Vous êtes ici

Coulisses de Bruxelles

S'abonner à flux Coulisses de Bruxelles
Les dernières actualités du site bruxelles.blogs.liberation.fr
Mis à jour : il y a 2 semaines 4 jours

A Salzbourg, l'UE des blocs

dim, 23/09/2018 - 21:10

Vous ne voulez pas accueillir de demandeurs d’asile ? Alors vous pouvez oublier Schengen. Vous contestez les valeurs européennes ? Alors vous vous passerez de l’argent européen ! C’est, brutalement résumé, la menace qui pèse sur les Etats d’Europe centrale et orientale, mais aussi les Etats dirigés par des forces « populistes » qui semblent avoir oublié que l’Union donne certes des droits, mais implique aussi des devoirs.

Hier, en clôture du sommet informel de Salzbourg, en Autriche, qui n’a strictement marqué aucun progrès ni sur le Brexit ni sur la politique d’immigration et d’asile, Emmanuel Macron a brutalement haussé le ton. Il s’en est violemment pris à « ceux qui expliquent : moi, j’aime l’Europe quand elle me donne de l’argent, quand elle permet la prospérité à mon peuple, quand elle permet à mes travailleurs d’aller mieux gagner leur vie dans des pays voisins. Mais, chez moi, pas un seul migrant, pas un seul réfugié ». Pour le président de la République, « les pays qui ne veulent pas davantage » de contrôle commun des frontières extérieures de l’Union ou de « solidarité » dans la gestion des flux migratoires « sortiront de Schengen ». « Les pays qui ne veulent pas davantage d’Europe, ils ne toucheront plus les fonds structurels ».

La France est loin d’être la seule à durcir le ton : l’Allemagne l’a fait avant elle. On assiste, en réalité, à une rupture profonde entre l’Est (les Baltes sont un cas à part) et l’Ouest qui pourrait déboucher sur remise en cause de l’intégrité de l’Union. Constrairement à ce qu’espéraient les promoteurs du grand élargissement de 2004, non seulement la greffe entre l’Est et l’Ouest n’a pas prise, mais on constate aujourd’hui un véritable rejet : la crise des migrants l’a mis à jour tout comme la lente dérive vers des régimes illébéraux. Mais ce n’est pas la seule ligne de fracture qui menace l’Union : la droite radicale, l’extrême droite et les néo-fascistes font parti de majorité de gouvernement en Autriche, en Belgique, en Italie et au Danemark : ces pays n’hésitent pas à préconiser des « solutions » au problème migratoire qui violent le droit européen, international et humanitaire, par exemple en demandant le refoulement immédiat dans le pays de départ des étrangers sauvés en Méditerranée. Des forces xénophobes que la cohérence n’étouffe pas : ainsi l’Italie est du côté de l’Allemagne et de la France pour réclamer la répartition des demandeurs d’asiles, mais du côté de la Hongrie et de la Pologne pour refuser l’accueil des migrants (afin de faire le tri entre les immigrants et les réfugiés) sur son sol. « L’Italie est représentative de ces nouvelles forces politiques : on rejette l’Union tout en faisant appelle à elle, car elles savent qu’elles ne peuvent pas s’en passer en réalité ».

Plus grave encore : les démagogues sont en train de miner le fonctionnement même de l’Union qui repose sur le respect du droit et de la parole donnée. Ainsi, les pays d’Europe de l’Est refuse d’appliquer le règlement de 2016 sur la répartition des demandeurs d’asile ainsi que l’arrêt de la Cour de justice leur donnant tort. Bruxelles n’ayant pas de force de police, elle est désarmée. Ces pays considèrent aussi qu’ils ne sont pas tenu par les engagements pris par leur chef de gouvernement lors des conseils européens. Ainsi, les ministres de l’intérieur de la Hongrie, de la Pologne ou de l’Italie refusent de mettre en musique les décisions du conseil européen de juin sur la gestion des débarquements en Méditerranée… Bref, il y a le feu à la maison européenne.

D’où la volonté de Macron et de ceux qui restent attachés au projet européen et au modèle démocratique libéral de porter le fer contre les « populistes » qui remettent en cause les valeurs et le projet européens, et ce, en prévision des prochaines élections au Parlement européen en mai 2019. « La crise que l’Europe vit ces 10 dernières années, c’est une crise existentielle, la capacité à savoir si le projet politique conduit par les pères fondateurs, qui a consisté à savoir conjuguer les intérêts nationaux pour définir quelque chose de plus grand, peut toujours prévaloir », a résumé le chef de l’Etat français à Salzbourg.

La Commission a déjà proposé, au printemps dernier, qu’à partir de 2021, l’octroi des aides européennes (jusqu’à 4 % du PIB des pays d’Europe de l’Est) soit conditionné au respect de l’Etat de droit. Emmanuel Macron et Angel Merkel vont plus loin en demandant que la libre circulation de Schengen soit réservée aux seuls pays qui respecteront la politique commune d’immigration et d’asile, une politique qui pourrait devenir une « coopération renforcée ». Ce qui reviendrait de facto à créer deux Europe. L’une solidaire, l’autre limitée à un simple marché.

N.B.: article paru dans Libération du 21 septembre

Photo: France Info

Catégories: Union européenne

"On ne règle pas la crise des migrants selon les mêmes mécanismes qu'une crise du lait"

dim, 23/09/2018 - 21:10

La relocalisation obligatoire des demandeurs d’asile est un échec. Adopté en 2015, en pleine crise des réfugiés, sur proposition de la Commission, afin de soulager les pays de la ligne de front, le règlement européen s’est heurté au refus à la fois des pays d’Europe centrale de prendre leur part du fardeau et des demandeurs d’asile peu désireux de se retrouver dans un pays qu’ils n’avaient pas choisi. Sur les 100 000 demandeurs d’asile qui auraient dû être relocalisés, 35 000 l’ont effectivement été après 3 ans, et seuls la Finlande, la Lettonie, le Luxembourg et l’Irlande ont atteint la moitié du quota qui leur était alloué.

Autant dire que l’adoption d’un régime permanent de relocalisation en cas de crise prévue par le projet de réforme du règlement de Dublin sur le pays responsable du traitement d’une demande d’asile a peu de chance d’être adoptée. Pour sortir de cette impasse, Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS, professeur invité à Yale (États-Unis) et l’un des meilleurs spécialistes de l’immigration, propose, dans un article publié dans la Revue des droits de l’homme (cosigné par Pierre Auriel), de sortir du juridisme pour réintroduire du politique dans la gestion des crises migratoires. Pour lui, c’est le seul moyen de rendre effective l’exigence de solidarité. Entretien.

Un certain nombre d’États européens refusent par principe la relocalisation obligatoire des demandeurs d’asile. Comprenez-vous leur attitude ?

Même si les dispositions des traités européens permettent un tel mécanisme obligatoire, l’on ne pouvait régler la crise selon les mêmes mécanismes que, par exemple, en cas de surproduction de lait en imposant des quotas. Car il y a une dimension humaine et des aspects de souveraineté nationale qu’on ne peut ignorer. La commission a gagné devant la Cour européenne de Justice, mais les Etats n’appliquent pas sa décision. C’est donc l’impasse. Or, il y a la possibilité de faire autre chose que la relocalisation obligatoire, et cela immédiatement, sans changer les traités, les règlements ou le droit européen.

C’est-à-dire ?

Il faut rétablir une forme de logique dans la gestion des réfugiés. En temps normal, le système du règlement de Dublin sur le pays responsable du traitement d’une demande d’asile doit continuer à s’appliquer. En clair, c’est le premier pays d’accueil qui doit instruire la demande d’asile. En cas d’afflux massif, par exemple en Grèce, la Commission devra faire appel aux Etats volontaires, prêts à fournir soit une aide financière, soit des garde-frontières et des garde-côtes, soit du personnel pour aider au traitement des demandes d’asile conformément à la convention de Genève. Cet appel officiel à la solidarité des États membres créera un débat politique dans chacun d’entre eux et dans les sociétés civiles. C’est seulement ensuite, si l’aide est insuffisante, que la Commission pourra passer à l’étape de la contrainte, celle-ci étant d’autant mieux justifiée qu’elle sera motivée par l’incapacité des Etats à se mobiliser volontairement.

Donc la Commission en gérant la crise migratoire par la règle sans faire appel au débat politique a commis une erreur ?

La Commission s’est trompée en oubliant qu’avant la contrainte elle disposait d’un outil juridique d’appel au volontariat qui aurait permis d’informer les citoyens européens, d’instaurer un débat politique et favoriser ainsi la prise de conscience collective de la situation en Grèce ou en Italie qui aurait peut-être permis de traiter la crise sans vouloir imposer la contrainte. Si elle l’avait utilisé, je suis certain qu’il y aurait eu des mobilisations dans tous les États, y compris en Hongrie, pour que l’on vienne en aide aux pays de premier accueil. Cela aurait fait bouger les lignes.

Ne faudrait-il pas aussi impliquer la communauté internationale ?

C’est ce que nous proposons en cas d’appel à la contrainte. La crise de l’ampleur de celle de 2015, n’était pas une crise européenne, mais une crise humanitaire mondiale. Imaginons que la Grèce n’ait pas été alors dans l’Union : elle aurait fait appel à l’ONU pour qu’on lui vienne en aide et il y aurait eu une mobilisation internationale sans en passer par la contrainte. Si l’Europe ne peut pas faire au moins ce qu’aurait fait le conseil de sécurité qu’elle le saisisse ! Quand il y a eu la crise des boat people vietnamiens, on n’a pas laissé les voisins de ce pays gérer seul le problème. Dans le cas syrien, il aurait fallu impliquer, au-delà de nos voisins immédiats, les États responsables de la situation dans la région : les États-Unis, l’Australie, l’Arabie Saoudite, la Russie, etc. Quand tous les grands du monde sont réunis, chacun faisant quelque chose, ils ont plus de chance d’entraîner les Européens réticents.

Il est question de sanctionner financièrement les États européens qui refuseraient d’appliquer la relocalisation obligatoire des demandeurs d’asile. Est-ce une bonne idée ?

Rentrer dans une logique de sanctions, c’est prendre le risque de renforcer Viktor Orban, le Premier ministre hongrois. Il faut rétablir le prima du politique, ce qui permettra de mobiliser les sociétés civiles européennes y compris la société hongroise. il faut aussi qu’en cas de crise humanitaire, l’Union se comporte en acteur majeur de la politique internationale. Ce que nous proposons peut-être mis en application demain. Cela éviterait de se lancer dans une réforme générale du droit d’asile qui, à court et même moyen terme, a peu de chance d’aboutir. Et cela permettrait de sortir de l’impasse.

N.B.: entretien paru dans Libération du 21 septembre

Catégories: Union européenne

Brexit: le Royaume-Uni toujours persuadé que c'est l'Union européenne qui le quitte...

ven, 21/09/2018 - 21:56

Le vendredi 29 mars 2019 à 23 heures, heure de Londres, le Royaume-Uni quittera l’Union. Voilà la seule chose certaine que l’on sait à propos du Brexit, puisqu’il figure dans une loi britannique qu’il sera très difficile de modifier. Pour le reste, c’est toujours la confusion du côté britannique deux ans et demi après le référendum du 23 juin 2016 et un an et demi après le début officiel des négociations. « Même si les droits des citoyens ou le règlement de la facture du départ ont été actés, on en est toujours au point de départ pour le reste : les questions centrales du marché intérieur et de la frontière entre les deux Irlande ne sont toujours pas réglées et un « no deal » par accident est de plus en plus possible, ce qui serait catastrophique pour le Royaume-Uni et une mauvaise chose pour l’Union », explique un diplomate d’un grand pays, puisque toutes les relations seraient interrompues d’une seconde à l’autre. Et, comme prévu, aucun progrès n’a eu lieu au cours du sommet informel de Salzbourg de mercredi et de jeudi.

Or l’horloge tourne de plus en plus vite : « si d’ici le 15 novembre, il n’y a pas d’accord, le gouvernement britannique nous a expliqué qu’il ne pourrait pas être prêt dans les temps, vu le nombre de lois qu’il doit faire adopter avant le 29 mars », poursuit le diplomate déjà cité. Le Polonais Donald Tusk, le président du conseil des chefs d’État et de gouvernement, a déjà prévu un sommet extraordinaire début novembre, en plus du conseil européen ordinaire des 19 et 20 octobre, afin d’essayer de parvenir à un accord à l’arraché.

Le problème fondamental est que Londres n’a toujours pas compris ou admis que c’est elle qui part : « depuis le début de cette affaire, on a l’impression que c’est l’Union qui quitte le Royaume-Uni », s’amuse un diplomate français. Or, dès le départ, les Vingt-sept ont établi la règle du jeu : il n’est pas question que Londres se retrouve dans la même situation qu’avant le Brexit ou qu’elle bénéficie des avantages du marché unique et de l’union douanière sans en supporter les contraintes. Or, quand May appelle les Européens à « faire un effort », c’est en réalité ce qu’elle leur demande : « depuis deux ans, les Britanniques nous proposent des solutions qui sont incompatibles avec nos règles », s’agace un haut fonctionnaire. Ainsi pour l’Union, il est hors de question de saucissonner le marché intérieur en acceptant une libre circulation des marchandises, des services et des capitaux, mais pas des personnes.

De même, il n’est pas question qu’un accès total au marché intérieur des marchandises puisse se faire sans respecter l’ensemble des normes réglementaires de l’Union, ce que souhaite pourtant la Grande-Bretagne. Même chose pour l’union douanière : Londres propose d’y rester afin de résoudre le problème de la frontière irlandaise, mais veut négocier librement des accords commerciaux avec les pays tiers. En fait, « les propositions britanniques reviennent toujours à leur donner un avantage par rapport à leur situation actuelle », résume un diplomate.

Le problème pour Theresa May est que, si les États européens sont divisés sur à peu près tous les sujets, ils sont unis sur le Brexit. Personne, et notamment pas l’Allemagne, la France, les Pays-Bas et le Danemark, ne veut lui faire le moindre cadeau, à la fois pour décourager ceux qui pourraient être tentés par un « exit » finalement pas si catastrophique, mais aussi pour éviter de donner à la Grande-Bretagne un avantage compétitif. « Il y avait deux solutions simples écartées d’emblée par le gouvernement britannique, explique un diplomate : soit le modèle norvégien, c’est-à-dire l’accès total au marché intérieur en respectant l’ensemble de nos règles, soit l’accord de libre-échange classique ». C’est pour cela que les négociations sont dans une impasse dont on ne voit pas l’issue. La France, prudemment, va demander une loi d’habilitation au Parlement pour promulguer les ordonnances nécessaires pour limiter les effets d’une rupture brutale en cas de « no deal ». De fait, du jour au lendemain, les entreprises britanniques ne pourront plus exercer leur activité dans l’Union, les avions britanniques avoir accès au ciel unique européen, les contrôles aux frontières seront rétablis, etc.. Un précipice vers lequel la Grande-Bretagne fonce tout droit.

N.B.: article publié dans Libération du 20 septembre

Catégories: Union européenne

Face à Orban, la droite européenne façon puzzle

lun, 17/09/2018 - 16:42

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a donc été lâché par une partie de ses amis de la droite européenne (Parti populaire européen, PPE) et se retrouve aux côtés du gouvernement polonais de Droit et Justice (PiS) sur le banc d’infamie des pays accusés de violer les valeurs européennes, en particulier l’état de droit et la démocratie (lire Libération d’hier). Par une majorité de 448 voix contre 197 et 48 abstentions, le Parlement européen a demandé, hier, l’ouverture de la procédure prévue par l’article 7 du traité sur l’Union.

Il fallait, pour que la résolution défendue par la Néerlandaise Judith Sargentini (écologiste) soit adoptée, une majorité des deux tiers des suffrages exprimés, une super majorité prévue par les traités européens. En clair, bien que 693 députés étaient présents hier dans l’hémicycle de Strasbourg (sur 751 sièges), les 48 abstentions n’ont pas été prises en compte : la majorité requise était donc de 430 voix. Autant dire qu’elle n’a été dépassée que de justesse (de 18 voix). Ce sont les députés du PPE qui ont fait la différence, 116 d’entre eux (sur 218) ayant décidé qu’Orban et le Fidesz avaient franchi la ligne rouge, à l’image de la quasi-totalité des groupes socialiste, libéral, Verts-régionalistes et de gauche radicale. Il est à noter que les députés du Mouvement cinq étoiles (M5S) ont aussi voté pour la mise en accusation d’Orban, à la différence de leurs alliés de la Ligue avec lesquelles ils gouvernent pourtant l’Italie.

La droite radicalisée soutient Orban

En revanche, les groupes eurosceptiques de l’ECR (conservateurs britanniques, PiS polonais, etc.), les europhobes de l’ETDD (essentiellement le UKIP britannique) et de l’ENF (constitué autour du Rassemblement national) ont massivement soutenu Orban. Mais ils n’ont pas été les seuls : le PPE a, en effet, explosé façon puzzle. 57 députés ont voté avec la droite radicale et 28 se sont réfugiés dans l’abstention. Parmi les fidèles du Fidesz, trois élus LR qui assument la ligne extrême droitière de Laurent Wauquiez : Angélique Delahaye, Nadine Morano et Frank Proust. Parmi les abstentionnistes, six LR : Michèle Alliot-Marie, Arnaud Danjean, Rachida Dati, Geoffroy Didier, Brice Hortefeux, Philippe Juvin. Au final, sur les 18 LR présents, seuls 9 ont voté contre Orban.

Parmi les gros contingents du PPE qui n’ont pas voulu isoler Orban, on trouve la CSU bavaroise, Forza Italia, le Pardito Popular espagnol et beaucoup d’élus des pays d’Europe centrale et orientale (Bulgarie, Hongrie, Croatie, Slovénie, Slovaquie). Les socialistes, les libéraux et la gauche radicale ont aussi eu une quinzaine de défections dans leurs rangs d’élus de l’Est. Plus curieux, si l’on veut : le parti communiste portugais, qui siège sur les mêmes bancs que France Insoumise, s’est prononcé contre l’activation de l’article 7…

Autant dire que, en première analyse, le paysage de la droite européenne apparaît dévasté après ce vote. Ce sont deux stratégies qui s’affrontent à l’approche des élections européennes de mai 2019. D’un côté, ceux qui considèrent qu’il faut s’opposer frontalement aux démagogues et à l’extrême droite. De l’autre, ceux qui, à l’image de Laurent Wauquiez (on n’ose dire LR tant le parti est lui-même divisé), de Forza Italia, du parti populaire ou de la CSU considèrent qu’il faut au contraire aller chercher des voix voire des alliances à la droite extrême voire à l’extrême droite. L’activation de l’article 7 semble donc marquer une victoire des premiers sur les seconds.

Manfred Weber et l’épine Orban

En réalité, les choses sont un peu plus compliquées. Car il n’est nullement question, pour l’instant du moins, d’exclure le Fidesz du PPE comme le groupe libéral l’avait fait avec le FPÖ autrichien de Jorg Haïder. D’ailleurs, à l’issue du vote, l’Allemand Manfred Weber (CSU), qui préside le groupe PPE et a voté pour la mise en accusation de la Hongrie, a pris soin de tweeter qu’ilsouhaitait « maintenir le dialogue et continuer à préserver l’unité de l’Europe. Les semaines qui viennent doivent permettre d’engager le dialogue, pas d’y mettre fin. Les valeurs européennes ne sont pas négociables pour nous ». En clair, si Orban accepte quelques compromis, on en restera là. Mais nul n’exclut un mouvement de mauvaise humeur d’Orban qui pourrait partir de lui-même afin de créer un nouveau pôle des droites illibérales au Parlement européen. Nul doute que le Français Joseph Daul, le président du parti, et Manfred Weber, le patron du groupe, feront tout pour éviter que ce cauchemar qui affaiblirait gravement les conservateurs ne se produise.

Les deux hommes, tout comme le Premier ministre hongrois, savent d’ailleurs très bien que le vote d’hier est surtout symbolique. Ce n’est, en effet, qu’une demande : désormais, la balle est dans le camp des États puisqu’il revient au Conseil des ministres de l’Union (où siègent les représentants des gouvernements) de décider à la majorité des quatre cinquièmes des 27 s’il « existe un risque clair de violation grave » des valeurs européennes, première étape pouvant mener à de très hypothétiques (car décidées à l’unanimité) sanctions. Or, dans la configuration politique actuelle de l’Union, cette majorité de 22 pays ne sera pas facile à atteindre…

Autant dire que l’opération article 7 ressemble fort à une opération de déminage menée par Manfred Weber qui espère être désigné en novembre par le PPE comme tête de liste pour les élections européennes, ce qui lui permettrait de devenir président de la commission en novembre 2019. Il espère être parvenu à ménager sa gauche, en montrant qu’il combat les démagogues, sans se fâcher avec sa droite, en lançant une procédure qui n’a aucune chance d’aboutir. C’est ce qui s’appelle garder deux fers au feu.

N.B.: article paru dans Libération du 13 septembre. Mon avant-papier est ici.

Dessin: Erwan Terrier pour 28'

Catégories: Union européenne

L'Union n'est plus européenne, mais allemande

dim, 16/09/2018 - 19:37

L’Allemand Manfred Weber, 46 ans, espère succéder au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne. Le patron du groupe PPE (parti populaire européen, conservateur) au Parlement européen et vice-président de la CSU bavaroise, l’aile droitière de la CDU, a annoncé, mercredi, qu’il était candidat à la candidature pour devenir tête de liste (Spitzenkandidat, en allemand) de son parti aux élections européennes de mai 2019. S’il l’emporte, lors du congrès du PPE qui aura lieu à Helsinki les 7 et 8 novembre il aura alors toutes ses chances, le Parlement européen ayant imposé en 2014 que la tête de la liste arrivée en tête aux élections soit automatiquement désignée président de l’exécutif européen.

La candidature à la candidature de Manfred Weber, adoubée par la chancelière Angela Merkel, tout comme les visées germaniques sur la Banque centrale européenne, est symptomatique de l’Europe allemande qui se met impitoyablement en place depuis la crise de la zone euro de 2010. Déjà, le social-chrétien Jean-Claude Juncker, sans être l’homme choisi par Berlin, est extrêmement proche des intérêts allemands, comme il l’était déjà lorsqu’il était ministre des Finances puis Premier ministre du Grand Duché. L’homme qui l’a propulsé à la tête de la Commission et dont il a fait le haut fonctionnaire le plus puissant de l’Union en le nommant secrétaire général de la Commission, Martin Selmayr, est lui-même Allemand. D’ailleurs, il est frappant de constater que trois institutions sur quatre ont des secrétaires généraux allemands : outre la Commission, le Parlement européen (Klaus Welle) et le Service européen d’action extérieure (Helga Schmid). Cela aurait pu être quatre sur quatre si l’Allemand Uwe Corsepius n’avait pas préféré quitter son poste au Conseil des ministres pour retourner à la chancellerie allemande en 2015 après quatre ans passés à Bruxelles… Mieux, le secrétaire général adjoint du Parlement est lui-aussi Allemand, une institution qui a été dirigée pendant cinq ans par un Allemand (Martin Schulz, 2012-2017). Sur huit groupes politiques, quatre, dont les deux plus importants (PPE et PSE), sont présidés par des Allemands. Pour compléter ce tableau, il ne faut pas oublier que les présidents de la Cour des comptes européenne (Klaus-Heiner Lehne), de la Banque européenne d’investissement (Werner Höyer), du Mécanisme européen de stabilité (Klaus Regling), du Conseil de résolution unique des crises bancaires (Elke König) sont Allemands tout comme le commissaire européen chargé du budget, le nerf de la guerre, Gunther Ottinger. Et bien sûr, tous sont membres ou proches de la CDU d’Angela Merkel.

« Il ne s’agit pas d’une volonté délibérée, mais simplement les Allemands considèrent qu’ils sont les meilleurs Européens et donc qu’ils doivent faire le job pour pallier l’absence des autres capitales », explique Dany Cohn-Bendit, ancien député européen (Grünen). Et il est vrai qu’en dehors de la présidence de la BCE, que vise le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galau, les candidats allemands ne rencontrent aucune opposition sérieuse et organisée. « En 1953, Thomas Mann tint à Hambourg un discours devant un parterre d’étudiants qu’il implorait d’aspirer non pas à une « Europe allemande », mais à une « Allemagne européenne », résume l’historien anglais Timothy Garton Ash (1). «Nous avons cependant aujourd’hui affaire à une variante (…) : une Allemagne européenne dans une Europe allemande ». Question : les peuples européens sont-ils prêts à accepter d’être ainsi dirigés par l’Allemagne ?

(1) Der Spiegel, 13 février 2012

N.B.: un dessin de Nicolas Vadot rien que pour vous

Catégories: Union européenne

Un bug infini

ven, 14/09/2018 - 16:51

Le bug qui a fait disparaitre tous les commentaires du site et donc de mon blog n’est toujours pas résolu après une semaine... Je n’ai évidemment aucune prise sur cette étrange affaire et je vous pris de m’en excuser. Si vous voulez commenter mes posts, vous pouvez le faire sur Facebook , sur ma page Facebook, ou sur la page Coulisses de Bruxelles.

Catégories: Union européenne

Européennes: l'attentisme de Macron l'isole

ven, 07/09/2018 - 18:05

Emmanuel Macron manie le verbe européen à l’instar d’un François Mitterrand et d’un Helmut Kohl, ce qui fait se pâmer le tout Bruxelles. Et personne n’a oublié qu’il a terrassé l’hydre europhobe Marine Le Pen, drapeau européen au poing. Mais au-delà, il est bien seul tant sa stratégie européenne apparaît pour le moins brouillonne. Car se poser en tête de file des europhiles et des défenseurs intransigeants des valeurs européennes, un rôle que Viktor Orban, le Premier ministre conservateur hongrois, et Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur d’extrême droite italien, rêvent de lui voir endosser, ne suffira pas à gagner les élections européennes et encore moins à lui assurer un groupe politique au sein du Parlement européen, clef de toute stratégie d’influence.

« On peut comprendre que Macron veuille répéter en France l’opération qui lui a permis de gagner l’élection présidentielle en agrégeant autour de lui toutes les forces pro-européennes et progressistes, mais sa stratégie est risquée au niveau européen », analyse un haut fonctionnaire du Parlement. En effet, le clivage europhobes/europhiles qui transcenderait au moins partiellement le clivage gauche/droite n’existe pas partout. « Par exemple, poursuit cet eurocrate, en Espagne et au Portugal, il n’y a pas de parti eurosceptique. Si on transforme l’élection européenne en référendum pour ou contre l’Europe, on va y créer une offre extrêmement dangereuse ».

Le piège est d’autant plus grand que cela donnerait aux citoyens l’impression qu’il faut accepter l’Europe telle qu’elle est, c’est-à-dire avec les politiques mises en œuvre par les conservateurs du PPE (Parti Populaire européen) qui domine le jeu depuis 20 ans. Ainsi, le référendum français de 2005 sur le traité constitutionnel européen a montré qu’un choix binaire donnait un coup de fouet aux partis eurosceptiques et europhobes, de droite comme de gauche, qui apparaissent comme la seule alternative possible à une Europe dont on ne partage pas toutes les orientations. En Allemagne, cela donnerait le beau rôle à l’AfD, le parti xénophobe d’extrême droite qui se poserait en seul défenseur d’une « autre Europe ». En Hongrie ou en Italie, Orban et Salvini n’attendant eux aussi que cela.

Le Belge Guy Verhofstadt, patron « macroncompatible » du groupe libéral du Parlement européen, lui, estime que l’affrontement contre les démagogues europhobes est le meilleur moyen d’affaiblir le PPE en mettant le doigt sur ses contradictions. En effet, c’est un regroupement à large spectre, puisqu’il va des socio-chrétiens luxembourgeois, assez proches de la social-démocratie, au Fidesz de Viktor Orban qui a théorisé l’illibéralisme, en passant par l’ÖVP autrichien allié à l’extrême droite du FPÖ. Verhofstadt, tout comme Macron, espère faire voler en éclat le PPE en menant une campagne référendaire ou au moins de l’empêcher de faire alliance avec les populistes qui ne sont pas pour une remise en cause de l’État de droit, comme la Ligue de Salvini « qui n’hésitera pas à lâcher sa copine Marine qui, elle, restera infréquentable à jamais », s’amuse un conseiller politique libéral. À partir du moment où on est allié avec Orban, il est vrai que Salvini n’est pas si terrifiant que cela.

Reste que le rêve de Macron de constituer un groupe pivot autour d’En Marche s’est évanoui à cause de son indécision. Il a mis un an à recevoir Verhostadt (fin juillet) qui était pourtant prêt à faire exploser son groupe pour rejoindre en Marche, a refusé de proposer une alliance au Mouvement cinq Étoiles qui désormais colle à la Ligue, a laissé dériver Ciudadanos sur une ligne encore plus dure que celle du Partido Populare sur la question catalane, ce qui a ouvert un espace inespéré aux socialistes espagnols… Aujourd’hui, mis à part le Parti démocrate italien en chute libre, on ne voit plus très bien avec qui il pourrait constituer un groupe qui compte, sauf à espérer qu’une partie du PPE renâcle à une alliance avec les populistes. Résultat : à neuf mois des Européennes, En Marche sera sans doute réduit à n’être qu’une force d’appoint du groupe libéral de Verhofstadt qui ne lui fera pas de cadeau après avoir été malmené par Macron. D’autant que les députés inexpérimentés ne peuvent espérer aucun poste d’influence… Bref, Macron l’europhile risque bien d’être réduit à l’impuissance faute de troupe.

N.B.: article paru dans Libération du 6 septembre

Photo: AFP

Catégories: Union européenne

BUG (mis à jour le 6 septembre)

jeu, 06/09/2018 - 12:09

Les commentaires ont disparu de ce blog sans que je ne parvienne à savoir pourquoi. Ce n’est évidemment pas ma décision. Je vous tiens informé.

Le service web de Libé me dit que c’est l’ensemble du site qui est touché. Ils sont dessus!

Mauvaise nouvelle du 6 septembre : le problème vient du prestataire de services et semble plus compliqué que prévu. Donc toujours pas de commentaires...

Catégories: Union européenne

Changement d'heure: une opération de communication ratée

mer, 05/09/2018 - 20:27

L’été a été meurtrier pour l’Europe. La coalition de démagogues au pouvoir en Italie, dominée de la tête et des épaules par la Ligue, le parti néofasciste de Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur, a versé dans l’europhobie débridée : Rome menace de ne plus verser sa contribution au budget communautaire, ce que même le Royaume-Uni n’a jamais fait, si les migrants ne sont pas accueillis ailleurs et de déclencher une nouvelle crise de la zone euro en s’affranchissant de toutes les règles européennes. Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, de son côté, s’en est pris violemment à l’Europe occidentale, accusée d’être « non-démocratique », et à la Commission, « symbole de l’échec » de la lutte contre l’immigration et l’Islam. Et, comme si cela ne suffisait pas, Orban et Salvini ont inauguré un nouvel axe europhobe, Emmanuel Macron devenant leur tête de Turc. Autant dire que les sujets d’inquiétudes ne manquent pas en cette rentrée, d’autant que 2019 sera l’année de tous les dangers entre le Brexit, qui aura lieu le 30 mars, et les élections européennes du mois de mai qui pourraient voir une percée historique des europhobes.

Nonobstant, Jean-Claude Juncker a choisi de prendre tout le monde à contre-pied en faisant sa rentrée sur un sujet de la plus haute importance, le changement d’heure. Le président de la Commission a annoncé vendredi dernier que « des millions de personnes ont répondu » à la consultation publique en ligne (qui a eu lieu entre le 4 juillet et le 16 août) « et sont d’avis qu’à l’avenir, c’est l’heure d’été qui devrait être tout le temps la règle, et nous allons réaliser cela ». C’est pourtant le même homme qui avait annoncé au début de son mandat qu’il voulait se «concentrer sur les grands sujets et ne pas perdre de temps sur les petits »…

En réalité, Juncker veut détourner l’attention des « sujets anxiogènes », comme le note un diplomate européen, et surtout éviter les questions embarrassantes sur la montée des « populismes » qui signent l’échec de sa présidence. Et quoi de mieux qu’un sujet mineur, mais hautement inflammable, pour ce faire ? Après tout, Macron a bien réussi à détourner l’attention de la démission de Nicolas Hulot en épinglant les « Gaulois réfractaires » aux réformes…

Le problème est que l’opération semble totalement improvisée et, partant, mal fagotée. Ainsi, le porte-parole de la Commission s’est pris les pieds dans le tapis en expliquant qu’en fait la Commission va proposer aux États de supprimer le changement d’heure obligatoire, mais laissera chacun libre d’adopter l’heure qu’il souhaite, c’est-à-dire l’heure d’été ou l’heure d’hiver. L’unité temporelle du marché unique instaurée par l’harmonisation du changement d’heure risque d’être gravement mise à mal au sein d’un même fuseau horaire. Pire: imaginons que la France en profite pour enfin abandonner l’heure allemande (elle est au fuseau horaire de Berlin depuis 1940 comme Amsterdam, Luxembourg, Bruxelles et Madrid -depuis 1942) et repasse à l’heure anglaise au nom du respect de l’horloge biologique des enfants et des vaches, mais pas la Belgique... Ou que le Luxembourg passe à l’heure de Londres, mais heure d’hiver.

Le plus drôle est qu’en février dernier, Violeta Bulc, la commissaire chargée des transports, avait écarté toute réforme en expliquant qu’elle avait posé la question en décembre aux États d’un changement de la directive de 2000 harmonisant le passage à l’heure d’hiver et que personne n’était intéressé. La dernière année du mandat de Juncker risque d’être longue, très longue.

N.B.: version longue de l’article paru dans Libération du 3 septembre

Catégories: Union européenne

Selmayrgate: la Commission envoie paître la médiatrice européenne

mar, 04/09/2018 - 18:00

Comme on pouvait s’y attendre, la Commission a envoyé paitre la médiatrice européenne comme elle l’avait fait avec le Parlement européen, ce qui montre que l’exécutif communautaire est désormais hors de tout contrôle démocratique. Alors que le rapport d’Emily O’Reilly accuse Juncker et ses commissaires d’avoir violé l’Etat de droit (lire mon précédent article), elle se « félicite », dans un communiqué publié à midi, que « la Médiatrice – après une analyse détaillée des quelques 11 000 pages (1) qui lui ont été fournies – ne conteste ni la légalité de la procédure de nomination du Secrétaire général, ni le choix du candidat, décrit comme un «fonctionnaire européen compétent, très engagé au service de l’UE» ». On reste sans voix devant un tel déni de réalité: manifestement, la Commission n’a pas vu qu’elle était soupçonnée de corruption, «d’arbitraire» et de «prévarication».

Clairement, ni la Commission ni aucun commissaire ne veulent tirer la leçon politique de ce scandale. Dans n’importe quelle démocratie, une magouille de cette ampleur aurait au moins abouti à la démission du fonctionnaire mis en cause. Mais Selmayr s’étant emparé de tous les leviers du pouvoir et aucun commissaire n’ayant le courage de s’opposer à lui (les commissaires libéraux et socialistes, comme le Français Pierre Moscovici, sont manifestement terrés dans les caves du Berlaymont), l’affaire en restera là. D’autant plus que le Parlement européen a laissé passer sa chance en avril dernier en renonçant à censurer ce collège.

Plus étonnant est le silence des gouvernements. Car le Selmayrgate montre la faillite de l’Etat PPE (le parti conservateur européen) dont Juncker et Selmayr sont les créatures. L’occasion est donc belle pour les socialistes, les libéraux et même les populistes de commencer la campagne des Européennes de mai prochain en dénonçant la corruption de l’Etat PPE. En outre, Emmanuel Macron, le président français, qui ne veut plus du système des Spitzenkandidaten, tient là une occasion en or de montrer qu’il a accouché d’une Commission non pas politique, mais encore plus technocratique. Et pourtant, rien.

Cette atonie, qui contraste avec ce qui s’est passé avec l’affaire Cresson en 98-99, montre qu’en réalité plus personne ne croit à la possibilité d’une Europe politique et que les magouilles bruxelloises de quelques fonctionnaires et politiques à la semi-retraite n’intéressent plus grand monde. Juncker, qui fut un grand Européen, a définitivement loupé sa sortie. C’était bien la « Commission de la dernière chance », comme il l’a prophétisé en 2014, mais c’est lui-même qui l’a laissé passer. Terrible leg à l’histoire.

(1) 11000 pages pour nommer un fonctionnaire ? La bureaucratie est vraiment une valeur européenne.

Catégories: Union européenne

Selmayrgate: la médiatrice européenne enfonce le clou

mar, 04/09/2018 - 10:33

La médiatrice européenne enfonce un clou supplémentaire dans le cercueil de Jean-Claude Juncker et de la Commission qu’il préside. Saisie par des députés européens, notamment les socialistes français, l’Irlandaise Emily O’Reilly estime, dans une recommandation rendue publique ce matin, que la promotion, le 21 février 2018, de Martin Selmayr, le chef de cabinet du président de l’exécutif européen au poste de secrétaire général de la Commission, le plus haut poste administratif à Bruxelles, a violé à la fois « l’esprit et la lettre » du statut de la fonction publique européenne, la procédure ayant été « manipulée ».

« Il a quelque chose d’ironique » dans cette magouille technocratique, note pince-sans-rire, Emily O’Reilly, « le président Juncker (ayant) été le premier président de commission élu en vertu du processus démocratique des « SpitzenKandidaten » », la tête de la liste arrivée en tête aux élections européennes étant automatiquement élue président, justement « pour contrecarre l’idée que l’Union européenne est dirigée par des fonctionnaires non élus ». De fait, la recommandation de 39 pages, qui confirme l’ensemble des révélations de Libération, est un véritable réquisitoire contre une Commission qui semble être tombée entre les mains d’un eurocrate peu scrupuleux.

Le travail des services du médiateur européen, dont les bureaux sont à Strasbourg, s’est déroulé dans des conditions pour le moins hostiles : pour avoir accès aux documents demandés, les enquêteurs ont été obligés de répéter à de multiples reprises leurs requêtes, de laisser leur smartphone à l’extérieur de la pièce où ils étaient consultables et de travailler sous la surveillance constante d’un vigile… Néanmoins, ils ont réussi à reconstituer quasiment heure par heure le processus qui a permis à Martin Selmayr d’organiser sa promotion à un poste auquel il ne pouvait être directement nommé, n’ayant pas la fonction administrative suffisante, et surtout pour éviter que quiconque puisse se mettre sur son chemin.

Tout part de la décision (volontaire ou pas, on ne le saura jamais) du secrétaire général sortant, le Néerlandais Alexander Italianer, de prendre sa retraite le 1ermars 2018, alors même qu’il n’occupe ce poste que depuis septembre 2015 et qu’il n’a que 61 ans. Une décision connue seulement de Juncker et de Selmayr et gardée secrète jusqu’au bout. Ce sont ces deux hommes qui décident fin 2017 que le meilleur candidat pour succéder à Italianer est justement Selmayr en personne… Reste à organiser cette promotion en l’habillant légalement.

Le 31 janvier 2018, la Grecque Parasquevi Michou, secrétaire générale adjointe (SGA), est opportunément nommée, à la suite d’une procédure expresse, directrice générale (DG) pour les migrations et les affaires intérieures avec effet au… 1ermars. Un délai pour le moins étrange, note la médiatrice : puisque rien ne pressait, pourquoi ne pas l’avoir nommé le 21 février suivant, en même temps qu’était annoncée toute une série de nominations, dont celle de Selmayr ? Plus choquant : le commissaire chargé des migrations et des affaires intérieures, Dimitris Avramopoulos, étant lui-même Grec ne pouvait avoir comme DG quelqu’un de sa nationalité comme le prévoit une règle interne à la Commission. « En 14 ans et plus de 100 directeurs généraux nommés », note la médiatrice, la règle n’a jamais été enfreinte. Sauf le 31 janvier. Pire : l’un des membres du « Comité consultatif des nominations » (CCN), chargé de donner son avis sur la promotion de Michou, n’est autre que Selmayr en personne, ce qui constitue un « conflit d’intérêts » direct puisqu’il sait que la promotion de Michou est nécessaire pour qu’il puisse concourir sur son poste. En effet, le passage par la case « secrétaire général adjoint » est nécessaire, car il n’est que « conseilleur principal », une fonction insuffisante pour devenir directement secrétaire général : seuls les directeurs généraux, les directeurs généraux adjoints (et donc les secrétaires généraux adjoints) peuvent être promus à un tel poste.

Selmayr se porte donc candidat dans la foulée de la promotion de Michou. Il n’y a qu’une autre candidate, en l’occurrence Clara Martinez, la cheffe de cabinet adjointe de Selmayr (la médiatrice ne la nomme pas). Ce qui tombe bien : il faut, pour clore l’appel à candidatures, au minimum deux candidatures, dont une femme. La veille de la réunion du collège du 21 février, qui doit nommer le nouveau SGA, Clara Martinez retire sa candidature. Quelques heures après, Selmayr a, selon la procédure, un entretien avec Juncker et Gunther Oettinger, le commissaire chargé de l’administration, au terme duquel il est confirmé qu’il sera nommé le lendemain SGA.

Lorsque les commissaires arrivent en réunion, le mercredi matin, aucun d’eux ne sait que le secrétaire général sortant allait démissionner et Selmayr lui succéder. L’affaire est vite bouclée : les commissaires acceptent que le chef de cabinet devienne SGA, Italianer annonce sa démission avec effet au 1ermars à la surprise feinte de Juncker qui propose alors de nommer le nouveau promu Selmayr au poste de secrétaire général afin d’éviter toute vacance. Et voilà. Le problème est que toute la procédure a été, comme on l’a vu, manipulée. La médiatrice a même mis la main sur un document préparatoire à la réunion du 21 février, écrit 10 minutes avant que Martinez n’annonce sa décision de se retirer, dans lequel il est expliqué que Juncker propose le « SGA Martin Selmayr » au poste de secrétaire général… La médiatrice estime au passage que la non-publication du poste de secrétaire général, ce qui a empêché toute autre candidature, est contraire à toutes les règles de la fonction publique européenne.

Pour la médiatrice, « aucune raison valide n’explique le secret qui a entouré le départ à la retraite de M. Italianer » si ce n’est d’assurer que personne ne viendrait contrecarrer la nomination de Selmayr et pour créer un « sentiment d’urgence artificiel » empêchant les commissaires de comprendre ce qui se passait. Emily O’Reilly estime même que les capacités de Selmayr peuvent être interrogées : le procès-verbal du collège justifie, en effet, sa nomination par la « contribution remarquable » qu’il a apporté à la campagne électorale de Juncker et à son action en tant que chef de cabinet, ce qui « ne constitue pas une base » pour le recruter… Elle note enfin que Selmayr semble ne pas avoir renoncé à diriger le cabinet de Juncker depuis sa promotion, une situation profondément anormale et malsaine selon elle.

La médiatrice prend soin d’épingler l’ensemble de la Commission : « le collège des commissaires est collectivement responsable de la mauvaise administration dans cette affaire. Il est surprenant qu’aucun commissaire n’ait remis en question la procédure de nomination du secrétaire général » alors que la manipulation se déroulait sous leurs yeux. Le SelmayrGate emportera-t-il la Commission Juncker même si la médiatrice, dont ce n’est pas le rôle, ne demande aucune démission? En mars 1999, une telle mise en cause avait poussé la Commission, alors présidée par Jacques Santer, à la démission : un comité d’experts indépendants avait, en effet, estimé que les commissaires avaient été incapables de contrôler leur administration, ce qui avait notamment permis à la commissaire française, Édith Cresson, de distribuer plusieurs emplois fictifs (une affaire déjà révélée par Libération). Mais l’indifférence totale affichée par la Commission Juncker à la résolution du Parlement européen du 18 avril dernier qualifiant la nomination de Selmayr de « coup de force » et demandant une réouverture de la procédure montre que les temps ont changé. Pour le pire : depuis, la Commission a nommé deux secrétaires générales adjointes au terme d’une procédure tout aussi manipulée.

Catégories: Union européenne

Donald Trump démontre que les Etats-Unis sont bien la seule hyper-puissance de la planète

ven, 10/08/2018 - 13:08

Donald Trump fait la démonstration, jour après jour, que les États-Unis restent la seule hyperpuissance en ce début de XXIe siècle. Le « monde multipolaire » que certains ont cru voir émerger après les fiascos afghan et irakien et la montée en puissance de l’Union européenne, de la Chine, de l’Inde ou du Brésil, se révèle pour ce qu’il est, un mirage. C’est même l’élection d’un président isolationniste à la Maison-Blanche qui montre, de façon totalement contre-intuitive, que l’Amérique reste, et restera pour longtemps, la puissance autour de laquelle le monde s’ordonne. La dénonciation, en mai, de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 et l’entrée en vigueur, mardi, d’une première salve de sanctions américaines (la seconde touchant le pétrole et le gaz suivra en novembre) contre Téhéran en fournit la démonstration.

Même si toutes les parties engagées dans l’accord iranien, l’Union, la Russie et la Chine affirment leur volonté de le sauver et leur « détermination à protéger les opérateurs économiques européens engagés dans des affaires légitimes avec l’Iran », selon les mots d’un communiqué européen, en réalité, tout le monde s’apprête à se plier à l’embargo décidé par Washington faute d’avoir les moyens de se couper du marché américain. En dépit des exhortations iraniennes contre Washington. « L’Amérique a constamment zigzagué, personne ne peut lui faire confiance», a déclaré mercredi le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

En effet, les États-Unis imposent unilatéralement leur droit au reste de la planète sans que celle-ci puisse y faire grand-chose : en clair, toute entreprise, tout État qui violerait l’embargo sera sanctionné par la justice américaine, comme BNP-Paribas, par exemple, en a fait la douloureuse expérience. Comme l’a rappelé Trump mardi matin dans l’un de ses célèbres tweet (majuscules d’origines), « quiconque fait des affaires avec l’Iran ne fera PAS d’affaires avec les États-Unis ». Tout aussi direct, l’ambassadeur américain à Berlin a enjoint aux entreprises allemandes de ne plus commercer avec l’Iran puisque « M. Trump en a ainsi décidé ».

Bref, sauf à se retirer totalement des États-Unis, qui reste la première puissance économique, financière, diplomatique, militaire du monde, les entreprises étrangères n’ont pas d’autre choix que de se retirer d’Iran, ce qu’ont déjà fait Siemens, Daimler, Airbus, Total, PSA, Renault, Maersketc… Il en ira de même pour les banques qui ne pourront plus assurer des transactions avec l’Iran en utilisant des dollars, même s’il s’agit d’entreprises n’ayant aucun intérêt aux États-Unis.

En riposte à cet unilatéralisme illégal au regard du droit international, l’Union a certes réactivé mardi son règlement dit de « blocage » de 1996 qui n’a jusqu’à présent jamais servi. En substance, il interdit aux entreprises européennes, sauf dérogation accordée par la Commission, de se plier à l’embargo américain sous peine de sanctions « dissuasives et proportionnées ». Il leur ouvre aussi un droit à indemnisation : si elles sont sanctionnées aux États-Unis, elles pourront poursuivre le gouvernement américain devant la justice des États membres. Enfin, toute décision judiciaire américaine fondée sur ces sanctions sera privée d’effet sur le territoire européen.

Un tel dispositif qui semble très dissuasif à première lecture n’a en réalité aucune chance de s’appliquer, faute de volonté politique des États membres et des institutions communautaires. Car cela suppose d’entrer dans une véritable guerre contre les États-Unis. Imagine-t-on Total ou Daimler poursuivre le gouvernement américain et les États saisir les biens américains en Europe pour indemniser leurs entreprises ? Imagine-t-on même la Commission sanctionner Siemens ou Airbus ?

Déjà, on a pu toucher du doigt la détermination de l’Union sur le front commercial ouvert par Trump. Si elle a tenu bon sur l’acier et l’aluminium, imposant des mesures de rétorsions sur une série de produits américains, le front européen a explosé lorsque Trump a menacé de taxer les importations d’automobiles européennes (comprenez allemandes) : aussitôt, Jean-Claude Juncker, le président de l’exécutif européen, accompagné de son fidèle second, l’Allemand Martin Selmayr, s’est rendu à Washington pour faire droit aux revendications américaines. L’Union va donc s’engager dans une négociation commerciale sur les sujets qui intéressent les Américains sans avoir obtenu la suspension des droits de douane sur l’acier et l’aluminium et sans aucune assurance que les automobiles échapperont à des surtaxes si les négociations n’aboutissent pas au résultat espéré par Trump. C’est ce qui s’appelle négocier avec un pistolet sur la tempe, ce que les Européens avaient « fermement » écarté dans un premier temps…

Face à la brutalité américaine, l’Union n’est pas seule à capituler : la Russie a beau inciter « la communauté internationale » à ne pas « accepter que des réussistes importantes d’une diplomatie multilérales soient sacrifiées par la volonté américaine de régler ses comptes avec l’Iran », elle pliera elle-aussi devant Washington, comme le montre le retrait annoncé d’Iran du russe Lukoil… La Chine elle-même ne remplacera pas les Européens ou les Russes de peur de se voir priver de son principal marché à l’exportation.

L’Union qui a cru, après l’élection de Trump, qu’elle pourrait devenir, avec la Chine, l’ancre d’un nouvel ordre mondial doit déchanter. Les États-Unis ont les moyens, et pour de longues années encore, d’ordonner ou plutôt de désordonner le monde sans en référer à quiconque.

N.B.: version longue de l’article paru dans Libération du 9 août

Photo: DR

Catégories: Union européenne

Le gouvernement belge installe un péage à l'entrée des sommets européens

dim, 05/08/2018 - 17:10

«Chez ces gens-là, monsieur, on ne pense pas […], on compte.» Quoi de plus adapté que de convoquer Jacques Brel pour décrire la dernière initiative du gouvernement belge, qui n’a rien trouvé de mieux que d’imposer, à compter de la rentrée, un péage de 50 euros par semestre à l’entrée des Conseils européens, soit 100 euros par an. Pour l’instant. On ne sait pas si les chefs d’Etat et de gouvernement devront s’acquitter de cette taxe, mais les diplomates, le personnel de service et surtout les journalistes, s’ils veulent avoir leur badge d’accès, devront passer à la caisse.

Pour le gouvernement dirigé par Charles Michel, il s’agit de faire supporter une partie des coûts de la sécurité des sommets européens qui incombent, pour l’instant, à la seule Belgique. Sachant qu’il y a en moyenne 1 300 journalistes et techniciens présents, cela représente la modique somme de 65 000 euros par semestre, 80 000 euros au grand maximum en comptant toutes les personnes imposées.

Il n’est venu à l’idée de personne qu’un tel péage, institué par une loi entrée en vigueur le 1er juin, constituait une atteinte à la liberté de la presse, comme l’ont aussitôt dénoncé l’Association générale des journalistes professionnels de Belgique et l’Association de la presse internationale : exiger des médias qu’ils payent pour pouvoir exercer leur métier est si énorme, et sans précédent dans une démocratie libérale, qu’on ne comprend pas comment une telle décision a pu être prise par les autorités belges. La Commission européenne, qui d’habitude sait se montrer compréhensive à l’égard du «pays hôte», a tapé du poing sur la table : «Cette loi belge ne nous plaît pas», a tancé Mina Andreeva, l’une des porte-parole de l’exécutif européen, qui a fait un appel du pied aux médias pour qu’ils portent plainte : «Les journalistes doivent pouvoir faire leur travail dans les meilleures conditions possibles.»

L’affaire est d’autant plus incompréhensible que c’est l’Etat belge qui a tout fait pour attirer à Bruxelles les institutions communautaires, et qui bataille encore pour que le siège du Parlement européen soit transféré dans sa capitale. Il sait tout le bénéfice qu’il en tire : la présence européenne pèse près de 15 % du PIB de la région de Bruxelles-Capitale. En comparaison, les coûts de la sécurité sont minimes. Le gouvernement de Charles Michel aurait aussi pu en demander la prise en charge par le budget communautaire si son pays en est à quelques dizaines de milliers d’euros près…

Cette taxe, au fond, est peut-être un signal adressé à l’UE : la Belgique ne voudrait plus de cette encombrante présence. Elle en a le droit. D’autres lieux sont possibles : rappelons qu’en 1957, il avait été envisagé d’installer le siège de l’Europe à Nice. Soulageons la Belgique de ces coûts sécuritaires iniques et déménageons au bord de la Méditerranée !

N.B.: édito paru dans Libération du 3 août.

Photo: DR

Catégories: Union européenne

Juncker, au service de BMW

lun, 30/07/2018 - 17:33

« C’est un grand jour pour l’Europe », s’est rengorgé Alexander Winterstein, l’un des porte-paroles de la Commission. Pour lui, l’affaire est entendue : Jean-Claude Juncker, le président de l’exécutif européen, a réussi, mercredi, lors de sa rencontre à Washington avec Donald Trump, à convaincre le président américain de ne pas taxer les importations de voitures européennes et est ainsi parvenu à éviter une guerre commerciale totale, et ce, au prix de concessions mineures. Un revirement pour le moins étonnant de la part d’un homme qui rangeait l’Union au rang des ennemis des États-Unis il y a quelques jours encore. Tellement étonnant que l’on peut se demander ce qui s’est réellement passé à Washington : pour éviter une guerre, Juncker n’aurait-il pas cédé beaucoup sans aucune garantie en retour ?

Jusque-là, l’Union s’était montrée unie face aux coups de menton de Trump, n’hésitant pas à déclencher des mesures de rétorsion après l’imposition de droits de douane élevés sur l’acier (25 %) et l’aluminium (10 %) européen. Mais le président américain, en menaçant de s’attaquer aux importations automobiles, a touché une corde sensible en Allemagne. En effet, pour l’essentiel, les importations européennes aux États-Unis sont en fait des importations allemandes. D’ailleurs, à Paris, on s’inquiétait depuis plusieurs semaines de la détermination de Berlin à résister à Trump...

Or l’accord obtenu par Juncker (et négocié par l’Allemand Martin Selmayr, son chef de cabinet, secrétaire général et sherpa, proche de la CDU, et l’Américain Laurence Kudlow) ressemble davantage à une capitulation qu’à une négociation d’égal à égal. En effet, les tarifs frappant l’acier et l’aluminium européen ne sont pas levés, l’administration américaine se contentant de promettre qu’elle ne frappera pas les automobiles d’un droit de douane de 25 %(contre 12 % actuellement) tant que les négociations se poursuivront. Des négociations qui devraient porter sur l’élimination des obstacles tarifaires et non tarifaires (les normes) aux échanges de biens industriels. La Commission s’est aussi engagée à ce que l’Europe achète « massivement », selon Trump, aux Américains du soja et du gaz de schiste (à la fois cher et destructeur de l’environnement). Un engagement pour le moins curieux puisque ce n’est ni de la compétence de la Commission ni de celles des États d’imposer de tels achats aux entreprises ou aux consommateurs et que le soja américain est en grande partie OGM…

Le soulagement, côté allemand, a été immédiat : « cette percée qui peut éviter une guerre commerciale et sauver des millions d’emplois » a ainsi tweeté Peter Almaier, le ministre de l’Économie. À Paris, en revanche, on se montre beaucoup plus circonspect : « une bonne discussion commerciale (…) ne peut se faire sous la pression », a réagi Bruno Le Maire, le ministre des Finances. Ce qui n’est pas précisément le cas, puisque Juncker donne le sentiment de valider la « méthode Trump », celle de la menace et du coup de force.

Comme le note un diplomate, « on a un révolver sur la tempe, puisque les tarifs sur l’automobile peuvent être déclenchés à tout moment si on arrête de négocier ou si Trump n’est pas satisfait ». De même, Bruno Le Maire s’interroge sur la « réciprocité » : dans l’accord négocié par Juncker - alors même que celui-ci n’avait aucun mandat des États pour signer un texte écrit, ce qui pose un sérieux problème démocratique — il n’est fait nulle part mention des sujets européens, notamment celui de l’accès aux marchés publics américains protégés par le « Buy american act ». En revanche, les normes européennes (environnementales, sanitaires, techniques, etc.) semblent faire partie de la future négociation, ce qui pour le moins préoccupant. Enfin, l’accord de Paris sur le climat n’est pas mentionné, pas plus que l’extraterritorialité du droit américain qui va empêcher les entreprises européennes de commercer avec l’Iran...

Certes, pour entamer une véritable négociation, il faudra un mandat des Etats. Mais c’est là le piège tendu par le tandem Juncker-Selmayr: si un pays bloque, par exemple la France, il se désignera comme l’ennemi des Américains. Une position inconfortable en temps normal, totalement suicidaire avec Trump qui pourrait cibler ce pays. Autrement dit, la Commission a réussi a briser l’unité européenne et veut obliger les Vingt-sept à entrer dans une négociation dont ils risquent fort d’être les grands perdants. Bref, beaucoup se demandent à quel jeu joue la commission, si ce n’est celui des constructeurs automobiles allemands.

N.B.: version longue de mon article paru dans Libération du 26 juillet.

Catégories: Union européenne

Juncker est-il encore physiquement capable de diriger la Commission?

jeu, 19/07/2018 - 10:21

Il y a comme une atmosphère de fin de règne brejnévien à Bruxelles. Comme au temps de l’ancienne URSS, le sommet de l’appareil bureaucratique européen fait corps pour dissimuler l’évidence, la grave dégradation de l’état de santé du dirigeant suprême, en l’occurrence Jean-Claude Juncker, de peur que l’ouverture prématurée de la succession ne remette en cause leurs privilèges...

Les images capturées par les télévisions jeudi soir 12 juillet à l’occasion du diner de gala du sommet de l’OTAN, à Bruxelles, ont mis la Commission européenne en difficulté. On y voit Jean-Claude Juncker, son président, incapable de monter les quelques marches menant au podium de la « photo de famille ». Tel un vieillard qu’il n’est pas (il a 63 ans), on le voit hésiter au bas des marches avant d’être solidement empoigné par ses partenaires, dont le très costaud Ukrainien Petro Porochenko, puis solidement maintenu debout durant la cérémonie. Après avoir été quasiment porté en bas du podium, on le voit tituber et marcher péniblement, quasiment porté par le Néerlandais Mark Rutte et le Portugais Antonio Costa. Interrogé sur sa prestation titubante à l’issue du sommet, Juncker a expliqué qu’il souffrait d’une « sciatique » à éclipses. C’est depuis l’explication officielle.

Et gare à tous ceux qui osent la mettre en doute : c’est de « l’indécence », selon Viviane Reding, députée européenne, ancienne commissaire luxembourgeoise et marraine politique du tout puissant allemand Martin Selmayr, le très contesté secrétaire général-chef de cabinet-sherpa du président de la Commission. « La façon dont certains médias cherchent à exploiter la douleur physique du président Juncker pour en faire des titres insultants est plus qu’indélicate », surenchérit son porte-parole, Margaritis Schinas. Circulez, il n’y a rien à voir.

Le problème est que l’explication « sciatique » ne tient pas vraiment la route. Juncker n’avait pas l’air de souffrir : durant toute sa pénible prestation, il a souri, s’est amusé, a ri, parlé et embrassé ses partenaires à son habitude. Or une crise aigüe de sciatique vous cloue au lit. Mais peut-être était-il sous l’emprise d’analgésiques puissants ? Selon plusieurs sources, Juncker était de fait en fauteuil roulant lorsque les photographes et les télévisions n’étaient pas là et il n’a même pris la parole durant le diner alors que les enjeux du sommet avec Trump étaient vitaux pour l’Europe… Le problème est que les mêmes témoins affirment que Juncker a copieusement bu durant le repas, ce qui est totalement contre-indiqué quand on prend des analgésiques. En admettant même qu’il souffre d’une sciatique, comment a-t-il pu se rendre quelques jours plus tard en Chine et au Japon ? Une sciatique rend un tel voyage difficilement envisageable sauf à supposer chez Juncker « une force morale hors du commun, une capacité à supporter la souffrance pour le bien de l’Europe », s’amuse un diplomate.

En réalité, ce qui est en cause ici, c’est l’alcoolisme de Juncker, un secret de Polichinelle, même s’il s’en défend. «J’ai un problème d’équilibre avec ma jambe gauche », nous a-t-il confié, « qui m’oblige à m’agripper à la rampe lorsque je suis dans un escalier. Un ministre néerlandais, que j’avais attrapé par le bras après un déjeuner, a raconté que j’étais ivre. Ce problème remonte à un grave accident de voiture. En 1989, j’ai passé trois semaines dans le coma, puis six mois dans une chaise roulante.» Néanmoins les sources sont très nombreuses, à la fois au Luxembourg, à Bruxelles et dans les capitales européennes qui décrivent un Juncker porté sur la bouteille: « lorsqu’un huissier lui apporte un verre d’eau lors d’un conseil des ministres, on savait tous que c’était du gin », raconte un ancien ministre. L’ancien président de l’Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, n’a pas hésité à décrire, à la télévision néerlandaise, un Luxembourgeois souvent ivre lors des Eurogroupes. De son côté, le Français Pierre Moscovici, actuel commissaire européen et ancien ministre des Finances, reconnait délicatement que l’alcool ingéré « n’a jamais empêché Juncker d’être fonctionnel ». Tout le monde se souvient encore du sommet de Riga de 2015 lorsqu’il s’est donné en spectacle sous l’oeil des caméras du monde entier, accueillant le Hongrois Viktor Orban d’un « tiens, voilà le dictateur », embrassant le Belge Charles Michel sur le crâne ou encore demandant à la cantonade: « qui c’est celui-là? »… Mais comme les dirigeants ne sont pas soumis à des alcootests, on ne saura jamais s’il avait ingéré quelque chose ce jour-là ou avait décidé de se lâcher...

Le problème est que le spectacle offert lors du sommet de l’OTAN a été bien au-delà du folklore d’un Luxembourgeois porté sur la bouteille. On a vu un homme manifestement gravement malade, incapable de se mouvoir seul. Autrement dit, c’est la question de sa capacité à gouverner qui est posée. Ce n’est pas un hasard s’il est devenu totalement dépendant de Martin Selmayr qu’il n’a pas hésité à nommer, en février dernier, secrétaire général de la Commission en violation de toutes les règles de la fonction publique européenne. Pris la main dans le sac, il a même menacé de démissionner si le Parlement européen exigeait le départ de son protégé, une inversion de la causalité politique sans précédent. Le délabrement physique de Juncker conjugué à la puissance de Selmayr indique que le pouvoir a une apparence, le président de la Commission, une réalité, un eurocrate non élu et non responsable.

La démocratie ne peut se contenter de la parole un rien soviétique de Schinas qui affirme qu’il n’y a « aucune inquiétude à se faire quant à la capacité (de Juncker) à travailler dur comme il le fait toujours ». Les doutes sont désormais tels qu’ils imposent une transparence totale, c’est-à-dire un bulletin de santé certifié par le corps médical afin que les Européens sachent qu’ils n’ont pas à leur tête une momie.

N.B.: version française (et un peu plus longue) de l’article écrit pour The Spectator de ce jeudi: https://www.spectator.co.uk/2018/07/jean-claude-drunker/

Dessin: Nicolas Vadot

Mise à jour du 18 juillet: Interrogé ce mercredi, Jean-Claude Juncker a déclaré: «J’avais mercredi dernier une sciatique». «Et en plus, j’avais des crampes dans les jambes», a-t-il ajouté. «J’ai des problèmes de santé qui ne concernent que moi». Il s’est dit «impressionné par l’intérêt que certaines personnes ont pour ces sujets». «Je demande du respect». Une réponse étonnante: la capacité de Juncker à diriger la Commission, surtout après ce qu’a révélé l’affaire Selmayr où il est apparu comme la marionnette d’un eurocrate arrogant, dominateur et sûr de lui (pour paraphraserde Gaulle), est une question légitime. Le «respect» n’a rien à voir dans cette affaire, la démocratie, si.

Catégories: Union européenne

La France, grand frère ennemi de la Belgique (francophone)

mar, 10/07/2018 - 20:16

Il a suffi d’une phrase, une malheureuse phrase d’un commentateur sportif de TF1, pour mettre le feu aux poudres du nationalisme belge. Si la Belgique a battu le Brésil, vendredi, a osé le journaliste, c’est aussi « grâce à l’énorme expérience de Thierry Henry, leur T3 (entraineur adjoint), qui a su trouver les mots justes pour galvaniser les attaquants belges ». Aussitôt, les réseaux sociaux se sont déchainés contre cette nouvelle preuve de l’arrogance française à l’égard du petit frère belge.

Face à ce énième affront (les blagues de Coluche n’en étant qu’un autre exemple), l’humoriste Jérôme de Warzée s’est fendu d’un billet féroce sur sa page Facebook. Extrait : « Afin que l’on n’oublie jamais le rôle prépondérant, que dis-je, vital, qu’a joué la France dans notre succès face au Brésil, n’oublions jamais de remercier…Josette et Victor Duchamps, les boulangers nordistes qui approvisionnaient en pains de mie le club de Lille lorsqu’Eden Hazard y a débuté sa carrière professionnelle. Combien de fois Eden n’a-t-il pas loué le moelleux des ficelles Duchamps ? Nul doute qu’il y trouvât là une force supplémentaire pour le mental de ses prestations futures. …Michel Delpech, c’est en effet sur la chanson ‘’Pour un flirt avec toi’’ que les parents de Thomas Meunier se sont embrassés pour la première fois (…) » Et l’apothéose : « Merci à la France de nous avoir permis de vaincre le Brésil.Juste lui rappeler que d’après les rapports quotidiens que diffuse la NASA depuis des décennies, non, la France n’est pas le centre du monde ». Sous ce texte qui se veut humoristique, près de 4000 commentaires, dont la grande majorité frôle voire sombre dans le racisme antifrançais, le seul qu’on affiche sans complexe outre-Quiévrain. Et qu’importe que Le Soir, quotidien francophone de gauche, n’hésite pas à titrer : « Benjamin Pavard, le plus Belge des Français ».

Pour les Français de Belgique, le match de ce mardi était exactement ce qu’ils redoutaient le plus, la relation d’amour-haine qu’entretiennent les Belges à l’égard de la France étant exacerbée par le nationalisme footballistique. Ainsi, comme le rappelle Jean-Michel Javaux, ancien président d’Ecolo dans La Libre Belgique, « en 1998, trois-quart des Belges francophones soutenaient le Brésil face à la France »… De même, depuis le début de ce mondial, le Soir a souhaité à plusieurs reprises la défaite de l’équipe de France simplement parce que c’est la France et pas parce que c’est une mauvaise équipe, le journal allant jusqu’à consacré deux pages mardi à un article à charge contre la France intitulé: «France-Belgique, on vous aime et vous non plus». Ou encore, le site de la RTBF, la radio-télévision publique francophone, n’a pas hésité, lundi, à gratifier ses lecteurs d’un article ainsi présenté : « Condescendance, accent... cinq raisons pour lesquelles les Belges ne s’entendent pas avec les Français ».

Si l’enthousiasme suscité par les exploits des Diables rouges transcende la barrière linguistique entre néerlandophones (6,5 millions de locuteurs) et francophones (4,5 millions de personnes), le sentiment anti-français est une spécificité essentiellement francophone. « Ils ont une relation à la France plus spécifique que les néerlandophones, la proximité entrainant plus de tensions et un sentiment d’infériorité face au grand voisin », analyse Dave Sinardet, professeur (néerlandophone, mais enseignant en français et en anglais) de sciences-politiques à l’Université libre de Bruxelles. Pourtant, à Bruxelles, enclave francophone en territoire flamand, et en Wallonie, on vit largement à l’heure de la France à tel point que le siège du gouvernement wallon à Namur est surnommé « l’Elysette », que Liège (elle a souhaité être rattachée à la France en 1815 et a reçu la Légion d’honneur pour sa résistance face aux Allemands en 1914…) fête le 14 juillet ou encore que les journaux mettent sur le même plan les programmes télé belges francophones et français (en Flandre, il n’y a que les programmes de la télévision flamande et, en tout petit, des télés néerlandaises). Il est frappant de constater que les francophones connaissent souvent mieux les subtilités de la vie politique hexagonale que les Français eux-mêmes. Ce n’est donc pas un hasard si un Belge francophone qui réussit est, sauf de très rares exceptions, comme les caricaturistes Kroll et Vadot, celui qui est reconnu en France.

Outre les raisons culturelles qui font qu’un espace de 4,5 millions de francophones se sent à la fois ignoré et écrasé par un voisin qui compte 67 millions d’habitants, il y a aussi des explications historiques à cette méfiance atavique que partagent à des degrés divers tous les Belges. D’abord, les anciens Pays-Bas espagnols ont longtemps servi de champ de bataille à la France, qu’elle soit à l’offensive ou en défensive (sous la Révolution française). Ensuite, la Belgique est née en 1830 de la volonté anglaise d’empêcher qu’elle tombe dans l’escarcelle de la France, le port d’Anvers étant considéré comme un pistolet braqué sur le cœur de l’Angleterre.

Autrement dit, le garant de l’existence de la Belgique, c’est le Royaume-Uni, et les ennemis potentiels la France, puis, à partir de 1870, l’Empire allemand, comme le montre le réseau de places fortes construites tant à la frontière allemande dans la région de Liège qu’à la frontière française dans la région de Namur. Entre les deux guerres, la Belgique refera la même erreur : elle proclame unilatéralement sa neutralité en 1936, à la joie de l’Allemagne nazie, et redéploie une partie de ses troupes à la frontière sud pour parer à la « menace » française. C’est cela qui empêchera les alliés de se prépositionner sur le Rhin comme le prévoyait l’accord militaire de 1922. Depuis 1945, la Belgique est devenue farouchement atlantiste, les États-Unis étant perçus comme les meilleurs garants de sa sécurité. Ce n’est pas un hasard si elle se prépare à acheter des avions de combat américains F35 pour remplacer ses vieux F16 au détriment des offres de ses partenaires européens, alors même qu’elle jure vouloir l’Europe de la défense…

Ce mardi soir, une bonne partie de la Belgique espère solder ses comptes avec la France grâce à son équipe de football (dont les joueurs ne peuvent communiquer qu’en anglais, tous n’étant pas bilingues) et ainsi prouver que César avait raison : de tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves (« Horum omnium fortissimi sunt Belgae »).

N.B.: version longue de mon article paru ce matin dans Libération (qui m’a déjà valu pas mal d’insultes belges...)

Catégories: Union européenne

Budget 2021-2027 ou l'art, pour la Commission, de prendre ses désirs pour des réalités.

mer, 04/07/2018 - 19:13

La bulle bruxelloise mérite souvent son nom. La Commission européenne en fournit une nouvelle fois la preuve en expliquant à qui veut bien l’entendre qu’elle espère que les 27 États membres adopteront (à l’unanimité) sa proposition de « Cadre financier pluriannuel » (CFP) pour la période 2021-2027 avant les élections européennes du 26 mai 2019. La raison ? Il faudrait, selon elle, conclure la négociation le plus vite possible pour adopter tous les règlements nécessaires afin que le CFP puisse entrer en vigueur le 1erjanvier 2021. Et surtout avant qu’un nouveau Parlement, sans doute plus eurosceptique, ne soit élu. Un souhait qui ne risque pas de se réaliser, tant il est déconnecté de la vie démocratique de l’Union et de celle des États membres.

Passons sur le fait qu’aucun budget pluriannuel n’a jamais été adopté en moins de douze mois. Pis : il a souvent fallu attendre le dernier moment. Ainsi, les États membres se sont mis d’accord sur l’actuel CFP (2014-2020) en…décembre 2013. Or, cette fois, l’exercice est autrement plus difficile, puisque la Commission propose de tailler à la hache dans les deux grandes politiques que sont la politique agricole commune (PAC) et les fonds structurels (aides aux régions défavorisées). En effet, plutôt que de proposer une augmentation du budget pour faire face au Brexit et aux nouvelles politiques de l’Union, elle propose de le maintenir à son niveau actuel (environ 1 % du PIB communautaire) de peur de déplaire à une poignée de radins qui pèsent pourtant peu au regard de la population totale de l’Union (Pays-Bas, Autriche, Suède, Finlande, Danemark).

Imaginer que de telles coupes –que la France et dix-neuf autres pays refusent- pourront être actées en moins d’un an, c’est prendre ses désirs pour des réalités. En outre, le CFP ne vient pas seul puisque la Commission en profite pour proposer de réformer en profondeur la plupart des politiques européennes. Or il faudra du temps pour que les États étudient toutes les implications de ces changements et surtout parviennent à un compromis.

Surtout, la volonté de la Commission de conclure avant les élections montre à quel point elle se fiche comme d’une guigne de la démocratie. Car cela signifierait que le prochain Parlement, à la légitimité toute fraiche, n’aurait absolument pas son mot à dire sur un CFP qui s’appliquera durant 7 ans, c’est-à-dire au-delà de la durée de la législature de 5 ans… En clair, le message adressé aux électeurs sera : « votez, mais cela ne servira pas à grand-chose puisque tout est déjà bouclé pour 7 ans ». Très mobilisateur.

Enfin, le compromis qui sera trouvé au terme de la négociation sera douloureux pour tout ou partie des États membres. Ce qui signifie que les partis qui font partie d’une majorité gouvernementale devront aller à la bataille électorale avec un bilan que leurs adversaires ne manqueront pas d’exploiter. Imagine-t-on En Marche aller aux Européennes avec une réduction de 15 % du budget de la PAC, l’agriculture restant en France un sujet hautement inflammable ? Ou encore le PiS, qui affronte non seulement les Européennes, mais quelques mois plus tard les législatives, devant justifier une baisse importante des fonds structurels dont bénéficie la Pologne ? Autant de contraintes politiques dont personne ne semble avoir conscience à la Commission. Une indication de ce qui va se passer : les chefs d’Etat et de gouvernement, lors de leur sommet des 28 et 29 juin, n’ont même pas discuté du CFP : ils se sont contenté d’en « prendre note »…

Photo: DR

Catégories: Union européenne

Migrants: l'Union s'orbanise

lun, 02/07/2018 - 20:42

Il aura fallu 9 heures de négociations aux chefs d’État et de gouvernement réunis à Bruxelles jeudi et vendredi pour parvenir à résoudre, non pas une « crise migratoire », les entrées illégales dans l’Union ayant chuté de 95 % depuis le pic de 2015, mais une « crispation politique », en Italie et en Allemagne, selon les mots d’un proche du chef de l’État. À 4 h 40, vendredi, Emmanuel Macron s’est réjoui, en quittant les bâtiments du Conseil européen, que « toutes les solutions pensées à la va-vite, soit de repli national, soit de trahison de nos principes qui consistaient à repousser les uns ou les autres dans des pays tiers (aient) été explicitement écartées ». Reste que l’accord obtenu hier confirme que l’Union se transforme en une forteresse inexpugnable, comme le réclament les démocraties illibérales d’Europe de l’Est désormais rejointes par l’Autriche, l’Italie et une bonne partie des partis conservateurs européens. C’est le prix à payer pour maintenir la cohésion européenne et l’espace de libre circulation de Schengen.

Le tournant de 2016

Il ne faut pas se tromper : ce tournant a été pris en mars 2016, lors de la conclusion de l’accord Union-Turquie qui a coupé la route des Balkans : contre monnaie sonnante et trébuchante (3 milliards d’euros par an), Ankara a accepté de fermer l’accès à la Méditerranée et de reprendre sur son sol tous ceux qui parviendraient néanmoins à passer. En d’autres termes, les Européens ont sous-traité à Ankara le contrôle de leurs frontières extérieures. En échange, l’Union s’est engagée à accueillir une infime partie des réfugiés statutaires reconnus par le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) de l’ONU se trouvant en Turquie (37 000 jusqu’à présent, 45 000 à venir). C’est l’Espagne et le Maroc qui ont inventé ce type d’accord de sous-traitance dans les années 90, ce qui a tari la route de la Méditerranée occidentale.

La seule route qui reste entr’ouverte est celle de la Méditerranée centrale. Entr’ouverte, car l’Italie a conclu des accords avec les tribus libyennes pour qu’elles empêchent les départs, et ce, dans des conditions peu respectueuses des droits de l’homme. Et parce que l’Union aide, de son côté, le HCR et l’OIM (Office internation des Migrations) dans leurs interventions en Libye destinées à empêcher l’embarquement des migrants et à financer les retours (20 000 retours volontaires depuis novembre 2017).

Des plateformes régionales de débarquement

Pour la fermer totalement, l’Union annonce donc qu’elle va non seulement accroitre ses financements, mais qu’elle va aider les gardes-côtes libyens, qui disposent de moyens misérables, à intercepter les départs illégaux. Elle met, au passage, en garde les ONG : pas question qu’elles continuent à intervenir dans les eaux territoriales libyennes. Pour « casser le modèle économique des passeurs » et donc empêcher les départs, l’Union va infiniment plus loin : elle va « étudier » s’il est possible de créer des « plateformes régionales de débarquement » dans les pays tiers (Libye et Tunisie en clair) sous supervision du HCR et de l’OIM dans lesquelles les personnes secourues en mer seraient débarquées. L’idée est d’y effectuer un tri entre demandeurs d’asile et migrants économiques qui, eux, seraient renvoyés dans leurs pays.

Si malgré tout, des étrangers sans papier parvenaient dans les eaux territoriales de l’Union, elles seraient débarquées dans des « centres fermés », rebaptisés dans la nuit de jeudi à vendredi « centres contrôlés », gérés par le HCR et l’OIM avec les moyens de l’Union et des États membres. L’idée est la même que pour les « plates-formes de débarquement », faire le tri entre personnes admises à demander l’asile (10 % en moyenne) et les autres.Les demandes d’asile seront instruites sur place et seuls les réfugiés statutaires seront autorisés à sortir de ces « centres » pour être répartis dans différents pays européens. Le compromis trouvé tient en un mot : volontariat. Seuls les pays « volontaires » créeraient ces centres et la répartition des réfugiés se ferait elle aussi sur une base volontaire et non pas obligatoire comme le prévoyait la réforme du règlement de Dublin sur le pays responsable du traitement d’une demande d’asile que les pays de l’Est bloquent.

Une victoire idéologique pour Orban

Tout le problème est dans la gestion des retours des migrants économiques et des déboutés du droit d’asile qui sont difficiles à mettre en œuvre parce que soit on ne connaît pas la nationalité du migrant, soit son pays d’origine refuse de le reprendre, soit, enfin, le pays tiers dont ils proviennent n’est pas sûr, ce qui est le cas de la Libye. Ainsi, après un pic de 46 % de retour en 2016, celui-ci est retombé à 36,6 % en 2017. L’objectif est de parvenir à 70 %, ce qui semble difficile. C’est pour cette raison, qu’à ce stade, l’Italie et la France excluent d’accueillir de tels centres sur leur sol, seul la Grèce et l’Espagne étant prêtes à le faire… « La France n’est pas un pays de première arrivée », s’est justifié le chef de l’État français. « Certains voulaient nous pousser à cela, je l’ai refusé. Les règles internationales de secours en mer sont claires: c’est le pays le plus proche qui doit être choisi comme port. »

Ce dispositif implique qu’à l’avenir tous les demandeurs d’asile qui auront réussi à prendre la mer et seront interceptés aux frontières extérieures de l’Union resteront enfermés durant toute la durée de l’instruction de la demande d’asile, ce qui évitera les fameux « mouvements secondaires » indisposant tant le ministre de l’Intérieur allemand Horst Seehofer. C’est seulement une fois leur statut reconnu qu’ils seront répartis entre les pays volontaires : l’idée est d’éviter que l’État accueillant ces « centres contrôlés » se retrouve à assumer seul l’ensemble des réfugiés. Bref, l’Union espère bien que ce dispositif, qui a fait ses preuves en Méditerranée orientale, découragera les réfugiés et les migrants de tenter un passage en force. C’est exactement ce que souhaite depuis le départ le Hongrois Viktor Orban qui remporte là une belle victoire idéologique.

N.B.: version longue de mon papier paru dans Libération du 30 juin.

Catégories: Union européenne

Langue de béton à la Commission

sam, 30/06/2018 - 14:04

Margaritis Schinas, le porte-parole de la Commission

Le torchon brûle depuis plusieurs mois entre les médias et la Commission européenne. Les incidents en salle de presse, lors du point de presse quotidien organisé à midi par la Commission, sont de plus en plus fréquents au point qu’on peut parler de guerre ouverte.

Le dernier en date remonte au 15 juin. Interrogé sur la volonté du ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, de renvoyer dans le pays de première entrée dans l’Union les demandeurs d’asile se présentant aux frontières allemandes, le porte-parole en titre de la Commission, le Grec Margaritis Schinas, s’est contenté de lire l’article 13 du Règlement de Dublin : « s’il est établi que le demandeur a franchi irrégulièrement, par voie terrestre, maritime ou aérienne, la frontière d’un État membre dans lequel il est entré en venant d’un État tiers, cet État membre est responsable de l’examen de la demande de protection internationale. Cette responsabilité prend fin douze mois après la date du franchissement irrégulier de la frontière ». Ce qui n’est évidemment qu’une réponse très partielle. Pressé de questions, Schinas s’est contenté de répondre qu’il avait déjà répondu...

Un journaliste italien, Lorenzo Consoli, a alors laissé éclater sa colère avant de quitter la salle de presse : « on vous paie pour quoi ? Vous n’apportez aucune réponse. Vous devez nous répondre, vous êtes la Commission. Nous vous demandons ce que signifie l’article 13, bon sang ! (…) Si vous avez peur de répondre parce que vous avez peur de l’Allemagne, vous ne pouvez pas être le porte-parole de la Commission. Qu’est-ce vous foutez ici ! » Réponse agacée de Schinas : « nous apprécions que vous partagiez votre état d’esprit avec nous. J’ai lu l’article 13, vous êtes libre de l’interpréter dans le contexte qui vous convient le mieux, mais je ne le ferais pas ici ». Un comble pour une institution qui est justement chargée de veiller au respect du droit européen. L’affaire ne s’est pas arrêtée là, d’autres journalistes prenant alors le relais contre ce refus de répondre « à des questions légitimes ». C’était tellement spectaculaire que Brut en a fait une vidéo...

Les incidents ont été nombreux ces derniers mois. Ainsi pendant toute la durée de l’affaire Selmayr, la nomination contestée du chef de cabinet de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, au poste de secrétaire général, les porte-paroles ont soit refusé de répondre, soit ont sciemment menti. Pour ma part, je me suis fait traiter de « Robespierre » pour avoir osé insister (les vidéos de mes affrontements avec la Commission ont circulé sur Twitter). Au quotidien, la politique de communication est devenue un enfer pour les journalistes, celle-ci ayant à cœur de rendre le plus difficile possible leur travail. Parmi ses méthodes favorites : multiplier les annonces le même jour ou la même semaine pour empêcher les médias de toutes les traiter, distribuer les documents au dernier moment, et de préférence uniquement en anglais, pour que les journalistes ne puissent pas poser les bonnes questions. Le but ? Les contraindre à reprendre le « storytelling » de la Commission.

Le grand ordonnateur de cette politique de « communication » n’est autre que Martin Selmayr, l’âme damnée de Juncker et ci-devant secrétaire-général-chef de cabinet-sherpa. Car tout ce qui se dit en salle de presse doit recevoir l’aval de l’omnipotent Allemand. Il n’hésite pas à envoyer des SMS aux porte-paroles durant le point de presse pour leur dire que répondre aux questions embarrassantes… Et comme c’est un adepte de la langue de béton et du mensonge, le résultat est un exercice digne d’une conférence de presse de Brejnev. L’Association de la presse internationale (API) a rencontré Schinas cette semaine pour se plaindre de ces mauvaise méthodes. La réponse en substance: «nous sommes le meilleur service du porte-parole de l’univers connu, Lorenzo Consoli veut juste faire du Buzz et Quatremer règle des comptes personnels» (lesquels? Mystère). Bref, circuler, il n’y a rien à voir, rien à entendre, rien à dire.

Mais les mauvaises méthodes n’ont qu’un temps : la dernière année du mandat de Juncker s’annonce comme une lente, mais méthodique, descente aux enfers avec plus de 1000 journalistes accrédités lassés d’être ainsi maltraités.

N.B.: sur le même sujet, lisez le papier de mon confrère de Contexte, Jean-Sébastien Lefebvre.

Catégories: Union européenne

L'Union à 27 entre fragmentation et différenciation

ven, 29/06/2018 - 16:11

C’est un pugilat annoncé : les 28 chefs d’État et de gouvernement de l’Union qui se retrouvent aujourd’hui et demain à Bruxelles pour leur sommet d’été ne sont en effet d’accord sur aucun des sujets inscrits à l’agenda : la gestion des migrations, bien sûr, champs de bataille imposés par l’extrême-droite italienne et la droite radicale allemande, mais aussi le cadre financier pluriannuel 2021-2027, l’approfondissement de la zone euro ou la défense européenne. Une nouvelle fois, l’Europe apparaît profondément divisée et partant instable et faible alors que l’isolationnisme américain la laisse orpheline sur la scène mondiale. Au fond, les chefs d’État et de gouvernement sont confrontés à une question simple à laquelle ils vont devoir répondre dans les prochains mois : veulent-ils poursuivre l’aventure communautaire et bâtir une « Europe puissance » et « souveraine » comme le souhaite Emmanuel Macron ? Ou le temps du repli national est-il venu ?

Ordralfabétix

L’état des lieux n’est guère encourageant, l’Union donnant un spectacle qui évoque le village d’Asterix après une remarque malencontreuse sur l’odeur dégagée par le poisson d’Ordralfabétix… C’est le dossier des migrants qui a fait exploser la marmite, alors même que la crise migratoire de 2015 est terminée, le nombre d’entrées illégales dans l’Union ne dépassant 50 000 personnes au premier semestre 2018, avec une chute de près de 80 % en Italie. Mais qu’importe : Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur italien de la Ligue, a saisi l’occasion que lui offrait l’Aquarius et ses 630 rescapés pour donner un coup de menton que son opinion publique a fortement apprécié. La crise s’est envenimée lorsque Horst Seehofer, le ministre de l’intérieur membre de la CSU, l’aile bavaroise très à droite de la CDU, a menacé de renvoyer unilatéralement vers l’Italie tous les étrangers passés par ses ports… « L’Union se retrouve otage de deux débats de politique intérieure », analyse-t-on à l’Élysée. Certes, comme on le reconnaît à Paris, il y a « un sujet migratoire, puisque la pression continuera, que les opinions publiques ont l’impression que les arrivées sont massives et qu’il y a des « mouvements secondaires », c’est-à-dire des étrangers qui passent d’un pays à l’autre pour y chercher un statut ».

Mais, la réalité de la crise qu’affronte l’Union est ailleurs, poursuit-on dans l’entourage du chef de l’État, la question migratoire n’étant que l’acmé d’une « crise politique » plus profonde opposant « démocraties illibérales » ou « démocrature » et démocraties libérales, comme le reconnaît désormais le chef de l’État français. La chute du communisme, en 1989-1990, n’a pas marqué la conversion miracle des anciennes « démocraties populaires » aux vertus de la démocratie et de l’économie de marché contrairement à ce que l’on prévoyait. La plupart des pays de l’Est (hormis les Baltes) ont choisi un autre modèle, celui d’un pouvoir autoritaire fort, mais élu, qui n’hésite pas à remettre en cause les valeurs fondatrices de l’Union, que ce soit l’État de droit, le respect des droits de l’homme et des minorités, l’égalité, la tolérance, la non-discrimination, la solidarité… On le voit sur le plan intérieur, mais aussi sur le plan européen, ces pays rechignant à respecter la norme de droit et revendiquant une solidarité à sens unique, c’est-à-dire à leur profit exclusif. Ainsi la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie ou encore la Tchéquie (le groupe de Visegrad) ont refusé d’accueillir le moindre demandeur d’asile sur leur sol, au nom de la défense de leur pureté ethnique et religieuse, alors que le règlement communautaire de 2016 prévoyant la relocalisation de 160.000 d’entres eux les y obligeait.

La lèpre gagne

Le problème, pour l’Union, est que la « lèpre » populiste, pour reprendre le mot du chef de l’État français, a gagné l’Europe de l’Ouest, l’Autriche et l’Italie ayant même intégré l’extrême-droite dans leur gouvernement en n’hésitant pas à lui confier les clefs de leur ministère de l’intérieur respectif. Pire : en Allemagne, jusque-là bastion réputé imprenable de la démocratie libérale, la CSU a entamé une rapide dérive vers l’extrême-droite de peur de se faire tailler des croupières par l’extrême droite de l’AfD qui a percé aux élections législatives de 2017 sur une thématique xénophobe. Et vu la situation intérieure en France, en Belgique, aux Pays-Bas et dans les pays nordiques, personne ne peut exclure que la « lèpre » gagne une majorité de pays européens. Autant dire que l’Union est confrontée à un défi existentiel, ces forces illibérales étant par essence nationaliste et donc allergique à tout partage de souveraineté.

Mais cette fracture en recouvre bien d’autres, ce qui ne facilite pas la lisibilité des affrontements en cours. Ainsi, les nationalistes sont loin d’être unis. Entre la Ligue qui réclame la solidarité de ses partenaires pour se répartir le fardeau des migrants et les partis frères, au pouvoir ou non, qui ne veulent pas en entendre parler, il n’y a aucune entente possible. Si Horst Seehofer obtient le renvoi des irréguliers en Italie, il va plaire à l’AdfD ou au Fidesz hongrois, pas à la Ligue. De même, la question de la solidarité financière oppose les contributeurs nets au budget européen qui se trouvent tous à l’Ouest aux bénéficiaires nets. Les premiers, parmi lesquels l’Autriche ou la droite de la droite allemande, veulent que le budget diminue pour ne pas avoir à supporter l’impact du Brexit, alors que ceux qui en bénéficient, pour l’essentiel les démocratures d’Europe de l’Est, refusent que les riches mégotent leur soutien, soutien qu’ils refusent pourtant sur le plan migratoire…

Uni dans l’adversité

À vrai dire, les contributeurs nets sont eux-mêmes divisés : la France, mais aussi les pays d’Europe du sud, sont prêts à verser davantage au budget pour financer de nouvelles politiques européennes sans couper dans les politiques classiques, une perspective que refusent les Pays-Bas, l’Autriche et les pays nordiques. Cette coalition des égoïstes se retrouve aussi dans l’approfondissement de la zone euro, 10 pays (Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Autriche, Finlande, Malte, Irlande et les Baltes) sur 19 refusant l’idée franco-allemande d’un budget d’investissement qu’en revanche la Slovaquie ou la Slovénie acceptent…

En dépit de ses lignes de fractures qui balafrent l’Union, tel le village d’Astérix face aux Romains, les Européens savent s’unir pour affronter les périls extérieurs. On l’a vu lors de la crise de la zone euro, celle-ci étant sortie singulièrement renforcée, dans des proportions que personne ne croyait possible avant 2010. On l’a vu avec le Brexit : l’Union, non seulement ne s’est pas délitée comme l’espéraient les Brexiteurs, mais elle a présenté un front uni face aux exigences délirantes de Londres. On le voit depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche : sur le climat, le commerce, les relations avec l’Iran ou même la défense, les 28 ont non seulement résisté aux États-Unis, mais contre-attaqué à la grande surprise de Washington. « Même sur les migrants, alors que l’Union n’a pas été créée pour s’occuper de ce type de problème, nous avons géré le problème sur le plan extérieur comme le montre le tarissement des arrivées. Notre problème, c’est sur le plan intérieur », note-t-on à l’Élysée. Dans leur relation au monde, tout se passe comme si les Etats avaient conscience qu’ils étaient plus forts unis.

Différenciation

Bref, aux forces centrifuges intérieures répondent des forces centripètes extérieures. « À 27, l’Union est clairement devenue trop hétérogène et dix ans de crise financière ont accru la méfiance entre les États membres », constate un diplomate européen. « Malgré tout, on continue à avancer, mais en formations différenciées, façon puzzle ». L’idée d’une Europe avançant d’un même pas n’est plus défendue que par la Commission qui n’arrive pas à faire son deuil de l’Europe des six… Même l’idée d’un « noyau dur » où un petit groupe de pays, par exemple la zone euro, appliqueraient toutes les politiques européennes n’est plus crédible comme en témoigne l’évolution des Pays-Bas ou de la Belgique qui se classent désormais parmi les eurosceptiques.

« On va vers une forte différenciation, des accords entre les États qui veulent aller plus loin, comme on le fait dans le domaine de la défense », affirme un proche du chef de l’État français : « mais les 27 continueront à évoluer dans un cadre commun afin d’éviter la fragmentation. Ce cadre, ce sont les valeurs européennes, d’où notre action contre la Pologne, et le marché intérieur, d’où notre refus de faire la moindre concession à la Grande-Bretagne ». Une différenciation qui n’est certes pas nouvelle, comme l’ont montré l’espace Schengen, l’euro ou la défense, mais qui va devenir la règle.

N.B.: version longue de l’article paru dans Libération du 28 juin

Catégories: Union européenne

Pages