Belgique ne se contenterait plus ainsi d’envoyer quelques officiers de liaison au QG de la task-force Takuba — ils sont trois actuellement, qui seront prolongés —, mais passerait à un déploiement plus actif. Le ministère belge de la Défense envisage ainsi le déploiement d’un sous groupement tactique interarmées (CATSG dans la dénomination belge ou Combined Arms Tactical Sub-Group), au 2e semestre 2022.

Un déploiement graduel en fonction de la situation

Cette force serait « déployée de façon graduelle, évoluant en fonction de différents paramètres, notamment l’évolution politique et sécuritaire sur place », précise le capitaine de frégate Kristof Van Belleghem, devant les députés de la commission Défense du parlement belge, mercredi (17 novembre). Audition à laquelle a assisté B2. L’effectif serait compris entre 165 personnels (à la mi-2022) et 255 personnels (fin 2022, moment où serait atteint la pleine capacité de déploiement).

Protection de force et accompagnement des forces spéciales

Missions attribuées à cette force : premièrement, la protection de la base de déploiement et des convois logistiques ; deuxièmement, l’appui en seconde ligne aux forces spéciales et leurs partenaires maliens, troisièmement, une (possible) contribution à l’entrainement des forces d’intervention maliennes à partir de la base belge. Le détachement belge comprendrait (bien évidemment) des véhicules blindés.

Une évaluation encore nécessaire

Précision importante : l’analyse de ce déploiement est encore « en cours » à La Défense et devra être présentée « pour débat » aux parlementaires prochainement, prévient le directeur des opérations au cabinet de la ministre. C’est la question du soutien médical et logistique qui doit notamment être bien étudiée apparemment. Outre le soutien national, des « synergies sont actuellement recherchées avec des partenaires » précise Van Belleghem. La possible insertion de spécialistes médicaux dans l’hôpital de Rôle 2 français à Gao est ainsi envisagée.

Un engagement risqué au plan politique

Ces précisions ne sont pas de pure forme. Les précédents projets se sont cassés le nez sur des difficultés politiques comme techniques. Tout d’abord le manque de soutien dans la majorité pour un tel déploiement était patent jusqu’alors (lire : Une compagnie belge dans l’opération Barkhane. Un accord politique encore nécessaire). Il y avait aussi des questions de disponibilités (lire : Pourquoi la Belgique et les Pays-Bas entrent dans Takuba si timidement ?) (1). Ce qui avait contraint la ministre Dedonder à jeter le gant l’année dernière, non sans remous (lire : Les Belges n’iront pas dans Barkhane en 2021. Et pour 2022 on verra !). La ministre Dedonder y va, cette fois, à pas comptés, tentant de démontrer aux parlementaires que les Belges ne sont pas tout seuls dans cette opération. « Une dizaine de pays y participent ».

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. La composante médicale militaire belge a été réduite de façon drastique ces dernières années au point que pour certaines opérations, les militaires belges sont obligés de recourir au privé, voire de « faire du stop » auprès de leurs alliés en cas d’évacuation.

Cet article Des Belges dans Takuba au second semestre 2022. Peut-être est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Les Britanniques de la Minusma en opération près d’Ansongo au Mali

Sat, 13/11/2021 - 15:33

(B2) Des soldats britanniques, appartenant à la mission de maintien de la paix des Nations Unies, ont saisi quelques armes appartenant à un groupe de l’EIGS lors d’une opération près d’Ansongo, au Mali.

Les militaires britanniques récupérant la moto laissée au milieu du gué (Crédit : MOD UK)

En patrouille

C’est le résultat d’une opération de 17 jours (Makara 2), menée en septembre par les soldats du Long Range Reconnaissance Group, le LRRG. Cette unité de reconnaissance est d’abord tombée sur trois membres présumés du groupe terroriste EIGS (l’État islamique dans le Grand Sahara). Ceux-ci qui ont « abandonné leurs équipements, tout en fuyant » précise un communiqué du MinDéf britannique début novembre.

Plusieurs motos, armes et équipements saisis

Un des trois hommes a été arrêté alors qu’il essayait de s’échapper sur une moto à travers un plan d’eau. Lors d’une fouille dans la zone, les Britanniques du Queen’s Dragoon Guards ont pu saisir « deux motos, un lance-roquette (RPG) avec des munitions, des radios et des vêtements de combat ». Quelques jours plus tard, des soldats du même régiment de la cavalerie britannique sont tombés sur deux autres hommes armés, les arrêtant après qu’ils tentaient de s’enfuir. Au bilan : « deux fusils AK47, des munitions, des radios et d’autres équipements militaires » saisis.

L’opération Makara 2 pour stabiliser la zone

Cette saisie ne tient pas tout à fait du hasard. L’opération Makara 2 de l’ONU a été montée après les attaques mortelles du mois d’août autour d’Ansongo, qui ont fait des dizaines de morts parmi les villageois, pour stabiliser la zone et rassurer la population locale. Le LRRG qui fournit à l’ONU « une capacité de reconnaissance spécialisée » au long cours, « en effectuant des patrouilles dans des zones reculées » avait aussi été déployée pour assister l’équipe des droits de l’homme des Nations Unies chargée d’enquêter sur cette tuerie.

Une approche robuste du maintien de la paix

Pour le lieutenant-colonel Will Meddings, chef de la task-force britannique, « la clé du succès consiste à déployer des patrouilles durant de longues périodes et rester sur place », pour recueillir informations, et renseignements, notamment en dialoguant avec la population. Cela permet d’avoir « une bonne image du fonctionnement des groupes djihadistes [et] de prendre ensuite des mesures contre eux ». Une « approche robuste » du maintien de la paix, nécessaire pour « protéger le peuple malien », selon lui.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Les Britanniques de la Minusma en opération près d’Ansongo au Mali est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Une équipe du génie britannique en soutien à la frontière polonaise

Sat, 13/11/2021 - 09:13

(B2) Une petite équipe des forces armées britanniques va venir en soutien des Polonais sur la frontière avec la Biélorussie.

Cette petite équipe a un premier objectif : « explorer comment nous pouvons fournir un soutien technique pour faire face à la situation actuelle à la frontière biélorusse ». Cela suit un accord passé entre Londres et Varsovie. C’est aussi le témoignage d’« une longue histoire d’amitié » entre les deux pays « alliés de l’OTAN » commente le ministère britannique de la Défense via twitter vendredi (12 novembre).

Commentaire : cette aide peut sembler minimaliste et symbolique. Mais le symbole est important. Les Britanniques n’ont pas tout à fait oublié l’apport des militaires polonais dans la défense de Londres durant la Seconde guerre mondiale. Et avoir ne serait-ce que quelques militaires britanniques face aux garde-frontières et forces biélorusses démontre aussi que toute tentative d’entrisme biélorusse provoque une solidarité des Alliés.

(NGV)

NB : cette brève a été séparée de l’article mis à jour sur la mobilisation polonaise.

Cet article Une équipe du génie britannique en soutien à la frontière polonaise est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

A la frontière de la Biélorussie, la Pologne mobilise

Fri, 12/11/2021 - 19:26
La frontière de Kuznica (Photo : Garde-frontières PL)

(B2) C’est une véritable bataille moderne qui se déroule dans les confins orientaux de l’Europe, entre Pologne et Biélorussie. Une réelle attaque hybride au sens propre du terme

L’action se situe dans cette région de la Podlachie, le climat y est plutôt sauvage et rude, entre forêts et marécages. On se situe non loin de la forêt de Białowieża, une des dernières forêts « primaires » en Europe, déclarée patrimoine mondiale de l’humanité.

Une première depuis 1991

Pour la Pologne, cette situation est exceptionnelle. C’est « la première fois depuis 30 ans, que la sécurité à (ses) frontières est mise à rude épreuve » soulignait ainsi le premier ministre Mateusz Morawiecki devant la Diète mardi (9 novembre) (1). Et il ne s’agit pas d’immigration, mais d’une attaque en bonne et due forme, même si elle est hybride. « Nous sommes convaincus que les opérations à la frontière orientale de la Pologne font partie d’une opération plus large et coordonnée qui est d’un nouveau type de guerre, où les gens sont utilisés comme boucliers humains » dit le ministre de l’Intérieur, Mariusz Kamiński.

L’instigateur : le Kremlin

Pour les Polonais, il n’y a pas l’ombre d’un doute. « Le principal décideur est à Moscou au Kremlin, c’est Vladimir Poutine. Nous observons depuis longtemps des réunions tant au niveau politique qu’au niveau des services secrets des deux pays » lâche Mateusz Morawiecki. Une attaque planifiée. « Depuis juin, nous savions qu’une décision politique avait été prise d’attaquer notre pays et les pays baltes en utilisant l’élément de la migration illégale. »

31.000 tentatives stoppées

Les Polonais disent avoir bloqué 31.000 tentatives de passage. Plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées. 1800 personnes sont dans des centres de rétention. 300 d’entre elles ont décidé de retourner dans leur pays d’origine. 370 passeurs ont aussi été arrêtés. Le moment le plus critique est survenu en début de semaine, lundi, à Kuznica. Environ 1500 migrants ont tenté de franchir la frontière. Une tentative de passage en force.

Pas beaucoup d’aide de Bruxelles

Face à cela, la Pologne se sent un peu seule. «  Jusqu’à présent, Bruxelles n’a pas fait grand-chose » critique le premier ministre. La Commission européenne, l’Union européenne, le Conseil « nous inondent de propositions de soutien ». Mais « c’est comme dans le ‘rapport de la ville assiégée’ — une oeuvre du poète Zbigniew Herbert : « ils envoient des sacs d’encouragement, de la graisse et de bons conseils. » 

Du financement et des sanctions

Or ce que veut la Pologne c’est du concret. Tout d’abord une « aide financière pour la construction du barrage » — le premier ministre en parle à tous ses interlocuteurs, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen comme le président du Conseil européen Charles Michel. Deuxième cheval de bataille de Varsovie : des sanctions économiques fortes frappant au cœur la Biélorussie. « Les sanctions que nous avons aujourd’hui, c’est-à-dire augmenter le nombre de personnes qui ne seront pas autorisées à entrer dans l’Union européenne, convenons-en, ce n’est malheureusement pas une sanction terrible pour le régime de Loukachenko, il faut également d’autres sanctions économiques. » Enfin, la Pologne veut une action déterminée dans les pays d’origine « pour bloquer l’émigration au premier niveau ».

Frontex n’est pas utile

Sur une possible aide du corps européen des garde-frontières, le Polonais n’a aucune illusion. « Frontex, vous savez, c’est plutôt une agence d’échange de bonnes pratiques. Bien sûr il ont quelques suggestions, etc. [Mais] ce service [Frontex] est léger, il est petit » raille-t-il. L’agence « n’aide pas beaucoup d’ailleurs lors de la grande crise à la frontière sud. […] Si on en avait 20.000 hommes en renfort, des soldats ou des officiers de Frontex qui viendraient, alors oui nous y penserions vraiment. Mais une telle situation n’existe pas du tout. »

L’armée mobilisée

Selon le ministère de la Défense, environ 13.000 soldats venant de quatre divisions servent actuellement, soit directement à la frontière, soit à l’arrière. Ils sont présents sur toute la longueur de la ligne frontière et soutiennent les gardes-frontières à presque tous les postes. Ils étaient 6000 il y a quelques semaines.

Génie, hélicos et défense territoriale

Outre les forces terrestres, la composante aéronautique est présente avec cinq hélicoptères. Ils sont appuyés par les soldats des troupes du génie chargés de construire et de réparer les dommages causés à la clôture. Les Forces de défense territoriale ont aussi été mobilisées en appui, depuis l’instauration de l’état d’urgence, dans la protection de la zone frontalière. À ceux-là, il faut ajouter les quelques milliers de garde-frontières et policiers déployés. Soit en tout plus de 15.000 hommes aux frontières.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. La dernière fois c’était en effet en 1991, à la chute de l’URSS lorsque les unités spéciales du ministère soviétique de l’intérieur (les OMON) prennent d’assaut les postes frontières lituaniens.

Cet article A la frontière de la Biélorussie, la Pologne mobilise est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Un Suédois prend la tête de la task-force Takuba

Thu, 11/11/2021 - 21:30

(B2) Depuis hier mercredi (10 novembre), le colonel Peter des forces spéciales suédoises a pris la tête de l’opération multinationale initiée par les Français dans la zone des Trois frontières au Sahel

Le Colonel Peter de dos avec le général de brigade Landicheff, lors de la passation du commandement (crédit : DICOD/EMA)

Une preuve de confiance

« Le fait que la Suède soit désormais autorisée à prendre la direction est une preuve claire que la confiance dans les forces spéciales suédoises, la force suédoise dans son ensemble et son personnel hautement compétent est élevée » indique le colonel Peter *, qui vient tout juste de rentrer à Ménaka, la base des militaires Takuba, après une tournée de la région avec son prédécesseur, le général de brigade français Philippe Landicheff. Histoire de bien passer le relais.

Une première pour les Français et les Suédois

Pour les Suédois, le Mali n’est pas tout à fait une découverte. La Suède participe à l’opération depuis près d’un an à Takuba, avec une force de réaction rapide équipée notamment d’un hélicoptère Black Hawk (Hkp-16 dans la dénomination suédoise). Mais c’est la première fois depuis le début de l’intervention française au Mali que les Français osent confier à un Européen le commandement d’une de leurs composantes d’intervention sur place. Les Suédois n’avaient jusqu’à présent d’un poste d’adjoint.

Un certain intérêt européen

Une douzaine de nations participent aujourd’hui à la task-force Takuba, directement sur le terrain, ou au commandement. Mais d’autres pourraient la rejoindre. « Il existe un intérêt européen évident à contribuer à cette tâche importante » indique-t-on du côté suédois. La Suède assurera le commandement jusqu’au 1er mars prochain. Le contingent suédois devrait alors rentrer au pays.

(NGV)

* Un pseudonyme. La Suède mettant un point d’honneur à ne pas dévoiler l’identité de ses forces spéciales.

Cet article Un Suédois prend la tête de la task-force Takuba est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Pages