You are here

Bruxelles2 Blog

Subscribe to Bruxelles2 Blog feed Bruxelles2 Blog
Défense - Diplomatie - Sécurité - Crises - Pouvoirs
Updated: 9 hours 46 min ago

Mozambique. Il faut agir ! Les Européens vont former les forces spéciales. (João Gomes Cravinho)

Fri, 07/05/2021 - 22:55
Le ministre portugais de la Défense Joao Cravinho (© NGV / B2)

(B2 – exclusif) Les ministres de la défense de l’UE ont donné jeudi le feu vert à la planification d’une mission de formation militaire au Mozambique. Le ministre portugais João Gomes Cravinho nous explique les tenants et aboutissants de cette nouvelle mission de la PSDC qui devrait être mise sur pied en 2021

La question du Mozambique figurait à l’agenda de la réunion des ministres de la Défense jeudi (6 mai), parmi d’autres points d’actualité comme le Sahel ou la Libye…

Le Haut représentant a parlé d’un sentiment d’urgence disant que les Européens devaient s’engager. Vous partagez ce point de vue ?

— Il faut agir oui. Dans la région du Cabo Delgado [au Nord du Mozambique], nous voyons à la fois des dynamiques locales particulières et des dynamiques internationales, liées à ce qui se passe en Somalie ou au Sahel. C’est toujours comme çà quand il y a des incursions terroristes : on a des raisons internationales et une alliance locale…

Si on n’agit pas, il y aurait un risque alors ?

— C’est vraiment un risque tout comme à plusieurs endroits du Sahel. Depuis un an, la ville de Mocímboa da Praia [dans le Nord près de la Tanzanie] est déjà non pas gouvernée, mais contrôlée par les groupes terroristes. Et ce pourrait être de pire en pire. Nous risquons d’avoir un territoire entièrement contrôlé par des groupes terroristes. C’est vraiment inacceptable. On ne peut pas tolérer que des portions de territoire échappent ainsi à la souveraineté du gouvernement.

Vous avez l’impression que vos collègues ministres ont bien compris cela ?

— Tout le monde l’a bien compris. Beaucoup de ministres – trois quart au moins de ceux qui sont intervenus — y ont fait référence lors de leurs interventions. Nous devons mettre en place une mission de formation de l’Union européenne. Elle sera dédiée aux forces spéciales. Ce qui un peu différent des autres missions de formation de l’UE, au Sahel ou en Somalie par exemple.

Les pays vont-ils joindre le geste à la parole, et s’engager ? Qu’ont-ils répondu ?

C’est encore très tôt pour dire qui sera là. Il y a des procédures internes dans chaque pays. Certains ont dit : c »est important, mais c’est difficile de participer pour l’instant ; car nous avons d’autres priorités et avons déjà fait la planification pour nos militaires cette année. Mais d’autres ont dit : ‘vous pouvez comptez sur nous ! soit pour une contribution symbolique, soit pour une contribution plus significative (1). C’est ce qui m’a conforté. Il y a une dynamique suffisamment forte pour que ce qu’on appelle le ‘force sensing‘ [consistant à identifier les forces disponibles] soit réussi.

On aura un effectif suffisant ?

— Vous savez ce que nous prévoyons, c’est une petite mission, bien plus petite que celles que nous avons déjà sur le terrain au Mali ou en Somalie par exemple. Cela devrait tourner autour d’une centaine de militaires, 120 au maximum. Mon pays, le Portugal, s’est déjà engagé à fournir la moitié des effectifs. Donc ce ne devrait pas être trop difficile, je pense, de trouver une cinquantaine ou une soixantaine d’autres parmi les Européens. Mais [avant cela], nous avons encore toute une série de questions à résoudre, en effet. Le service européen pour l’action extérieure envoie d’ailleurs une mission technique ce mois de mai au Mozambique pour identifier le ‘comment faire’ et ‘où exactement’.

Le Mozambique ne veut-il pas plutôt des équipements que des formateurs ?

— Le gouvernement mozambicain veut vraiment former ses troupes. Bien sûr, on ne peut pas faire de la formation sans aussi équiper. Nous avons l’expérience au Mali out en Centrafrique : former des forces désarmées, cela ne sert à rien. Ce serait même absurde. Il faut avoir des forces armées. Nous avons maintenant la facilité européenne de paix. Un nouvel instrument. Cela change vraiment la donne. Nous ne sommes pas inquiets sur cet aspect là. Il y aura des solutions. L’équipement viendra en son temps.

La mission ne sera donc pas demain sur le terrain ? Avant la fin de l’année au moins ?

— Le processus de planification est un processus technique, mais aussi politique (avec le Mozambique). Le ministre mozambicain de la défense es à Lisbonne pour trois jours à partir de lundi. Nous allons certainement en discuter. Pour répondre concrètement à votre question, la mission européenne serons sûrement sur le terrain avant la fin de l’année. Et j’espère bien avant.

(Propos recueillis par Nicolas Gros-Verheyde et Aurélie Pugnet)

NB : Selon certains sources européennes, trois ou quatre pays seraient déjà partants : l’Italie (avec une contribution assez significative), la Grèce et la Roumanie et, sans doute, la Suède. Pour la France, la décision serait dans les mains d’Emmanuel Macron et pourrait être réglée alors dans un entretien de ‘Chef à Chef’ soit ce soir à Porto, soit lors d’une prochaine rencontre. De façon concrète, l’étude d’un concept de gestion de crises (CMC) a été enclenchée, première étape de la planification militaire. Lire : Mission EUTM au Mozambique : Josep Borrell accélère le tempo. La planification commence

A suivre : L’Europe doit penser géopolitique, apprendre à se reconnaitre comme un acteur géostratégique (João Gomes Cravinho)

Entretien réalisé en tête à tête en français, à Bruxelles, , vendredi 7 mai, dans les locaux de la représentation permanente du Portugal auprès de l’UE

Cet article Mozambique. Il faut agir ! Les Européens vont former les forces spéciales. (João Gomes Cravinho) est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Des Portugais dans Takuba. Quelques officiers aujourd’hui, davantage d’ici fin 2021

Fri, 07/05/2021 - 17:20

(B2) Deux officiers portugais sont arrivés à Menaka, au QG de la task-force Takuba, depuis une semaine

Florence Parly et Joao Cravinho lors de la réunion des ministres de la défense jeudi (crédit : Conseil de l’UE)

Le reste du détachement portugais ne devrait cependant pas arriver avant la fin de l’année dans cette force européenne déployée dans la zone des trois frontières. Ce détachement devrait compter entre une quinzaine et une vingtaine de membres des forces spéciales, selon nos informations.

Un délai qui n’est pas dû à un manque de volonté de Lisbonne. Au contraire. Mais qui s’explique par des raisons « juridiques » (1). « La Constitution portugaise est très ferme sur le déploiement de militaires dans d’autres pays », nous a confié le ministre portugais de la Défense, João Gomes Cravinho, dans un entretien exclusif à B2 ce vendredi (7 mai)*.

« Cela exige de signer un SOFA », un accord de statut de forces, « avec chacun des pays : le Mali, Niger, Burkina Faso. C’est ce qui nous empêche aujourd’hui d’être sur place. »

(Nicolas Gros-Verheyde)

* Entretien réalisé en tête-à-tête ce vendredi (7 mai) à Bruxelles en français

(1) une situation qui découle de l’histoire. La fin de la dictature de Salazar en lors de la révolution des Oeillers ne date que de 1974. Et la décolonisation portugaise a été marquée par le sang et la douleur, particulièrement en Angola et Mozambique. D’où une limitation stricte de l’emploi des forces armées hors du territoire national.

À suivre : la mission de l’UE au Mozambique : une situation d’urgence

Cet article Des Portugais dans Takuba. Quelques officiers aujourd’hui, davantage d’ici fin 2021 est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Afghanistan, on remballe !

Wed, 05/05/2021 - 23:55

(B2) Les Alliés accélèrent le retrait de leurs troupes en Afghanistan. Suite à l’une des plus longues opérations de l’OTAN, la tâche s’annonce herculéenne et sensible

(crédit : OTAN)

Le départ est acté pour les Américains

Prévu à l’origine avant le 1er mai — cela figurait dans l’accord signé entre les USA et les Taliban sous l’ère Trump — le retrait avait été suspendu le temps que la nouvelle administration américaine démocrate de Joe Biden se prononce. Deux mois après son arrivée à la Maison Blanche, la sentence est tombée : les Américains se retirent. Et tout doit être terminé au plus tard le 11 septembre 2021. Date symbolique : vingt ans après les attentats du World Trade Center à New York et sur le Pentagone. Ceux-là même qui avaient déclenché l’intervention en Afghanistan.

Les Allemands suivent

Les alliés vont, eux aussi, organiser leur départ. Le retrait du contingent allemand (deuxième plus gros contingent, fort d’environ 1.100 soldats) devrait être achevé d’ici le 4 juillet, a annoncé la ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer, devant les membres de la commission Défense à Berlin (le 21.04). Selon notre confrère de Augengeradeaus, la date a été communiquée par le QG américain de la mission Resolute Support, pour correspondre à la fête nationale américaine.

… comme les Belges ou Suédois

Côté belge, le retrait des 72 militaires basés à Mazar-e-Sharif « sera achevé pour l’été », a indiqué mi-avril (19.04) Ludivine Dedonder, la ministre belge de la Défense. Trois jours plus tard (22.04), le chef des opérations conjointes suédoises, Michael Claesson annonçait que « le personnel militaire suédois quittera l’Afghanistan au plus tard en septembre, en étroite collaboration avec l’Allemagne et l’OTAN », sans plus de précisions. Sachant que le contingent suédois se résume à 16 personnes, principalement du personnel d’état-major, basé sur le Camp de Marmal, à l’extérieur de Mazar-e Sharif.

La logistique, ce qui sépare l’ordre du désordre

Mais le déménagement s’annonce intense. L’exemple le plus frappant est celui de l’Allemagne. Berlin doit rapatrier l’équivalent de 800 conteneurs de matériels, comme l’indique la Bundeswehr. Le transport aérien sera assuré par les plus gros avions cargo au monde : les Antonov An-124. Dans le cadre du programme SALIS (Strategic Airlift International Solution) de l’OTAN. Côté suédois, leur contribution ne comprend pas de systèmes d’équipement lourds et, donc, aucun moyen de transport spécial n’est nécessaire pour rapatrier le personnel.

Un départ sous tension

Un retrait sans vagues ne pourra donc se faire sans une logistique bien huilée. Dans cette optique, 170 spécialistes allemands de la log’ sont déployés dans le camp de Mazar-e-Sharif. L’objectif est de ne pas trop laisser traîner sur place pour éviter des attentats ou attaques (l’été y étant souvent propice). Des forces de sécurité allemandes et néerlandaises doivent justement assurer la protection de ce retrait contre d’éventuelles attaques. Un peloton de mortiers de la Bundeswehr a été déployé fin avril, avec 80 autres fantassins de la composante terrestre néerlandaise, eux aussi équipés de mortiers. Les forces de la Bundeswehr auront à leur disposition des véhicules protégés avec leurs systèmes d’armes associés et des drones Heron1 et Aladin.

Restitution des terrains

Les bâtiments et les ensembles, avec les infrastructures construites par les troupes de l’OTAN vont être remis à l’administration afghane. Le matériel non militaire qui coûte trop cher à renvoyer (mobilier, fournitures de bureau, etc..) sera, lui, vendu localement ou donné. Lors des négociations de remise, il a été convenu que ces terrains seraient remis « en l’état ».

L’épineuse question des interprètes

La grande inquiétude se situe du côté des interprètes, qui craignent d’être pris pour cible par les Taliban, dès le départ des troupes. Côté américain, un programme spécial existe déjà : le programme de visa d’immigrant spécial (SIV), leur permettant de rejoindre les États-Unis. Le problème est que le processus de demande dure en moyenne quatre ans. Plus de 18.000 Afghans sont déjà en attente d’une décision. Pour les 300 afghans qui travaillent pour l’armée allemande en Afghanistan, le gouvernement « offre à chaque membre du personnel local en danger et à sa famille l’admission en Allemagne ».

(Jean-Stanislas Bareth, st.)

  1. le conteneur est la base théorique pour calculer l’espace de transport d’un matériel, il ne s’agit pas réellement de conteneurs)

Cet article Afghanistan, on remballe ! est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Conférence sur l’avenir de l’Union : une impasse sur l’élargissement ?

Sat, 01/05/2021 - 10:38

(B2) Il est étonnant que cette question ne figure pas – explicitement – parmi les neuf grands sujets de débat proposés aux citoyens européens à l’occasion de la Conférence sur l’avenir de l’Union.  

Une Union à 36

En effet, le sujet de l’évolution des frontières de l’UE d’ici 2030/2035 n’a rien de théorique : six nouveaux États sont actuellement candidats (le “reste” des États balkaniques) et trois autres pourraient le devenir (ceux du partenariat oriental : Ukraine, Biélorussie et Moldavie). L’Union du “futur » pourrait ainsi passer de 27 à 36 États membres avec toutes les conséquences potentielles sur le plan politique, économique, budgétaire, institutionnel, sociétal … 

Un échec de l’élargissement précédent

L’expérience du grand élargissement vers l’Est de 2004-2007 a montré que, presque vingt ans après, l’adhésion des douze nouveaux États pose des problèmes que l’UE n’est toujours pas parvenue à surmonter.  À un point tel que l’on a pu parler d’un double ‘échec de l’élargissement’ : une intégration difficile de ces États dans le modèle/système européens et un affaiblissement de l’unité et de la solidarité au sein de cet ensemble. L’opinion publique, bien consciente de cette situation, en est largement perturbée et s’interroge sur la possibilité d’y remédier. La perspective d’un nouvel élargissement à un tel “paquet” d’États – encore moins bien préparés à l’adhésion que ceux du “paquet” précédent – ne fait qu’accroitre ces craintes et amener l’opinion à se détacher/désolidariser d’un projet européen dont elle ne distingue plus les tenants et les aboutissants. 

Une affaire trop délicate pour être débattue ?

Dès lors, comment les organisateurs de la Conférence ont-ils pu faire l’impasse sur cette question? Comment peut-on passer sous silence la question des futures frontières de l’Europe et de la viabilité d’une UE36  s’étendant de Lisbonne à Kiev ? Sans doute a-t-on estimé, en haut lieu, que l’affaire était trop délicate – et peut-être trop polémique – pour être exposée sur la place publique. Qu’un impératif catégorique de nature géopolitique l’emportait sur toute autre considération – fut-ce au prix d’une dénaturation du projet européen poursuivi jusqu’ici. Que la résistance aux hégémonies russe et turque, la stabilisation politique et démocratique régionale, le développement du marché intérieur, etc .. imposaient, coûte que coûte, une poursuite du processus – de la “stratégie” – d’élargissement.  

Cette argumentation a tout son poids et peut être défendue – à condition de démontrer qu’elle ne met pas en péril la notion même d’Europe unie et que les réformes nécessaires pour maintenir cette unité soient précisées et programmées. On le voit : un beau sujet de débat qu’il serait dommage, voire irresponsable, de passer sous silence lors d’une grande Conférence publique sur l’ ”avenir de  l’Union”. 

(Jean-Guy Giraud)

Cet article Conférence sur l’avenir de l’Union : une impasse sur l’élargissement ? est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

UE-Turquie : le ‘sofa-gate’, un miroir tendu aux faiblesses européennes

Tue, 27/04/2021 - 17:58

Une femme « blessée » , la place des femmes « fragilisée »… Tout comme l’image de l’Union européenne, tétanisée à l’idée de bousculer l’ordre diplomatique et mal à l’aise dans la défense de ses valeurs. Décidément, la visite à Ankara de la présidente de la Commission européenne et du président du Conseil européen se digère avec difficultés. Les parlementaires européens s’en sont encore fait l’écho ce lundi 26 avril

Charles Michel et Ursula von der Leyen (sur la photo) étaient présents devant le Parlement européen qui débattait sur le Sofagate (crédit : Parlement européen)

Le mauvais choix de Michel

« Le président Michel n’aurait jamais laissé Juncker (l’ancien président de la Commission européenne) sur le canapé comme il l’a fait avec la présidente von der Leyen. C’est arrivé parce que c’est une femme. Le Sofagate est un cas clair de discrimination envers une femme ». La sentence de l’Espagnol Ernest Urtasun (Verts/Catalogne en commun) résume l’opinion de nombreux députés européens, intervenus hier (lundi 26.04).

Promis juré c’est du passé

Quelques minutes plus tôt, au pupitre au bas de l’hémicycle, à quelques mètres d’Ursula von der Leyen assise à la place dévolue de la présidente de la Commission, Charles Michel veut visiblement faire oeuvre de contrition, mais d’un « incident » qu’il continue de qualifier de « protocolaire ». « Je mesure que les images ont pu donner le sentiment à beaucoup de femmes d’être offensées ». Il se défend de toute attaque sexiste et veut « réaffirmer » son « engagement total complet absolu » à « soutenir les femmes, l’égalité des genres ». À l’avenir, il veut même croire que « les instructions données (aux) équipes protocolaires et diplomatiques » suffiront à éviter qu’un telle « situation ne se reproduise plus ». Il promet aussi des directives européennes pour faire avancer la cause des femmes, sur l’égalité salariale notamment. Aucun eurodéputé ne reprend la balle au bond, comme si le jeu avait déjà tourné court.

Mais pas pour Ursula von der Leyen, une femme blessée

La présidente de la Commission européenne, elle, fend l’armure. Elle se livre. Elle s’est sentie « blessée, seule, en tant que femme et européenne ». Ses mots sont pesés. Le ton clair. Elle entend encore une fois marquer le coup de ce qu’elle vécu. Elle en fait un combat féminin : «  je suis la première femme au poste de présidente de la Commission européenne, c’est de cette façon que je souhaitais être traitée il y a deux semaines (lors de la visite à Ankara NDLR), mais cela n’a pas été le cas ». Elle insiste et balaye tous les arguments protocolaires exposés depuis : « il n’y a pas de justification dans les traités, c’est arrivé parce que je suis une femme. » L’issue ne passe donc que par une évolution des mentalités. Visiblement, Ursula von der Leyen entend se servir de sa position pour cela. Et vis-à-vis de la Turquie, elle veut faire du « respect des droits des femmes » l’un des préalables « à la reprise du dialogue  ». 

Le (mauvais) exemple européen

Charles Michel a d’autant plus « déçu » que personne n’attendait finalement du président turc qu’il agisse autrement. De même que peu sont surpris de la décision d’Ankara de se retirer de la convention d’Istanbul, ce cadre juridique, le premier du genre, mis en place pour lutter contre la violence à l’égard des femmes. Symbole pour symbole, l’annonce turque coïncidait avec la célébration du 10e anniversaire. Mais là encore, comme l’a invité Ursula von der Leyen, l’UE doit « balayer devant (sa) porte ». Car, plus inquiétant, « certains États membres considèrent aussi la possibilité de quitter la convention d’Istanbul, ce n’est pas acceptable ».  Elle prévient, elle veut aussi placer chacun devant ses propres responsabilités. Mais elle manque l’opportunité de nommément les citer…

Le symbole d’un vide ?

Le Parlement soutient et relance. « Il est juste d’attaquer la Turquie pour son retrait de la Convention d’Istanbul, mais n’oubliez pas que seuls 21 États des 27 membres de l’UE l’ont ratifiée, ce qui sape la crédibilité européenne. L’UE doit être cohérente en interne pour être crédible à l’extérieur » tance l’Italien Fabio Massimo Castaldo (Non inscrits/Mouvement 5 étoiles). C’est le message partagé avec d’autres parlementaires. Comme un appel à l’humilité. Et à redresser le port de tête. La visite à Ankara est contestée sur la forme comme sur le fond.

Les eurodéputés critiquent ce « message de la faiblesse », qui a fait passer le fonds de la visite à Ankara à l’arrière plan de l’actualité.  « On voulait envoyer un message de la force, mais c’est celui de la faiblesse qui est passé » fustige le leader de la droite populaire (PPE), l’Allemand Manfred Weber (CSU). Les flèches sont cinglantes. Comme celle de la leader des écologistes, l’Allemande Ska Keller : « le Conseil continue de travailler sur un mandat pour la modernisation l’union douanière avec la Turquie ! Sans engagements sur les droits humains ! On aide Erdogan là où il est le plus faible, l’économie ! ». Elle attaque là où cela fait mal : « nous n’aurions jamais du lui demander de s’occuper des réfugiés, c’est un désastre géopolitique auquel on doit mettre fin au lieu de le poursuivre ».  

Prochaine épreuve : recouvrer de la crédibilité

La formule de la présidente de la sous-commission Sécurité et défense (SEDE), Nathalie Loiseau (Renaissance/Renew), résume le ton de ces échanges, entre les parlementaires et l’exécutif européen : « L’Europe doit un peu moins se demander où elle s’assoit et un peu plus comment elle reste debout pour se faire respecter, à Ankara comme à Moscou ».

(Emmanuelle Stroesser)

Lire aussi : La stratégie du sofa. De la puissance et de la brutalité

Cet article UE-Turquie : le ‘sofa-gate’, un miroir tendu aux faiblesses européennes est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Deux attaques pirates au large de Sao Tomé

Sat, 24/04/2021 - 20:20

(B2) Deux attaques viennent de se dérouler coup sur coup dans le Golfe de Guinnée frappant des navires marchands

Vendredi (23 avril), un porte-conteneurs a été l’objet d’une attaque à 130 miles nautiques au nord-ouest de l’île de Sao Tomé (1°27 Nord et 4°38 Est). Les pirates ont pu monter à bord du Contship New, qui faisait route depuis Port Owendo au Gabon vers Lomé, au Togo.

Quelques heures plus tard, samedi (24 avril), à 2h23 UTC, un autre attaque a eu lieu dans la même zone (1°52 Nord et 3°17 Est). Le navire a été sécurisé « pris en charge et escorté » assure-t-on au QG Golfe de Guinée à Brest (MDAT-GOG).

(NGV)

Cet article Deux attaques pirates au large de Sao Tomé est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Une attaque pirates stoppée au large du Nigéria par la marine italienne

Fri, 23/04/2021 - 12:51

(B2) L’hélicoptère du navire italien, le Nave Rizzo, déployé dans le Golfe de Guinée, a stoppé une attaque de pirates au large des côtes nigérianes, mercredi (21 avril), vient de faire connaitre la marine italienne.

Le matériel à bord (échelle) comme l’équipement (moteurs) et l’absence de filets de pêche ne permet pas vraiment de doutes quant à l’objectif de ce « bateau de pêche » : il ne s’intéresse pas vraiment aux poissons (crédit : marine militaire)

Alerté, son hélicoptère de bord du Nave Rizzo, une frégate de type FREEM (F-595), a décollé faisant fuir un bateau rapide (doté de deux gros moteurs) avec neuf pirates à bord et du matériel adapté à l’embarquement (une grande échelle notamment bien utile pour l’abordage). « Tous les navires marchands en transit et les autorités locales ont été alertés du danger » indique le QG de la marine à Rome;

NB : Le Nave Rizzo participe aux présences maritimes coordonnées, mises en place par l’Union européenne dans le Golfe de Guinée. Le porte-hélicoptères français (Dixmude) et un navire portugais sont présents actuellement dans la zone.

Cet article Une attaque pirates stoppée au large du Nigéria par la marine italienne est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Trois soldats suédois de Takuba blessés par IED au Mali

Fri, 23/04/2021 - 10:45

(B2) Les faits se sont produit mercredi (21 avril) en soirée près de Menaka au Mali. Un engin explosif improvisé (IED) placé en bord de route a éclaté au passage d’une patrouille suédoise partie prenante de la task-force européenne Tabuka.

Les Suédois ont mis à disposition de Takuba une quick reaction force avec des hélicoptères Blackhawk (Archives B2 – Crédit : Försvarsmakten)

Légèrement blessés

L’explosion a fait trois blessés légers annonce le ministère suédois de la défense dans un communiqué. Leur état n’inspire pas inquiétude. « Deux des soldats ont repris leurs fonctions » rapidement. Le troisième est resté un temps « sous surveillance médicale » à l’hôpital. « Il est maintenant de retour dans son unité ».

Le Premier ministre Stefan Löfven a adressé un message de « prompt rétablissement » . « L’automne dernier, j’ai rencontré certains de ceux qui servent actuellement au Mali. Je suis fier des efforts des Forces armées à l’échelle nationale et internationale – ses femmes et ses hommes méritent le plus grand respect de notre pays » a-t-il indiqué via twitter.

La Suède est aujourd’hui le pays qui fournit à Takuba son plus gros détachement étranger (lire : Takuba. Les Suédois sur place au Mali).

(NGV)

Cet article Trois soldats suédois de Takuba blessés par IED au Mali est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Deux navires britanniques en Mer Noire en mai. Le reste du groupe aéronaval en Méditerranée

Wed, 21/04/2021 - 17:18

(B2) Le Royaume-Uni va déployer le mois prochain deux navires en Mer noire . Une façon de montrer à l’Ukraine sa solidarité… et aux Russes la fermeté de la Royal Navy

Le HMS Defender (crédit : Royal Navy)

Un destroyer de type 45 doté de missiles anti-aériens et une frégate anti-sous-marine de type 23, en mer Noire, révèle le Sunday Times. Une zone ‘chaude’ car située à proximité de la Crimée, surveillée le lait comme le feu par les forces navales russes.

Ces navires seront extraits du groupe aéronaval formé autour du porte-avions HMS Queen Elizabeth (UK Carrier Group). Les deux navires pourraient donc être le HMS Defender ou le HMS Diamond, et le HMS Kent ou HMS Richmond, selon nos informations. Le porte-avions restera, lui, en Méditerranée. La Convention de Montreux de 1936 (son article 18 plus précisément) limite en effet le tonnage total des navires de guerre des puissances non riveraines de la mer noire. Mais les avions de chasse F-35 et des hélicoptères Merlin, qui se trouvent à son bord, se tiendront « prêts à soutenir ces navires en cas de menace » indiquent nos confrères britanniques.

Cette annonce britannique survient quelques jours après l’annulation par Joe Biden du déploiement de deux navires américains en mer Noire. Ce qui permettrait aux alliés de maintenir la pression sur la Russie. Ce déploiement vise à montrer la solidarité avec l’Ukraine et les alliés britanniques de l’OTAN dans la région. « Le Royaume-Uni et nos alliés internationaux sont inébranlables dans leur soutien à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine », a indiqué un porte-parole du ministère de la Défense au quotidien britannique.

Après ce déploiement en Mer noire, le UK Carrier Group (cf. schéma ci-dessus) ira voguer vers des contrées tout aussi chaudes, à tout point de vues. Sa destination est en effet la mer de Chine. Précisons qu’un navire néerlandais sera du voyage (mais pas de l’escapade en mer Noire) — le HMS Evertsen — ainsi que un navire américain — le USS The Sullivans (DDG 68) qui vient de partir de sa base de Mayport (Floride), de la côte sud-est, selon la marine américaine.

(NGV avec Jean-Stanislas Bareth, st.)

Cet article Deux navires britanniques en Mer Noire en mai. Le reste du groupe aéronaval en Méditerranée est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Budget. Dans les coulisses de la négociation du Conseil européen

Tue, 20/04/2021 - 22:10

(B2) La scène se passe dans un des bureaux du Conseil européen, à l’étage du président, avant le conseil européen juillet 2020. Le cabinet du président est en conseil de guerre pour préparer la réunion qu’on espère ultime des Chefs d’Etat et de gouvernement. Il faut couper quelques milliards. Mais où ? Le chef de cabinet du président, Frédéric Bernard (FB) mène le débat.

  • FB : … « Il nous faut 2 milliards pour le premier pilier et 500 millions pour la liste des cadeaux. Il nous faut couper. Où ? Digital Europe…
  • — hum. Il y aussi Erasmus qui a beaucoup augmenté ».
  • — « Mais c’est une autre vache sacrée ».
  • FB : « Pour être sincère je regarde le Fonds européen de défense et la mobilité militaire ».
  • — « Mais les Français ne vont pas être contents.
    FB : « Je peux demander aux Français. Que préférez-vous ? La PAC ou la Défense ?
    Allez on retire un milliard au Fonds européen de défense. Proposons cela au président. »

Et… voila, le FEDEF aura 1 milliard de moins, la mobilité militaire également. C’était l’endroit le plus facile à couper. Une conclusions évidente pour nous. Entre Erasmus, la politique agricole commune et la défense, il n’y a pas photo, on coupera dans la défense, d’autant que la Commission n’a pas vraiment fait de ce sujet une ligne rouge ni la France. Tout cela se retrouve dans cet excellent documentaire produit par Check Prod‘ et diffusé sur LCP, et la RTBF

A partir de la 28e minute

Une conclusion assez attendue en soi. Nous savions tous que la proposition de la Commission européenne avait été calibrée de façon à pouvoir subir des pertes. Et dans une négociation, en général, c’est le budget qui fait le moins de dégâts en opinion publique qui subit la perte finale. Ces deux équations ont conduit à la solution la moins douloureuse pour tous : taper (un peu) dans la défense. En sachant au final que la plus grande difficulté pour l’Union européenne n’était pas d’avoir un budget de défense européenne un peu bridé, mais en partant d’un budget à quasi 0 (ce qui était le cas dans la précédente période budgétaire) de justifier à la fois de la pertinence d’avoir une ligne budgétaire consacrée à la défense et de son utilité pour l’objectif visé : l’autonomie stratégique. Rendez-vous dans trois ou quatre ans pour cela.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Budget. Dans les coulisses de la négociation du Conseil européen est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Combien de militaires Russes sont présents en Crimée et aux frontières ukrainiennes ?

Mon, 19/04/2021 - 20:30

(B2) Les chiffres varient selon les sources et le périmètre considéré. Et il est bien difficile de saisir quels sont exactement les forces russes aux frontières ukrainiennes. Mais les mouvements sont suffisamment nombreux pour inquiéter. La moindre étincelle peut faire déraper la situation

Compétitions du génie russe sur le terrain d’entraînement de Borodinovsky (crédit : MOD Russie – district Sud – Archives B2)

De façon ambivalente, on confond parfois le ‘stock’ des militaires russes déjà présents en Crimée ou aux frontières, avec ceux qui viennent d’arriver pour des manœuvres, exercices, préparations ou relèves… selon l’opinion

150.000 militaires russes selon les Ukraniens…

Le ministre ukrainien de la défense Andreii Taran a cité le nombre de 110.000 hommes concentrés le long des frontières ukrainiennes dans le Nord-Est [près des régions de Luhansk et Donetsk] et de 42.000 hommes à la frontière de la Crimée lors de son audition devant le Parlement européen (lire : Les Russes se massent aux frontières. En Crimée des armements nucléaires dénonce Andrii Taran).

…confirmé au niveau européen

Un chiffre repris par le Haut représentant Josep Borrell, ce lundi 19 avril après la réunion des ministres des Affaires étrangères. « Il y a plus de 150.000 militaires russes déployés avec tout type de matériel » à la frontière ukrainienne et en Crimée. « Il s’agit du déploiement le plus massif auquel nous ayons jamais assisté. Cette situation est très inquiétante. On n’est pas à l’abri d’un incident à tout moment », a déclaré le chef de la diplomatie européenne à l’issue de la réunion des ministres des Affaires étrangères. « Le risque d’une nouvelle escalade est évident. » NB : ce chiffre a été démenti et corrigé à la baisse dans le transcript publié en fin de journée.

… mais un peu moindre pour les Américains

Les Américains sont plus modérés. « Selon les informations obtenues auprès des sources disponibles, la Russie a maintenant plus de soldats stationnés à la frontière ukrainienne qu’à tout moment depuis 2014. La Russie a déplacé de 15.000 à 25.000 soldats en Crimée ou plus près des frontières ukrainiennes. Ce nombre comprend l’infanterie, les bataillons de chars, les hélicoptères et les moyens de défense aérienne. » indiquait ainsi le chargé d’affaires US à l’OSCE ((l’organisation de sécurité et de coopération en Europe)) mercredi (14 avril). Pour la seule Crimée, sur la base « des déclarations de la Russie ou de sources ouvertes », ils situent le chiffre à « plus de 17.000 soldats sont massés en Crimée ». Au total, la Russie aurait ainsi avec les effectifs présents dans l’ancienne péninsule ukrainienne, « environ 31.500 soldats (lire : Les bruits de bottes aux frontières ukrainiennes inquiètent les Alliés et les USA).

Moderato cantabile

Du côté français, à l’Élysée, on ne veut/peut pas confirmer le chiffre ukrainien. « Il y a beaucoup de soldats russes. Trop. » Ce qui est de fait un démenti plutôt sec au chiffre ukrainien. De plus, on relativise cette augmentation : « cela correspond à des cycles d’entrainement des forces russes » poursuit notre interlocuteur juste avant le sommet avec le Premier ministre ukrainien, Volodymyr Zelensky à Paris vendredi (16 avril). « La situation est très évolutive. Il y a des mouvements » complète un diplomate européen. « Un jour c’est comme cela, l’autre c’est autrement. » Mais ce qui est sûr, « c’est qu’il y a une présence importante à la frontière. Trop importante. Nous suivons la situation avec beaucoup de vigilance. » Car, parfois un conflit peut naitre d’une étincelle « de causes plus ou moins établies, d’un mouvement mal compris. On a retenu les leçons de l’histoire. »

Un exercice militaire qui doit se terminer

Cette accumulation de troupes était peut-être un « exercice militaire au début. Mais dans ce cas, on a un mécanisme au sein de l’OSCE peut être utilisé [NDLR : le document de Vienne], en invitant des observateurs, etc. » Toutes mesures qui permettent de faire baisser la température. Et « si c’est un exercice militaire, il doit se finir le plus tôt possible », a indiqué le ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto répondant à B2 après la réunion des Affaires étrangères.

(Nicolas Gros-Verheyde, avec Leonor Hubaut et Aurélie Pugnet)

A suivre : les indicateurs du conflit (violations du cessez-le-feu) et mon analyse sur la position russe.

Cet article Combien de militaires Russes sont présents en Crimée et aux frontières ukrainiennes ? est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Les 15 marins otages des pirates dans le Golfe de Guinée libérés

Sun, 18/04/2021 - 20:36

(B2) Les quinze marins du Davide B ont été libérés le 15 avril a annoncé son propriétaire, la société néerlandaise, De Poli Shipmanagement

(crédit : De Poli Shipmanagement)

Les quinze officiers et équipages (Roumains, Ukrainiens et Philippins) avaient été enlevés lors de l’attaque du navire, un chimiquier néerlandais battant pavillon maltais. L’attaque avait eu lieu vers 15h15 UTC, à quelque 210 nautiques au sud de Cotonou (Bénin), alors qu’il était en route de Riga (Lettonie) vers le port du Nigéria. Neuf pirates armés de fusils d’assaut type AK47 avaient réussi à monter à bord. Six autres marins du navire avaient pu échapper à l’attaque.

Ils sont désormais en sécurité annonce De Poli Shipmanagement dans un communiqué publié sur son site le 15 avril. Ils sont dans un état « relativement bon compte tenu des circonstances difficiles » dans lesquelles ils ont vécu ces quatre dernières semaines. Ils vont maintenant recevoir des contrôles médicaux et seront « rapatriés dans leur pays d’origine dans les plus brefs délais ».

(NGV)

Cet article Les 15 marins otages des pirates dans le Golfe de Guinée libérés est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Les services russes du GRU impliqués dans l’explosion d’entrepôts d’armes en Tchéquie

Sun, 18/04/2021 - 10:33

(B2) Les explosions de deux entrepôts à Vrbětice en 2014 seraient dues aux services secrets russes accuse le gouvernement tchèque. 18 employés de l’ambassade de Russie à Prague expulsés. La solidarité euro-atlantique se met en branle

Andrej Babiš (ANO/ALDE) et Jan Hamáček (CSSD/S&D) annoncent la nouvelle samedi au palais Černín (sélection B2 – flux CT24)

Ces informations ont été révélées par les deux dirigeants du gouvernement de coalition — le Premier ministre Andrej Babiš (ANO/ALDE) et le vice-premier ministre Jan Hamáček (CSSD/S&D) — dans une conférence de presse spécialement convoquée samedi (17 avril) en soirée, au palais Černín (le bâtiment du gouvernement) accusant nommément le renseignement extérieur russe GRU d’en être la cause. Elles suivent des conclusions des services de sécurité tchèques.

Les services russes impliqués

Coup sur coup, à deux mois de distance, deux entrepôts situés à Vrbětice (province de Zlin), non loin de la Slovaquie — le n°16 le 16 octobre 2014 et le n°12 le 3 décembre 2014 — avaient été l’objet d’une violente explosion. Deux personnes étaient mortes dans la première explosion. Les causes étaient restées mystérieuses. Ce sont en fait les « mêmes hommes [du GRU] qui ont tenté de tuer Sergei Skripal et sa fille à Salisbury (UK), en mars 2018 : Anatoly Chepig et Alexander Mishkin » détaille l’hebdomadaire Respekt. « Des membres de l’unité spéciale 29155 », chargée de mener des actions spéciales à l’étranger, qui se « trouvaient à Prague et en Moravie en octobre 2014 ».

Objectif : empêcher la livraison d’armes

L’intervention russe avait un objectif très concret et militaire : empêcher la livraison d’armes vers l’Ukraine. Les entrepôts loués par la société Ostrava Imex Group contenait en effet des armes achetées par un marchand d’armes bulgare, qu’il prévoyait d’envoyer aux forces ukrainiennes. Coïncidence troublante : les dépôts de munitions en Bulgarie ont explosé au même moment qu’à Vrbětice selon Bellingcat. Là aussi, c’est l’unité russe 29155 qui est soupçonnée.

L’Europe saisie

L’affaire de Vrbětice pourrait prendre rapidement une tournure européenne et euro-atlantique. Les ambassadeurs tchèques à Bruxelles ont été instruits de faire passer une note à leurs homologues de l’Union européenne comme de l’OTAN. Et le ministre des affaires étrangères (par intérim) Jan Hamáček en parle lundi à ses homologues européens lors du Conseil des Affaires étrangères (qui se déroule par vidéoconférence). Quant au Premier ministre, Andrej Babis en a parlé samedi (très tard) avec Charles Michel, le président du Conseil européen, et compte l’évoquer lors d’un sommet européen (NB : le prochain est en juin, sauf convocation exceptionnelle).

I just spoke to the President of the European Council @eucopresident, Charles Michel, informing him about the Vrbetice incident and the expulsion of 18 Russian diplomats. I will inform our partners in more detail at the next European Council.

— Andrej Babiš (@AndrejBabis) April 17, 2021

Du terrorisme d’État

Cette action, « menée par des membres d’une unité spéciale de renseignement militaire contre une installation civile d’un État souverain, est un acte d’agression ouverte et je n’ai pas peur de parler de terrorisme d’État » a commenté via twitter le général tchèque Petr Pavel, ancien chef d’état-major et ancien président du comité militaire de l’OTAN. « Nous devons prendre une position très ferme contre cela et protéger notre sécurité. Seul et en coopération avec les Alliés. »

La solidarité euro-atlantique

Certains pays ont manifesté leur solidarité avec la décision tchèque tels les USA ou le Royaume-Uni (qui réserve une réponse plus élaborée après la journée de deuil du prince Philippe). La Lettonie également a déjà « exprimé sa solidarité » par le biais d’un tweet du ministre des Affaires étrangères Edgars Rinkévičs. « Les actions subversives menées par des agents russes sont déplorables. […] Les auteurs doivent être sanctionnés. »

#Latvia expresses solidarity with our Czech allies over the decision to expell 18 Russian spies working under diplomatic cover. Subversive actions by Russian agents causing explosion in the ammunition depot & death of innocent people are deplorable, perpetrators must be punished

— Edgars Rinkēvičs (@edgarsrinkevics) April 17, 2021

L’idée de sanctions supplémentaires..

Cette révélation pourrait être un excellent prétexte pour enclencher une nouvelle vague de sanctions contre la Russie. Certains pays le demandaient déjà pour protester contre la présence militaire renforcée en Ukraine. D’autres discussions ont eu lieu entre les ambassadeurs la semaine dernière, de manière ultra-confidentielle, pour envisager de nouveaux noms sur la liste noire ‘Droits de l’Homme’ (de type Magnitski). Discussion qui pourrait être destinée à se préparer à réagir à une aggravation grave (voire mortelle) de l’opposant russe Alexei Navalny, en grève de la faim dans son centre pénitentiaire, selon une information à confirmer.

… se heurte à un questionnement juridique ou pratique

Seul hic : il n’existe pas — selon notre analyse — de base juridique adéquate aujourd’hui pour établir des mesures restrictives suite à une action spéciale de type ‘militaire’ sur le territoire d’un État membre. C’est prévu en cas de cyber-attaque ou d’armes chimiques, pas pour une explosion provoquée mais ‘classique’ comme à Vrbětice. C’est prévu en cas de menace à l’intégrité du territoire ukrainien, par exemple, pas pour la menace à l’intégrité du territoire européen. Sauf à le qualifier d’acte terroriste (ce qui serait délicat pour un service étranger). Et d’un point de vue pratique, cette mesure aurait un effet surtout symbolique : la plupart des responsables incriminés sont déjà sur liste noire pour d’autres faits.

Des mesures de rétorsion diplomatiques ou économiques

La rétorsion européenne — s’il y a — pourrait donc passer davantage par des convocations d’ambassadeurs, voire des expulsions de diplomates, de façon plus ou moins coordonnée, ou des mesures économiques. D’ores-et-déjà au niveau tchèque, certaines mesures pourraient être prises. L’implication de l’industriel russe Rosatom dans l’appel d’offres pour la centrale nucléaire de Dukovany, pourrait être revue a déclaré le ministre de l’Industrie, Karel Havlíček.

(NGV)

Cet article Les services russes du GRU impliqués dans l’explosion d’entrepôts d’armes en Tchéquie est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Le ‘Loup’ Pjetёr Shala inculpé

Fri, 16/04/2021 - 17:24

(B2) Arrêté le 16 mars dernier par les autorités belges, Pjetёr Shala (surnommé « Le Loup ») a été transféré jeudi (15 avril) au centre de détention des Chambres spécialisées du Kosovo à La Haye.

L’acte d’accusation porte sur sa responsabilité de « crimes de guerre, de détention arbitraire, de traitement cruel, de torture et de meurtre commis dans le contexte d’un conflit armé non international au Kosovo et en relation avec celui-ci », au printemps 1999, à l’encontre de personnes détenues dans l’usine métallurgique de Kukёs (Albanie), indique le communiqué des Chambres Spécialisées du Kosovo. Un site utilisé comme prison clandestine par l’Armée de libération du Kosovo (UCK)

NB : Cette juridiction internationale a été créée sous l’impulsion de l’Union européenne, pour juger certains crimes de guerre particulièrement graves, impliquant notamment des responsables gouvernementaux, à la suite du rapport ‘Marty’ du Conseil de l’Europe.

(AP)

Cet article Le ‘Loup’ Pjetёr Shala inculpé est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

La frégate belge Leopold Ier dans Emasoh

Mon, 12/04/2021 - 23:55

(B2) La frégate belge a rejoint « cette semaine » la mission de surveillance dans le détroit d’Ormuz (EMASOH) assure le QG d’Agenor ce lundi (12 avril) via un tweet. Le Léopold Ier (F-930) va permettr de « réassurer » les navires marchands qui croisent au large de l’Iran. La mission, lancée à l’initiative de la France, compte aujourd’hui un seul navire — la frégate de type La Fayette Guépratte (F-714) — et un avion de patrouille maritime, de type Atlantique 2. Ce alors que les tensions avec l’Iran sont toujours bien présentes.

Cet article La frégate belge Leopold Ier dans Emasoh est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Les inspections de navires continuent au large de la Libye. Le Premier maitre l’Her et le Berlin à l’action

Sun, 11/04/2021 - 07:05

(B2) Deux navires ont été, coup sur coup, inspectés, dans les premiers jours d’avril au large de la Libye. L’un par le Premier maitre L’Her, l’autre par le Berlin. Tous deux engagés dans l’opération européenne de contrôle de l’embargo de l’ONU sur les armes (EUNAVFOR Med Irini)

L’équipe de visite lituanienne monte à bord du Queen Sara

La première inspection a été faite par le navire de soutien allemand Berlin (A1411) vendredi (2 avril). Le Queen Sara, un cargo battant pavillon du Sierra Leone, venant de Turquie et à destination du port libyen de Khoms (entre Tripoli et Misrata). Il était anciennement nommé Perelik. Mais ce ne sont pas des marins allemands qui sont montés à bord. C’est l’équipe de visite lituanienne du bord qui a embarqué. Une première pour les Lituaniens comme pour le Berlin (dans le cadre de l’opération Irini). « Aucun matériel interdit n’a été trouvé » et l’équipage du navire marchand a « toujours été coopératif lors de l’inspection » indique-t-on au QG de l’opération européenne à Rome.

Le Queen Sara et le Berlin (crédit : Bundeswehr / EUNAVFOR Med Irini)

L’équipe française monte à bord du Medkon Izmir

Le lendemain, samedi (3 avril) à l’aube, c’est au tour des Français d’intervenir. Le patrouilleur de haute Mer) Premier Maître (PM) l’Her effectue une opération de visite sur le Medkon Izmir, un porte-conteneurs appartenant à la compagnie turque Medkon Lines, qui navigue entre la Turquie et la Libye. Le navire, battant pavillon panaméen, a accepté la visite « après plusieurs minutes d’interrogation par radio » indique la marine nationale française.

Les fusiliers marins montent à bord du porte-conteneurs (crédit : Marine nationale / EUNAVFOR Med Irini)

Première étape : vérifier les documents du navire

C’est ce qu’on appelle une « inspection coopérative ». L’équipe de visite française — composée de marins du patrouilleur ainsi que des fusiliers marins de l’équipe de défense et d’interdiction maritime embarquée (EDIM) — monte à bord. La visite commence par « sécuriser le navire et son équipage » (la procédure), puis l’enquête de pavillon et le « contrôle des documents » du navire. Une fois ces formalités réalisées, l’équipe entame alors la fouille des locaux et des conteneurs transportés.

Une fouille assez longue

Il faut environ cinq heures pour effectuer le contrôle des conteneurs, en « raison du volume de la cargaison transportée ». Les 292 conteneurs que transporte le navire ne sont pas fouillés. Seuls 32 conteneurs le sont — ceux qui « étaient accessibles —, soit 11% de la cargaison totale. « L’accès aux conteneurs est la principale difficulté de ce type d’opération en raison de la hauteur des piles de conteneurs, de l’espace restreint, et de leur agencement » précise la marine française.

La fouille des conteneurs prend cinq bonnes heures (crédit : Marine nationale / EUNAVFOR Med Irini)

Rien de suspect

Au final, « aucune matière suspecte » n’a été trouvée indique le QG d’opération d’Irini à Rome qui précise : « Toutes les précautions recommandées contre le COVID-19 ont été observées ». C’est la onzième inspection du genre. Le patrouilleur de haute mer français, présent dans l’opération depuis le 12 février doit terminer sa mission le 28 avril.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Les inspections de navires continuent au large de la Libye. Le Premier maitre l’Her et le Berlin à l’action est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

La stratégie du sofa. De la puissance et de la brutalité

Sat, 10/04/2021 - 13:05

(B2) La relégation d’Ursula von der Leyen sur un sofa lors de sa visite à Ankara à Recep Tayyip Erdogan, alors que Charles Michel avait droit à un fauteuil, fait jaser. Les commentaires fusent, souvent irrationnels. Essayons d’y voir clair…

Charles Michel, Recep Tayyip Erdoğan sur les fauteuils – Ursula von der Leyen et Mevlüt Çavuşoğlu, ministre turc des Affaires étrangères, à Ankara le 6 avril 2021 (crédit : Commission européenne)

Petit rappel des faits

Les dirigeants européens (Charles Michel et Ursula von Leyen) étaient à Ankara mardi (6 avril) pour transmettre à Receip Erdogan le message des 27, prêts à reprendre le dialogue avec la Turquie sous certaines conditions (lire : La Turquie mise à l’épreuve avant des étapes positives. Rendez-vous en juin (Sommet)). Trois heures de rencontres intensives, qui débouchent sur une communication a minima (lire : Petite étape pour la désescalade avec la Turquie. Rencontre au sommet à Ankara). L’essentiel est cependant vite effacé, en fin de soirée, par une video qui fait le buzz. Les deux Européens et le dirigeant turc entrent dans une salle. Les deux hommes s’installent sur les deux fauteuils, flanqués de part et d’autre des drapeaux européen et turc. Un honneur. Certains visiteurs n’ont droit qu’à deux drapeaux turcs (cf. encadré). Ursula von der Leyen reste, elle, debout, et ne cache pas sa surprise en se rendant compte qu’elle est reléguée à une place secondaire. On l’entend dire « hum », sans qu’aucun des interlocuteurs masculins ne réagissent. Dans l’image suivante, elle est assisse sur un canapé, en retrait, face au ministre turc des Affaires étrangères.

Scandale dans la bulle européenne… « Un affront fait à la présidente de la Commission européenne » titrent plusieurs journaux (dans la foulée de dépêches AFP). Les commentaires fusent dans les médias sociaux et dans les tribunes des journaux. La faute est rejetée successivement sur le dirigeant turc, accusé d’avoir humilié la femme (dans la foulée de la dénonciation de la convention d’Istanbul). Puis c’est le président du Conseil européen, Charles Michel, qui est pris pour cible, traité d’odieux machiste. « Deux hommes et un couffin: scandale macho à Ankara » titre le quotidien belge Le Soir. On est dans une phase de défoulement collectif plus. Il faut raison garder, et revenir à un certain sens des réalités.

Le protocole tout un art

En préalable, il faut dire que le protocole est un art, une science. C’est un « vrai métier », nous confie un diplomate rompu à cet exercice. Le tempo d’une visite, la place de chacun sont calculés au millimètre. Tout est prévu — les trajets, les véhicules, la lumière, l’éclairage, la salle, la disposition des sièges, leur taille… « Une simple montée de marche doit être minutée ». Il en est de même de la durée de la poignée de main et de sa vigueur, qui sont le témoignage d’une grande ou petite amitié.

Des missions préparatoires

Avant tout déplacement d’une autorité nationale (ou européenne), il y a normalement une mission préparatoire. Même la visite dans un pays le plus amical nécessite cette préparation. Elle peut prendre deux jours. Plus le pays est lointain, ou inamical, plus cela nécessite des préparatifs et de missions préparatoires. Fixer ces détails « prend des jours et des jours de négociation ».

Un vrai rapport de force

Le protocole local va fixer certaines conditions. Et le protocole de la puissance invitée les discuter ou exiger d’autres. C’est un « vrai rapport de force ». Celui qui a le plus intérêt à la visite va devoir céder, celui qui est le plus fort peut imposer certaines formalités. Chacun des détails va ainsi être discuté. Les négociations peuvent être parfois « très dures ». Certains pays, qui ont une tradition millénaire ou impériale, ont le protocole chevillé à la peau. Le Japon (où la durée de la montée des marches est mesurée) ou la Chine par exemple, mais aussi la Turquie. La simple visite du palais de Topkapı, à Istanbul où les sultans recevaient ainsi les ambassadeurs, est « mégaprotocolisée ». Le cheminement, le contournement de la fontaine, le rythme de marche, les arrêts, etc, tout est pensé.

Le protocole a-t-il été respecté ?

Qui devait s’asseoir à côté d’Erdogan ?

Dans la luminosité turque, une seule personne s’assoit généralement à côté du ‘monarque’. Et encore. Parfois il n’y en a aucun (cf. encadré). En toute logique, il est normal que le président du Conseil européen qui représente les Chefs d’État et de gouvernement de l’UE s’assoit d’égal à égal avec son hôte turc. Et non la présidente de la Commission européenne qui n’est ‘que’ chef de l’exécutif européen.

Pouvait-il y avoir deux personnes de part et d’autre d’Erdogan ?

Cela aurait été délicat. Cela voulait dire que celui-ci était encadré par l’Europe. Un symbole trop négatif pour la Turquie, inexact par rapport à la réalité institutionnelle et protocolaire. Et loin de la discussion d’égal à égal recherchée… Ajoutons aussi que les Européens ne semblent pas avoir demandé cette égalité.

Pourquoi Charles Michel et pas Ursula von der Leyen ?

Ce n’est donc pas une question de sexisme comme certains l’ont dit. C’est juste la règle de préséance, interne à l’Europe. En matière de relations extérieures, c’est le président du Conseil européen qui assure ce rôle. « Le président du Conseil européen assure, à son niveau et en sa qualité, la représentation extérieure de l’Union pour les matières relevant de la politique étrangère et de sécurité commune, sans préjudice des attributions du haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité » indique l’article 15 du Traité. Et Charles Michel tient plus que tout à assumer ce rôle. NB : dans les réunions du G20, où les deux personnages sont présents, le président du Conseil européen a ainsi la préséance.

La présidente de la Commission n’a-t-elle pas de rôle extérieur ?

Si mais pas directement. C’est la Commission européenne dans son entier qui a reçu cette compétence. « À l’exception de la politique étrangère et de sécurité commune et des autres cas prévus par les traités, [la Commission] assure la représentation extérieure de l’Union ». Le/a président/e de la Commission n’a, d’après le traité, qu’un rôle d’orientation et d’organisation de l’exécutif européen. Il/Elle « définit les orientations dans le cadre desquelles la Commission exerce sa mission; décide de l’organisation interne de la Commission afin d’assurer la cohérence, l’efficacité et la collégialité de son action ; nomme des vice-présidents » (dixit l’article 17 du Traité).

Pourquoi la présidente de la Commission européenne n’est qu’au second rang ?

Même si du côté de la Commission européenne, on défend que les deux personnalités ont le même rang protocolaire. Ce n’est pas la réalité institutionnelle. En termes hiérarchiques, le président de la Commission procède (est élu) d’une décision du Conseil européen et du Parlement européen. Et non l’inverse. C’est en gros un Premier ministre. Dans un système dual, avec un Président (chargé des relations extérieurs) et un chef de l’exécutif, il est logique que celui-ci soit relégué au second rang. Dans les réunions du Conseil européen, par exemple, au fil des ans, la place du président de la Commission européenne a varié. Mais il n’a été au centre de l’image, toujours en 3e ou 4e position, voire à l’extrême (lors des réunions internationales).

Photo de famille au sommet de mars 2011. Au centre le président du Conseil européen (Van Rompuy), le président de la Commission est en 4e position à droite (crédit : Consilium)

La faute à qui ? Quelle leçon en tirer pour le futur ?

Si on doit chercher un fautif, il n’est pas à chercher à Ankara… mais à Bruxelles.

Erdogan a-t-il voulu humilier l’Europe ? Erdogan ne supporte pas les remontrances sur le respect des droits de l’Homme. Il estime qu’en ayant fait le ‘job’ sur la migration, l’Europe a une dette envers lui. En attaquant l’Europe par son point faible, la pluralité de ses institutions, leur complexité, le Turc a peut-être voulu marquer un point, enfoncer un coin dans une structure européenne dont il connait tous les recoins. Mais ce n’était peut-être pas lui le fautif… ou le seul.

Erdogan a-t-il voulu humilier la femme ? Le dirigeant turc a de gros défauts certainement. Mais il a un certain sens politique. Quand Angela Merkel a été reçue par Erdogan, elle trônait à ses côtés sur le siège où était Charles Michel. On notera la petite touche du bouquet de fleurs et le drapeau allemand derrière la Chancelière.

Angela Merkel et R.T. Erdogan à Ankara – crédit : président turque

Idem pour la Britannique Theresa May en janvier 2017. Mais sans bouquet de fleurs, ni le drapeau britannique. Il y a deux drapeaux turcs derrière les deux dignitaires. L’ambiance semble plus fraiche…

Theresa May et R.T. Erdogan – janvier 2017 – crédit : Présidence turque

Qui a organisé la visite ? Apparemment c’est le service du protocole du Conseil qui a géré la visite. C’est lui qui a fixé certains détails avec la présidence turque. Et, naturellement, il a privilégié son chef (Charles Michel) et la logique institutionnelle. Il n’y avait pas d’équipe du protocole de la Commission européenne. Ursula von der Leyen ayant décidé de ne pas envoyer en raison de la pandémie. Après coup, on cherche bien sûr à réparer les dégâts. « Si la pièce avait été visitée, nous aurions suggéré à nos hôtes que, par courtoisie, le divan soit remplacé par deux fauteuils pour la présidente de la Commission » explique ainsi le service du protocole du Conseil.

Pouvait-on réagir sur le moment ? Délicat. Ce genre de choses se prépare en amont. Bousculer le protocole établi, c’est risquer l’incident diplomatique. Or, les dirigeants européens comme turc, étaient sur un chemin d’équilibriste, en train d’essayer de reconstruire une relation compliquée, abîmée par plusieurs incidents passés. Sur le plateau de la chaine belge d’infos en continu LN24, Charles Michel explique que toute réaction de sa part aurait pu créer un « incident bien plus grave » au vu de l’importance cruciale de cette réunion avec le président turc. Même son de cloche, un peu plus amer cependant à la Commission « La présidente von der Leyen a été surprise. Elle a décidé de passer outre et de donner la priorité à la substance sur le protocole » souligne le porte-parole de la Commission Eric Mamer. « Mais cela n’implique pas qu’elle n’accorde pas d’importance à l’incident. »

Comment jauger le ‘Hum’ de Ursula von der Leyen ? Face à ce type de situation, il peut être vu comme la juste réponse. Même si on ne sait pas si le ‘Hem’ était destiné au dirigeant turc ou à l’Européen ou aux deux. On peut aussi le voir comme un signe d’une impréparation totale, un certain manque de savoir-vivre géopolitique. Découvrir au dernier moment qu’on n’a pas de siège est aussi assez confondant. D’ordinaire, ce type de visite est répété ou expliqué par le protocole au président. Ou alors c’est vouloir l’incident. Et étaler au grand jour, devant un hôte étranger, des divisions internes est plutôt négatif. Cela pourrait apparaitre comme un signe de fragilité supplémentaire.

Qui est en cause ? Dans cette histoire, ce n’est donc pas vraiment Erdogan qui est en cause, mais les Européens. Et leur absence de coordination rédhibitoire. Certes Charles Michel, avec son entregent pour les rencontres internationales, bouscule quelque peu le fragile équilibre européen. On l’avait vu parcourant le monde méditerranéen à son arrivée. On l’a vu en Géorgie récemment. Où malgré tous ses efforts, il s’est heurté à un os. Le Tintin européen perd des plumes à chaque rencontre internationale. Entre Ursula et Charles, d’ailleurs le torchon brûle. Et, depuis l’incident, ils ne se sont plus parlés. Le fait aussi que l’ambassadeur de l’UE à Ankara ait été peu associé

Un problème très européen ? Il y a une compétition entre les différents responsables européens qui n’arrivent pas à délimiter clairement leurs fonctions, veulent tous être sur la photo, être ‘calife à la place du calife’, comme le dirait Iznogoud (1). Ce jeu, assez puéril, est difficile à comprendre au sein de l’Europe, et encore plus difficile à saisir à l’extérieur. Les dirigeants européens auraient intérêt à régler leurs problèmes internes et accepter une hiérarchie commune, claire, simple, plutôt qu’étaler au grand jour leurs divisions et querelles internes.

La leçon à tirer ? Rendre visite à un dirigeant autoritaire comme l’est Erdogan (ou comme l’est aussi Poutine) est prendre un risque. Un risque certain. L’Europe n’est plus aujourd’hui perçue comme un animal chétif, un être gentillet à qui on doit des égards. Elle peut être perçue aussi de manière hostile. Les dirigeants européens ne doivent pas être naïfs. Même très bien préparés, ils vont dans l’entonnoir. Un hôte, qui ne respecte pas automatiquement toutes les règles communes, va vouloir utiliser cette visite à son profit. La visite à Moscou de Josep Borrell l’avait prouvé. Le risque d’être piégé n’est pas de 2 ou 3%. Il est de 100% ! L’Europe est, en effet, confrontée à un « double phénomène » analyse pour B2 un diplomate expérimenté : les institutions européennes « sont davantage exposées que par leur passé » (elles sont plus présentes et on leur en demande plus). Et il y a « une brutalisation des rapports de force internationaux ». Cette « brutalité du jeu géopolitique », l’Europe doit mieux la préparer et la gérer à l’avenir. « Tout doit être encore plus verrouillé ».

(Nicolas Gros-Verheyde, avec Leonor Hubaut)

  1. cf. Iznogoud par René Goscinny

Retour dans le passé des rencontres turco-européennes

Y-a-t-il un précédent avec une telle hiérarchie ?

Oui Parfaitement. Quand Erdogan reçoit Charles Michel et Josep Borrell en mars 2020. Charles Michel est aux côtés du chef d’État. Et le Haut représentant de l’UE chargé des Affaires étrangères, Josep Borrell est relégué sur le canapé. Il n’en fait pas une chimère et s’affiche tout sourire devant. Il est vrai que les rôles étaient plus clairs, l’un étant le représentant des chefs d’État et de gouvernement, l’autre étant le chef de la diplomatie européenne.

Josep Borrell, Charles Michel, Recep Tayyip Erdogan le 6 mars 2020 (crédit : Commission européenne)

Autre exemple. Quand Erdogan reçoit en octobre 2015, en pleine crise migratoire, le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans (chargé des droits fondamentaux alors, celui-ci est assis à gauche du président turc, les autres commissaires (J. Hahn chargé du voisinage, D. Avramapoulos chargé de l’immigration… sont relégués sur le sofa. A droite du président turc, figure son ministre (par intérim) des Affaires étrangères, Feridun Sinirlioğlu. La Turquie joue ainsi à deux contre un. Et il n’y a pas de problème hommes – femmes. On est certes face à un niveau de représentation moindre : un simple vice-président de la Commission.

Beril Dedeoğlu, Turkish Minister for EU Affairs, Feridun Sinirlioğlu, Turkish Minister for Foreign Affairs ad interim, Recep Tayyip Erdoğan, Frans Timmermans, Johannes Hahn, Dimitris Avramopoulos and Hansjörg Haber (from the 3rd, seated, from right to left)

Y-a-t-il des précédents inverses ? Oui Lors d’une précédente rencontre, en mai 2017, les deux représentants européens, à l’époque Jean-Claude Juncker (Commission européenne) et Donald Tusk (Conseil européen) étaient assis côte-à-côte avec le président Erdogan. Cet exemple est souvent mis en avant par la Commission européenne. Mais… on est alors à Bruxelles. C’est une grosse différence ! La visite est alors organisée par l’Union européenne. Sur la photo, on note bien d’ailleurs qui est au centre : Donald Tusk, le président du Conseil européen, en tant que puissance invitante. A sa droite le président turc, R.T. Erdogan, l’air plutôt bougon, et à sa gauche, le président Juncker (de façon symétrique au président turc, fauteuils légèrement en biais).

Erdogan, Tusk, Juncker

Autre exemple, toujours avec les mêmes protagonistes à Antalya cette fois. Mais on était dans un autre cadre qu’une visite bilatérale. C’était en marge du G20, à Antalya, où la Turquie était puissante invitante. Et, surtout, on était en novembre 2015, avant donc le coup d’état militaire qui a durci à la fois le régime et les relations avec l’Union européenne.

Donald Tusk (Conseil européen), R.T. Erdogan (Tuquie), Jean-Claude Juncker (Commission européenne) – crédit : Conseil UE / Archives B2

De l’évolution des relations entre la Turquie et l’OTAN

Pour illustrer de l’importance des sièges, on peut prendre un autre exemple. On se rappelle de la rencontre entre le secrétaire général de l’OTAN et du président turc, dans les locaux de l’OTAN à Bruxelles, en mars 2020. Sur la photo officielle, Jens Stoltenberg est ramené à la place des conseillers, sur un petit fauteuil tout serré. Alors que le président turc trône au milieu, entre deux drapeaux turc. Aucun drapeau de l’OTAN n’est présent, alors que c’est souvent la règle dans l’enceinte de l’Alliance.

Jens Stoltenberg et le président turc Recep Tayyip Erdoğan à Bruxelles en mars 2020 (crédit : OTAN)

La différence est très notable avec la rencontre des mêmes, en septembre 2016, à Ankara, au lendemain du coup d’état militaire. Le président turc est toujours au centre, entre deux drapeaux turcs. Mais le secrétaire général est juste à côté de lui, dans une position quelque peu inféodée. Chacun a les jambes croisées, en signe de détente. Cette différence de position n’est pas innocente, à quatre ans de distance. Elle traduit un abaissement des relations.

Jens Stoltenberg et le président tuc Recep Tayyip Erdogan à Ankara (crédit : OTAN)

Cet article La stratégie du sofa. De la puissance et de la brutalité est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Des Danois dans Takuba en 2022

Thu, 08/04/2021 - 15:03

(B2) Le gouvernement danois vient de le confirmer. Le Royaume de la Petite Sirène participera bien à la task-force initiée par la France au Mali. Les Danois pourraient, en quelque sorte, relayer les Suédois

Les soldats danois en formation au Kenya (crédit : Armée de terre danoise – Archives B2)

Le gouvernement danois a confirmé, ce jeudi (8 avril), être d’accord pour envoyer une contribution militaire à la Task Force Takuba. Le Conseil de la politique étrangère l’a approuvé. Cette décision devra encore être approuvée au Folketing (le parlement danois). Le contingent danois, fort de 105 personnes (au maximum), sera composé de forces spéciales, ‘une unité chirurgicale et d’officiers d’état-major. Leur rôle : « conseiller, soutenir et accompagner les forces de défense et de sécurité maliennes et leur permettre de faire face à la menace des groupes terroristes dans la zone frontalière entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso » selon la définition qu’en a donnée la ministre de la Défense Trine Bramsen.

Lutter contre le terrorisme : une question vitale

« La menace du terrorisme de l’État islamique et d’Al-Qaïda reste grave. Ils veulent créer une oasis en Afrique de l’Ouest pour leur régime extrémiste de violence et de mort. Ce serait une grave menace pour la sécurité. Cela ne doit pas arriver » a souligné le ministre des Affaires étrangères Jeppe Kofod dans un communiqué. NB : Le Danemark va mettre aussi un avion de transport de type C-130 à disposition de la MINUSMA, la mission de l’ONU au Mali.

Un pays en première ligne

On peut remarquer que le Danemark est un des pays les plus engagés aux côtés des initiatives soutenues par la France, que ce soit dans le détroit d’Ormuz, au sein de la mission EMASOH, ou dans le Golfe de Guinée contre la piraterie. Les Danois sont aussi des habitués des rudes combats. Engagés de façon longue dans l’opération de stabilisation de l’OTAN en Afghanistan, c’est le pays qui, proportionnellement à sa population, a subi le plus de pertes (43 morts pour une population d’un peu moins de 6 millions d’habitants).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Des Danois dans Takuba en 2022 est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

La task-force Takuba en quelques mots

Wed, 07/04/2021 - 06:15

(B2) Déclarée pleinement opérationnelle fin mars, la task-force Takuba est pour l’instant installée sur deux lieux essentiellement

L’essentiel de la task-force Takuba est basé à Ménaka. Se trouvent :

  • le quartier général de la force avec des officiers de huit pays (France, Estonie, Tchéquie, Suède, Italie, Belgique, Pays-Bas, Portugal) ;
  • le 2e task-group franco-tchéque avec les Maliens ;
  • la force de réaction rapide (véhicules, hommes, hélicoptères) suédoise ;
  • la force de protection armée par les Français et l’antenne chirurgicale et de réanimation suédoise.

A Gao, se trouve le premier task-group franco estonien.

Enfin à Niamey, est basé un C-130 suédois, chargé de l’évacuation médicale stratégique, ou des transports.

La task-force takuba est commandée par un général français, le général de brigade Philippe Landicheff, issue des forces aériennes (il était anciennement à Bordeaux).

(NGV)

Cet article La task-force Takuba en quelques mots est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

La Belgique et les Pays-Bas entrent dans Takuba. A titre d’observation, pour l’instant

Tue, 06/04/2021 - 19:50

(B2) Même s’ils ne participent pas directement à l’opération déployée au Mali sur initiative française, deux pays du Benelux ont décidé d’envoyer un petit effectif d’état-major. Pour commencer…

(crédit : Mil.be)

Trois officiers belges

La Belgique a, discrètement, décidé de dépêcher trois officiers d’état-major au sein de la Task Force Takuba. C’est ce qu’a appris notre collègue de Belga, juste avant Pâques. Déploiement prévu : à partir du 19 avril. Le précédent gouvernement dirigé par Sophie Wilmès avait décidé, en novembre 2019, sur le principe affecter trois officiers de liaison à ce qui était alors appelée une CJSOTF (Combined Joint Special Operations Task Force) (1). Mais ce déploiement ne s’était jamais concrétisé. Le gouvernement a fini par donner vendredi (2 avril) son feu vert à l’engagement de ces trois officiers d’état-major. Deux d’entre eux seront déployés au Mali et le troisième le sera au Tchad.

Deux officiers néerlandais

Du côté néerlandais, la décision avait été prise peu avant. Le 16 mars, lors d’une rencontre à Paris avec son homologue française Florence Parly, la ministre néerlandaise Ank Bijleveld avait acté le départ de deux officiers néerlandais dans les états-majors de la task-force Takuba. Un officier de liaison au quartier général de l’opération Barkhane au Tchad et un officier de renseignement au quartier général de Takuba à Ménaka, au Mali. Peu auparavant, l’ambassadeur néerlandais en France, Pieter de Gooijer, avait signé (le 9 mars) avec son homologue malien, à Paris, un accord sur le statut (SOFA) des militaires néerlandais participant à la task-force.

Le déploiement sur le terrain : pas tout de suite

Difficultés politiques en Belgique

Un déploiement plus important de forces spéciales sur le terrain n’est pas encore prévu. Du côté belge, on ne l’exclut pas. Mais le projet d’envoi d’une compagnie aux côtés de Barkhane se heurte pour l’instant à des difficultés d’ordre politique (lire : Une compagnie belge dans l’opération Barkhane. Un accord politique encore nécessaire), comme de disponibilités. La faisabilité d’une participation belge à l’opération Barkhane est « toujours à l’étude » indique laconiquement la ministre belge de la Défense, Ludivine Dedonder devant la commission défense de la Chambre le 10 février. Le retrait des militaires des patrouilles mobiles dans les rues et les lieux publics, comme les gardes statiques de certains bâtiments sensibles, dans le cadre de l’opération anti-terroriste Vigilant Guardian, au profit des policiers devrait permettre de récupérer un certain nombre de disponibilités. Et l’arrivée du premier A400M, suivi d’un autre dans les mois qui suivent, devrait permettre de récupérer une capacité de transport perdue aujourd’hui (faute de disponibilité de C-130).

Idem côté Pays-Bas

Les élections suivies de la mise en place d’une nouvelle coalition gouvernementale (délicate) obligent aussi à attendre un peu que la situation politique s’éclaircisse. Tout envoi de troupes nécessite en effet un projet de loi, approuvé par la Seconde Chambre (le parlement élu). Et il y a, là aussi des considérations opérationnelles. Les capacités requises des forces d’opérations spéciales (SOF) « ne sont pas disponibles » affirme-t-on à La Haye. Elles sont actuellement occupées « en Irak et en Afghanistan jusqu’au début 2022 ». D’autres capacités nécessaires — transports ou évacuations médicales —, ne sont pas « non plus disponibles ».

Une utilité limitée au niveau opérationnel, très importante en matière d’acculturation

Ce déploiement, plutôt limité, a plusieurs intérêts. Tout d’abord, « s’informer », comme l’explique un officiel néerlandais. Cela va permettre, en effet, à ces deux pays d’enrichir leurs connaissances sur le terrain, dans une zone — le Sahel — ou Belges comme Néerlandais ont été déployés, mais pas dans des missions de combat rapproché, de voir comment évolue l’opération. Cela permet aussi de cultiver l’interopérabilité des forces, de travailler en multinational avec les Français, comme avec les Maliens. Bref cela favorise une acculturation.

C’est aussi un préalable nécessaire avant un déploiement ultérieur, surtout pour des pays plus enclins à intervenir dans un cadre multinational ‘formaté’ (type OTAN, ONU ou UE). C’est une sorte d’exercice pratique à ce qui s’est fait ‘sur table’, au niveau politico-militaire, au sein de l’initiative européenne d’intervention (IEI). Enfin, cela permet de compléter quelques postes bien spécifiques dans un état-major (ce qui n’est pas toujours évident).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire : Force Takuba : qui participe, observe ou simplement soutient ?

(1) Terminologie OTAN ou US, il existe ainsi une CJSOTF Horn of Africa, composée d’Américains qui interviennent en Somalie.

Cet article La Belgique et les Pays-Bas entrent dans Takuba. A titre d’observation, pour l’instant est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Pages